Energies Renouvelables

New York fait un bond en avant en matière de sources d’énergie renouvelables

L’État de New York fait un pas en avant pour se désengager des combustibles fossiles. Le gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo, et le contrôleur de la ville de New York, Scott Stringer, ont publié des propositions distinctes visant à retirer les fonds de pension de l’État et de la ville des entreprises de combustibles fossiles tels que le pétrole, le gaz et le charbon.

L’État prévoit de désinvestir près de 400 milliards de dollars de cette industrie dans le but de dé-carboniser les fonds de pension. Il s’agit d’un geste à la fois énorme et risqué pour New York, car le fonds commun de l’État est le troisième plus important des États-Unis.

Différents écologistes et organisations environnementales célèbrent cette avancée majeure dans le mouvement mondial pour le désinvestissement des combustibles fossiles. Après cinq ans d’un puissant plaidoyer de la part de nombreux écologistes et d’activités liées au climat, l’État et la ville ont déjà pris des mesures pour s’impliquer dans cette proposition.

Il convient de noter que ces propositions ne sont pas que de simples hypothèses. Une étude de l’initiative Carbon Tracker indique que la Terre ne peut brûler que 800 gigatonnes supplémentaires d’équivalent carbone pour rester sous la limite des deux degrés Celsius.

Une autre étude de l’Oil Change International montre que le monde brûlerait environ 982 gigatonnes d’équivalent carbone si tout le monde brûlait toutes les ressources en combustibles fossiles. D’après ces deux études, une chose est sûre : la combustion de combustibles fossiles doit être arrêtée le plus rapidement possible si nous voulons rester sous la limite des deux degrés Celsius.

Dans un communiqué, le gouverneur Cuomo a déclaré que l’État de New York a déjà fait d’immenses progrès pour garantir une énergie propre et renouvelable. Grâce à la norme nationale en matière d’énergie propre, au développement de l’énergie éolienne en mer et à l’investissement agressif dans l’économie des technologies propres, a-t-il poursuivi, le fait d’éloigner le Fonds commun des investissements dans les industries des combustibles fossiles contribuera à protéger l’épargne-retraite des habitants de New York.

A lire aussi :  Les différents avantages et inconvénients de l'énergie de la biomasse

Le gouverneur Cuomo a également indiqué qu’il travaillait déjà avec le contrôleur de l’État de New York, Thomas DiNapoli, afin d’étudier comment le fonds commun de 200 milliards de dollars pourrait cesser d’investir de manière importante dans les combustibles fossiles afin de pouvoir réinvestir davantage dans les sources d’énergie renouvelables et une économie à faible émission de carbone.

Il convient de noter que le fonds de pension de New York détient des actions dans plus de 50 sociétés pétrolières et gazières. À elle seule, la société ExxonMobil a été investie à hauteur de près d’un milliard de dollars. Le désinvestissement de diverses entités polluantes comme ces industries de combustibles fossiles peut aider à atteindre les objectifs de New York en matière d’énergie propre.

Le gouverneur Cuomo a cité plusieurs exemples récents où le désinvestissement des combustibles fossiles était en cours de planification. La Norvège a l’intention de désinvestir son fonds souverain d’un billion de dollars dans les avoirs en gaz et en pétrole. De plus, la Banque mondiale annonce qu’elle cessera de financer l’exploration pétrolière et gazière après l’année 2019. Il s’agit de mesures importantes, mais qui pourraient s’avérer très utiles à long terme si nous voulons réduire notre empreinte carbone.

Dans le même temps, le contrôleur Singer a indiqué que la ville de New York envisageait d’examiner les moyens de dé-carboniser son portefeuille. Il a ajouté que cet examen comprend le désinvestissement des participations actuelles dans les entreprises de combustibles fossiles, la possibilité de cesser tout investissement supplémentaire dans les combustibles fossiles et l’augmentation des investissements dans les énergies propres et renouvelables.

Bill McKibben, l’un de ceux qui ont contribué à lancer le mouvement de désinvestissement, a déclaré que New York a finalement fait un grand pas vers le désinvestissement des combustibles fossiles. C’est le fruit d’un grand activisme. De plus, ce mouvement aura une résonance forte et évidente dans le monde entier car cette proposition est venue de la capitale de la finance mondiale : New York.

A lire aussi :  Quelles sont les différentes sources d'énergie renouvelables ?

Il convient de noter que plus de 800 institutions représentant plus de 5 200 milliards de dollars d’actifs se sont déjà engagées à désinvestir. En fait, d’autres institutions ont déjà coupé leurs liens avec les entreprises de combustibles fossiles. Il s’agit notamment de l’Université de Columbia, du Musée américain d’histoire naturelle et du Barnard College.

Rachel Rivera a également félicité le gouverneur et le contrôleur pour leurs projets. La membre de New York Communities for Change a félicité les législateurs pour avoir fait de New York l’État le plus avancé du pays en matière de lutte contre le changement climatique. Elle a déclaré qu’investir des fonds publics dans des sources de destruction du climat comme les combustibles fossiles n’est pas seulement une faillite morale pour l’État, mais aussi une mauvaise finance.

Aucune des propositions n’a donné de date limite pour le désinvestissement à 100 % proposé. M. Stringer a indiqué que son bureau soumettra son plan aux administrateurs du fonds de pension de la ville de New York dans les semaines à venir pour délibération. Cuomo, quant à lui, a déclaré qu’il s’associerait au contrôleur de l’État de New York, Tom Dinapoli, pour mettre en place un comité consultatif chargé de créer et de concevoir une feuille de route pour la décarbonisation.

Quoi qu’il en soit, il convient de noter que ces deux propositions auront un impact significatif sur New York et sur le reste du monde.

Bouton retour en haut de la page