Monde des Plantes

Qu’est-ce que l’agriculture durable et les meilleures pratiques d’agriculture durable ?

L’agriculture durable ou, dans un sens plus large, l’agriculture durable consiste à utiliser des pratiques agricoles tenant compte des cycles écologiques. Elle est également sensible aux micro-organismes et à leurs équations avec l’environnement au sens large. En termes plus simples, l’agriculture durable consiste à pratiquer une agriculture écologique en promouvant des méthodes et des pratiques qui sont économiquement viables, respectueuses de l’environnement et protectrices de la santé publique.

Elle ne se concentre pas seulement sur l’aspect économique de l’agriculture, mais aussi sur l’utilisation réfléchie et efficace des facteurs non renouvelables dans le processus. Cela contribue à la production d’aliments sains et nutritifs et à l’amélioration du niveau de vie de l’agriculteur.

Notre environnement, et par conséquent notre écologie, sont devenus un sujet de préoccupation pour nous au cours des dernières décennies. Cela nous a amenés à réfléchir, à innover et à employer des méthodes alternatives ou de petites initiatives pour sauver notre écologie.

L’une de ces initiatives est l’agriculture durable. Elle signifie simplement la production d’aliments, de plantes et de produits animaux à l’aide de techniques agricoles qui s’avèrent bénéfiques pour la santé publique et favorisent la rentabilité économique. Elle s’inspire et s’instruit de l’agriculture biologique.

L’agriculture durable aide les agriculteurs à innover et à employer des méthodes de recyclage, en plus des avantages conventionnels de l’agriculture. Un très bon exemple de recyclage dans l’agriculture durable serait les déchets de culture ou le fumier animal. Ceux-ci peuvent être transformés en engrais qui contribuent à enrichir le sol.

Une autre méthode qui peut être employée est la rotation des cultures. Cela permet au sol de conserver ses nutriments et de rester riche et puissant. La collecte de l’eau de pluie par canalisation, puis son utilisation pour l’irrigation, est également un bon exemple de pratiques agricoles durables.

Avantages de l’agriculture durable

1. Préservation de l’environnement

2. Rentabilité économique

3. Utilisation la plus efficace possible des ressources non renouvelables

4. Protection de la santé publique

5. Équité sociale et économique

Méthodes ou pratiques de l’agriculture durable

Voyons en détail les différentes méthodes ou pratiques de l’agriculture durable :

1. Utiliser des sources d’énergie renouvelables

La première et la plus importante des pratiques est l’utilisation de sources d’énergie alternatives. L’utilisation de fermes solaires, hydroélectriques ou éoliennes est respectueuse de l’environnement. Les agriculteurs peuvent utiliser des panneaux solaires pour stocker l’énergie solaire et l’utiliser pour les clôtures électriques et le fonctionnement des pompes et des chauffages.

L’eau courante des rivières peut être une source d’énergie hydroélectrique et être utilisée pour faire fonctionner diverses machines dans les fermes. De même, les agriculteurs peuvent utiliser des pompes à chaleur géothermiques pour creuser sous la terre et profiter de la chaleur de la terre.

2. La lutte intégrée contre les ravageurs

La lutte intégrée contre les parasites est une combinaison de techniques de lutte contre les parasites permettant d’identifier et d’observer les parasites aux stades initiaux. Il faut également se rendre compte que tous les parasites ne sont pas nuisibles et qu’il est donc plus logique de les laisser coexister avec la culture que de dépenser de l’argent pour les éliminer.

La pulvérisation ciblée fonctionne mieux lorsqu’il s’agit d’éliminer des parasites spécifiques. Cela vous permet non seulement de pulvériser les nuisibles sur les zones sélectionnées, mais aussi de protéger les animaux sauvages.

3. Hydroponique et aquaponie

Dans ces techniques agricoles innovantes, les plantes poussent sans terre et sont nourries par des nutriments spécialisés ajoutés à l’eau.

Dans les systèmes hydroponiques, les plantes sont cultivées avec les racines directement dans une solution minérale ou avec les racines dans un milieu inerte comme le gravier ou la perlite. L’aquaponie combine l’élevage d’animaux aquatiques (comme les poissons) avec la culture hydroponique.

L’eau contenant les nutriments résultant de la minéralisation des déchets des poissons d’aquaculture est utilisée pour nourrir les plantes hydroponiques. Une fois que les plantes ont utilisé l’eau, celle-ci est purifiée puis remise en circulation dans le système pour être réutilisée par les poissons.

Les systèmes hydroponiques et aquaponiques sont disponibles à différentes échelles, des petits systèmes domestiques aux systèmes commerciaux.

4. La rotation des cultures

La rotation des cultures est une méthode éprouvée, utilisée depuis les anciennes pratiques agricoles, qui a prouvé qu’elle permettait de conserver un sol sain et nutritif. La rotation des cultures a une explication logique : les cultures sont récoltées selon un schéma qui permet aux cultures plantées cette saison de reconstituer les nutriments et les sels du sol qui ont été absorbés par le cycle de culture précédent. Par exemple, les cultures en ligne sont plantées après les céréales pour équilibrer les nutriments utilisés.

5. L’agriculture de polyculture

Elle consiste à cultiver plusieurs espèces de plantes dans une même zone. Ces espèces se complètent souvent, et une plus grande diversité de produits peut être produite sur une parcelle tout en utilisant pleinement les ressources disponibles. Une biodiversité élevée rend le système plus résistant aux fluctuations climatiques, favorise une alimentation équilibrée et applique des mécanismes naturels de préservation de la fertilité des sols.

A lire aussi :  Le 1er time-lapse de la floraison rare d'une fleur de lune est époustouflant.

6. Permaculture

La permaculture est un système de production alimentaire qui repose sur l’intention, la conception et l’agriculture intelligente afin de réduire le gaspillage des ressources et d’accroître l’efficacité de la production. L’accent est mis sur l’utilisation de cultures pérennes telles que les arbres fruitiers, les arbres à noix et les arbustes qui fonctionnent tous ensemble dans un système conçu qui imite le fonctionnement des plantes dans un écosystème naturel.

Les techniques de conception de la permaculture comprennent la culture de céréales sans travail du sol, les spirales d’herbes et de plantes, les lits de jardin hugelkultur, les jardins en forme de trou de serrure et de mandala, le paillage en feuilles, chaque plante ayant plusieurs fonctions, et la création de rigoles sur le contour pour retenir l’eau en hauteur dans le paysage.

7. Éviter l’érosion du sol

Un sol sain est la clé d’une bonne récolte. Les techniques ancestrales comme le labourage de la terre, le labourage, etc. font encore des merveilles. Le fumier, les engrais, les cultures de couverture, etc. contribuent également à améliorer la qualité du sol. La rotation des cultures prévient l’apparition de maladies dans les cultures, comme le montrent les études réalisées.

Des maladies telles que la pourriture du collet et la tache brune peuvent être contrôlées. De même, les ravageurs comme la septoriose, le phoma, etc. peuvent être éliminés par les techniques de rotation des cultures. Comme les maladies sont spécifiques aux cultures, la rotation des cultures peut faire des merveilles.

8. Diversité des cultures

Les agriculteurs peuvent cultiver des variétés d’une même culture qui présentent des différences minimes mais substantielles entre les plantes. Cela permet d’alléger le fardeau financier. Ce processus est appelé diversité des cultures, et son utilisation pratique est en baisse.

9. Agroforesterie

L’agroforesterie est devenue l’un des outils puissants des agriculteurs des régions sèches dont les sols sont susceptibles de se désertifier. Elle implique la croissance d’arbres et d’arbustes parmi les cultures ou les pâturages, combinant à la fois les pratiques agricoles et forestières pour une utilisation durable, productive et diversifiée des terres lorsqu’elle est abordée de manière durable.

Les arbres y créent un microclimat favorable qui maintient la température et l’humidité du sol tout en protégeant les cultures du vent ou des fortes pluies. Les arbres ont un autre rôle important. Ils stabilisent les sols, minimisent le ruissellement des nutriments et améliorent la structure du sol.

Dans ce système agricole, les arbres fournissent également du bois et des fruits, ce qui constitue une source de revenus supplémentaire pour les agriculteurs, avec des possibilités de diversification des produits. Les agriculteurs peuvent même aller jusqu’à cultiver une forêt comestible entière.

10. Forêts alimentaires

Les forêts alimentaires (également appelées « jardins forestiers ») sont basées sur des écosystèmes forestiers naturels et des systèmes de permaculture conçus qui consistent en une « forêt » comestible à plusieurs niveaux. Ces forêts alimentaires sont composées presque entièrement de plantes alimentaires pérennes, y compris une canopée d’arbres fruitiers et à noix, hauts et nains, une couche d’arbustes fruitiers, des couches d’herbes pérennes, de champignons et de légumes au niveau du sol, des plantes grimpantes et des légumes racines sous terre.

Les systèmes de forêts alimentaires sont très productifs en raison à la fois de la diversité des plantes qui y poussent et de toutes les plantes qui tirent parti de chaque niche existante au sein du système.

11. Éliminateurs naturels de nuisibles

Les chauves-souris, les oiseaux, les insectes, etc. sont des éliminateurs naturels de parasites. Les agriculteurs construisent un abri pour garder ces éliminateurs à proximité. Les coccinelles, les coléoptères, les larves de chrysalides écologiques et les parasites des mouches se nourrissent tous de parasites, notamment les pucerons, les acariens et les mouches nuisibles.

Ces éliminateurs de parasites sont disponibles en vrac dans les magasins de lutte contre les parasites ou les magasins de fournitures agricoles. Les agriculteurs peuvent les acheter et les relâcher sur ou autour des cultures et les laisser faire de la ferme leur maison.

12. L’agriculture biodynamique

La biodynamie intègre des pratiques de culture écologiques et holistiques fondées sur la philosophie de l' »anthroposophie ». Les pratiques biodynamiques peuvent être appliquées aux fermes qui cultivent une variété de produits, aux jardins, aux vignobles et à d’autres formes d’agriculture.

Dans l’agriculture biodynamique, la grande biodiversité des plantes, des animaux et des insectes bénéfiques contribue à reconstituer la fertilité du sol et à améliorer la croissance des plantes afin de créer un écosystème résilient et de favoriser la santé de chacun.

A lire aussi :  Avantages, inconvénients et types de rotation des cultures

La biodynamie s’attache à générer la santé et la fertilité du sol nécessaires à la production alimentaire sur place par la mise en œuvre de pratiques telles que le compostage, l’épandage de fumier d’animaux d’élevage, les cultures de couverture ou la rotation de cultures complémentaires.

Il est également important de travailler avec le phénomène naturel du cosmos qui influence la santé du sol, des plantes et des animaux au cours des différents cycles de la lune et du soleil.

13. Le pâturage géré

Un déplacement périodique des pâturages pour le bétail doit être maintenu. Le déplacement du bétail lui offre une variété de pâturages. Cela signifie qu’ils recevront divers nutriments, qui sont bons pour eux. Les excréments de ces animaux servent d’engrais naturel pour la terre.

Le changement d’emplacement permet également d’éviter l’érosion des sols, car la même parcelle de terre n’est pas constamment piétinée. De plus, en faisant paître à temps et en fauchant, on peut se débarrasser des mauvaises herbes avant qu’elles ne produisent d’autres graines et ne se multiplient.

14. Économiser les frais de transport

Le fait de cibler les ventes de la production sur le marché local permet d’économiser les problèmes de transport et d’emballage. Cela élimine également le besoin d’espace de stockage. Par conséquent, lorsque des produits sont cultivés et vendus sur les marchés locaux, cela rend la communauté autosuffisante, économiquement saine, économise de l’énergie et ne nuit en aucun cas à l’environnement.

15. Une meilleure gestion de l’eau

La première étape de la gestion de l’eau est la sélection des bonnes cultures. Il faut choisir les cultures locales car elles s’adaptent mieux aux conditions climatiques de la région. Les cultures qui ne demandent pas trop d’eau doivent être choisies pour les zones sèches. Les systèmes d’irrigation doivent être bien planifiés, sinon ils entraînent d’autres problèmes tels que l’épuisement des rivières, la sécheresse des terres et la dégradation des sols.

On peut également construire des systèmes de collecte des eaux de pluie pour stocker l’eau de pluie et l’utiliser en cas de sécheresse. En outre, les eaux usées municipales peuvent être utilisées pour l’irrigation après avoir été recyclées.

16. L’enlèvement manuel des mauvaises herbes

Les agriculteurs ayant de petites exploitations peuvent utiliser leurs mains pour enlever les mauvaises herbes des cultures là où les machines ne peuvent pas atteindre ou là où les cultures sont trop fragiles. Il s’agit d’une tâche à forte intensité de main-d’œuvre qui n’est pas adaptée aux grandes exploitations.

Par ailleurs, un agriculteur a également la possibilité de brûler les anciennes cultures afin que les mauvaises herbes ne produisent pas de graine et ne détruisent pas le reste des cultures. Cependant, cela entraîne une pollution de l’air et peut également affecter la qualité du sol.

17. Cultiver des variétés anciennes et de longue date

Au cours des 100 dernières années, le monde a perdu près de 90 % des variétés de graines de fruits et de légumes qui ont fourni les aliments les plus nutritifs et les plus savoureux aux générations de nos ancêtres. L’industrialisation du système alimentaire mondial fait que seules quelques variétés de nos plantes alimentaires sont cultivées commercialement.

Les jardiniers et les agriculteurs doivent cultiver des variétés anciennes et patrimoniales pour préserver la biodiversité des graines et sauver les graines qui nourriront nos enfants avant que le monde ne les perde à jamais, ainsi que de nombreuses autres variétés restantes de nos plantes alimentaires.

18. L’agriculture urbaine

Puisque l’on prévoit que la majorité de la population mondiale vivra dans les villes à l’avenir, l’agriculture urbaine peut avoir un impact positif considérable sur la façon dont nous produisons notre nourriture dans le monde.

L’exigence récente de localiser notre système alimentaire exige que nous cultivions des aliments beaucoup plus près de chez nous, y compris dans les villes. C’est pourquoi, aujourd’hui, de nombreuses techniques de culture innovantes et durables sont déjà appliquées dans les villes, notamment les fermes et les jardins d’arrière-cour, les jardins communautaires, les fermes sur les toits, la culture dans des serres urbaines, les fermes hydroponiques d’intérieur, et peut-être même la culture d’aliments à l’intérieur de tours agricoles urbaines.

L’agriculture durable est non seulement économique, mais elle contribue également à la conservation de nos ressources naturelles. L’agriculture durable permet également de réduire les besoins en engrais et pesticides chimiques. Cela rend le processus plus organique et plus propre.

Bouton retour en haut de la page