Réchauffement climatique

Le réchauffement climatique est-il réel ? Top 5 des arguments pour et contre

Le réchauffement climatique est un sujet brûlant de nos jours. Le débat sur le réchauffement climatique fait le tour du monde. Alors que peu le considèrent comme son plus grand défi de tous les temps, d’autres le considèrent comme un changement climatique qui s’est produit au début des années 90 et qui s’est effondré depuis lors.

Ceux qui croient que le réchauffement climatique a ses propres raisons scientifiques pour étayer ses affirmations ; d’autres ont leurs propres raisons de ne pas tenir compte de leur théorie. Comprendre le réchauffement climatique et son impact est important pour relever les défis qu’il pose.

réchauffement-climatique-dégradation-environnementale

Si vous voulez entamer une conversation animée la prochaine fois que vous sortez entre amis, demandez si les gens pensent que le réchauffement climatique est réel. C’est une question brûlante pour beaucoup et les arguments pour et contre le réchauffement climatique peuvent prêter à confusion car ils peuvent sembler utiliser les mêmes données pour prouver des résultats différents. Voici le top 5 des arguments pour et contre le réchauffement climatique.

En savoir plus sur le réchauffement climatique :

5 arguments pour prouver que le réchauffement climatique est réel

Les scientifiques qui soutiennent que le réchauffement climatique est réel fondent la plupart de leurs preuves sur l’interprétation du changement des niveaux de gaz dans l’atmosphère et l’océan.

Le réchauffement réel de la température est quelque chose qu’ils disent pouvoir documenter, mais la principale preuve est tirée de la détection de ce qui précède une élévation de température – le changement et l’effet des gaz atmosphériques sur l’environnement terrestre.

Argument 1 – Montée du niveau de la mer

Le niveau de la mer monte dans de nombreuses régions du monde. Ceci est en partie attribué à la fonte des calottes glaciaires et des glaciers, mais davantage aux modifications des gaz contenus dans la mer. Au cours de la dernière décennie, le niveau moyen mondial de la mer a doublé par rapport à la tendance du XXe siècle de 1,6 mm par an et s’accélère légèrement chaque année. Le niveau mondial de la mer a augmenté d’environ 8 pouces au cours du siècle dernier.

Selon une recherche sur l’élévation accélérée du niveau de la mer induite par le changement climatique détectée à l’ère de l’altimètre, elle indique que si le niveau de la mer continue de changer à ce rythme et à cette accélération, l’élévation du niveau de la mer d’ici 2100 (∼65 cm) sera plus du double la quantité si le taux était constant à 3 mm/an.

Argument 2 – Augmentation de la température moyenne de la Terre

La température mondiale augmente au cours du dernier siècle et demi continue. Surveillant les températures atmosphériques mondiales depuis les années 1800, les scientifiques signalent une augmentation constante avec une période plus forte dans les années 70, une accalmie dans les années 90 et un retour à la tendance à la hausse dans les années 2000.

Depuis la fin du 19e siècle, la température moyenne à la surface de la planète a augmenté d’environ 1,62 degrés Fahrenheit (0,9 degrés Celsius), un changement largement dû à l’augmentation du dioxyde de carbone et d’autres émissions d’origine humaine dans l’atmosphère.

La majeure partie du réchauffement s’est produite au cours des 35 dernières années, les six années les plus chaudes jamais enregistrées depuis 2014. NASA, NOAA Data Show, non seulement 2016 a été l’année la plus chaude jamais enregistrée, mais huit des 12 mois au total qui composent l’année de janvier à septembre, à l’exception de juin, a été la plus chaude jamais enregistrée pour ces mois respectifs.

Argument 3 – Hausse de la température des océans

L’augmentation du nombre de véhicules et d’industries a entraîné le piégeage des gaz à effet de serre dans l’atmosphère. L’augmentation de la chaleur dans l’atmosphère due aux émissions de gaz à effet de serre a été absorbée par les océans, les 700 premiers mètres (environ 2 300 pieds) de l’océan affichant un réchauffement de plus de 0,4 degré Fahrenheit depuis 1969.

Il y a plus de 50 ans de records de température documentés pour les océans qui ont enregistré une augmentation constante de sa température depuis 1969.

De plus, 2019 a été la plus chaude des 65 années d’observations océaniques, d’après l’analyse des chercheurs du NCEI et de l’Institut de physique atmosphérique de Pékin. Les cinq années les plus élevées jamais enregistrées pour la teneur annuelle en chaleur des océans (OHC) sont 2015-2019. « Ces données révèlent que les océans du monde ont été les plus chauds de l’histoire humaine enregistrée en 2019 », ont conclu les auteurs.

A lire aussi :  Quelles sont les preuves du réchauffement climatique?

Argument 4 – Le rétrécissement des glaciers

Les glaciers sont si sensibles aux fluctuations de température qu’ils fournissent des indices sur les effets du réchauffement climatique. Les glaciers de plusieurs chaînes de montagnes, notamment au Groenland et en Antarctique, diminuent de taille en raison de la réduction des gaz qui contribuent au maintien des températures et des changements climatiques de la région. C’est le cas presque partout dans le monde, y compris dans les Alpes, l’Himalaya, les Andes, les Rocheuses, l’Alaska et l’Afrique.

Des études menées par Gravity Recovery and Climate Experiment de la NASA montrent que le Groenland a perdu 36 à 60 miles cubes de glace chaque année entre 2000 et 2006.

Argument 5 – Acidification des océans

Depuis le début de la révolution industrielle, l’acidité des eaux de surface des océans a augmenté d’environ 30 %. Le niveau d’acide dans l’océan augmente, ce qui rend les océans du monde plus acides.

Cela est dû à l’émission de gaz plus nocifs comme le dioxyde de carbone dans l’atmosphère par les humains, qui est absorbé par les océans. Cela entraîne une augmentation de la prolifération d’algues et de la mort massive de poissons, ainsi qu’une modification de la composition chimique de l’eau.

La quantité de dioxyde de carbone absorbée par la couche supérieure des océans augmente d’environ 2 milliards de tonnes par an.

malheureux-futur-du-monde-réchauffement-climatique

5 arguments pour prouver que le réchauffement climatique n’est pas réel

De nombreux scientifiques plaident fermement contre le fait que le réchauffement climatique est réel. Ils se tournent souvent vers les mêmes preuves que ceux qui sont en faveur de prouver son existence, mais tirent des conclusions différentes. Ils examinent également certaines preuves non prises en compte dans d’autres arguments. Ces scientifiques s’en tiennent à une définition stricte du réchauffement climatique comme étant défini comme une élévation de la température atmosphérique ; ils ne considèrent pas les précurseurs atmosphériques comme des preuves valables.

Argument 1 – Aucun changement de température significatif et prolongé depuis 1997

Les scientifiques qui s’opposent au réchauffement climatique disent que le réchauffement climatique n’est pas réel car depuis les années 90, il n’y a pas eu de changement de température significatif. La hausse de la température a commencé à partir de 1975, s’est poursuivie jusqu’en 1997, et la température est restée stable depuis lors, ce qui indique clairement qu’il n’y a pas eu de changement significatif de température au cours des 17 dernières années.

La variabilité naturelle, les éruptions volcaniques et l’activité solaire relativement faible, le taux de réchauffement moyen de la surface de la planète de 1998 à 2012 ont été plus lents qu’ils ne l’avaient été pendant les deux à trois décennies qui l’ont précédé, ce qui a transformé le ralentissement en un slogan : « Le réchauffement climatique arrêté en 1998.

Dans des revues scientifiques et des rapports d’évaluation, les experts du climat ont décrit l’épisode comme une «pause» ou un «hiatus» dans le réchauffement rapide des décennies précédentes.

Argument 2 – Pas assez de données historiques disponibles

Il n’y a pas de consensus sur le fait que le réchauffement climatique soit réel parmi les scientifiques. Les partisans soulignent également le fait qu’un récent rassemblement de 31 000 scientifiques dans le domaine des sciences de l’environnement n’a pas pu parvenir à un consensus sur la réalité ou non du réchauffement climatique. Ils croient qu’ils n’ont pas de données climatiques historiques à long terme, ou que les données dont ils disposent ne sont pas claires.

Nous recherchons les indicateurs les plus clairs du changement climatique que nous pouvons présenter au public afin qu’il puisse comprendre ce qui se passe, faire face à la réalité et s’adapter.

Argument 3 – La glace arctique a augmenté de 50 % depuis 2012

La glace arctique a augmenté en volume de 50 % rien qu’en 2012. Les mesures de base de la glace arctique montrent qu’elle a augmenté en volume depuis 2012, ce qui plaide contre le réchauffement climatique, provoquant la fonte des calottes glaciaires.

A lire aussi :  Émissions de gaz à effet de serre : sources et effets

Climate Depot a rapporté que les derniers chiffres du National Snow and Ice Data Center, situé à l’Université du Colorado, montrent que l’étendue de la glace de mer a augmenté de 40% depuis 2012 – Le portail polaire danois, qui surveille la glace et le climat dans l’Arctique, signalé le 12 septembre de cette année.

Peu de gens ont même prédit que le réchauffement climatique entraînerait la fonte de toute la glace arctique, ce qui contredit leur version.

Argument 4 – Les modèles climatiques utilisés se sont avérés peu fiables

Les calculs des modèles climatiques utilisés pour prédire l’effet du réchauffement climatique se sont avérés erronés, ce qui signifie que les prédictions à long terme qu’ils ont faites n’ont aucun sens. Certains scientifiques affirment même que toute augmentation des températures mondiales pourrait être un changement climatique naturel.

Il est important de noter que les modèles informatiques ne peuvent pas prédire exactement l’avenir, car il y a tellement d’inconnues concernant ce qui pourrait arriver. Les scientifiques modélisent une gamme de climats futurs possibles en utilisant différents scénarios de ce à quoi le monde « ressemblera ».

Chaque scénario fait des hypothèses différentes sur des facteurs importants. La projection résultante du climat futur pour chaque scénario donne différentes possibilités pour la température mais dans une fourchette définie.

Argument 5 – Les premières prédictions sur les effets du réchauffement se sont avérées fausses

Les partisans qui promeuvent des arguments contre le fait que le réchauffement climatique est réel, pointent du doigt toutes les dates qui se sont succédées où des prédictions ont été faites sur des effets qui ne se sont jamais produits. Voici quelques exemples de prédictions erronées :

i) Al Gore a prédit que toute la glace arctique aurait disparu d’ici 2013. Mais, au contraire, la glace arctique a augmenté de 50 % depuis 2012.

ii) En janvier 1970, Life rapportait : « Les scientifiques disposent de preuves expérimentales et théoriques solides pour étayer… les prédictions suivantes : dans une décennie, les citadins devront porter des masques à gaz pour survivre à la pollution de l’air… d’ici 1985, la pollution de l’air aura réduit la quantité de la lumière du soleil atteignant la terre de moitié….”. Mais le cas n’est pas le même jusqu’à présent.

iii) Le climat, la prédicateur/scientifique Alexandria Ocasio-Cortez, a prédit l’année dernière que « nous sommes comme… le monde va finir dans 12 ans si nous ne nous attaquons pas au changement climatique ». Nous devons voir si cette prédiction faite l’année dernière à l’époque du Jour de la Terre 2019 se concrétisera.v

Quel argument croire ?

L’essentiel du problème réside dans le fait que les deux groupes utilisent des définitions différentes de la façon dont le réchauffement global apparaît dans le climat. C’est l’une des raisons pour lesquelles ceux qui soutiennent que le réchauffement climatique est réel utilisent maintenant le terme «changement climatique», car il reflète davantage le véritable problème.

L’autre problème réside dans la preuve, et dans les études qui tentent de prouver si oui ou non le réchauffement climatique est réel. Contrairement à la croyance populaire, les résultats de toutes les études scientifiques ne sont pas concluants.

Pour être considérées comme la preuve d’une hypothèse, les études doivent pouvoir être reproduites par d’autres et produire les mêmes résultats. Avec les études sur le réchauffement climatique, l’analyse de décennies de données météorologiques est souvent utilisée. Le premier problème est que les données météorologiques d’il y a 100 ans n’ont pas été conservées selon les normes modernes de preuve.

Le deuxième problème est que l’analyse est une interprétation ; vous pouvez vraiment y mettre n’importe quelle rotation. C’est pourquoi certains des arguments pour et contre la réalité du réchauffement climatique peuvent utiliser les mêmes données et aboutir à des conclusions différentes.

Bouton retour en haut de la page