Monde des Plantes

Avantages et inconvénients de l’agriculture sans labour et comment ça marche (agriculture sans labour)

Traditionnellement, les gens sont habitués à cultiver d’abord en labourant le sol en le creusant, en le remuant et en le retournant. Grâce au labour, le sol est retourné à une certaine profondeur, tuant ainsi les plantes indésirables et enterrant le paillis, laissant derrière lui un sol stérile. Cependant, certains agriculteurs ont choisi de ne pas labourer leurs terres avant de semer, ce qui explique bien le concept d’agriculture sans labour.

En termes simples, l’agriculture sans labour est la pratique agricole consistant à planter des cultures sans labourer le sol. Aussi connu sous le nom d’agriculture sans labour, il a été popularisé, notamment aux États-Unis après la Seconde Guerre mondiale, et est maintenant pratiqué dans le monde entier. De plus, le labourage du sol est connu pour avoir plusieurs inconvénients, donnant naissance et popularité à la pratique qui n’implique pas de labourage, contribuant ainsi au concept d’agriculture sans labour. Cet article parle plus de l’agriculture sans labour.

Comment fonctionne l’agriculture sans labour ?

1. La ferme ou le sol n’a pas besoin d’être labouré

Le résidu de la récolte précédente est laissé sur le dessus du champ pour la prochaine saison de plantation. La raison en est de préserver le sol fertile, qui pourrait être complètement perdu au cours des 150 prochaines années si les agriculteurs continuent à labourer le sol et à utiliser des pratiques de labour qui ne construisent pas et ne restaurent pas la matière organique du sol.

Dans la plupart des cas, le sol n’est pas du tout travaillé en culture sans labour et il suffit d’épandre les résidus de récolte sur le champ et d’attendre la saison des semis. Le sol ne sera pas endommagé par les intempéries et les micro-organismes utiles du sol trouveront un endroit où prospérer, permettant ainsi à la structure du sol de rester intacte.

2. Les graines sont plantées à travers les restes de cultures résiduelles telles que les cultures de couverture vertes. Alternativement, des rainures en V ou des sillons de semences sont forés

La plantation sans travail du sol implique souvent la plantation de cultures de couverture vertes, qui couvrent les champs en attendant que la culture principale soit plantée. Pour cette raison, les graines sont plantées à travers les restes de ces cultures résiduelles ou une fente en V ou des sillons de graines sont forés.

Les graines sont ensuite placées et les sillons sont fermés. Les sillons doivent être à une profondeur appropriée pour des rendements plus élevés et une germination réussie des graines.

3. Les résidus de la récolte précédente sont épandus à la ferme

Pour aider à protéger le sol contre les dommages causés par le soleil, le gel ou d’autres activités à la ferme, les résidus de la récolte précédente sont épandus sur la ferme.

Les résidus doivent être répartis uniformément dans les champs lors de la récolte des cultures pour gérer l’érosion du sol et permettre une répartition uniforme des nutriments et autres matières organiques. Le résidu peut également servir d’engrais, ce qui élimine le besoin d’en rajouter lors de la plantation.

4. L’utilisation de l’équipement est minimisée

Tout équipement destiné à être utilisé dans une agriculture sans travail du sol doit être minutieusement planifié et pensé. En d’autres termes, avant d’acheter un équipement adapté au semis direct, il faut d’abord le planifier. Cela nécessite une stratégie et un plan pour savoir, par exemple, si la culture à planter l’année suivante comme culture de rente sera transformée en couvert végétal.

Cela déterminera les bons outils à utiliser. Cela nécessite également de planifier si le forage sera utilisé lors de la plantation ou si les graines seront diffusées. De plus, comme les opérations et les façons de planter, d’entretenir les cultures et de récolter peuvent changer avec le temps, il est souvent fondamental de n’établir que l’équipement le plus approprié ou idéal.

5. L’arrosage peut ne pas être nécessaire

L’agriculture sans travail du sol ne nécessite pas nécessairement l’arrosage de vos cultures car les résidus épandus sur le terrain empêchent l’eau du sol de s’évaporer. Il retient également plus d’eau depuis la dernière fois que le champ a reçu de l’eau ou des pluies.

Avantages de l’agriculture sans labour

1. Cela fait gagner du temps et de l’argent à un agriculteur

Lorsqu’un agriculteur choisit d’utiliser l’agriculture sans labour, il saute l’étape du labour chaque année. Cela signifie qu’ils ne supporteront pas les coûts de main-d’œuvre ou de carburant associés au labour. Là où l’agriculteur a des terres massives, il a tendance à économiser encore plus.

2. Il améliore la structure du sol

Le labour perturbe la structure naturelle du sol, surtout s’il est répété. La perturbation libère du carbone, qui est essentiel à la croissance et au développement des organismes du sol.

Pour cette raison, l’agriculture sans labour garantit la prospérité de ces organismes, le sol s’améliore et, dans l’ensemble, il contient les nutriments et l’eau nécessaires à la croissance des cultures.

A lire aussi :  Qu'est-ce que l'agriculture biologique ? Quelle est la nécessité de l'agriculture biologique et quelles en sont les principales caractéristiques ?

3. Il réduit la quantité d’eau nécessaire à la croissance des cultures

Dans l’agriculture sans labour, tous les résidus de culture sont laissés à la surface du champ, plutôt que d’être enfouis, pour aider à former des composants supplémentaires du sol. Ces matières organiques absorbent ou aident le champ à absorber l’eau plus facilement, réduisent l’évaporation et contribuent également à limiter la quantité de ruissellement qui se produit.

C’est une forme d’agriculture étonnante dans les zones qui connaissent des sécheresses ou de longues périodes avant de recevoir des pluies, et les agriculteurs atteindront leur plein rendement de récolte malgré les problèmes d’humidité.

4. Augmentation des microbes et insectes bénéfiques

L’agriculture sans labour voit une amélioration de la santé des sols et une augmentation des rendements. En effet, la méthode de culture entraîne une augmentation des microbes du sol, ce qui conduit à un réseau de production alimentaire plus sain qui soutient une grande variété de micro-organismes et d’insectes du sol.

5. Le coût de l’équipement est similaire à celui des autres dépenses agricoles

Lorsque vous vous lancez dans l’agriculture sans labour, vous devez investir dans du matériel, ce qui peut être un peu coûteux. Cependant, ces coûts sont comparables à ce que coûtent les postes traditionnels de gestion sur le terrain, sur une période d’environ 10 ans.

Vous n’aurez peut-être pas à acheter plus d’équipement pour l’agriculture sans labour, tandis que pour l’agriculture conventionnelle, vous labourerez et utiliserez d’autres dépenses, qui seront comparables sur environ une décennie.

6. Il aide à prévenir l’érosion du sol

Le labourage ameublit la couche arable et lui fait perdre de l’humidité ainsi que vulnérable aux vents qui l’emportent. Si des inondations ou de fortes pluies tombent sur les terres à un tel moment, elles pourraient éroder une grande partie du sol.

L’agriculture sans labour laisse des résidus après une récolte qui protège le sol de l’érosion. En outre, cela entraîne moins de problèmes de gel, une meilleure stabilité pour l’absorption d’eau et toute perte de sol peut être facilement remplacée au fil du temps.

7. Il prend lentement de l’ampleur

Bien que le nombre d’agriculteurs pratiquant la méthode agricole ne soit pas nombreux, il prend lentement de l’ampleur. De plus, en conséquence, davantage de ressources sont consacrées à l’avancement de la méthode agricole, et il s’avère plus facile pour les débutants de rejoindre le mouvement.

8. Cela s’inscrit dans le programme de lutte contre le changement climatique

L’agriculture sans travail du sol peut en fait bien s’inscrire dans l’agenda du changement climatique car elle joue un rôle important dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre en minimisant la perturbation des sols.

Le sol agit comme un réservoir naturel de carbone qui est essentiel sous forme de matières organiques. Lorsque le sol est labouré, il expose les composants carbonés à l’oxygène de l’atmosphère, réagissant à son tour pour former du dioxyde de carbone qui fait partie des émissions de gaz à effet de serre qui contribuent au réchauffement climatique.

9. Il réduit le compactage du sol

Chaque fois que l’on laboure, cela nécessite l’utilisation d’équipements, qui compacteront une partie du sol lorsqu’il touchera la surface du sol, entraînant la formation de cuirasses. L’équipement sera lourd et comprimera l’eau et l’air qui pourraient être présents dans les poches de sol.

Les poches de sol sont vitales car elles permettent la libre circulation de l’eau, des racines des cultures et des organismes du sol. La technologie sans labour réduit considérablement la quantité d’équipement utilisé et, par conséquent, réduit le compactage du sol ou la formation de cuirasse.

agriculture-culture-culture

Inconvénients de l’agriculture sans labour

1. Les coûts initiaux de l’équipement de semis direct sont élevés

Pour choisir l’option de labourer la terre, il faut investir dans du matériel et des pièces sans labour, ce qui peut dissuader de poursuivre l’agriculture sans labour. En règle générale, bien que l’agriculteur puisse récupérer l’argent investi grâce à des rendements plus élevés, il peut éventuellement dépenser plus en main-d’œuvre et en équipement.

L’agriculteur devra également vendre l’ancien équipement de travail du sol et réduire ou éliminer les tracteurs qui ne sont plus nécessaires ou si de nouvelles technologies apparaissent. Si la culture est diversifiée, le matériel de semis doit être plus petit ou plus étroit et doit être opportun.

2. Formation de ravines

En raison du non-labour pendant une longue période, les ravines peuvent potentiellement s’approfondir chaque année. C’est parce que le champ n’est pas continuellement lissé par le travail du sol, ce qui masque l’ampleur réelle de l’érosion. Pour aider à résoudre ce problème, il est recommandé d’utiliser des canalisations souterraines, des voies navigables en herbe et des cultures de couverture, qui aident à intercepter et à transporter le ruissellement du champ.

A lire aussi :  Battre le tissu cardiaque humain cultivé à partir de feuilles d'épinards.

De plus, il est nécessaire de maintenir de grandes quantités de couverture de paillis pour réduire le ruissellement et la tendance à la formation de ravines. De plus, les pneus radiaux à basse pression, les chenilles et la modification des schémas de circulation sur le terrain contribuent à réduire la tendance à la formation de ravins ou de rigoles.

3. Utilisation accrue de produits chimiques

L’agriculture sans labour pourrait en fait aider à freiner les mauvaises herbes à croissance rapide. Cependant, la plupart des types de mauvaises herbes continuent de pousser dans les fermes sans labour et nécessitent l’utilisation d’herbicides pour être éliminées.

L’utilisation continue de ces produits chimiques pourrait être désastreuse pour le sol, l’air et les plans d’eau environnants, sans parler de la façon dont ces produits chimiques finiront par affecter les animaux et les humains qui s’en nourrissent. Heureusement, laisser des graines de mauvaises herbes à la surface du sol où elles peuvent être mangées par des insectes, des souris et des oiseaux, ou simplement pourrir, pourrait aider à tuer les mauvaises herbes.

4. La courbe d’apprentissage de l’agriculture sans labour est toujours en baisse

La plupart des gens ne veulent pas apprendre de nouvelles techniques agricoles, en particulier l’agriculture sans labour. La majorité des gens préfèrent s’en tenir au travail du sol conventionnel et considèrent l’agriculture sans travail du sol comme erronée ou peu pratique.

Bien que de nouvelles sources, ressources et produits soient développés, presque quotidiennement, concernant l’agriculture sans labour, sa popularité est encore faible. L’agriculture sans labour nécessite donc une gestion et une éducation plus qualifiées afin qu’elle gagne en popularité et soit adoptée par davantage d’agriculteurs et de régions.

5. Le risque de transmettre des maladies

Après la récolte, la terre est laissée seule, où les mauvaises herbes prennent le dessus. Avant la récolte, les cultures souffrent beaucoup, y compris ces mauvaises herbes, ainsi que d’autres maladies des cultures. Les maladies ont tendance à disparaître après la récolte et peuvent être contrôlées après le travail du sol. Sans travail du sol, il existe un risque de transmission de ces maladies des plantes lorsque les résidus de culture ne sont pas incorporés au sol après la récolte.

Ainsi, la terre servira d’hôte pour les maladies et infectera les cultures suivantes. Pour lutter contre cela, les agriculteurs peuvent également choisir d’alterner les cultures et de planter celles qui ne sont pas sensibles à ces maladies. La végétation placée au-dessus des champs pourrait également constituer une excellente maison pour les parasites et cacher les mauvaises herbes à la vue

6. Il faut du temps pour récolter les bénéfices

Dans certaines régions, cela peut prendre un certain temps avant de récolter les bénéfices de l’agriculture sans labour. Par exemple, si une ferme n’a pas été exploitée depuis des décennies, il faudra un certain temps pour voir des gains de rendement après une seule saison.

Le semis direct demande beaucoup de patience pour que le sol retrouve sa structure et cela ne peut pas se faire du jour au lendemain ou sur une saison de plantation.

7. Certains types de sol pourraient ne pas le supporter

Lorsqu’un agriculteur utilise des méthodes de labour conventionnelles depuis longtemps, la base du sol devient incroyablement compacte et cela signifie que vous devrez planter d’autres cultures qui réduisent l’impact des problèmes lorsque vous commencez à ne pas labourer. Les sols avec de l’argile lourde et d’autres types peuvent également ne pas être en mesure de bénéficier d’une telle méthode de culture, même avec un changement des schémas de croissance.

Pour cette raison, les agriculteurs qui souhaitent rejoindre l’agriculture sans labour doivent consulter des experts locaux pour voir si leurs champs peuvent supporter la méthode agricole et les cultures ultérieures.

8. Les champs ne peuvent pas être utilisés à d’autres fins

Traditionnellement, les champs ont été utilisés pour faire pousser des cultures et plus tard pour le pâturage ou la mise en balles. Lorsqu’un agriculteur choisit d’utiliser la méthode de culture sans labour, il ne peut pas utiliser ses champs pour le bétail ou créer des cultures herbacées.

La raison en est que les résidus des saisons agricoles précédentes doivent être utilisés dans les champs, en étant laissés uniformément sur le champ. Lorsqu’une ferme a des ressources en terres limitées, ou si les résidus sont prélevés sur les champs, la méthode de culture ne sera pas utile à l’agriculteur.

Bouton retour en haut de la page