Jardinage

Écoutez votre jardin

Lorsque vous vous promenez dans votre jardin, vous essayez de vous souvenir de chercher les nouvelles pousses, les fleurs qui n’étaient pas ouvertes la dernière fois, un papillon ou une abeille que vous n’avez jamais vu auparavant… au lieu de vous contenter de voir les mauvaises herbes ou le désordre en général.

Mais vous vous êtes aussi rappelé d’écouter consciemment et activement votre jardin, de ne pas prendre les sons pour acquis et de réfléchir davantage à leur signification.

Vous savez que le printemps est en route lorsque vous entendez les canards branchus glousser dans les arbres. Le son de la fin du printemps est celui des cacatoès et des corellas qui crient et tournent au-dessus de nos têtes, à la recherche des gousses des acacias qui bordent vos routes.

Parfois, la première fois que l’on se rend compte que quelque chose est en fleur, c’est en entendant le bourdonnement des abeilles (ou, dans certains cas, des mouches). Les grenouilles m’ont accompagné tout au long des fortes pluies de l’hiver et du printemps derniers. La myriade de bruits de grenouilles était principalement produite par les grenouilles communes de l’Est, les rainettes sifflantes et les grenouilles pobblebonks.

Les oiseaux les plus courants dans votre jardin sont les pies, les colombes, les kookaburras et les frustrants et agaçants merles qui grattent constamment dans vos plates-bandes, mais même vous vous adoucissez envers les merles lorsque vous entendez leur chant lyrique,

lyrique au début et à la fin de chaque journée.

Le silence croissant du monde naturel

Les sons naturels sont souvent noyés dans ce que les acousticiens appellent l’anthrophonie des bruits humains : voitures, camions, musique forte, tondeuses, souffleurs, coupe-branches, etc.

Avec l’utilisation croissante de véhicules et d’outils alimentés par batterie, ces bruits finiront par diminuer, mais partout dans le monde, le changement climatique et l’impact de l’homme sur la planète étouffent la symphonie de la nature.

La diversité des chants d’oiseaux et de grenouilles diminue à tel point que la fondation Birdlife Australia a publié Songs of Disappearance en 2021, enregistrant les chants de 53 espèces d’oiseaux menacées, qui s’est hissé à la deuxième place de notre palmarès ARIA. Il existe maintenant des Songs of Disappearance pour les grenouilles, qui enregistrent les chants de 43 espèces menacées. Il serait vraiment regrettable que l’un de nos croassements, grognements, aboiements et mugissements emblématiques disparaisse de la surface de la planète.

A lire aussi :  20 différents types de plantes de lierre (avec photos)

Les sons perdus

Même si vous n’écoutez pas activement le chœur de la nature, il y a de fortes chances que vous l’entendiez. De nombreux sons individuels peuvent avoir une signification particulière. Les bruits que vous entendez rarement aujourd’hui sont ceux des cigales en été, bien que cette année elles soient apparues dans toute leur gloire cacophonique dès que les températures ont grimpé.

Autrefois, on entendait les koalas grogner toutes les semaines ou presque, mais aujourd’hui, on a la chance de les entendre ou de les voir une ou deux fois par an. Il est rare d’entendre le gazouillis des planeurs à sucre la nuit, ou l’appel graveleux de la grenouille grondeuse. Tout cela signifie que quelque chose a changé et que les conditions ne permettent plus à ces espèces de vivre dans notre région.

Action et recherche

Nous pouvons aider en plantant davantage d’arbres, en éteignant les lumières la nuit, en augmentant de manière générale la diversité des plantes et des abris dans nos jardins et nos parcs, et en devenant des citoyens scientifiques partenaires des chercheurs. Heureusement, nos formidables scientifiques continuent de travailler d’arrache-pied pour identifier nos espèces et comprendre ce dont elles ont besoin pour survivre.

Même si nos sons naturels diminuent, de nouvelles technologies permettent d’entendre davantage ce que nous avons. Des recherches très récentes utilisent la bioacoustique numérique avec de minuscules enregistreurs numériques portables qui nous permettent d' »entendre » des sons que l’oreille humaine n’est pas capable de capter. Nous savons maintenant que certaines jeunes tortues émettent des sons à l’intérieur de leur carapace et que les mères tortues appellent leurs petits depuis l’eau voisine pour les guider vers la sécurité.

Des recherches récentes, menées en partie sur l’île French, au large de la côte de Victoria, portent sur les oiseaux cryptiques. Ces oiseaux sont difficiles à trouver et à étudier. La scientifique Liz Znidersic a utilisé l’énergie solaire et de petites unités d’enregistrement pour enregistrer les cris d’oiseaux tels que le râle de Lewin et deux espèces différentes de butor, afin d’identifier où ils se trouvent et ce qu’ils font. Ils écoutent les oiseaux des zones humides parce qu’il est plus facile (et meilleur pour les oiseaux) de les entendre que d’essayer de les voir !

A lire aussi :  Comment créer une maison qui aime les plantes ?

Ils ont enregistré des centaines d’heures de sons dans différentes zones humides, soit des milliers d’heures au total. C’est beaucoup trop pour une personne seule, mais des informaticiens dévoués ont trouvé le moyen d’analyser automatiquement ces informations pour trouver des espèces spécifiques. Ils peuvent également examiner l’ensemble des sons des zones humides en une seule image. Ces images sont appelées spectrogrammes en fausses couleurs de longue durée et montrent les chœurs d’oiseaux du matin et du soir, les cris individuels et tous les sons intermédiaires.

Nous apprécions que les scientifiques trouvent constamment de nouvelles façons de faire les choses qui nous aideront à comprendre la planète, et nous vous recommandons vivement de participer à tout projet de science citoyenne visant à surveiller et à sauver les populations d’animaux sauvages.

En attendant, prenez une tasse de thé dans votre jardin, dans un parc ou dans un buisson, et asseyez-vous pour écouter. Même dans les zones urbaines très fréquentées, on peut encore entendre la nature, surtout à l’aube et au crépuscule. Et lorsque vous êtes dans votre jardin, ou peut-être dans celui d’un ami, n’oubliez pas de regarder… et d’écouter la beauté qui vous entoure.

Bouton retour en haut de la page