Ecosystème

L’eau de Javel est-elle mauvaise pour l’environnement ? 6 faits cruciaux

L’eau de Javel est un produit difficile à classer, selon qu’il est bon ou mauvais.

En effet, bien qu’elle présente un certain nombre de qualités nocives, l’ampleur des dommages causés à l’environnement dépend largement de la manière dont elle est utilisée et éliminée.

Toutefois, dans l’ensemble, comme nous le verrons ci-dessous, il y a quelques raisons pour lesquelles l’eau de Javel n’est pas l’option la plus durable sur le marché.

1. De quoi est composée l’eau de Javel ?

L’eau de Javel est une solution d’hypochlorite de sodium diluée dans de l’eau.

Selon le Chlorine Institute, l’hypochlorite de sodium est fabriqué à partir de deux produits chimiques : Le chlore et l’hydroxyde de sodium (également connu sous le nom de soude caustique).

Les normes de sécurité et de danger professionnel précisent que dans les applications domestiques, la concentration d’hypochlorite de sodium se situe généralement entre 1 et 7 %.

À l’inverse, la concentration de l’eau de Javel industrielle peut atteindre 20 %.

En raison de ces utilisations, l’eau de Javel se retrouve principalement dans les égouts ou dans une installation de traitement des déchets.

L’eau de Javel étant très réactive dans l’eau, elle commence à s’oxyder, c’est-à-dire qu’elle se transforme en composés chlorés organiques.

Lorsqu’elle atteint un centre de traitement, cette réaction est presque terminée.

Le type de sous-produits chlorés créés dépend du pH des eaux usées dans lesquelles ils sont transportés.

Mais en général, les experts en chimie soulignent qu’à la fin du processus de traitement, il reste moins de 1 % de ces composés.

Toutefois, dans le cas des déchets d’eau de Javel industrielle, ce chiffre peut être supérieur de 10 %.

2. L’eau de Javel est-elle écologique ?

Non, l’eau de Javel n’est pas écologique, mais l’ampleur de ses effets sur l’environnement dépend largement de la concentration restante de composés chlorés et de l’endroit où les déchets traités sont rejetés.

Une fois libéré dans l’environnement, le processus de dégradation naturelle commence.

Plus de 90 % des sous-produits restants seront ensuite dégradés par l’exposition à la lumière, l’absorption et l’eau, avec une demi-vie de quelques secondes à quelques heures.

Toutefois, ces dernières années, l’utilisation de l’eau de Javel a considérablement augmenté.

En raison de la pandémie, les experts affirment que l’utilisation de l’eau de Javel à base de chlore a augmenté de plus de 48 %.

C’est ainsi qu’ils ont constaté :

  • Effets néfastes sur le sol et les plantes
  • Formation de sous-produits cancérigènes
  • Des conséquences néfastes sur les micro-organismes et l’écosystème.
A lire aussi :  Conscience environnementale : Évaluation de la biodégradabilité des savons

D’autres études ont également suggéré que l’utilisation d’eau de Javel dans les ménages peut provoquer une réaction chimique qui libère du tétrachlorure de carbone dans l’air et l’atmosphère.

Le tétrachlorure de carbone est une substance interdite qui contribue à l’appauvrissement de la couche d’ozone.

L’étude souligne qu’entre 0,06 et 1 230 tonnes de tétrachlorure de carbone pourraient être libérées par inadvertance dans l’atmosphère à la suite de l’utilisation de l’eau de Javel.

3. L’eau de Javel est-elle toxique ?

L’eau de Javel, en tant que substance, est très toxique. Mais le risque d’exposition à la toxicité est faible.

En effet, elle réagit à la peau et aux muqueuses de l’homme et de l’animal, provoquant une corrosion au contact, qu’elle soit diluée ou concentrée.

Toutefois, les cas d’exposition fatale ou dangereuse à l’eau de Javel ne se produisent généralement pas pendant ou après le traitement.

Les cas les plus fréquents de dommages environnementaux toxiques sont le résultat de déversements ou d’accidents au cours du transport.

De même, les incidents impliquant des êtres humains résultent le plus souvent d’une exposition accidentelle ou intentionnelle.

Cela dit, on a signalé des cas d’eaux usées non traitées ou d’écoulement d’eaux de drainage qui ont conduit à la contamination de réserves d’eau par l’eau de Javel elle-même ou par les sous-produits qu’elle crée.

Mais même dans ce cas, il s’agirait d’une répercussion d’une mauvaise utilisation.

4. L’eau de Javel est-elle biodégradable ?

Sous sa forme pure, l’eau de Javel n’est pas biodégradable car il s’agit d’une substance inorganique.

Une substance inorganique est un composé chimique dont la structure ne comporte aucune liaison carbone.

Les scientifiques expliquent que pour qu’une substance soit biodégradable, elle doit avoir une source de carbone que les micro-organismes peuvent décomposer pour l’utiliser comme énergie.

À première vue, l’eau de Javel n’est pas biodégradable, mais elle est très réactive, ce qui signifie qu’elle peut se décomposer – en ce sens qu’elle est toujours décomposée, mais pas par des organismes vivants.

Au contraire, comme nous l’avons vu, il réagit avec l’eau et subit un traitement.

Il se retrouve alors sous une forme décomposée, constituée de composés organiques qui peuvent être biodégradés.

En d’autres termes, l’eau de Javel est biodégradable lorsqu’elle est utilisée et traitée correctement.

A lire aussi :  Les lingettes démaquillantes sont-elles mauvaises pour l'environnement ? 7 faits en bref

Mais on ne peut pas simplement jeter l’eau de Javel dans une décharge ou dans une source d’eau propre sans qu’elle ne soit nocive.

5. L’eau de Javel est-elle durable ?

L’eau de Javel n’est pas considérée comme un produit de nettoyage durable, en raison de son impact négatif sur l’environnement et de la formation de sous-produits potentiellement toxiques au cours du processus de traitement.

Toutefois, cela s’explique principalement par sa forme concentrée.

L’efficacité moyenne de l’élimination de l’eau de Javel et de ses sous-produits des eaux usées étant généralement supérieure à 90 %, on pourrait affirmer qu’elle n’est pas incompatible avec les objectifs de développement durable.

Les Nations unies définissent le développement durable comme le fait de « répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins ».

Si l’eau de Javel est utilisée correctement, cela ne semble pas aller à l’encontre de cet objectif.

Cependant, comme nous le savons, cela exige une attention réelle et minutieuse aux procédures que nous employons pour travailler et remédier aux dommages que l’eau de Javel peut causer.

Étant donné qu’il y a eu plus de 45 500 cas d’empoisonnement liés aux désinfectants et aux nettoyants en 2020, et que plus de 600 sous-produits de l’eau de Javel ont été détectés dans divers environnements aquatiques en 2019, il semblerait que nous ne disposions pas actuellement d’un système dans lequel l’eau de Javel pourrait être considérée comme durable.

6. Existe-t-il des alternatives écologiques à l’eau de Javel ?

Oui, il existe de nombreuses alternatives écologiques à l’eau de Javel. Par exemple :

  • le vinaigre blanc
  • le jus de citron
  • Le bicarbonate de soude
  • Peroxyde d’hydrogène
  • Savon de Castille
  • Huiles essentielles d’agrumes
  • Extrait de pépins de pamplemousse

Bien entendu, pour tout produit destiné au nettoyage, il est essentiel de prendre les mesures de sécurité qui s’imposent en matière d’utilisation et d’élimination.

De nombreux produits que nous considérons comme écologiques, comme l’eau de Javel, ne le sont que lorsque nous les utilisons de la manière prévue.

Bouton retour en haut de la page