Recyclage et Gestion des Déchets

Le coton est-il une ressource renouvelable ?

Connaître la différence entre les ressources renouvelables et non renouvelables est essentiel dans le monde d’aujourd’hui, où l’on se soucie de l’environnement. C’est sur cette base que l’on peut faire des choix judicieux dans la vie quotidienne et dans le monde des affaires, afin de promouvoir un avenir durable.

Des millions de personnes sont vêtues de coton, une fibre douce et adaptable qui reste un pilier de l’industrie textile. Toutefois, à mesure que les discussions sur le développement durable se multiplient dans le monde, une question cruciale se pose : Le coton est-il une ressource renouvelable ? Dans cet article, nous examinerons la question de savoir si le coton peut être considéré comme une ressource renouvelable.

Qu’est-ce que le coton et comment est-il fabriqué ?

Le coton étant un tissu à fibres discontinues, les fibres qui le composent sont de différentes longueurs. Les fibres naturelles de Gossypium, un genre de cotonnier, sont utilisées pour fabriquer le coton. Le coton est une matière douce et duveteuse composée principalement de cellulose, une molécule organique insoluble essentielle à la structure des plantes.

Le cotonnier a besoin de beaucoup de soleil, d’une longue période sans gel et de pluies régulières. La partie du cotonnier qui se développe en boule – l’enveloppe des fibres de coton duveteuses – est appelée « coton ». Les tissus souples et durables sont fabriqués en filant le coton et en le tissant.

Les fibres constitutives du coton varient en longueur car il s’agit d’un tissu à fibres discontinues. Le coton est fabriqué à partir des fibres naturelles des cotonniers du genre Gossypium. Le principal composant du coton, qui est doux et moelleux, est la cellulose, une substance organique insoluble essentielle à la structure de la plante.

Le cotonnier a besoin de pluies régulières, de longues périodes sans gel et de soleil. Le terme « coton » désigne la partie du cotonnier qui pousse à l’intérieur de la capsule et qui enveloppe les fibres duveteuses du coton. Le tissage du coton en fil et sa couture permettent de créer un tissu durable et doux.

Vous pouvez détecter de minuscules fils ressemblant à des cheveux si vous examinez attentivement vos boules de coton, vos chaussettes ou vos pantalons. Les fibres de coton sont constituées d’une seule cellule. La plupart des types de cellules sont si petits qu’il faut utiliser un microscope puissant pour les observer. Toutefois, l’œil nu peut voir les fibres de coton sur une distance de deux pouces.

En réalité, les fibres de coton cultivées ont les cellules les plus longues de toutes les plantes. En trente jours seulement, les fibres de coton atteignent la plus grande partie de leur énorme longueur. Dans une fleur de coton fécondée, les fibres sont d’abord des cellules microscopiques. Un mois plus tard, elles remplissent à ras bord les gousses de graines en développement.

Les brins individuels sont tordus et superposés pour créer des fils pour le tissu. Comme elles peuvent être tissées en fils plus fins et qu’elles nécessitent moins de chevauchement que les fibres plus courtes, les fibres longues sont considérées comme plus précieuses que les fibres courtes.

Des fils plus fins et plus fins permettent d’obtenir un nombre de fils plus élevé, c’est-à-dire plus de fils par pouce carré de tissu. Les tissus à nombre de fils élevé étant considérés comme du linge fin, leur prix est plus élevé que celui des tissus moins aérés et délicats.

Le coton est-il une ressource renouvelable ?

Comme le coton provient d’une plante qui peut être récoltée et replantée chaque année, il s’agit d’une ressource renouvelable. Tant que les techniques agricoles appropriées sont suivies pour garantir la durabilité et la santé des sols, le coton peut être cultivé et maintenu année après année.

Comme le coton peut être cultivé tout au long de l’année, il s’agit d’une plante renouvelable. Le coton est cultivé par les agriculteurs dans leurs champs et récolté lorsque la saison s’y prête. Mais la durabilité du coton dépend de la manière dont il est fabriqué et de sa capacité à être renouvelé.

A lire aussi :  Les savons sont-ils biodégradables ? (Et expirent-ils ?)

Des méthodes durables émergent pour réduire leur influence sur l’environnement. Les fibres recyclées et le coton biologique sont des substituts renouvelables auxquels les fabricants de mode durable ont de plus en plus recours.

Le coton biologique favorise la biodiversité et réduit l’utilisation de produits chimiques toxiques en éliminant les pesticides et les engrais synthétiques. Les fibres recyclées revitalisent les vêtements usés, réduisant les déchets et préservant les ressources.

Le coton pouvant repousser chaque année, il peut être considéré comme renouvelable. Néanmoins, la véritable durabilité exige l’adoption de techniques respectueuses de l’environnement, telles que l’utilisation d’ingrédients recyclés ou biologiques et la garantie d’un approvisionnement éthique tout au long du processus de production.

Alternatives durables au coton

Il est essentiel de trouver des substituts au coton susceptibles de réduire l’impact environnemental de la production de coton, car cette dernière a une influence négative sur l’environnement et est devenue non durable. Il existe de nombreuses options pour remplacer le coton, chacune présentant des avantages uniques.

La laine

La laine est un substitut idéal au coton en raison de sa résistance thermique supérieure et de sa capacité à maintenir la chaleur même dans des conditions humides. La laine est donc un matériau merveilleux et haut de gamme pour plusieurs types de vêtements. Le coton rattrape rapidement la laine en matière de durabilité et de respect de l’environnement. La laine est historiquement connue pour ces qualités.

Le lin

Par rapport au coton, la plante de lin a besoin de beaucoup moins d’eau pour se développer. Le rouissage est la méthode utilisée pour extraire la fibre de lin, et elle utilise beaucoup moins d’eau. Pour la plupart de ceux qui l’ignorent, le lin est utilisé pour fabriquer de la toile de lin, un tissu incroyablement doux et respirant qui possède des qualités antibactériennes.

Le chanvre

Le chanvre est plus performant que le coton à plusieurs égards et s’est toujours révélé supérieur. Tout d’abord, la culture du chanvre nécessite beaucoup moins de surface que celle du coton. Il est donc possible de produire davantage sur une surface beaucoup plus petite.

En outre, le chanvre nécessite beaucoup moins d’eau que le coton – plus de 9 000 litres, pour être précis ! Et comme si cela pouvait encore s’améliorer, le tissu à base de plantes de chanvre a une durée de vie prolongée. Le chanvre conserve sa résistance et son élasticité lorsqu’il est mouillé, alors que le coton a tendance à s’affaiblir.

Ramie

Bien que l’industrie textile ne connaisse pas cette plante, elle mérite d’être étudiée de plus près. La ramie produit des fibres beaucoup plus absorbantes que le coton et d’une brillance comparable à celle de la soie. Le seul inconvénient de ce tissu est qu’il nécessite beaucoup de travail en raison de la résine gommeuse qu’il faut retirer.

En raison d’un ralentissement des exportations de coton, la demande de fibres était auparavant élevée, mais l’offre insuffisante pour répondre à la demande. Néanmoins, le Ramie donne un produit respirant et agréable, et il ne fait aucun doute que tous ces efforts en valaient la peine.

Impact environnemental du coton

Dans le secteur du textile, le coton est un matériau largement utilisé et la fibre naturelle la plus courante pour la fabrication de vêtements. C’est l’une des cultures commerciales les plus importantes au monde et il représente environ 33 % de toutes les fibres utilisées dans les textiles. Bien qu’elle soit coûteuse pour l’environnement, la production de coton est essentielle pour l’économie. Voici quelques exemples de l’impact du coton sur l’environnement.

Réchauffement de la planète

La production de coton produit environ 220 millions de tonnes métriques d’émissions de carbone par an. Une quantité importante d’engrais synthétiques utilisés pour le coton ordinaire entraîne la libération d’oxyde nitreux dans l’atmosphère.

Trente et une fois plus puissant que le dioxyde de carbone, l’oxyde nitreux est un gaz à effet de serre important. L’utilisation de produits chimiques lourds et d’autres actions non durables comme la déforestation augmentent les émissions de gaz à effet de serre.

Consommation d’eau

La culture et la fabrication du coton nécessitent beaucoup d’eau. La fabrication d’un tee-shirt en coton nécessite environ 2 700 gallons d’eau. Un individu peut survivre avec cette quantité d’eau pendant 2,5 ans. Les textiles en coton teints ont un aspect fantastique, mais la consommation mondiale d’eau pour la teinture des tissus est d’environ 5 000 milliards de gallons par an.

A lire aussi :  Pouvez-vous recycler les clôtures à mailles losangées ? (Et les mettre au rebut ?)

La fibre de coton nécessite environ 20 000 litres d’eau pour produire un kilogramme. Certains affirment que le coton est la denrée agricole qui utilise le plus de ressources en eau. Dans la plupart des cas, ce besoin n’est pas durable.

Modification génétique

Les scientifiques ont modifié génétiquement certaines espèces de coton afin d’augmenter la productivité et la rentabilité et d’obtenir des caractéristiques particulières. Le coton issu du génie génétique présente des avantages tels que la résistance aux herbicides et aux insectes.

Au moins quarante types de mauvaises herbes sont devenus résistants au glyphosate en raison de l’utilisation massive de pesticides inappropriés dans l’industrie du coton. En outre, certains insectes lépidoptères sont devenus résistants aux gènes protecteurs du coton. En outre, il existe un risque que les cultures sauvages acquièrent des gènes génétiquement modifiés.

Le coton est-il biodégradable ?

Le coton est incontestablement biodégradable. Comme il s’agit d’une substance naturelle, le coton se décompose entièrement. Cela signifie que le coton se désintègre, qu’il soit placé dans un tas ou un conteneur de compostage ou qu’il soit laissé à l’état naturel.

Les vêtements entièrement en coton peuvent être recyclés et réutilisés pour fabriquer des matériaux précieux tels que des isolants pour les maisons, car le coton est biodégradable. Le coton étant une plante naturelle cultivée dans les champs, il se décompose entièrement.

Le coton est biodégradable dans des environnements aérobies et anaérobies ; toutefois, sa vitesse de décomposition dans ces derniers sera nettement plus lente que dans les premiers ou dans un tas ou un bac de compost. En tant que tel, il présente un avantage remarquable par rapport à d’autres matériaux artificiels. Cela signifie également que le coton finira par se biodégrader dans les décharges, et qu’il n’y a donc pas lieu de s’en préoccuper.

Mais au lieu de jeter le coton, essayez de le réutiliser, de le recycler ou de le composter pour éviter qu’il ne se retrouve dans les décharges. Il est toutefois rassurant de savoir que si le coton ou ses tissus se retrouvent dans les décharges, ils ne s’accumuleront pas et ne contribueront pas au dégagement de méthane qui entraîne l’accumulation de gaz à effet de serre.

FAQ’s

Tout le coton est-il compostable ?

On pourrait penser que tout le coton peut être composté car le coton est une matière naturelle qui se décompose rapidement. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Les articles en coton, y compris les vêtements, sont souvent traités avec des produits chimiques qui réduisent leur biodégradabilité. Par conséquent, même si le coton peut être composté, de nombreux produits en coton ne le peuvent pas.

Dans quelle mesure la production de coton est-elle durable ?

Bien qu’elle soit renouvelable, la culture du coton peut nuire à l’environnement car elle nécessite beaucoup d’eau, de pesticides et de terres. Les techniques de culture durable du coton permettent d’atténuer ces effets.

Qu’est-ce qui rend le coton renouvelable ?

Étant donné qu’il provient d’une plante qui peut être semée à nouveau et récoltée au cours de la saison de croissance suivante, le coton est renouvelable. Son cycle de développement rend sa culture durable.

Conclusion

Le coton peut produire un tissu biodégradable, renouvelable et durable de qualité supérieure. Cependant, le besoin de tissus bon marché des marques de fast fashion, du secteur textile et des consommateurs a forcé les fabricants à utiliser des méthodes moins coûteuses et moins durables. Néanmoins, il est indéniable que toutes les alternatives abordées dans ce document sont durables.

Bouton retour en haut de la page