Recyclage et Gestion des Déchets

Impact environnemental du tissu acrylique (et est-il recyclable ?)

En regardant le film « The Gods Must Be Crazy » (Les dieux doivent être fous) en 1980, vous vous demandez s’il existe encore des gens dans le monde qui ne portent pas de vêtements sur leur corps. Le film dépeint une tribu du sud de l’Afrique qui ne porte pas de vêtements, à l’exception d’un petit tissu recouvrant ses organes génitaux. Les vêtements sont un besoin humain fondamental, ce qui fait de la mode l’une des industries les plus appréciées et les plus importantes au monde.

Les textiles sont fabriqués à partir de plusieurs matériaux : animaux, végétaux, minéraux et synthétiques. Les trois premières sont d’origine naturelle, mais la dernière, qui comprend le nylon, l’élasthanne, le polyester et l’acrylique, est fabriquée à partir d’autres matériaux. Les tissus acryliques sont utilisés dans le monde entier et il est légitime de vouloir connaître leur impact sur l’environnement. Cet article examine cette question en détail.

Les vêtements en acrylique sont-ils mauvais pour l’environnement ?

Dans l’ensemble, le tissu acrylique est mauvais pour l’environnement, principalement en raison de son mode de fabrication. Il est également mauvais pour l’environnement étant donné les effets que le produit final peut avoir sur l’environnement s’il est jeté de manière inappropriée.

Fondamentalement, les tissus acryliques sont fabriqués avec des fils en plastique, qui sont faits d’une fibre polymère artificielle, créée à partir de combustibles fossiles par un processus chimique. Le tissu acrylique est fabriqué de la même manière que le tissu polyamide (nylon) et le tissu polyester. La chaleur et la pression sont appliquées aux combustibles fossiles, tels que le pétrole, le gaz naturel et le charbon, ce qui entraîne une polymérisation.

Avant d’aller plus loin, il faut savoir que l’utilisation d’une chaleur et d’une énergie excessives est néfaste pour l’environnement à plus d’un titre. En outre, le processus repose sur des combustibles fossiles qui ne sont pas renouvelables et qui sont également dangereux pour l’environnement. Il est donc juste de dire que les matériaux utilisés, le processus et le produit final ne seront pas durables

On parle de polymérisation lorsque deux molécules ou plus se lient pour former une chaîne moléculaire répétitive. Dans ce cas, la solution plastique se présente sous une forme visqueuse, ce qui signifie que son état de matière se situe quelque part entre un solide et un liquide.

Cette solution plastique est ensuite filée à travers des filières, qui sont des outils dotés de trous d’une certaine taille et d’une certaine forme qui créent les propriétés souhaitées pour le produit fileté, qu’il soit plus épais, plus fin, creux ou solide. Après avoir été filée dans les filières, la solution s’échappe dans l’air ou dans l’eau où elle se solidifie. Les fibres acryliques sont ensuite lavées, séchées et coupées en fibres longues ou courtes.

L’acrylique est-il respectueux de l’environnement ?

Les tissus acryliques ne sont pas respectueux de l’environnement.

Les tissus ne se résument pas à leur mode de fabrication. La fibre acrylique ressemble beaucoup à l’aspect et au toucher de la fibre de laine et est utilisée à la place de la laine ou mélangée à la laine de mouton ou au cachemire pour fabriquer des pulls, du fil à tricoter, des bonnets et des chaussettes, entre autres produits. Le problème est qu’il peut être utilisé n’importe où, ce qui contribue à endommager ou à mettre en danger l’environnement.

Tout d’abord, comme le nylon et le polyester, le tissu acrylique est hydrophobe, c’est-à-dire qu’il repousse l’eau. Pour le nettoyer, on peut être amené à penser qu’il faut beaucoup d’eau, ce qui revient à utiliser beaucoup d’eau et à ne pas être respectueux de l’environnement.

En outre, les tissus acryliques continuent de nuire à l’environnement tout au long de leur vie, en libérant des microplastiques dans l’eau à chaque fois qu’ils sont lavés. Ces microplastiques sont à l’origine de 85 % des débris d’origine humaine sur les rivages du monde entier, qu’il s’agisse de sources d’eau douce ou d’eau salée.

Le fait qu’il repousse l’eau signifie également qu’il peut entraîner la prolifération de bactéries dans le tissu, compromettant sa structure et entraînant des odeurs. En outre, le tissu acrylique est plus susceptible de créer de l’électricité statique et de coller.

Deuxièmement, les tissus acryliques sont très inflammables et peuvent être très difficiles à éteindre, contrairement à la laine, qui est très difficile à allumer. Une fois le tissu en feu, les propriétés du plastique ou des combustibles fossiles utilisés lors de la production seront libérées dans l’environnement, ce qui entraînera des dommages pour l’environnement.

A lire aussi :  Comment se débarrasser d'une moquette de manière durable ?

Troisièmement, n’oublions pas le processus d’obtention de ces tissus, qui nécessite beaucoup d’énergie et de chaleur, ce qui n’est pas bon pour l’environnement.

En outre, il repose sur des combustibles fossiles tels que le pétrole, le gaz naturel et le pétrole brut, qui ne sont pas renouvelables et pourraient nuire à l’environnement s’ils étaient utilisés de manière déraisonnable. Ce processus de production et les matériaux utilisés contribuent largement au changement climatique et au réchauffement de la planète.

Il n’est que juste d’ajouter les effets des tissus acryliques sur les êtres humains, ce qui, en général, pourrait également signifier un effet négatif sur l’environnement. La fibre acrylique est fabriquée à partir du polymère polyacrylonitrile, un liquide inflammable et incolore issu du polypropylène.

L’EPA a constaté que l’inhalation de polyacrylonitrile provoque chez la victime des symptômes similaires à ceux d’un empoisonnement au cyanure. En fait, lorsque nous sommes exposés au polyacrylonitrile, notre corps métabolise le produit chimique en cyanure. L’acrylonitrile, qui est le principal composé utilisé dans les fils acryliques, a également été identifié comme un agent potentiellement cancérigène par absorption cutanée.

Enfin, il ne faut pas oublier les effets de ces tissus sur l’environnement une fois qu’ils sont mis en décharge. Il peut durer jusqu’à 200 ans dans les décharges et libère des toxines tout au long de cette période dans l’environnement, empoisonnant les terres adjacentes, les cultures et les masses d’eau.

Le tissu acrylique est-il biodégradable ?

En un mot, non ! Bien que l’acrylique soit durable et bon marché, il n’est ni durable ni biodégradable. Comme nous l’avons déjà mentionné, il faut jusqu’à 200 ans pour que ces textiles synthétiques se décomposent.

En outre, en se décomposant, l’acrylique libère des produits chimiques toxiques et des gaz à effet de serre dans l’environnement, ce qui affecte les masses d’eau et les communautés environnantes, ainsi que les températures mondiales. Le fait qu’il soit résistant et durable signifie qu’il mettra également plus de temps à se décomposer, ce qui le rend non biodégradable.

Le tissu acrylique est-il recyclable ?

Étonnamment, oui. Bien que l’acrylique ne soit pas biodégradable, qu’il ne soit pas durable et qu’il soit globalement mauvais pour l’environnement, l’avantage est qu’il est à la fois réutilisable et recyclable.

En fait, grâce aux progrès technologiques et à la sensibilisation, le recyclage de l’acrylique devient de plus en plus courant. Malheureusement, comme il n’est pas biodégradable, le processus de recyclage de l’acrylique est un peu difficile. Aux États-Unis, l’acrylique, comme le nylon, est considéré comme un plastique du groupe 7 et n’est généralement pas collecté pour le recyclage.

Néanmoins, les feuilles d’acrylique recyclées ont des utilisations spécifiques dans la construction pour les fenêtres et les portes, ainsi que pour les composants d’éclairage tels que les lampes fluorescentes et les lustres. Le secteur médical utilise également l’acrylique pour la fabrication de couveuses pour bébés et de certains appareils chirurgicaux. Ce matériau diversifié contribue également à la construction de véhicules et de trains.

Enfin, le secteur de la publicité utilise l’acrylique pour ses enseignes et ses caissons lumineux. Bien que tout l’acrylique ne soit pas facile à recycler, l’innovation technologique continue rend le processus de recyclage de l’acrylique beaucoup plus facile. Vous pouvez également réutiliser l’acrylique, comme le Perspex, en découpant les grandes feuilles en petits morceaux et en les transformant en d’autres produits.

Le tissu acrylique est-il durable ?

Certainement pas ! L’acrylique, comme nous l’avons déjà mentionné, n’est pas durable. Cela s’explique principalement par le fait que le processus de production repose en grande partie sur l’industrie pétrochimique, ce qui signifie que ces matériaux synthétiques dépendent de l’extraction de combustibles fossiles.

L’extraction de ces combustibles fossiles entraîne la dégradation des sols, la pollution de l’eau et de l’air, des émissions, l’acidification des océans et, bien sûr, le réchauffement de la planète et, par conséquent, le changement climatique. Leur transport peut entraîner des marées noires, une perturbation générale de la vie marine et une perte de biodiversité.

En outre, pour fabriquer les tissus, il faut utiliser beaucoup de chaleur et d’énergie, ce qui entraîne une pollution de l’air, autant de choix qui ne sont pas durables.

En outre, les tissus ne sont pas biodégradables et leur processus de décomposition entraîne la libération de produits chimiques nocifs dans le sol et les cours d’eau. Tous ces problèmes affectent non seulement les générations actuelles, mais aussi les générations futures.

Le rôle de la durabilité est de veiller à ce que les ressources soient disponibles pour que les générations futures puissent les trouver et les utiliser. Or, le tissu acrylique ne contribue guère à la réalisation de cet objectif. L’ensemble de la production d’acrylique est relativement destructive, énergivore, non recyclable, entraîne le délavage des microfibres et nécessite l’utilisation de produits chimiques toxiques.

A lire aussi :  Peut-on recycler les pots de crème à raser ? (et comment s'en débarrasser)

Quels sont les pires tissus pour l’environnement ?

1. Le coton

Le coton est une fibre naturelle qui peut se biodégrader en fin de vie. Alors, pourquoi figure-t-il sur cette liste ? Le coton est l’une des cultures les plus exigeantes pour l’environnement. Tout d’abord, sa culture et son traitement consomment beaucoup d’eau.

Pour fabriquer une seule paire de jeans, il faut entre 10 000 et 20 000 gallons d’eau, et 3 000 pour un t-shirt. Deuxièmement, le processus de culture nécessite des niveaux très élevés de pesticides et de produits chimiques toxiques, qui affectent le sol et les réserves d’eau. N’oublions pas non plus les effets de ces produits chimiques sur les agriculteurs et les communautés locales.

En fait, selon l’Organisation mondiale de la santé, environ 20 000 personnes dans les pays en développement meurent de cancer et font des fausses couches à cause des produits chimiques pulvérisés sur le coton conventionnel. Enfin, n’oubliez pas que la culture du coton a prolongé la plus grave tragédie sociale de l’Amérique, l’esclavage, et qu’elle a, d’une certaine manière, contribué à la guerre de Sécession.

2. Les matières synthétiques comme le polyester, le nylon et l’acrylique

La production de matières synthétiques repose sur le pétrole, un composé non renouvelable, qui est au cœur du réchauffement de la planète et du changement climatique. Ces tissus sont à base de plastique et, bien que leur culture ne nécessite pas de terres agricoles et qu’ils utilisent peu d’eau lors de la production et de la transformation, ils ont des effets néfastes sur l’environnement.

Tout d’abord, ils ne sont pas biodégradables. Deuxièmement, ils dépendent de l’industrie pétrochimique pour leurs matières premières, ce qui implique l’extraction de combustibles fossiles. Troisièmement, la dépendance à l’égard des combustibles fossiles pour la fabrication de produits synthétiques entraîne des problèmes préjudiciables, notamment des marées noires, des émissions de méthane, des perturbations de la faune et de la flore et une perte de biodiversité.

Elle est également au cœur de la pandémie mondiale de plastique qui semble ne pas avoir de fin. Quatrièmement, chaque fois que vous lavez un tissu synthétique comme l’acrylique ou le polyester, il libère des microplastiques dans les cours d’eau, ce qui non seulement pollue les eaux, mais cause également des dommages à la vie marine et aux écosystèmes vitaux.

3. Matériaux d’origine animale comme la laine, la fourrure et le cuir

Là encore, il s’agit de matériaux qui peuvent se biodégrader en toute sécurité, mais les aspects négatifs sont liés au processus de production. Les matériaux tels que le cuir sont à l’origine d’importantes émissions de méthane, un gaz à effet de serre plus puissant que le dioxyde de carbone et qui contribue au réchauffement de la planète.

Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’industrie de l’élevage est responsable d’environ 16 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. L’industrie de l’élevage consomme également beaucoup d’eau, puisque pour fabriquer une paire de chaussures en cuir, les vaches doivent consommer environ 2 110 gallons d’eau. En outre, elles doivent se nourrir d’aliments pour animaux tels que le soja et le maïs, qui nécessitent de vastes étendues de terre, ce qui implique la déforestation au nom de l’élevage du bétail et de la production d’aliments pour animaux.

Un milliard d’animaux peuvent être tués chaque année pour la production de tissus en cuir. Ensuite, environ 85 % du cuir produit dans le monde contient du chrome, une substance extrêmement toxique qui peut provoquer des cancers et des affections cutanées chez les travailleurs.

Enfin, pour conserver la laine et la fourrure, on utilise souvent des produits chimiques toxiques qui, s’ils sont mal gérés, peuvent polluer les cours d’eau et l’environnement et affecter les communautés vivant le long des berges.

Bouton retour en haut de la page