Biodiversité

Les différentes méthodes et causes de la pêche illégale qui affectent notre vie marine

La pêche illégale désigne les activités de pêche menées par des navires étrangers sans autorisation dans les eaux contrôlées par un autre État, ou qui enfreignent ses règles et règlements en matière de pêche d’une autre manière.

En d’autres termes, il s’agit d’activités de pêche qui contreviennent aux réglementations et aux lois sur la pêche, comme le refus de reconnaître les périodes de pêche et la récolte de poissons dans des zones marines ou aquatiques protégées. La plupart des poissons pêchés illégalement sont vendus sur le marché noir et représenteraient entre 14 et 33 % des prises légales mondiales. Examinons les différentes causes qui influencent la pêche illégale et qui se manifestent de différentes manières.

Les différentes méthodes de pêche illégale

1. Le chalutage de fond

Le chalutage de fond est l’une des méthodes de pêche les plus dommageables. Il s’agit d’une technique industrielle qui utilise d’énormes filets lestés qui sont traînés au fond de la mer, ramassant et écrasant tout ce qui se trouve sur leur passage, des poissons aux plantes aquatiques.

De nombreuses espèces, notamment celles qui sont menacées d’extinction, sont capturées accidentellement et, une fois remises à la mer, elles sont généralement mortes. Ces dommages collatéraux, également appelés rejets, peuvent atteindre 80 % ou 90 %.

En outre, de grandes parties des fonds marins, les territoires où les poissons vivent et cherchent leur nourriture, sont compressées au cours du processus. Les grands filets utilisés pour le chalutage de fond ont une grande gueule et laissent des cicatrices sur les fonds marins qui peuvent même atteindre 4 kilomètres de long.

Les dommages causés à l’écosystème par cette méthode peuvent être permanents dans certains cas. Le chalutage de fond remue également des sédiments qui peuvent être toxiques, créant parfois des eaux boueuses qui rendent la survie des espèces aquatiques difficile.

En outre, cette méthode de pêche détruit les caractéristiques naturelles de l’environnement où les plantes et les poissons vivent, se détendent, voire se cachent. Le fond des masses d’eau est constitué d’une biodiversité extraordinaire, et c’est ce que le chalutage de fond vient perturber.

Au cours des deux dernières décennies, par exemple, les chercheurs ont découvert de nombreuses zones marines dont la profondeur est comprise entre 400 et 2000 mètres et qui abritent des centaines, voire des milliers, de créatures.

Cette technique est surtout utilisée par les bateaux industriels en haute mer, parfois réglementée dans les eaux protégées. Le chalutage de fond a été accusé de contribuer largement à la surpêche et est souvent utilisé pour pêcher dans des zones marines interdites.

2. Prises accessoires

Les prises accessoires consistent à capturer accidentellement de nombreux types de vie aquatique lors de la capture d’autres poissons.

Il peut également s’agir de poissons de mauvaise taille, d’autres créatures qui ne sont pas consommées ou qui ne sont pas recherchées, ou encore d’espèces presque éteintes, notamment des oiseaux, des mammifères aquatiques et des tortues.

En d’autres occasions, certains poissons sont rejetés parce que le bateau de pêche n’a pas de permis ou manque de place, et parfois le capitaine peut changer d’avis sur la capture d’un poisson particulier.

La grande quantité de prises accessoires, qui s’élève à des millions de tonnes par an, est rejetée dans les masses d’eau, blessée ou morte.

Un rapport actualisé du WWF estime que 40 % des captures marines mondiales sont des prises accessoires et que, dans de nombreux cas, les poissons éliminés sont immatures.

Les conséquences sont évidemment néfastes puisque la capacité des créatures marines à se reproduire devient beaucoup plus difficile. Outre la pression exercée sur les créatures aquatiques, les prises accessoires représentent un gaspillage grotesque de nourriture, tant pour les prédateurs que pour les humains.

3. Utilisation d’explosifs ou pêche à l’explosif

L’utilisation d’explosifs pour faire sauter les poissons est une méthode qui est utilisée depuis des années. Les explosions ont la capacité de créer de très grands cratères de 10 à 20 mètres carrés sur les fonds marins.

En plus de tuer les poissons visés, elles tuent également les autres espèces voisines. Lorsque les récifs coralliens sont détruits, la restructuration peut prendre des années.

Les explosifs sont couramment utilisés parce qu’ils sont facilement accessibles et bon marché, comme la dynamite ou les bombes artisanales fabriquées à partir de matériaux disponibles localement. En outre, leur réglementation provient des entreprises de construction et des sociétés minières. D’autres explosifs peuvent être récupérés de vieilles munitions, des guerres passées et présentes. Dans d’autres endroits, les pêcheurs ont accès aux explosifs par le biais du commerce illégal.

4. La pêche fantôme

La pêche fantôme consiste à laisser délibérément ou involontairement des objets de pêche dans un plan d’eau. Les filets de pêche continuent de capturer des poissons et d’autres créatures, grandes et petites, et les poissons finissent par mourir de fatigue ou de suffocation après une longue lutte pour atteindre le sommet afin de respirer.

A lire aussi :  Arrêtez de cueillir des plantes de pénis carnivores, plaident les responsables cambodgiens de l'environnement.

L’acte d’abandonner ou de perdre des filets de pêche en mer a été intensifié par l’augmentation des activités de pêche et l’introduction de filets de pêche synthétiques qui sont très durables.

5. La pêche au cyanure

La pêche au cyanure implique que des plongeurs écrasent des comprimés de cyanure dans des bouteilles d’eau en plastique et soufflent dans la concoction pour confondre et enfermer les poissons vivants dans les récifs coralliens. Cette méthode est pratiquée dans toute l’Asie du Sud-Est, bien qu’elle soit illégale dans de nombreux pays de la région.

La méthode a été initialement utilisée dans les années 1960 aux Philippines afin d’obtenir des poissons vivants pour les vendre aux aquariophiles d’autres pays, un marché qui s’est considérablement développé. Aujourd’hui, la méthode est utilisée pour fournir des poissons aux restaurants de Hong Kong et de Singapour.

La méthode du cyanure est très nocive pour les créatures qui l’avalent. Des recherches montrent que les poissons d’aquarium qui ont ingéré du cyanure développent un cancer dans l’année qui suit leur achat. On dit aussi qu’un mètre carré du récif corallien est détruit pour chaque poisson capturé avec la technique du cyanure.

6. Muro-ami

Cette méthode de pêche illégale est surtout utilisée en Asie du Sud-Est. Elle consiste à utiliser un énorme filet encerclant avec un certain nombre d’outils de martèlement, généralement des pierres lourdes ou des blocs de ciment fixés à la surface, afin de faire sortir les poissons des récifs coralliens. Les pêcheurs martèlent les récifs coralliens avec les blocs de ciment, ce qui effraie les poissons.

Normalement, les poissons n’ont pas peur, mais les pierres et les blocs s’écrasent sur les récifs coralliens, laissant les poissons sans endroit où se cacher et finissant par se faire prendre. L’effondrement continu des récifs coralliens détruit l’écosystème aquatique des fonds marins, qui met des années à se reconstituer.

Dans le pire des cas, ils ne repoussent jamais. L’utilisation ininterrompue de la technique du Muro-ami pourrait conduire à l’éradication totale des écosystèmes des récifs coralliens en Asie du Sud-Est au cours de la prochaine décennie, car on rapporte que les récifs touchés par la pêche au Muro-ami mettent des centaines d’années à se reconstituer.

7. Kayakas

Le kayakas est également connu sous le nom de bahan, bahiglukay, lukayan, filet maillant, filet à anneaux ou bahan. Cette méthode est la version locale plus petite du « Muro-ami » avec des troncs de bambou ou d’arbre et des feuilles de cocotier ou d’autres matériaux comme épouvantails pour chasser les poissons des récifs coralliens.

8. La surpêche

On appelle surpêche le fait de capturer plus de poissons que ne peut en reproduire naturellement la population restante. Il existe des « limites de prises » pour la pêche récréative et commerciale afin d’assurer une gestion adéquate des différentes espèces de poissons. Les pêcheurs récréatifs contribuent à la surpêche en gardant plus de poissons que les lois fédérales ou d’État ne l’autorisent. La surpêche a un impact négatif sur la biodiversité aquatique car chaque organisme vivant joue un rôle particulier dans le maintien de l’équilibre d’un écosystème.

9. Pêche électrique

En utilisant de l’électricité générée par des piles sèches, des générateurs électriques ou d’autres sources, cette méthode illégale permet de tuer, de stupéfier, d’invalider ou de rendre inconscients les souhaits et autres animaux aquatiques. La possession de l’un de ces objets constitue une présomption que celui-ci a été utilisé pour la pêche.

10. Substances nocives ou vénéneuses

Les extraits de plantes, les produits chimiques (tels que le cyanure) et autres substances,

brutes ou traitées, sont utilisées dans cette méthode pour tuer, stupéfier, rendre invalide ou inconscient les poissons et autres animaux aquatiques. L’utilisation d’extraits de plantes pour éradiquer les prédateurs dans les étangs à poissons doit rester dans des limites acceptables, et ne doit pas provoquer d’empoisonnement dans les eaux voisines. Les pesticides de synthèse (Brestan, Aquatin) sont également interdits dans les étangs à poissons.

11. Détention de poissons de taille inférieure ou supérieure à la normale

Les limites de longueur garantissent qu’une plus petite population de poissons peut être récoltée. Cela réduit la pression exercée sur les juvéniles et les poissons de plus grande taille destinés à la reproduction, nécessaires au repeuplement.

Les causes de la pêche illégale qui affectent notre vie marine

La pêche illégale est fortement encouragée par l’absence de gestion adéquate des zones de pêche et par des politiques de pêche laxistes. Voici quelques-unes des causes de la pêche illégale :

1. Systèmes réglementaires laxistes dans la délivrance des permis de pêche

Lorsqu’il n’y a pas de sanctions sérieuses, l’idée de la pêche INN (pêche illégale, non déclarée et non réglementée) est très rentable. On affirme que peu de nations ont mis en œuvre des niveaux de réglementation efficaces pour dissuader la pêche illégale.

A lire aussi :  Cet escargot à coquille de fer est totalement métallique...et maintenant il est en danger.

La mise en œuvre de règles telles que la confiscation des captures et des bateaux de pêche sera très efficace pour réduire ces cas.

En outre, de nombreux pêcheurs utilisent des sociétés d’exploitation contrefaites, et leurs noms changent constamment afin d’éviter les sanctions en cas de problème.

2. Manque de fonds ou de ressources suffisants pour la surveillance et le suivi

Les États financièrement faibles se fixent d’autres priorités que la surveillance de la pêche maritime. Ceux qui ont des politiques de pêche illégale ont tendance à payer leur personnel à des salaires très bas, ce qui encourage les propriétaires de navires à en profiter.

Les États financièrement faibles disposent également de bateaux et d’avions de patrouille maritime mal entretenus, ce qui laisse le champ libre aux pêcheurs illégaux pour agir à leur guise.

3. Situation économique et sociale

Les recherches montrent qu’un grand nombre de pêcheurs impliqués dans la pêche illégale sont pour la plupart issus de pays en développement, dont l’économie connaît une croissance lente et dont les conditions de vie sont médiocres.

Le même scénario est également enregistré dans les pays développés. Qui plus est, les personnes en situation financière et sociale précaire se voient offrir un travail là où la pêche illégale a lieu ; elles sont abusées et ne bénéficient même pas de la protection sociale.

Ce cycle de pauvreté sans fin et la nécessité d’avoir une source de revenus encouragent la pêche illégale dans des continents comme l’Asie, l’Amérique latine et l’Afrique.

4. Absence d’activités de supervision, de contrôle et de surveillance appropriées

Comme on pouvait s’y attendre, le nombre d’initiatives de supervision, de contrôle et de surveillance permet d’exercer un contrôle considérable sur la pêche illégale. Il donne des indicateurs utiles aux opérateurs de pêche légaux et décourage les rebelles probables.

Voici quelques-uns des aspects notables de cette catégorie :

  • Manque de connaissances concernant les populations de poissons et les quotas dans une norme universelle.
  • Peu ou pas de règles concernant les pratiques de pêche, ce qui encourage les flottes de pêche à contourner les zones qui ont des réglementations. C’est le cas dans la plupart des eaux internationales.
  • Problèmes avec les organismes de dédouanement et d’importation où la provenance du poisson n’est pas remise en question.

5. Une forte demande de poisson INN

Lorsque les prix du poisson augmentent, le besoin de s’en procurer illégalement augmente également et les gains financiers de la pêche INN recherchent les créatures qui se vendent cher. Par exemple, on estime que les pertes financières cumulées dues à la pêche INN de la légine australe se sont élevées à environ 518 millions de dollars entre 1996 et 2000.

6. Faible risque et rendement élevé

Historiquement, la pêche illégale est une activité à faible risque et à haut rendement. En d’autres termes, les risques d’être pris sont relativement faibles, tout comme les coûts des amendes et des poursuites judiciaires, surtout si on les compare aux énormes profits qui peuvent être réalisés en vendant le poisson. Certains pêcheurs contournent la loi pour augmenter leurs prises, en profitant de la réglementation inégale du secteur de la pêche commerciale et de la faiblesse des régimes d’application en mer. Les risques valent la peine d’être pris car les récompenses sont énormes et les risques d’être pris sont faibles.

7. La surveillance est coûteuse

Les coûts d’achat, d’entretien et de fonctionnement des bateaux et avions de patrouille sont très élevés. Ils doivent passer suffisamment de temps en mer ou dans les airs pour que le contrôle soit efficace. Or, dans certains États, même s’ils sont disponibles, ils ne sont pas opérationnels en raison des problèmes logistiques que sont le manque de carburant, de régime d’entretien approprié, etc.

8. Manque d’intérêt des autorités

Les autorités compétentes ne disposent pas d’un personnel suffisant et correctement formé. La motivation des autorités à investir dans le personnel concerné est faible. Les États financièrement faibles fixent d’autres priorités. Les salaires sont bas et les propriétaires de navires profitent de cette situation pour effectuer des paiements irréguliers aux observateurs/administrateurs des pêches afin de dissimuler leurs activités.

Bouton retour en haut de la page