Jardinage

Qu’est-ce que le jardinage régénératif ? Tous les faits (+6 conseils utiles)

La plupart des jardins et des paysages contemporains dépendent des engrais, des pesticides et d’autres amendements du sol.

C’est exactement le contraire de ce que le jardinage régénératif vise à faire.

Le jardinage régénératif se concentre sur des pratiques non invasives qui respectent la composition naturelle du sol plutôt que de la modifier.

Les jardiniers de tous niveaux peuvent contribuer à restaurer la santé des sols sur leurs propriétés en utilisant ces techniques.

L’amélioration de la santé des sols ne se limite pas à la création d’un jardin plus productif.

Le jardinage régénératif peut avoir un impact direct sur la capacité du sol à retenir le carbone dans l’atmosphère, à retenir les eaux souterraines et à soutenir la biodiversité.

En d’autres termes, les pratiques régénératives pourraient être la clé d’un jardinage plus durable dans son ensemble.

En quoi le jardinage régénératif diffère-t-il du jardinage « normal » ?

Dans certaines régions, le sol ne convient pas aux plantes de jardin les plus courantes.

Il s’agit par exemple d’un sol à forte teneur en sable ou en argile, ou d’un sol qui a été planté en trop grand nombre et qui a perdu ses éléments nutritifs.

La plantation d’espèces non indigènes peut priver le sol d’éléments nutritifs essentiels. Si aucune mesure n’est prise pour reconstituer naturellement ces ressources, des engrais doivent être utilisés à la place.

L’élimination de la faune peut également avoir des répercussions majeures sur la santé du sol. La plupart des jardiniers comprennent l’importance des pollinisateurs.

Les décomposeurs tels que les vers, les champignons et les bactéries sont également essentiels à leurs écosystèmes respectifs.

Dans le jardinage normal, du moins dans de nombreuses régions du monde, ces problèmes sont « résolus » à l’aide de produits chimiques ou de processus physiques.

Les pratiques de jardinage régénératives se concentrent sur la prévention de l’épuisement des sols.

4 caractéristiques du jardinage régénératif

1. Un travail du sol minimal

Il existe de nombreuses pratiques de jardinage courantes qui ont un impact évident sur l’environnement.

Mais vous serez peut-être surpris d’apprendre que le labourage est l’une des principales pratiques auxquelles s’oppose le jardinage régénératif.

À l’œil nu, le labourage est bon pour le sol du jardin car il brise les matériaux compactés et améliore l’aération. Au niveau microscopique, cependant, il peut faire plus de mal que de bien.

Le labourage du sol brise d’importantes colonies de champignons. Il augmente également le taux d’érosion du sol et le ruissellement de l’eau.

Il est important de noter que le labourage dans le cadre du jardinage régénératif est prescrit au cas par cas. Certains types de sol bénéficient du labourage.

L’essentiel est d’adopter une approche prudente et de n’utiliser cette pratique que lorsque cela s’avère nécessaire.

2. L’engrais organique

L’adoption de pratiques de jardinage régénératives ne signifie pas nécessairement l’abandon total des engrais. Il s’agit simplement d’utiliser des engrais organiques plutôt que des engrais synthétiques.

Prenons l’exemple du compost :

Bien que le compost soit techniquement fabriqué par l’homme, il s’agit en fait d’une version concentrée des matières décomposées que l’on trouve dans tout écosystème.

La fertilisation responsable reproduit le plus fidèlement possible le cycle naturel de décomposition.

3. Plantation multi-espèces

La plantation multi-espèces est plus pertinente dans l’agriculture que dans le jardin familial moyen.

Mais comprendre l’importance de cette pratique peut nous éclairer sur le fonctionnement du jardinage régénératif dans son ensemble.

Chaque espèce végétale a des besoins nutritionnels spécifiques. Par conséquent, la plantation d’une seule espèce sur une surface donnée (également connue sous le nom de monoculture) entraînera une consommation plus importante de certains nutriments que d’autres.

La monoculture peut également avoir un impact négatif sur la biodiversité en éliminant les habitats et les sources de nourriture pour la faune et la flore.

La plantation stratégique d’espèces multiples permet de lutter contre la consommation disproportionnée de ressources et de préserver l’écosystème indigène dans une certaine mesure.

4. Les cultures de couverture

Les cultures de couverture sont une pratique simple qui présente d’incroyables avantages. Imaginez les cultures de couverture comme un paillis vivant (mais en mieux).

Ces cultures sont plantées pour maintenir la santé du sol lorsque la terre n’est pas activement utilisée pour l’agriculture.

Les avantages des cultures de couverture vont de la prévention de l’érosion au rétablissement des éléments nutritifs essentiels dans le sol.

Les cultures de couverture sont couramment utilisées dans l’agriculture. Toutefois, cette pratique peut également être adaptée à la pelouse ou au jardin ordinaires.

L’herbe est une plante de couverture populaire – bien que parfois problématique – qui protège le sol tout en étant esthétique.

Le trèfle, le jenny rampant et même la mousse en sont d’autres exemples.

Quels sont les avantages du jardinage régénératif ?

Séquestration du carbone

Le principe de base du jardinage régénératif est de restaurer et de maintenir la santé du sol.

La plus grande motivation de ce mouvement est peut-être le potentiel d’augmentation de la séquestration du carbone.

Le piégeage du carbone fait référence aux molécules de carbone stockées dans le sol. Un sol sain peut contenir beaucoup plus de carbone qu’un sol qui a été physiquement ou chimiquement modifié.

A lire aussi :  4 méthodes écologiques de lutte contre les parasites

Pourquoi est-ce important ? Parce que les molécules de carbone stockées dans le sol ne peuvent pas être présentes dans l’atmosphère.

L’une des principales théories est que les activités humaines affectant le sol – par exemple l’agriculture, l’exploitation minière, la construction – contribuent de manière significative au changement climatique lié au CO2.

L’augmentation de la séquestration du carbone pourrait contribuer à stopper, voire à inverser ces dommages.

La biodiversité

Le jardinage et l’agriculture modernes sont largement responsables du déclin de la biodiversité dans le sol, à la fois directement et indirectement.

Il y a des raisons évidentes à la faible biodiversité du sol, comme les pesticides et le labourage manuel.

Mais un nombre incalculable d’animaux, de champignons et de bactéries sont affectés par la plantation excessive et l’épuisement des nutriments dans le sol.

Les pratiques de jardinage régénératives figurent également parmi les meilleures stratégies pour améliorer la biodiversité du sol.

Capacité de rétention d’eau

Une meilleure rétention de l’humidité est un autre avantage d’un sol de haute qualité.

Un sol contenant de grandes quantités de matières organiques est capable de retenir davantage d’eau, ce qui permet d’éviter les ruissellements nuisibles et d’améliorer le filtrage des eaux souterraines.

Une meilleure rétention de l’humidité est également extrêmement bénéfique pour les jardins et les cultures agricoles.

Lorsque le sol est capable de retenir des quantités d’eau suffisantes, le besoin d’irrigation manuelle diminue également. C’est une excellente nouvelle pour la conservation de l’eau.

Y a-t-il des inconvénients potentiels ?

Aucune pratique de jardinage n’est parfaite. Le jardinage régénératif ne fait pas exception à la règle.

Le principal inconvénient d’un jardin régénératif est qu’il demande beaucoup de temps.

Un sol extrêmement appauvri peut mettre plusieurs années à retrouver son équilibre. Même un sol relativement sain peut mettre un certain temps à s’améliorer.

En plus d’attendre que votre dur labeur porte ses fruits, le jardinage régénératif est souvent très exigeant en termes de main-d’œuvre.

Si les motoculteurs, les engrais synthétiques et les pesticides sont si courants, c’est parce qu’ils rendent le jardinage plus facile et plus rapide. Il n’y a pas de raccourcis dans le jardinage régénératif.

Tout le monde peut-il pratiquer le jardinage régénératif ?

Oui. Le jardinage régénératif est un ensemble de principes qui peuvent être utilisés dans presque tous les jardins.

Bien que l’idéal soit de suivre tous les principes du jardinage régénératif, la perfection n’est pas l’objectif.

N’hésitez pas à emprunter les pratiques qui vous conviennent le mieux, à vous et à votre propriété.

Même des changements apparemment minimes peuvent permettre d’améliorer considérablement la santé de votre sol et de cultiver un jardin plus durable.

Le jardinage régénératif nécessite-t-il des outils ou des compétences particulières ?

Le jardinage régénératif repose en grande partie sur des compétences courantes telles que le compostage et l’association de plantes.

Ce sont des choses avec lesquelles le jardinier moyen a une certaine expérience.

En cas de doute, il n’est pas difficile de trouver des informations supplémentaires en ligne ou auprès de votre communauté locale.

En matière de jardinage régénératif, le meilleur outil à votre disposition est la connaissance.

Bien sûr, le fait de posséder les bons outils peut certainement faciliter le démarrage d’un jardin régénératif.

Par exemple, le fait de disposer d’un tas de compost peut rendre la fertilisation de votre jardin moins coûteuse et plus pratique. Mais ce n’est pas du tout nécessaire.

Comment démarrer un jardin régénératif ?

Étant donné que le jardinage régénératif est essentiellement une question de pratiques continues, les jardiniers peuvent y participer, qu’ils aient un parterre établi ou non.

La transition vers le jardinage régénératif nécessite rarement de partir de zéro.

Vous pouvez commencer à jardiner de façon régénératrice immédiatement en cessant de labourer, en adoptant le compost organique et en couvrant le plus possible le sol de plantes.

Gardez à l’esprit que l’adoption de techniques de jardinage régénératif peut nécessiter la révision d’une partie de votre jardin existant.

Vous devrez peut-être faire des choix difficiles en ce qui concerne les espèces végétales qui ne sont pas viables sans amendements du sol tels que les engrais.

La chose la plus importante à retenir est que le jardinage régénératif commence par le sol.

Le temps nécessaire pour réparer le sol sera directement proportionnel au nombre de changements qui y ont été apportés dans le passé.

Dans certains cas, repartir de zéro peut s’avérer la stratégie la plus simple.

6 conseils pour un jardin régénérateur

1. Maximiser la couverture

Un sol nu est un sol vulnérable. Faites preuve de créativité avec les cultures de couverture pour vous assurer que votre sol est protégé des éléments.

Les cultures de couverture sont une pratique courante dans l’agriculture. Mais vous pouvez également adapter cette stratégie pour protéger les plates-bandes de votre jardin d’agrément.

Des espèces couvre-sol comme la jenny rampante, le thym et le phlox peuvent être placées entre des plantations plus importantes pour protéger le sol.

Ces plantes peuvent également être utilisées pour maintenir la terre en place au lieu d’un véritable jardin.

Pour une approche plus contemporaine de la couverture du sol, utilisez un paillage responsable dans vos plates-bandes.

A lire aussi :  À quelle vitesse poussent les palmiers ?

2. Testez votre sol

L’analyse du sol est-elle absolument nécessaire ?

Non. Mais elle peut fournir des informations précieuses sur l’état actuel du sol de votre jardin et servir de référence pour les améliorations futures.

Le processus d’analyse du sol n’a pas besoin d’être compliqué. Les kits à usage domestique sont relativement faciles à trouver et à utiliser.

Pour des analyses plus détaillées, vous pouvez envoyer un échantillon de sol à un laboratoire entièrement équipé.

Ces analyses sont payantes, mais vous pouvez également bénéficier d’analyses gratuites par l’intermédiaire d’un bureau local de vulgarisation ou d’une organisation à but non lucratif.

3. Utiliser la solarisation

Comment éliminer les mauvaises herbes sans labourer ni utiliser d’herbicides ?

La solarisation est une méthode simple et non invasive, très répandue dans le milieu du jardinage durable.

Cette technique consiste à placer une feuille de plastique transparent sur les mauvaises herbes.

Lorsqu’elle est laissée au soleil pendant 2 ou 3 jours, la température sous la feuille de plastique augmente suffisamment pour tuer la plupart des mauvaises herbes établies et leurs graines.

Après avoir retiré le plastique, il sera beaucoup plus facile de ratisser les mauvaises herbes à la main sans perturber le sol sous-jacent.

Certains maraîchers utilisent également cette technique pour stériliser les plates-bandes avant de les planter.

4. Planter en succession

Planter une culture de couverture dense dans votre jardin ne servira pas à grand-chose si le feuillage meurt au milieu de l’été.

Pour préserver la santé du sol et prévenir l’érosion tout au long de l’année, veillez à tenir compte de toutes les saisons dans vos plantations.

Cette pratique consiste à choisir des espèces qui s’épanouissent à différentes périodes de l’année, mais aussi à choisir le moment où vous mettez les plantes en terre.

La sélection stratégique des espèces est la meilleure solution pour les jardins indigènes et ornementaux. En revanche, les plantations successives conviennent mieux aux jardins potagers.

La plantation en succession est une technique qui consiste à espacer les semences de 1 à 3 semaines. Ce calendrier permet d’assurer un remplissage constant de la plate-bande pendant toute la saison de croissance.

5. Attirer la faune locale

La plupart des jardins résidentiels présentent une grande variété d’espèces végétales. Examinez la façon dont votre jardin s’intègre pour préserver la santé du sol et soutenir la faune locale.

Les espèces indigènes sont un atout extrêmement précieux lorsqu’il s’agit d’accroître la biodiversité.

Même les espèces non indigènes peuvent être utilisées pour favoriser la diversité au-dessus et au-dessous du sol.

Mais si vous choisissez cette voie, préparez-vous à consacrer plus de temps à la recherche de plantes appropriées pour votre jardin régénératif.

6. Investir dans la diversité des plantes

Des techniques comme le compagnonnage peuvent avoir d’énormes avantages pour le jardin dans son ensemble. N’ayez pas peur de sacrifier l’esthétique pour des plantations plus efficaces.

Les plantes compagnes associent différentes espèces qui se complètent pour une raison ou une autre.

Les avantages du compagnonnage peuvent aller de la lutte contre les parasites au maintien de l’équilibre nutritif du sol.

Des tonnes d’informations sont disponibles en ligne sur les plantes compagnes potentielles et sur les effets que leur association peut avoir sur l’ensemble du jardin.

Cette pratique peut être utilisée dans les potagers et les aménagements paysagers ornementaux. Même certaines pelouses comportent des plantes compagnes.

Par exemple, remplacer seulement 10 à 15 % de votre pelouse par du trèfle est un excellent moyen de maintenir l’azote dans le sol.

La capacité du trèfle à ajouter de l’azote au sol permet de répondre aux besoins nutritionnels de l’herbe sans utiliser d’engrais synthétiques.

Une plus grande diversité dans le jardin peut également aider à tenir les mauvaises herbes et les maladies à distance.

Il est beaucoup plus difficile pour les agents pathogènes de passer d’une plante à l’autre lorsqu’elles sont toutes d’espèces différentes.

De plus, les mauvaises herbes ont plus de mal à se frayer un chemin à travers des plantations denses, ce qui est facile à réaliser avec des espèces multiples.

Conclusion

Le jardinage régénératif est une technique bénéfique à tous points de vue, à laquelle nous devrions tous prêter attention.

Oui, les pratiques régénératives sont incroyablement importantes dans l’agriculture commerciale. Mais elles peuvent également avoir un impact profond sur le jardin familial. N’oubliez pas : Chaque petit geste compte !

L’une des grandes qualités du jardinage régénératif est qu’il n’a pas besoin d’être tout ou rien.

L’adoption d’une ou deux techniques régénératrices peut contribuer à améliorer la santé du sol et à rendre votre jardin plus durable.

Même si le jardinage régénératif implique de renoncer à de nombreuses commodités modernes (engrais chimiques, pesticides, labourage, etc.), les avantages à long terme l’emportent largement sur le surcroît de travail.

Bouton retour en haut de la page