Ecosystème

Comment le tourisme affecte-t-il l’environnement (Impact environnemental du tourisme) ?

Le tourisme, en termes simples, est une activité qui consiste à visiter des lieux d’intérêt, tant locaux qu’internationaux, et à explorer de nouvelles activités et expériences différentes pour les loisirs ou les affaires. Des pays comme les Maldives, les îles Vierges britanniques, la Chine et les Seychelles, et bien d’autres dans le monde, dépendent fortement du secteur du tourisme comme source de revenus.

Le secteur du tourisme mondial est la plus grande industrie, contribuant à hauteur de 2,9 trillions de dollars au PIB ; la France, les États-Unis, l’Espagne, la Chine et l’Italie étant les principales destinations mondiales. À l’échelle mondiale, le tourisme génère des revenus et constitue l’un des secteurs à la croissance la plus rapide pour de nombreux pays. Mais si le tourisme de masse, international ou local, a de nombreux effets positifs sur l’environnement, il a aussi ses inconvénients.

En tant que tel, l’investissement dans les options de tourisme durable peut mettre en place des politiques ou un cadre qui peuvent aider à protéger l’environnement tout en stimulant l’industrie du tourisme au niveau mondial. Cet article met en lumière les impacts positifs et négatifs du tourisme sur l’environnement. Les impacts positifs du tourisme sur l’environnement sont les suivants :

Impact environnemental du tourisme

1. Prise de conscience et sensibilisation aux options du tourisme durable.

Au fil du temps, le tourisme a suscité une prise de conscience de la conservation, de la protection et du maintien d’une flore et d’une faune exotiques fragiles, souvent en voie d’extinction, dans l’écosystème.

Des organisations telles que le Fonds mondial pour la nature, le Programme des Nations unies pour l’environnement et Nature Conservancy ont défini des stratégies, des politiques et des programmes qui vont dans le sens de l’agenda du tourisme durable. Les touristes internationaux et locaux, ainsi que les habitants, sont également de plus en plus conscients de la valeur de la préservation et du maintien de l’environnement.

2. L’adoption et la mise en œuvre de mesures réglementaires

En adoptant des mesures réglementaires pour limiter les aspects négatifs potentiels du tourisme, le gouvernement a pu compenser un certain nombre d’impacts environnementaux destructeurs.

Ces mesures comprennent le contrôle du nombre de touristes, l’identification et la limitation de l’accès aux zones protégées, et la mise en place d’une législation restrictive visant à préserver l’environnement, comme les programmes de compensation des émissions de carbone. Grâce à ces politiques, il est devenu plus facile de préserver la vitalité et l’intégrité des sites touristiques et de protéger les ressources naturelles et les écosystèmes environnants.

3. Développement des infrastructures

L’amélioration des routes, des réseaux électriques, des télécommunications ainsi que des équipements sociaux sont quelques-uns des avantages qui ont été réalisés autour des communautés dans les sites de destination touristique. Cela permet d’améliorer le niveau de vie, en particulier dans les zones reculées, ainsi que le paysage et la nature esthétique d’une région.

4. Préservation des monuments historiques et du patrimoine culturel

Certains touristes internationaux cherchent à faire l’expérience de la diversité des cultures et de la différence des paysages par rapport aux leurs. Ce besoin entraîne une demande de la part des habitants locaux de conserver leur culture et de préserver leurs monuments historiques, qui deviennent une attraction touristique.

Certaines de leurs pratiques culturelles qui n’ont pas été érodées par la civilisation moderne sont liées à l’habitat naturel de la région. Des pratiques telles que l’utilisation d’herbes médicinales ou l’association de certains animaux sauvages à une signification historique aident à conserver et à préserver leur écosystème.

Malgré les avantages que présente le tourisme en tant qu’industrie à croissance rapide au niveau mondial, il a laissé derrière lui de nombreux impacts négatifs mal gérés et incontrôlés sur l’environnement qui justifient la nécessité de l’écotourisme ou des options de tourisme durable.

Voici quelques-uns des impacts négatifs des pratiques touristiques non durables qui devraient être portés à l’attention de la population :

A lire aussi :  Causes et effets de l'exploitation minière sur la santé humaine et l'environnement

5. Dégradation et perte d’écosystèmes naturels et de paysages esthétiques.

Le développement inapproprié d’infrastructures telles que le pavage extensif, l’extraction de sable et de plages, la construction non planifiée de stations balnéaires, d’hôtels, de routes, d’aéroports, de centrales électriques, de réservoirs et de systèmes d’élimination des déchets en raison de la fréquentation touristique a entraîné la congestion de zones fragiles et sensibles telles que les habitats naturels de la faune, les zones humides, les récifs coralliens, les lacs, les forêts, les minéraux, les océans, les sols fertiles et les bassins fluviaux.

L’empiètement sur l’habitat naturel des espèces végétales et animales pour construire des hôtels, des routes et des plages représente un grand risque pour les espèces menacées et pousse souvent les animaux sauvages à migrer à la recherche de zones moins encombrées ou à s’enfoncer plus profondément dans la forêt, où les environnements de reproduction, de prédation, de camouflage et d’alimentation peuvent être défavorables.

En plus de repousser la faune sauvage à l’intérieur des terres, les projets de développement affectent la plupart du temps le paysage et la nature esthétique des habitats naturels, détruisant ainsi la qualité qui en fait un site d’attraction touristique en premier lieu.

6. Entraîne divers types de pollution environnementale

Le tourisme dans son ensemble et certaines des actions des touristes ont, au fil du temps, eu un impact négatif sur les zones de destination en provoquant divers types de pollution environnementale, notamment de l’air, de la terre, de l’eau et du sol. Certains touristes, par exemple, jettent des détritus et laissent derrière eux des ordures ou des déchets tels que des emballages en plastique et des mégots de cigarettes dans le milieu environnant, ce qui entraîne respectivement une pollution des sols, une pollution par le plastique et une pollution par les cigarettes.

La pollution de l’eau due aux activités de navigation de plaisance a également été signalée. Selon les estimations d’Ocean Conservancy, par exemple, on estime à 70 000 tonnes les eaux usées produites chaque année par les navires de croisière dans les Caraïbes, ce qui affecte l’habitat naturel de la vie marine.

Parfois, la dégradation des sols peut également se produire sous la forme d’une érosion des sols, suite à la création de sentiers naturels, à la coupe de buissons et à l’obtention de bois de chauffage pour faciliter les activités de randonnée et de camping.

Le tourisme est également fortement associé à la pollution sonore pendant les saisons et les événements festifs, et notamment en raison des niveaux sonores élevés des voitures, des bus, des avions et des véhicules de loisirs qui peuvent causer de la détresse à la faune et même altérer les schémas d’activité naturels de la faune. Et comme le tourisme représente plus de 60 % de l’ensemble des déplacements aériens, il est également responsable d’une part importante de la pollution atmosphérique par le biais des émissions atmosphériques liées aux déplacements.

7. Épuisement des ressources naturelles et pression sur les ressources locales existantes

Lorsque le nombre de touristes qui visitent une région dépasse le niveau que cette région peut supporter, il en résulte une sur-utilisation des ressources locales disponibles et une pression sur l’environnement. Dans la plupart des cas, le tourisme exerce une pression sur les ressources naturelles locales déjà limitées en raison de la surconsommation.

La consommation de nourriture, d’eau douce et d’électricité dans les hôtels et les centres de villégiature augmente à un rythme élevé lorsque le nombre de touristes augmente, ce qui affecte également l’accès des habitants locaux à ces services ou ressources.

Et dans les cas où les touristes marins participant à la pêche récréative ne sont pas correctement contrôlés, le résultat est la mise en danger de certaines espèces aquatiques, ce qui entraîne un déséquilibre des fonctions écologiques aquatiques.

8. Érosion des normes sociales et culturelles visant à préserver les patrimoines locaux et environnementaux

Les touristes internationaux viennent avec des comportements socioculturels divers qui sont souvent très différents des habitudes des habitants locaux. Le tourisme implique un brassage et une exposition à de nouvelles expériences, de nouvelles pratiques, un mode de vie dynamique, de nouvelles traditions et un nouveau contexte historique pour les habitants.

A lire aussi :  Utiliser des méthodes respectueuses de l'environnement pour la responsabilité sociale de votre entreprise

Dans certains endroits, cela a incité les gens à abandonner leurs pratiques, leurs croyances, leurs normes, leur religion et leurs valeurs traditionnelles au profit des pratiques nouvellement acquises, érodant ainsi leur mode de vie.

On peut citer comme exemples l’utilisation de la médecine traditionnelle, la consommation et la protection de certains aliments indigènes, la protection de certains animaux sauvages ou de zones considérées comme des dieux ou des habitations de dieux qui, après tout, contribuent à la conservation de l’environnement naturel.

La plupart des modes de vie et des croyances traditionnels dans les lieux touristiques comme l’Australie, le Brésil, certains pays africains et la Chine, par exemple, les aborigènes maintiennent souvent un équilibre entre la nature et les activités humaines en essayant autant que possible de ne pas nuire à la nature – d’où la conservation de la biodiversité et des écosystèmes naturels.

Leurs croyances et leurs valeurs sont que la nature est la vie et qu’elle leur fournit un lien direct avec leurs ancêtres. Cependant, l’introduction et l’influence de cultures nouvelles ou extérieures peuvent éroder ces pratiques, ce qui peut conduire à la dégradation des écosystèmes naturels.

9. Un contributeur au réchauffement de la planète et au changement climatique

Le tourisme est l’un des principaux responsables des gaz à effet de serre émis dans l’atmosphère, dont il a été scientifiquement prouvé qu’ils sont la principale raison de l’augmentation des températures mondiales et du changement climatique. La raison en est simple : le tourisme entraîne le déplacement de personnes de leur lieu de résidence vers de nouvelles destinations.

Les spécialistes de l’environnement attribuent la hausse constante des températures mondiales à l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre qui piègent les rayons du soleil. L’un des principaux gaz à effet de serre est le dioxyde de carbone, principalement libéré dans l’atmosphère à la suite de la combustion de gaz naturels et de combustibles fossiles pour produire de l’électricité, dans les industries et pour alimenter les automobiles.

Le tourisme représente plus de 55 % des déplacements dans le monde et, pour cette raison, on estime qu’il contribue à 3 % des émissions totales de dioxyde de carbone. Avec l’augmentation du nombre de touristes au fil des ans, le niveau d’émission va augmenter et le changement climatique devrait également s’aggraver.

Conclusion

Pour résumer, la durabilité environnementale est une question de la plus haute importance, même dans le cadre de la promotion du tourisme. Les discussions menées ici permettent de conclure qu’en matière d’environnement, le tourisme présente à la fois des avantages et des menaces probables qu’il convient d’examiner.

Il est donc nécessaire de mettre en œuvre des pratiques touristiques plus saines et durables, notamment l’écotourisme. L’implication et l’initiative de chacun sont indispensables pour préserver et protéger l’environnement lors des voyages ou à l’étranger, car il a été prouvé qu’il est possible d’assurer une coexistence mutuellement bénéfique entre le tourisme et les écosystèmes environnants ainsi que les ressources naturelles.

Une gestion efficace et une planification adéquate, accompagnées d’une législation stricte et d’une interprétation appropriée, sont également essentielles pour sensibiliser les touristes locaux et étrangers à l’écologie.

Bouton retour en haut de la page