Jardinage

Qu’est-ce que le jardinage biologique et comment faire un jardin biologique ?

La plupart des jardiniers ne comprennent pas ce qu’est le jardinage biologique ni comment avoir un jardin biologique. Le jardinage biologique consiste essentiellement à jardiner sans utiliser de produits synthétiques comme les engrais et les pesticides. Il implique l’utilisation exclusive de produits naturels pour faire pousser des plantes dans votre jardin. Le jardinage biologique reconstitue les ressources naturelles à mesure qu’il les utilise.

Dans le jardinage biologique, vous considérez vos plantes comme faisant partie d’un système naturel plus vaste qui commence par le sol et comprend l’approvisionnement en eau, la faune, les insectes et les personnes. Tout le monde veut que les aliments que nous servons à nos familles ainsi que notre environnement soient sûrs et sains. Un bon jardinier biologique s’efforce de faire en sorte que ses activités soient en harmonie avec l’écosystème naturel et vise à minimiser l’exploitation ainsi qu’à reconstituer toutes les ressources consommées par son jardin.

Les jardiniers et les personnes qui ont rencontré le mot « jardinage biologique » souhaitent généralement savoir ce qu’il signifie. Le jardinage biologique est une terminologie qui fait simplement référence à la culture de plantes, de légumes et de fruits de la meilleure façon possible, sans l’utilisation de pesticides ou d’engrais chimiques de synthèse. Néanmoins, le jardinage biologique ne se limite pas à éviter l’utilisation de pesticides et d’engrais de synthèse.

Le jardinage biologique consiste à soutenir naturellement la santé de l’ensemble du système de jardinage. Cela signifie travailler en harmonie avec les systèmes naturels, y compris le sol, l’approvisionnement en eau, les personnes et même les insectes, dans le but ultime de minimiser la destruction des êtres vivants et non vivants dans l’environnement naturel, tout en reconstituant constamment les ressources utilisées pendant le jardinage.

Les principes fondamentaux du jardinage biologique exigent une culture axée sur la création d’un écosystème qui nourrit et entretient les microbes du sol et les plantes, tout en profitant également aux insectes, plutôt que de simplement mettre des graines dans le sol et les laisser pousser.

Pour commencer, il faut se concentrer sur trois grands domaines pour atteindre les objectifs du jardinage biologique. Il s’agit de la gestion du sol, qui passe par l’utilisation d’engrais biologiques, de la gestion des mauvaises herbes, qui passe par le travail manuel et l’utilisation de couvertures de sol biologiques, et enfin de la lutte contre les parasites, qui passe par la promotion d’insectes bénéfiques et la plantation d’accompagnement. Ce sont les principales stratégies clés pour devenir un jardinier biologique. Une bonne connaissance est essentielle dans le jardinage biologique et nécessite des leçons fondamentales simples pour obtenir des résultats fiables.

En résumé, le jardinage biologique est aussi simple que le mélange de types et de variétés de plantes, l’utilisation de plantes compagnes, la plantation dense afin que certaines plantes offrent un compagnon aux plantes vulnérables, et le soutien des systèmes naturels pour minimiser la propagation des parasites et des maladies.

Therese Ciesinski, rédactrice en chef du magazine Organic Gardening, décrit le jardinage biologique comme suit :

« Le jardinage biologique ne se limite pas à éviter les pesticides et les engrais de synthèse. Il s’agit d’observer les processus de la nature et de les reproduire dans votre jardin du mieux que vous pouvez. Et le moyen le plus important d’y parvenir est de comprendre la composition de votre sol et de lui donner ce dont il a besoin. S’il y a bien une « règle » en matière de jardinage biologique, c’est celle-ci : nourrissez le sol, pas la plante. »

Guide de la création d’un jardin biologique

Vous trouverez ci-dessous la marche à suivre, étape par étape, pour créer un jardin biologique :

1. Préparer le sol

Le sol est la chose ou la ressource la plus importante en matière de jardinage biologique. Il est obtenu par l’ajout continu de matière organique au sol en utilisant les ressources locales disponibles dans tous les aspects possibles. Si vous voulez que vos plantes soient en bonne santé, vous devez préparer soigneusement le sol sur lequel elles vont pousser.

Tout comme les êtres humains, les plantes ont besoin de nourriture et, dans ce cas, la nourriture provient du sol. Vous devez donc veiller à ce que vos plantes reçoivent des nutriments frais en abondance. Un bon conditionnement du sol donnera à vos plantes tous les nutriments dont elles ont besoin.

Les traitements chimiques du sol ne détruisent pas seulement la composition du sol mais nuisent également aux micro-organismes, vers et bactéries importants du sol. Pour commencer, vous devez tester le PH du sol. Pour ce faire, vous pouvez acheter un kit de test à domicile ou simplement prélever des échantillons de sol et les envoyer au bureau local de vulgarisation agricole pour qu’ils soient testés et analysés.

2. Faites un bon compost

En attendant les résultats des échantillons de sol, vous pouvez faire du compost. Le compost permet de fournir des nutriments aux plantes, de conserver l’eau, de réduire les mauvaises herbes et d’éviter que les déchets alimentaires et les déchets de jardin ne soient mis en décharge.

Le compost peut être obtenu ou fabriqué à partir de ressources locales telles que les feuilles, l’herbe coupée, les déchets de jardin et les déchets de cuisine. Il est également possible d’acheter du compost auprès des fournisseurs de paillis ou des centres de jardinage biologique. Vous pouvez suivre les étapes suivantes pour fabriquer du compost.

  • Mesurez un espace d’au moins trois pieds carrés.
  • Obtenez un tas de plantes mortes naturelles ou de feuilles
  • Ajoutez des couches alternées de feuilles, de déchets de jardin (carbone) et de matières azotées (écologiques), par exemple des restes de cuisine et du fumier. Mettez une couche ou séparez-les avec une couche de terre.
  • Recouvrez le tas d’environ 4 à 6 pouces de terre.
  • Retournez le tas chaque fois qu’une nouvelle couche est ajoutée au mélange. Au cours de ce processus, veillez à ajouter de l’eau pour maintenir le mélange humide afin de favoriser l’activité des micro-organismes.
  • Le compost ne doit pas sentir mauvais, mais si c’est le cas, ajoutez des feuilles sèches, de la sciure ou de la paille, puis retournez-le régulièrement. Faites cela pendant environ quatre semaines ou un mois et vous aurez un bon compost pour votre jardin biologique.
A lire aussi :  Les secrets de la culture réussie de la mousse : guide étape par étape

3. Préparez votre jardin

Une fois que vous avez attendu que le compost soit prêt, l’étape suivante consiste à préparer votre jardin. Après avoir reçu le feu vert de votre agent de vulgarisation agricole local concernant le bon type de sol, il est maintenant temps de préparer la zone de jardin. À l’aide des outils de jardinage disponibles, vous pouvez préparer soigneusement votre jardin. Cependant, il est important de s’assurer que vous ne détruisez pas complètement le sol.

4. Choisissez les bonnes plantes

Une fois que vous avez fini de préparer votre jardin, l’étape suivante consiste à choisir les bonnes plantes pour votre jardin. L’échantillonnage et l’analyse du sol vous seront utiles à ce stade. Il est important de choisir des plantes qui se développeront bien dans les microconditions spécifiques de votre type de sol. Choisissez soigneusement les plantes qui se développeront bien à différents endroits de votre jardin en termes d’humidité, de lumière, de drainage et de qualité du sol. N’oubliez pas que plus vos plantes sont en bonne santé, plus vos cultures seront résistantes aux agresseurs.

Un autre mécanisme de culture biologique consiste à sélectionner des plantes adaptées au jardin. Les cultures bien adaptées au climat et aux conditions du jardin sont plus à même de pousser avec un apport minimal. De même, des cultures bien adaptées au site assurent de meilleures défenses naturelles. En d’autres termes, peu d’attention et d’apports sont nécessaires pour augmenter la productivité des cultures.

Lorsque vous achetez des semis, veillez à choisir des plantes élevées sans produits chimiques ou pesticides de synthèse. Votre marché de producteurs locaux est un bon endroit pour faire vos achats. Vous y trouverez non seulement une variété de plantes mais aussi des variétés de plantes qui conviennent le mieux à votre région. Choisissez soigneusement des plantes qui ont l’air en bonne santé et qui n’ont pas de racines surchargées.

5. Plantez les cultures en planches

Lorsque vous plantez vos cultures, assurez-vous de les planter sur de larges planches. Cela vous évitera de marcher dessus et de détruire la surface du sol lors de la récolte ou de la coupe des fleurs. De plus, le regroupement des cultures permet de réduire le désherbage, le gaspillage d’eau et facilite l’application du compost. Cela permet également aux plantes d’utiliser les nutriments et l’eau disponibles. Veillez à ce que l’espace entre les rangs soit suffisant. Cela permet de favoriser la circulation de l’air, ce qui contribue à repousser les attaques fongiques.

6. Arroser les cultures

Une fois que vous avez planté vos cultures, l’étape suivante consiste à les arroser. Il est bon d’arroser les plantes immédiatement après les avoir plantées pour leur donner l’eau dont elles ont tant besoin pour continuer à pousser. Vous pouvez également les arroser tous les matins.

Il est recommandé d’arroser les plantes le matin car il n’y a pas de vent fort, les matins sont frais et la perte d’eau par évaporation est considérablement réduite. Les experts recommandent des arrosages considérables et peu fréquents pour les plantes déjà établies.

7. Désherber

Selon le CSU, les mauvaises herbes réduisent le rendement des cultures en se disputant l’eau, la lumière, les nutriments du sol et l’espace. Dans les cultures agricoles, les mauvaises herbes peuvent réduire la qualité des récoltes en contaminant la marchandise. Elles peuvent servir d’hôtes à des maladies ou offrir un abri aux insectes pour passer l’hiver. Il peut être difficile d’arracher les mauvaises herbes à la main, mais c’est un bon exercice qui vous permet de prendre l’air.

8. Apportez des éléments nutritifs à vos plantes

Lorsque vous faites du jardinage biologique, vous devez chercher des moyens écologiques de protéger vos plantes des pesticides et des engrais toxiques. Vous devez donc vous assurer que vos plantes reçoivent suffisamment de lumière, de nutriments et d’humidité pour leur permettre de mieux se développer. De plus, un jardin diversifié permet d’éviter les parasites en limitant la quantité d’un seul type de plante et donne un coup de pouce à la biodiversité.

Au lieu d’utiliser des pesticides chimiques, le jardinage biologique met l’accent sur la promotion des insectes bénéfiques et sur la plantation d’accompagnement. Les agriculteurs biologiques n’ont pas besoin d’éliminer les insectes et les maladies en utilisant des produits chimiques. Ils s’efforcent plutôt de maintenir les ravageurs et les maladies en deçà des niveaux nuisibles. L’un des principaux mécanismes consiste à promouvoir les insectes bénéfiques et les prédateurs de nuisibles tels que les chauves-souris, les oiseaux, les lézards, les crapauds et les araignées.

La clé du succès dans ce domaine est de cultiver une grande variété de cultures compagnes qui soutiennent la niche écologique de ces espèces. En évitant l’utilisation de pesticides de synthèse, on assure également leur survie. L’arrachage des feuilles ou des bourgeons infectés/infestés, le déracinement des cultures infectées, la rotation des cultures et la cueillette manuelle des insectes nuisibles et de leurs œufs sont d’excellentes méthodes pour contrôler les populations de parasites. Le maintien de la propreté du jardin est un autre outil efficace de lutte biologique contre les parasites.

Des sprays ou des pesticides naturels peuvent également être utilisés en plus des méthodes de lutte contre les parasites. Ils sont facilement disponibles dans les jardineries biologiques et leurs produits contiennent la bactérie Bacillus, de l’huile de neem et des minéraux comme le cuivre. Leur capacité à se décomposer rapidement a favorisé leur large utilisation à la place des pesticides chimiques synthétiques. Par ailleurs, certains parasites et maladies des fruits et légumes échappent à tout contrôle naturel et biologique et nécessitent donc l’utilisation de produits naturels.

9. Utilisez des engrais organiques

Même si la matière organique et le compost améliorent la rétention d’eau et de nutriments dans le sol, l’apport de tous les nutriments nécessaires à une croissance saine et productive est limité. Outre le compost, le jardinage biologique nécessite des engrais supplémentaires tirés de sources naturelles telles que des produits végétaux comme la cendre de bois, des dépôts naturels comme le phosphate naturel, des sous-produits animaux et du fumier.

A lire aussi :  Les raisins peuvent-ils être cultivés à l'intérieur (guide étape par étape) ?

La chaux agricole est un autre produit naturel fréquemment ajouté au sol pour en améliorer la qualité. Elle est produite à partir de calcaire naturel et est ajoutée au sol pour optimiser le pH si le sol est trop acide. Les niveaux de pH du sol varient d’une localité à l’autre. Les bureaux de vulgarisation locaux fournissent généralement des conseils sur l’analyse du niveau de pH des sols dans leur zone de compétence. Cependant, la plupart des sols n’ont pas besoin de chaulage supplémentaire.

10. Prenez soin de votre jardin biologique

Il existe des conseils d’entretien importants pour votre jardin biologique si vous voulez conserver ou récolter des plantes saines. Voici quelques-unes de ces pratiques :

  • Paillage
  • Arrosage le matin
  • Utilisation de compost
  • Utilisation d’engrais naturels, notamment d’animaux qui ne mangent pas de viande
  • Désherber au bon moment
  • Taillez régulièrement pour permettre une bonne aération et une utilisation efficace des nutriments, y compris la lumière.

Les différents avantages du jardinage biologique

1. Réduit la quantité de pesticides que vous et votre famille consommez

Le jardinage biologique se concentre sur l’utilisation de produits naturels pour faire pousser les plantes. Cela signifie qu’il n’y a pas d’utilisation de pesticides. Par conséquent, les récoltes obtenues par ce type de jardinage sont exemptes de pesticides et d’autres produits chimiques. Vous vivrez une vie saine sans vous soucier de consommer des produits chimiques en consommant vos récoltes.

Le jardinage biologique promet une bonne santé car le produit est exempt d’ingrédients toxiques et d’autres produits chimiques synthétiques. Les fruits et légumes cultivés dans le jardin biologique ne présentent pas de résidus chimiques qui pénètrent dans l’organisme lorsqu’ils sont consommés. Il est également prouvé que les légumes biologiques ont une teneur en minéraux et en vitamines plus élevée que ceux cultivés avec des pesticides, des herbicides et des engrais chimiques.

En outre, les professionnels de la médecine complémentaire affirment qu’il existe des concentrations élevées de nutriments tels que les vitamines C et D dans les produits alimentaires biologiques. Le jardinage biologique présente également l’avantage supplémentaire de faire travailler le corps, notamment par le travail manuel, comme la plantation, le désherbage et la récolte. Ainsi, le jardinage peut être un moyen agréable et significatif de stimuler l’exercice physique. L’environnement extérieur offre également un moyen rafraîchissant d’entrer en contact avec la nature, le soleil et l’air frais, ce qui permet de réduire le stress.

2. Aide à préserver l’environnement

L’utilisation de produits chimiques sur les cultures est l’un des moyens par lesquels nous polluons l’environnement. Les produits chimiques pulvérisés ou appliqués sur les cultures s’infiltrent dans l’eau à travers le sol. Cela met en danger les micro-organismes. Lors de la pulvérisation des cultures, le vent emporte les produits chimiques dans l’atmosphère, ce qui constitue une pollution atmosphérique. Par conséquent, adopter le jardinage biologique est l’un des meilleurs moyens de maintenir un environnement sain.

Le choix du jardinage biologique contribue massivement à la préservation de l’environnement. Cultiver des légumes et des fruits de manière naturelle permet non seulement d’obtenir des produits sains, mais aussi de promouvoir un environnement convivial et non toxique. Le jardinage biologique est le moyen le plus sûr de préserver un environnement sain et écologique en assurant un équilibre écologique et une perturbation minimale de l’environnement naturel.

Il permet aux oiseaux, aux petits animaux et aux insectes bénéfiques d’être à l’abri des produits chimiques. La matière organique utilisée pour préparer le sol contribue également à améliorer la qualité du sol. Par conséquent, le jardinage biologique offre le résultat le plus bénéfique pour la santé de l’environnement. Mettre fin aux engrais chimiques et aux pesticides qui s’infiltrent dans le sol et se retrouvent dans les réserves d’eau n’est possible que grâce au jardinage biologique.

3. Réduction des émissions de gaz à effet de serre

Les cultures qui contiennent des produits chimiques libèrent ces produits dans l’atmosphère sous forme de gaz à effet de serre. Ces gaz, combinés à d’autres impuretés présentes dans l’air, constituent un risque pour l’air que nous respirons. De plus, ces gaz contribuent énormément au réchauffement de la planète, et nous connaissons tous les effets négatifs du réchauffement de la planète.

4. Un meilleur goût

Les légumes et les fruits biologiques ont un parfum et un goût qui sont tout simplement meilleurs grâce à leur croissance naturelle par rapport à ceux cultivés commercialement. Dans une très large mesure, les légumes et les fruits cultivés commercialement ne peuvent pas supporter ou battre les saveurs naturelles de ceux qui sont cultivés biologiquement. Les légumes et les fruits frais du jardin ont toujours eu un meilleur goût et une saveur naturelle.

5. Économiser de l’argent

Un moyen formidable d’économiser de l’argent est de cultiver votre propre potager biologique. Economiser de l’argent est quelque chose que tout le monde veut faire, mais cela ne peut se faire qu’en prenant de petites initiatives comme faire pousser ses propres légumes et fruits. Grâce au jardinage biologique, on peut économiser jusqu’à 50 % de l’argent utilisé pour acheter des fruits et légumes dans les supermarchés et autres magasins de produits périssables.

En conclusion, le jardinage biologique est bénéfique pour les personnes et l’environnement. Cependant, apprendre à démarrer un jardin biologique est une étape très importante pour s’assurer que vous préservez l’environnement et que vous faites pousser vos propres produits frais et délicieux.

Pour donner à vos cultures la nourriture dont elles ont besoin, vous pouvez utiliser des engrais naturels, par exemple des extraits d’algues, de l’émulsion de poisson ou du fumier obtenu à partir d’excréments d’animaux, notamment de vaches et de poulets, que vous pouvez vous procurer facilement ou acheter dans votre jardinerie locale.

Bouton retour en haut de la page