Nourriture

L’impact environnemental de la production de sucre

Une phrase à la mode que l’on entend souvent est : « Ne prenez pas trop de sucre ». Mais ce n’est pas la raison pour laquelle nous sommes ici.

Au-delà des risques pour la santé d’un excès de sucre dans l’organisme, il y a plusieurs questions qui se posent. C’est là qu’interviennent les effets du sucre sur l’environnement.

En général, le processus de production du sucre a divers effets sur l’environnement. Bien que les gens n’en soient pas conscients ou qu’ils essaient de l’éviter, il s’agit d’un élément essentiel.

Vous savez donc comment le sucre et sa production affectent l’environnement, c’est pourquoi nous avons rédigé cet article.

Dans cet article, nous allons parler des impacts environnementaux du sucre. Entrons dans le vif du sujet.

Qu’est-ce que le sucre ?

Lorsque vous entendez le mot « sucre », vous pensez probablement à des produits sucrés. Vous n’avez pas tout à fait tort. Si le sucre englobe les sucreries, il s’étend à divers composés sucrés, hydrosolubles et incolores présents naturellement chez les animaux et les plantes.

Il comprend les glucides et d’autres sources alimentaires telles que les légumes, les fruits, les noix et les aliments contenant du sucre raffiné.

La production de sucre nuit-elle à l’environnement ?

Des recherches ont montré que la production de sucre a un effet dévastateur sur le sol, l’air et l’eau. Cet effet est encore plus marqué dans les écosystèmes tropicaux proches de l’équateur.

La recherche montre également que la production de sucre est la première cause de perte de biodiversité par rapport à d’autres cultures. Cela est principalement dû à l’utilisation intensive de l’eau, à l’utilisation massive de produits chimiques agricoles toxiques, au rejet important d’eaux usées polluées et à la destruction de divers habitats pour les plantations.

Malheureusement, ces effets sont aggravés année après année par le rythme effréné de la production de sucre. Par exemple, vous serez surpris d’apprendre que chaque année, dans environ 120 pays, plus de 145 millions de tonnes de sucre sont produites. Et c’est sans compter les quelque 10 millions de tonnes produites en Asie.

Ainsi, chaque année, la production de sucre contribue de manière significative à la dégradation de l’environnement dont vous entendez parler.

Si vous avez des doutes sur les dommages importants causés par la production de sucre, il suffit de jeter un coup d’œil à la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Aujourd’hui, la fertilité des sols a diminué de 40 % en l’espace de 30 ans, à cause de la production de sucre.

De même, plusieurs fleuves, tels que le Niger, le Zambèze, le Mékong et l’Indus, ont connu une réduction significative de leur teneur en eau en raison de la production de sucre. Donc, si vous vous demandez si la production de sucre nuit à l’environnement, la réponse est claire. Oui, elle l’est.

Le brûlage de la canne à sucre est-il mauvais pour l’environnement ?

Vous vous souvenez sans doute que plus de 145 millions de tonnes de sucre sont produites chaque année. La canne à sucre représente 60 à 70 % de la production totale.

En général, l’utilisation de la canne à sucre pour la production de sucre implique de brûler la canne à sucre. Et cela se fait à la ferme. En général, les agriculteurs brûlent la canne à sucre afin de réduire le nombre de matières étrangères feuillues qui arrivent à l’usine.

A lire aussi :  Comment le stress influe-t-il sur l'appétit?

Il faut savoir que ce processus est tout à fait justifié, car il présente plusieurs avantages. Par exemple, il réduit le coût global de production et favorise une récolte efficace. Il permet également de réduire la saison de récolte et l’usure des équipements de l’usine, entre autres.

Toutefois, si elle présente divers avantages pour les agriculteurs et les producteurs de sucre, il n’en va pas de même pour l’environnement. Le brûlage de la canne à sucre a des effets négatifs sur l’environnement, principalement en provoquant une pollution de l’air.

La combustion des parties feuillues de la canne à sucre entraîne l’émission de diverses substances toxiques et dangereuses qui peuvent affecter la qualité de l’air. Les nitrates, les composés de carbone et les sulfates sont des exemples de ces substances.

Ces substances sont ensuite liées à la menace du changement climatique. Par exemple, une combinaison de divers composés provenant de la combustion de la canne à sucre réduit l’efficacité de l’oxydation et augmente les concentrations d’ozone.

Pire encore, la combustion de la canne à sucre a également un effet significatif sur la santé humaine. Et cela devient encore plus convaincant si l’on considère que nous faisons partie de l’environnement.

Par exemple, la combustion de la canne à sucre entraîne une pollution par les particules. Ces particules se retrouvent généralement dans les poumons. Cela entraîne souvent divers problèmes de santé.

Par exemple, la recherche montre que ces particules dans les poumons sont liées à un rythme cardiaque irrégulier, à des maladies pulmonaires ou cardiaques et à des crises cardiaques non mortelles. Elles entraînent également une réduction de la fonction pulmonaire, ce qui se traduit par une aggravation de l’asthme, des difficultés respiratoires et de la toux.

En outre, la combustion de la canne à sucre produit diverses toxines qui provoquent des lésions hépatiques, des lésions neurologiques, des maux de tête et de la somnolence.

L’industrie sucrière contribue-t-elle à la pollution de l’eau et de l’air ?

Jusqu’à présent, il est facile de conclure que l’industrie sucrière contribue de manière significative à la pollution de l’eau et de l’air. Même en brûlant la canne à sucre, on peut dire que l’industrie sucrière est polluante.

Cependant, la vraie question devrait être de savoir comment l’industrie sucrière contribue à la pollution de l’eau et de l’air. Voyons cela de plus près.

La pollution de l’air

Si vous vous demandez ce qu’implique la pollution de l’air, c’est simple. Il s’agit d’une modification induite de la qualité de l’air. En général, ce changement est dû à l’émission de substances toxiques et dangereuses, qui rendent l’air dangereux pour la santé humaine et animale.

L’industrie sucrière contribue à la pollution de l’air principalement par le biais de la « bagasse ». Ce qui est particulier, c’est que cette industrie utilise également la bagasse comme combustible pour ses activités.

En général, la bagasse est utilisée pour alimenter les chaudières de l’industrie sucrière. Ce processus entraîne l’émission de polluants tels que le dioxyde de soufre, le monoxyde de carbone et l’oxyde d’azote.

En outre, les unités de fermentation du jus et les évaporateurs sont d’autres sources d’émission qui entraînent une pollution de l’air.

A lire aussi :  13 bienfaits exceptionnels de l'huile de chanvre sur votre peau et vos cheveux

Pollution de l’eau

Tout comme la pollution de l’air, la pollution de l’eau implique une modification induite de la qualité de l’eau. Ce changement est généralement dû à l’émission de substances toxiques et dangereuses, qui rendent l’air dangereux pour la santé humaine et animale. Elle rend également l’eau moins utile et moins souhaitable lorsqu’elle est utilisée pour des activités agricoles et récréatives.

L’industrie sucrière contribue de manière significative à la pollution de l’eau par les eaux usées. Au cas où vous vous demanderiez de quoi il s’agit. Il s’agit d’un liquide qui existe en tant que sous-produit de la production de sucre. Voici quelques exemples d’eaux usées :

  • Eau de lavage de la canne : résultat du lavage de la canne.
  • Effluent de la minoterie : effluent provenant des machines à moudre, des lavages de sol et des déversements.
  • Eau de lavage des toiles de filtre-presse : résultat du lavage du filtre-presse
  • Effluents de la vaporisation
  • Effluents de mélasse : débordements et fuites du réservoir de stockage de la mélasse.

Dans la plupart des cas, ces eaux usées contiennent une forte concentration de solides, de chlorure, de nitrate, de magnésium, de calcium et de sulfate.

Ces substances peuvent réduire la présence d’oxygène dans les masses d’eau, ce qui menace la vie aquatique. De plus, en raison de cette concentration, ces masses d’eau deviennent impropres à l’utilisation.

Les sucreries respectent-elles les normes environnementales ?

Diverses normes et exigences existent pour protéger l’environnement de la pollution et d’autres activités nuisibles. En général, ces normes s’appliquent à l’industrie sucrière. Et ce d’autant plus qu’elle a des tendances destructrices sur l’environnement.

Ces diverses normes portent sur les émissions et les rejets maximaux et sur la réglementation de multiples activités. Par exemple, lorsqu’il s’agit de brûler la canne à sucre, il existe des procédures recommandées.

Cependant, il est assez difficile de mesurer le degré de conformité des sucreries avec ces normes existantes. Il est toutefois plus facile de conclure que ces normes sont généralement imposées par l’Agence de protection de l’environnement et qu’elles sont donc respectées dans une certaine mesure.

Par exemple, en Louisiane, le brûlage doit être effectué par un gestionnaire certifié de brûlage dirigé. Et ce, afin de garantir que le brûlage n’entraîne qu’un minimum de dommages pour l’environnement.

Conclusion

Le sucre fait partie intégrante de notre vie. C’est pourquoi sa production est répandue dans plus de 12o pays. En fait, plus de 60 millions d’hectares sont aujourd’hui spécialement consacrés à la production de sucre dans le monde.

Cependant, la production de sucre a un impact négatif important sur l’environnement. Qu’il s’agisse de la pollution de l’eau, de la pollution de l’air ou des risques pour la santé, la production de sucre continue de nuire à l’environnement. Néanmoins, divers efforts sont déployés pour en réduire les effets. Il est à espérer qu’avec le temps, l’étendue de leur efficacité pourra être mesurée efficacement.

Bouton retour en haut de la page