Compostage

Comment préparer un thé de compost ?

Comment réussir une infusion de thé de compost : l’essence de l’agriculture et du jardinage biologiques. De plus, nous vous proposons un guide étape par étape pour construire votre propre infuseur.

Depuis longtemps, les cultivateurs ajoutent des nutriments à leurs jardins en faisant tremper du fumier ou du compost dans des récipients d’eau et en versant le mélange obtenu sur leurs plantes. Mais selon le Dr Elaine Ingham , expert en microbiologie des sols, cette méthode traditionnelle de préparation du « thé de compost » peut donner des résultats mitigés, notamment en ce qui concerne la vie microbienne vitale contenue dans le liquide. Le Dr Ingham, scientifique en chef à l’Institut Rodale, institut américain de recherche sur l’agriculture biologique, a étudié pour la première fois les « préparations anaérobies de type thé » en 1977.

« C’était la première fois que je découvrais les horreurs de ce qui peut se produire lorsqu’on laisse fermenter le fumier », explique-t-elle. « Un grand nombre des organismes présents dans le ferment étaient des organismes pathogènes pour l’homme.

Selon le Dr Ingham, le fumier animal contient de grandes quantités d’E.coli et devrait toujours être composté. Mais même lorsque l’on utilise du compost plutôt que du fumier pour faire du thé, la méthode du seau peut être problématique. Lorsque les bactéries se développent trop rapidement, elles consomment tout l’oxygène, créant des conditions anaérobies qui favorisent les agents pathogènes et entraînent la dormance des bons microbes.

« Si le compost n’est pas mûr et qu’il y a beaucoup de nourriture disponible [pour les bactéries] dans le compost, cela peut créer des conditions anaérobies », explique le Dr Ingham. « Si le compost est mûr, il ne risque pas de nuire à la plante… il n’y aura pas de croissance microbienne rapide.

Le Dr Ingham indique que les thés de mauvaises herbes (obtenus en faisant tremper les mauvaises herbes dans de l’eau) donnent également des résultats mitigés. Selon elle, alors que les mauvaises herbes provenant d’un jardin sain contiennent de bons micro-organismes à leur surface, les mauvaises herbes provenant de jardins présentant de nombreux problèmes de parasites et de maladies peuvent produire des thés remplis d’organismes pathogènes.

Les tisanes de mauvaises herbes deviennent généralement anaérobies au cours de la première semaine, explique le Dr Ingham. La meilleure chose à faire est de les laisser pendant des semaines, voire des mois. Lorsque la nourriture vient à manquer, les bactéries cessent de se développer, l’oxygène revient dans le thé et, lorsqu’il devient aérobie, les bons microbes sortent de leur sommeil, se développant lentement sur les déchets produits par les pathogènes.

Une vie abondante

Pour produire rapidement un thé de compost riche en vie microbienne (bactéries, champignons, protozoaires et nématodes), une méthode différente est nécessaire. De nos jours, un certain nombre d’agriculteurs et de cultivateurs d’arrière-cour « brassent » le thé de compost en utilisant un apport constant et substantiel d’oxygène. Cela permet aux bons micro-organismes de se multiplier rapidement sans rendre le thé anaérobie. Le résultat est un thé de compost activement aéré (AACT). Il contient une abondance de vie biologique : l’essence même de l’agriculture biologique.

Le thé de compost est de plus en plus adopté par les agriculteurs biologiques et est utilisé sur un large éventail de cultures, notamment les légumes, les fruits, les vignes, le coton et les céréales. Il est utilisé sur les arbres, l’herbe et les jardins dans les parcs publics, sur les terrains de golf et de bowling, et dans la restauration des sites miniers et des sols salins et acides.

Un bon thé de compost nécessite un bon compost. Pour ce faire, il faut constituer un tas d’au moins un mètre cube de matériaux équilibrés et diversifiés (50 % de matières brunes, comme des brindilles, de l’herbe séchée et du papier déchiqueté ; 40 % de matières vertes, comme de l’herbe fraîche et des tiges tendres ; et 10 % de matières riches en azote, comme du fumier ou des légumineuses) et le maintenir humide mais non détrempé.

Surveillez le tas à l’aide d’une sonde de température et retournez-le chaque fois que sa température dépasse 55°C et commence à baisser, ou si elle atteint 65°. Lorsque vous retournez le tas et que la température n’augmente plus, il est prêt pour la préparation du thé.

Si vous mettez ce compost en suspension dans l’eau et que vous y raccordez une pompe, les turbulences font tomber les microbes du compost dans l’eau. Donnez de la nourriture aux microbes, comme du varech, du poisson ou de la mélasse, et ils se reproduiront de manière prolifique.

Bien sûr, vous pouvez introduire ces microbes dans votre jardin simplement en épandant du compost. Mais l’épandage de compost sur de grandes surfaces peut s’avérer fastidieux et coûteux. Le thé de compost est plus facile : une infusion de 20 litres préparée à partir d’une poignée de compost peut inoculer un acre (presque un demi-hectare) avec de bons microbes. Le thé de compost peut également être appliqué sous forme de pulvérisation foliaire, ce qui permet de lutter contre les parasites et les maladies (voir ci-dessous).

A lire aussi :  Le compost est-il censé moisir ?

Si vous n’êtes pas certain de la qualité de votre compost, l’auteur et expert en sols Tim Marshall suggère de l’enrichir avec du liquide récemment collecté dans un élevage de vers. « Il s’agit d’un produit gratuit et facile à obtenir, qui contiendra certainement des organismes viables », explique-t-il.

Biologie du sol

« Si nous voulons réduire le coût des cultures et avoir une production durable qui régénère le sol au lieu de le détruire, nous devons nous concentrer sur la gestion de la vie du sol », explique le Dr Ingham, qui a fondé en 1996 Soil Foodweb Australia, qui organise des cours sur le réseau alimentaire du sol et conseille les agriculteurs sur l’utilisation du thé de compost.

Bien qu’une description détaillée du réseau alimentaire du sol dépasse le cadre de cet article, voici un résumé :

Les plantes attirent les microbes dans leurs zones racinaires en émettant des « exsudats » d’hydrates de carbone. Les microbes se nourrissent des exsudats et les uns des autres, produisant leurs propres déchets et exsudats, qui deviennent de la nourriture pour les plantes.

Tous les nutriments que les plantes n’utilisent pas sont à nouveau emprisonnés par d’autres microbes, ce qui signifie que, contrairement aux engrais chimiques, ils ne seront pas emportés par les eaux. La nourriture est constamment recyclée et mise à la disposition des plantes pour qu’elles puissent l’absorber lorsqu’elles en ont besoin.

En plus d’améliorer la disponibilité des nutriments, un réseau trophique sain dans le sol permet de

améliorer la structure du sol et réduire le compactage : les exsudats bactériens sont collants et font adhérer les particules du sol, tandis que les champignons, les vers de terre et les arthropodes se déplacent dans le sol, créant des voies d’accès ; lutter contre les maladies : les champignons et les bactéries forment des filets protecteurs autour des racines, dépassent les agents pathogènes ou les consomment ; décomposer les résidus chimiques et les matières toxiques.

En bref, les producteurs biologiques devraient viser un réseau alimentaire équilibré dans le sol. Les engrais chimiques, les pesticides, le défrichage et le travail du sol détruisent cette biologie. Le compost et les thés de compost sont des moyens de la rétablir.

Acheter ou fabriquer un brasseur ?

Au lieu d’utiliser la méthode du seau ou de la poubelle, on obtient de meilleurs résultats avec les infuseurs qui injectent de l’oxygène dans le mélange. Les infuseurs de thé de compost fabriqués dans le commerce varient en taille, de 20 litres à des milliers de litres. Les infuseurs faits maison sont moins chers et peuvent être faciles à assembler. Si vous suivez le bon plan, ils peuvent également être efficaces.

« Les brasseurs artisanaux peuvent être aussi performants que les brasseurs de masse », affirme le Dr Ingham. « Le point délicat est l’aération et un bon nettoyage. Remarque : dans des articles encore accessibles en ligne, le Dr Ingham décrit la fabrication d’un brasseur à l’aide d’airstones d’aquarium. Elle ne les recommande plus, car ils sont difficiles à nettoyer. Les microbes anaérobies s’y accumulent, entraînant la contamination du thé par des agents pathogènes.

Comment utiliser le thé de compost?

Les thés de compost sont utilisés de plusieurs manières. Pulvérisés (ou arrosés à l’aide d’un arrosoir) sur le sol, ils ajoutent des nutriments solubles et de la vie biologique à ce sol. Appliqués en pulvérisation foliaire, ils permettent à ces éléments d’occuper la surface des feuilles, de sorte que les parasites tels que l’oïdium n’ont aucun endroit où s’implanter. L’efficacité des thés de compost dans la prévention des maladies varie considérablement d’un essai à l’autre. Cela peut s’expliquer par le fait qu’il y a de nombreuses variables dans la préparation du thé. Selon le Dr Ingham, les problèmes surviennent souvent lorsque les essais n’utilisent pas un compost de bonne qualité.

Elle recommande trois applications foliaires de thé de compost au cours d’une saison de croissance pour lutter contre les maladies foliaires et les insectes nuisibles : « Il peut être nécessaire d’en faire plus lors de saisons particulièrement difficiles ou si la circulation de l’air à travers la culture est insuffisante.

Le thé de compost utilisé en pulvérisation foliaire adhère aux feuilles sans ajout de surfactant. « Les organismes en croissance active fabriquent des couches de colle autour de leur corps afin de se maintenir sur les surfaces », explique le Dr Ingham.

Pour ajouter une vie microbienne qui aidera à contrôler les pathogènes et les ravageurs du sol, le Dr Ingham recommande une application annuelle de compost (un minimum de 3 kg de compost ajouté à une rangée de semences de 1 m), ou plusieurs applications de thé de compost sur le sol chaque année.

A lire aussi :  33 choses que vous ne devriez jamais mettre dans votre tas de compost

Si vous utilisez un pulvérisateur à dos pour appliquer le thé de compost, il est important de ne pas tuer les bons microbes au cours du processus. L’ouverture des buses ne doit pas être plus fine que 450 microns. Les buses à jet hélicoïdal sont les meilleures et la pression ne doit pas dépasser 65 PSI (environ 4,5 bars). Il est préférable de pulvériser pendant les heures les plus fraîches de la journée, lorsque l’évaporation et les niveaux d’UV sont faibles. Le crépuscule est idéal. Les microbes mettent 20 minutes à adhérer aux feuilles, c’est pourquoi les pulvérisations foliaires doivent être effectuées au moins 20 minutes avant la pluie. Les pulvérisations sur le sol peuvent être effectuées en cas de pluie.

Ai-je besoin d’un microscope ?

Les fabricants sérieux de thé au compost peuvent envisager d’investir environ 400 $ dans un microscope pour voir exactement ce qu’ils brassent. Des cours et des livres peuvent aider à l’identification des microbes. Pour ceux qui n’ont pas de microscope, le Dr Ingham conseille : « Maintenez des conditions aussi aérobies que possible. Soyez attentif à l’odeur, à la couleur et à la réaction de la plante une fois que vous avez appliqué le produit.

RECETTES DE THÉ AU COMPOST

Les arbres fruitiers poussent mieux dans les sols à dominance fongique, tandis que les légumes préfèrent les sols à dominance bactérienne. La préparation d’un thé de compost approprié permet de donner aux plantes les conditions qu’elles préfèrent.

Les producteurs commerciaux s’appuient sur des analyses de sol pour préparer des thés spécifiques à la vie du sol et aux cultures existantes. Pour les cultivateurs amateurs, les recettes suivantes, fournies par Soil Foodweb Australia, sont un bon point de départ. Chaque recette donne 20 litres de thé, ce qui couvre un acre (0,4 hectare), mais peut être utilisé sur une plus petite surface : on n’en applique jamais trop.

Thé à usage général

(infusion équilibrée fongique-bactérienne)

  • 20 litres d’eau
  • 80 ml d’hydrolysat de poisson
  • 40 ml de varech liquide
  • 200 g de compost

Verser l’eau dans le bac. Si vous utilisez de l’eau de ville, mettez la pompe en marche et aérez l’eau pendant 30 minutes pour éliminer le chlore. Ajouter les aliments (poisson et varech) à l’eau. Mettre le compost dans le sachet de thé. Laisser infuser pendant 24 à 30 heures.

Thé Vegie patch (infusion bactérienne)

  • 20 litres d’eau
  • 30 ml d’hydrolysat de poisson
  • 60 ml de varech liquide
  • 10 ml de mélasse de raisin noir
  • 200 g de compost

Infuser comme pour le thé à usage général, ci-dessus.

Thé du verger (infusion fongique)

  • 200 g de compost
  • 10ml d’hydrolosate de poisson* mélangé à
  • 20 ml d’eau
  • 20 litres d’eau
  • 80 ml d’hydrolysat de poisson
  • 40ml de varech liquide

Trois jours avant le brassage, nourrissez le compost en mélangeant 10 ml d’hydrolysat de poisson avec 20 ml d’eau et en saupoudrant le compost. Conservez le compost dans une boîte en carton (le carton absorbera tout excès d’humidité et permettra au compost de respirer) et gardez-le dans un endroit chaud (20-30°C). Au bout de 2 à 3 jours, le compost se couvre d’un duvet chargé de spores fongiques. Une fois que le compost est « duveteux », vous êtes prêt à l’infuser. Infuser comme pour le thé à usage général, ci-dessus.

L’hydrolysat de poisson est fabriqué à partir de poissons entiers, décomposés par des enzymes plutôt que par la chaleur. Il contient des huiles de poisson qui sont de bons aliments pour les champignons. L’émulsion de poisson, plus courante, est moins efficace pour la croissance des champignons, mais peut être utilisée comme substitut en cas de besoin.

Remarque : par temps chaud, réduisez la quantité de nourriture et le temps d’infusion. Si les températures nocturnes sont supérieures à 20°C, l’infusion ne dure que 18 heures et la nourriture doit être réduite de moitié. Les thés doivent être utilisés dans les quatre heures suivant l’infusion, avant que les niveaux d’oxygène et de microbes ne chutent. Une alternative rapide à l’infusion de thé de compost est la fabrication d’extrait de compost. Le même équipement est utilisé, mais seul le compost est infusé, sans ajout de nourriture. Il peut être utilisé après seulement 20 à 30 minutes d’infusion. Il sera moins riche en vie microbienne, mais toujours efficace. De la nourriture pour les microbes peut être ajoutée au thé juste avant qu’il ne soit pulvérisé.

Bouton retour en haut de la page