Réchauffement climatique

Comment et dans quelle mesure les décharges contribuent-elles au réchauffement de la planète ?

Les déchets environnementaux, constitués de matières organiques et inorganiques provenant des foyers et des industries, vont directement dans les décharges. Or, une bonne gestion des décharges entraîne la production de méthane et d’autres gaz à effet de serre, ce qui a d’énormes utilités.

Ces gaz contribuent au réchauffement de la planète et à d’autres risques environnementaux, mais s’ils sont gérés efficacement, ils peuvent également servir à diverses fonctions utiles. Découvrons et discutons comment les décharges contribuent au réchauffement de la planète.

Dans quelle mesure les décharges contribuent-elles au réchauffement de la planète ?

Les décharges sont généralement situées dans des endroits souterrains recouverts d’argile et enveloppés d’une feuille de plastique souple. Des drains et des tuyaux sont prévus pour recueillir le liquide qui s’écoule facilement des ordures. Ce liquide, qui est principalement du lixiviat, est un fluide contaminé et est traité comme une eau usée.

À l’époque moderne, les décharges nécessitent un apport quotidien de terre fraîche jusqu’à ce qu’elles atteignent les déchets et soient recouvertes d’argile, puis d’une feuille de plastique.

Les déchets placés dans une décharge sont stockés et se décomposent lentement en l’absence d’oxygène. Les bactéries que l’on trouve dans les déchets organiques aident à leur décomposition, puis ils émettent un gaz appelé méthane, inflammable et très dangereux si on le laisse s’accumuler sous terre.

Le méthane, également connu comme un puissant gaz à effet de serre, est 25 à 72 fois plus puissant que le dioxyde de carbone, ce qui contribue finalement au réchauffement de la planète. La plupart des déchets organiques sont constitués de nourriture et de papier, ce qui témoigne du fait que le méthane a un fort potentiel d’émission.

Une étude réalisée au cours de la dernière décennie révèle qu’environ 7 milliards de personnes vivant dans le monde produisent 1,2 kg de déchets par tête, ce qui représente au final 1,3 milliard de tonnes par an. En 2025, ce chiffre atteindra presque 2,2 milliards de tonnes par an, et près de 60 % de ces déchets finiront dans des décharges.

Les décharges modernes recueillent le méthane par des tuyaux à des fins utiles comme le transport, la fabrication et la production d’électricité. C’est le fait le plus réjouissant pour les meilleures pratiques du secteur, même s’il ne reflète pas la situation sur le terrain.

La réduction des émissions de gaz à effet de serre pourrait être efficace pour atténuer le réchauffement de la planète, mais l’émission de gaz méthane par les décharges est également très importante. L’étude révélée en 2002 indique que les émissions de gaz à effet de serre provenant des déchets sont les plus élevées en Amérique du Nord, en Europe, au Japon, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Pourquoi les décharges sont-elles mauvaises pour l’environnement ?

Les produits utilisés par les gens sont régulièrement jetés, ce qui contient des produits chimiques toxiques. Ces produits finissent dans des décharges ou par être incinérés, ce qui pollue énormément l’air et l’eau. En 1988, l’EPA a souligné le fait que toutes les décharges finiront par fuir, ce qui inclut les eaux de ruissellement des industries transportant des produits chimiques toxiques, les déchets et les réserves d’eau.

Des études révèlent que le méthane est émis par les décharges et qu’il est plusieurs fois plus puissant que le dioxyde de carbone, ce qui en fait un puissant contributeur à notre crise environnementale contemporaine.

Les gaz nocifs émis par les décharges entraînent des malformations congénitales et d’autres problèmes graves. Même la post-fermeture des décharges peut entraîner des fuites ultérieures dans les installations qui sont utilisées comme parkings, terrains de jeux et terrains de sport. L’incinération de nos déchets entraîne la production de produits chimiques toxiques comme le plomb, le mercure, les dioxines et les furanes. Ils produisent des cendres toxiques, qui sont toutes présentes dans les décharges.

A lire aussi :  Qu'est-ce que l'effet de serre et quelles sont ses différentes causes

Les incinérateurs sont la pratique courante de la transformation des déchets en énergie, et ils libèrent de nombreux polluants au cours de ce processus. Les communautés sont confrontées à des problèmes de santé tels que le cancer et les maladies respiratoires. La gazéification peut être considérée comme écologique car elle permet de produire de l’énergie à partir de déchets, mais des toxines sont libérées dans l’air au cours de ce processus.

Les boues générées par les eaux usées sont souvent utilisées comme engrais dans les champs, les graviers et les forêts. Elles contiennent une quantité mesurable de polluants comme des métaux lourds, de la dioxine et d’autres matières toxiques. La présence d’agents pathogènes comme des bactéries, des virus, des germes humains et des parasites peut les rendre nuisibles à la santé humaine. L’odeur des boues est considérée comme une nuisance et une menace pour la santé publique. Elle peut entraîner des problèmes respiratoires ainsi que la mort.

La décharge contient des gaz comme l’azote et le sulfure d’hydrogène, qui peuvent provoquer une toux, une irritation des yeux, du nez et de la gorge, des nausées et d’autres difficultés respiratoires. Les problèmes de santé signalés chez les humains comprennent des maux de tête, des nausées, des irritations cutanées, une perte de poids, des troubles du sommeil, une obstruction nasale, des douleurs thoraciques et une aggravation des problèmes d’asthme.

Le méthane et le dioxyde de carbone présentent également plusieurs autres risques pour la santé, comme la fatigue, les nausées, les vomissements et la perte de conscience. Le fait que les anciennes décharges ne disposent pas toujours de dispositifs de contrôle des gaz peut aggraver la situation.

Les décharges contribuent-elles aux gaz à effet de serre ?

Lorsque vous sortez vos poubelles, vous vous sentez plus léger. Mais la décharge où tous vos aliments et déchets sont décomposés pourrait contribuer à la formation de méthane, un puissant gaz à effet de serre. Ce gaz est plusieurs fois plus puissant que le dioxyde de carbone, qui contribue au smog et à d’autres facteurs qui dégradent la santé.

Selon une étude, les déchets rejetés dans le monde représentent environ 800 millions de tonnes métriques, soit près de 11 % du méthane produit par l’homme. D’après une étude réalisée en 2010, les États-Unis sont le pays qui émet le plus de méthane au monde. Ils sont accompagnés d’autres pays comme la Chine, le Mexique, la Russie, l’Indonésie, le Canada, le Royaume-Uni, le Brésil et l’Inde. L’étude a été réalisée dans le cadre de la Global Methane Initiative, un partenariat entre le gouvernement et des groupes privés visant à réduire les émissions de méthane.

Les décharges passent par différents stades : elles peuvent être ouvertes ou recouvertes d’un couvercle qui laisse passer un peu d’oxygène, ou encore être fermées par un joint imperméable. Lorsque la décharge est fermée, elle a libéré la majeure partie du méthane et contribue ainsi aux émissions de gaz à effet de serre. Selon les estimations de l’EPA, la valorisation énergétique des gaz de décharge permet de capter 60 à 90 % du méthane émis.

A lire aussi :  30 mythes et réalités sur le réchauffement planétaire que tout le monde ignore.

Les décharges sont une source importante de méthane, le gaz le plus efficace pour les émissions de gaz à effet de serre. Les biosolides sont utilisés pour la création d’une terre végétale très spéciale pour recouvrir les décharges désaffectées. La terre végétale est connue pour contenir des micro-organismes, convertissant le méthane en dioxyde de carbone, qui est un gaz à effet de serre à moindre potentiel.

Il existe diverses dispositions permettant de réduire dans une large mesure les émissions de gaz à effet de serre. En raison des dégradations aérobies et anaérobies, des gaz à effet de serre comme le méthane, le dioxyde de carbone et le dioxyde d’azote sont produits par la décharge, ce qui contribue directement au réchauffement de la planète. Même le système de lixiviation contribue à l’ajout de gaz à effet de serre.

La quantité de gaz émis par les décharges est influencée par divers facteurs tels que la teneur en matières organiques, l’humidité, la température, le volume de la décharge et l’âge des déchets.

Comment le méthane est-il produit dans les décharges ?

La production de méthane se produit dans les décharges lorsque les matières organiques se décomposent, faisant pourrir la partie protéique. La réaction anaérobie se produit, et l’ammoniac, le sulfure de gaz se dégage, se combinant ainsi avec le dioxyde de carbone et produisant du méthane. La combinaison du carbone avec l’hydrogène forme le méthane. Si l’on considère la seule Europe, les décharges ont le potentiel de générer 94 milliards de mètres cubes de méthane chaque année.

Le méthane est généralement extrait en enfonçant des tuyaux ou des puits dans les décharges, puis en aspirant le gaz qui s’en dégage. Il n’y a pas besoin d’oxygène car cela empêcherait le processus de dégradation anaérobie. En général, les décharges sont recouvertes d’une membrane qui empêche l’oxygène de pénétrer dans le lieu.

La couche perméable reste prise en sandwich entre les deux couches semi-perméables d’argile à l’intérieur de la décharge. L’idée est de permettre au dioxyde de carbone contenu dans la décharge de se déplacer légèrement au-dessus de la pression atmosphérique. Une barrière est créée pour empêcher l’aspiration de l’oxygène à l’intérieur de la décharge.

Le méthane est aspiré du sol, et le dioxyde de carbone est aspiré à l’intérieur de la décharge. Après sa fermeture, une décharge produira du méthane pendant les 15 à 20 prochaines années. Plus tard, le méthane est pompé, et le dioxyde de carbone est refoulé à l’intérieur, ce qui permet la production de méthane ou de gaz à effet de serre.

Ce type de production de méthane à partir des décharges est assez répandu, et il est utilisé pour alimenter les véhicules ou chauffer les bâtiments voisins. Dans des pays comme le Royaume-Uni, le méthane produit par les décharges est utilisé comme carburant pour les bus.

De nombreuses procédures sont mises en place pour éviter l’émission de gaz à effet de serre (GES) par les décharges. Remplacer le méthane par du dioxyde de carbone réduira probablement dans une large mesure l’émission de gaz et le réchauffement de la planète de manière efficace.

Bouton retour en haut de la page