Jardinage

Avantages et inconvénients de l’agroforesterie

L’agroforesterie est une méthode durable de gestion des terres qui consiste à faire coexister des cultures, du bétail, des arbustes et des arbres sur une même parcelle. Il s’agit d’une stratégie calculée qui associe des méthodes forestières et agricoles afin d’accroître la biodiversité, la préservation de l’environnement et la productivité.

Les systèmes agroforestiers offrent une stratégie globale et résiliente d’utilisation des terres et de gestion des ressources en favorisant des relations profitables entre les arbres, les cultures et les animaux. Cela permet d’améliorer la santé des sols, d’atténuer le changement climatique, d’assurer la sécurité alimentaire et de soutenir les moyens de subsistance.

Dans cet article, nous allons examiner les différents avantages et inconvénients de l’agroforesterie.

Qu’est-ce que l’agroforesterie ?

La relation entre l’agriculture et les arbres, principalement l’utilisation des arbres dans l’agriculture, est connue sous le nom d’agroforesterie. Il s’agit notamment de faire pousser des arbres dans les champs et en milieu agricole, de cultiver des plantes dans les forêts et à leur lisière et de produire des cultures arboricoles telles que le cacao, le café, le caoutchouc et le palmier à huile.

Les relations entre les arbres et les autres éléments agricoles peuvent être significatives à plusieurs échelles, notamment les champs, les exploitations agricoles et les paysages. L’agroforesterie est la pratique qui consiste à gérer, planter, protéger et régénérer divers arbres en milieu agricole, en relation avec les humains, le bétail, la faune et les cultures annuelles.

La meilleure façon de préserver les avantages des arbres, alors que les forêts naturelles sont détruites pour la construction et l’agriculture, est de les intégrer dans des paysages bénéfiques pour l’agriculture.

Les professionnels, les dirigeants et les environnementalistes ont suggéré l’agroforesterie pour réduire l’impact du réchauffement climatique. En outre, la nécessité d’adopter une stratégie durable à long terme pour lutter contre l’insécurité alimentaire se fait de plus en plus sentir à mesure que les besoins en nourriture augmentent et que les effets néfastes des méthodes agricoles actuelles deviennent de plus en plus évidents.

L’idée de l’agroforesterie est née de ce besoin. L’objectif premier de l’agroforesterie est d’intégrer les systèmes traditionnels et modernes d’utilisation des terres, où les arbres sont manipulés en conjonction avec la croissance des cultures ou des animaux.

Comment fonctionne l’agroforesterie ?

Pour que l’agroforesterie fonctionne, les forêts ou les plantes vivaces ligneuses doivent être délibérément intégrées au bétail, aux cultures ou à d’autres éléments agricoles sur la même parcelle de terre. Pour optimiser les avantages, cette discipline utilise une variété de structures et de méthodes qui maximisent les synergies entre les différentes parties.

Sylvopasture

La sylvopasture associe la gestion des arbres à une exploitation pastorale en gérant le fourrage, les animaux de ferme et les arbres sur un même terrain. Le bétail peut trouver de l’ombre et une protection contre le foin, ce qui améliore également le piégeage du carbone et la production de fourrage. En outre, cette combinaison peut générer des revenus supplémentaires grâce aux arbres de Noël, aux produits forestiers ou aux activités de loisirs.

L’agriculture forestière

Des cultures particulières de grande valeur sont cultivées et protégées dans le cadre de l’exploitation forestière sous le couvert forestier et sont régulées avec précision en fonction de l’intensité de l’ombre que les cultures préfèrent. Pour ce faire, on réduit la taille d’une forêt existante afin de préserver les meilleurs arbres de la canopée pour la production future de bois et de favoriser la croissance des cultures en sous-bois dans des conditions idéales.

En plus d’offrir une source de revenus supplémentaire, les produits forestiers non ligneux issus des techniques d’exploitation forestière contribuent à la préservation de l’habitat de la faune et de la flore.

Culture en allées

Les allées sont les espaces entre les arbres matures où sont cultivées les plantes. La culture en allées génère des flux de revenus annuels et récurrents, ce qui permet de diversifier les opérations. En outre, elle peut renforcer la séquestration du carbone, préserver les produits et accroître l’utilisation des nutriments et la qualité de l’eau.

Brise-vent

Les plantations d’une ou plusieurs rangées d’arbres, de buissons ou des deux, destinées à protéger les cultures, les maisons, les animaux, le sol et les personnes du vent, des odeurs, de la poussière ou de la neige, sont appelées « brise-vent ». Les brise-vent réduisent les dépenses de chauffage des maisons et la consommation d’énergie. En outre, les brise-vent protègent les animaux du froid et de la chaleur, augmentent le rendement des cultures et contribuent de manière significative au stockage du carbone.

A lire aussi :  Les palmiers sont-ils originaires de Californie (et les espèces de palmiers) ?

Comment l’agroforesterie contribue-t-elle à la conservation de l’environnement ?

L’agroforesterie encourage une méthode durable de gestion des terres qui met l’accent sur la préservation de la biodiversité, la restauration des fonctions de l’écosystème et la conservation. En agroforesterie, l’arbre approprié doit être planté pour le bon usage et au bon endroit. La couche arable, le bétail et l’habitat de la faune sauvage sont protégés. Les rendements et les revenus des cultures sont plus élevés.

  • Conservation des sols : en stabilisant la structure du sol grâce à leurs racines et en atténuant l’effet des pluies intenses sur les surfaces exposées, les arbres des structures agroforestières contribuent à la prévention de l’érosion des sols.
  • Séquestration du carbone : Les arbres sont de puissants puits de carbone atmosphérique qui absorbent et retiennent le dioxyde de carbone. L’agroforesterie stocke le carbone dans le sol et la biomasse aérienne, réduisant ainsi les effets du changement climatique.
  • Conservation de l’eau : En augmentant la rétention d’eau dans le sol, les techniques agroforestières peuvent réduire le ruissellement de l’eau et favoriser la recharge des nappes phréatiques. Cet aspect est particulièrement important dans les régions où l’on s’attend à des sécheresses et à des contraintes en matière d’eau.
  • Le cycle des nutriments : En prélevant des nutriments dans le sol et en les recyclant par la chute et la décomposition des feuilles, les arbustes des systèmes agroforestiers contribuent à enrichir le sol pour les cultures.
  • Sécurité alimentaire et revenus diversifiés : Les systèmes agroforestiers peuvent offrir aux individus et aux communautés une variété de sources alimentaires et un éventail de revenus. Par rapport aux systèmes de monoculture, ils sont moins sensibles aux changements du marché et aux conditions climatiques extrêmes.
  • Régulation du microclimat : L’ombre des arbres peut abaisser les températures du sol et les taux d’évaporation, améliorant ainsi le microclimat pour le bétail et les cultures.
  • Amélioration de la qualité de l’eau : En agroforesterie, les arbres et autres plantes peuvent fonctionner comme des filtres organiques, limitant l’entrée de contaminants dans un plan d’eau et améliorant la qualité de l’eau.
  • Utilisation durable des ressources : Les techniques agroforestières réduisent le besoin d’intrants extérieurs tels que les pesticides et les engrais en combinant les cultures et les arbres. Cela favorise une utilisation des ressources naturelles respectueuse de l’environnement.
  • Connectivité de l’habitat : Les espèces végétales et animales peuvent migrer librement entre des habitats naturels fragmentés grâce aux systèmes agroforestiers qui servent de corridors pour la faune et la flore.

Avantages et inconvénients de l’agroforesterie

La gestion et l’association d’arbres, de cultures et de bétail sur un terrain commun est connue sous le nom d’agroforesterie. Cette méthode, considérée comme essentielle pour une agriculture rentable, peut impliquer des bois indigènes et des forêts créées par les propriétaires terriens. Voici quelques avantages et inconvénients de l’agroforesterie.

Avantages de l’agroforesterie

L’agroforesterie est un type d’agriculture durable. Cette méthode est fondée sur des idées écologiques que l’on retrouve dans les écosystèmes du monde réel. Les arbres jouent un rôle important dans la réduction des effets néfastes de l’agriculture moderne sur l’environnement. Ils augmentent la résilience des systèmes de production alimentaire et contrecarrent la pollution agricole.

1. Aide à économiser l’énergie

Presque chaque hiver, les agriculteurs sont confrontés au problème de la perte de chaleur par conduction et infiltration. Cependant, l’énergie nécessaire pour chauffer les structures de confinement sera réduite grâce aux brise-vent en agroforesterie.

2. Augmenter le rendement des cultures

D’après les recherches, les rendements des cultures dans les fermes situées à proximité des brise-vent ont augmenté. Cela s’explique par l’amélioration des microclimats et des techniques de rétention de la neige et de l’eau, qui permettent de gérer ou d’atténuer les influences climatiques et donc de réduire les dommages causés aux cultures.

3. Augmenter la biodiversité

Outre la préservation de l’énergie, du sol et de l’eau, les agriculteurs plantent des arbres pour protéger la faune et la flore en créant de la biodiversité. La plantation d’arbres peut aider à restaurer des terres qui ont été modifiées par l’implantation de colonies, ce qui a considérablement réduit l’habitat de la faune. En fin de compte, l’environnement bénéficie de cette activité, en plus des propriétaires fonciers et de la faune.

4. Prévention des dégâts forestiers

Les techniques agroforestières contribuent à la prévention de la déforestation dans les zones où le bois est nécessaire pour la cuisine et d’autres activités en produisant divers biens. L’extension de l’agriculture et la combustion du charbon de bois sont deux autres pratiques qui entraînent une perte rapide de la couverture forestière.

Dans ce contexte, l’agroforesterie présente de nombreux avantages. Les arbres de ferme permettent de cultiver sur la même parcelle tout en produisant durablement des biens ligneux et non ligneux.

A lire aussi :  Le bois de cyprès et ses différents usages

5. Avantages économiques

L’entreprise agricole peut tirer un profit financier de l’agroforesterie. Les options sont nombreuses, allant de l’amélioration de la production et de la variété des rendements à la diminution des intrants externes et à la maximisation de l’efficacité des ressources.

6. Utilisation durable des terres

Parce que les systèmes agroforestiers peuvent créer un microclimat favorable, une couverture permanente, une augmentation de la teneur en carbone organique, une amélioration de la structure du sol, une augmentation de l’infiltration et une augmentation de la fertilité et de l’activité microbienne dans le sol, ils ont le potentiel d’augmenter de manière significative la productivité des terres, de diversifier les sources d’alimentation et de revenus, et d’arrêter et d’inverser la dégradation des terres.

Inconvénients de l’agroforesterie

La diversité des systèmes agroforestiers peut rivaliser avec celle des écosystèmes naturels. Ce qui fonctionne bien dans une exploitation peut ne pas convenir à une autre. Il est bon de s’informer sur les inconvénients de l’agroforesterie avant de s’enthousiasmer pour ses nombreux avantages. Savoir à quoi s’attendre est la meilleure défense contre des résultats inattendus..

1. Système à forte intensité de main-d’œuvre

Des connaissances suffisantes, une planification minutieuse et un entretien régulier des arbres sont nécessaires à la réussite d’un système agroforestier. Certains agriculteurs trouvent ennuyeux que la présence d’arbres ou de buissons parmi leurs cultures les empêche d’automatiser complètement le processus de production de l’exploitation.

Cela nécessite un effort systématique qui varie en fonction du stade de croissance de l’arbre et un suivi fréquent. Dans leurs premières années, les petits arbres peuvent avoir besoin d’être irrigués et fertilisés. Ils doivent être régulièrement taillés et éclaircis au fur et à mesure qu’ils grandissent pour garantir une croissance saine et une bonne récolte.

2. Retard de production

L’inconvénient le plus courant et le plus visible de l’agroforesterie est le retard de production. L’agroforesterie intègre les systèmes de culture et la flore forestière, comme les arbres et les buissons, contrairement à l’agriculture conventionnelle et à d’autres techniques agricoles respectueuses de l’environnement qui ne prennent en compte que les espèces cultivées.

C’est pourquoi les avantages de cette approche ne peuvent être exploités que lorsque l’habitat agroforestier s’est entièrement développé, c’est-à-dire lorsque les arbres et les autres plantes de la forêt ont atteint leur maturité et que les conditions écologiques se sont stabilisées.

3. Concurrence défavorable

La rivalité malsaine et indésirable entre les arbres et les cultures pour des éléments tels que l’eau et les nutriments peut être facilitée par l’agroforesterie. Lorsque l’on ne prend pas les précautions nécessaires pour séparer les arbres et les cultures, ce type de rivalité est plus probable. Cela peut entraîner de graves problèmes de croissance, car la trajectoire d’alimentation et les systèmes racinaires de ces plantes se gênent ou s’entrecroisent.

4. Obstacles réglementaires et politiques

Les obstacles politiques et réglementaires empêchent l’adoption à grande échelle de l’agroforesterie. Des réglementations foncières complexes, des droits de propriété ambigus et des politiques forestières et agricoles concurrentes entravent la capacité des agriculteurs à incorporer des arbres dans leurs terres agricoles.

5. Absence de soutien juridique

Les politiques qui encouragent l’agroforesterie doivent encore être améliorées. L’agroforesterie est une fusion sophistiquée de systèmes d’utilisation des terres agricoles et forestières, dépourvue des caractéristiques de l’un ou de l’autre. En raison de ses caractéristiques uniques, l’agroforesterie nécessite des réglementations spécifiquement axées sur le fonctionnement de ce système. Des règles qui définissent et organisent les nombreuses composantes du développement de l’agroforesterie.

Conclusion

De nombreux essais sont actuellement menés pour étudier le potentiel de l’agroforesterie, qui offre d’énormes possibilités d’amélioration de l’environnement agricole aux États-Unis. L’agroforesterie n’améliore pas seulement le sol, l’environnement et les animaux de manière significative, mais elle augmente également la productivité. Les monocultures sont moins productives que les systèmes diversifiés.

Les racines des arbres peuvent pénétrer sous les racines des légumes ou des céréales, ce qui permet d’obtenir des rendements supplémentaires sur un seul hectare. L’agroforesterie a un avenir prometteur. Elle a déjà été identifiée comme l’une des méthodes agricoles les plus prometteuses pour l' »intensification durable », c’est-à-dire l’augmentation de la production alimentaire tout en réduisant les effets néfastes sur l’environnement.

Bouton retour en haut de la page