Changements climatiques

Pourquoi les gens ne se préoccupent-ils pas du changement climatique ?

Ils ont d'autres chats à fouetter, comme se faire renverser par une voiture.

Duraabl a été fondé en tant que « site web sur le mode de vie vert destiné à faire passer le développement durable dans le courant dominant ». La durabilité est souvent définie comme le fait de « répondre à nos propres besoins sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins », et elle ne semble pas beaucoup plus répandue aujourd’hui qu’elle ne l’était à l’époque. Dix-huit ans plus tard, les questions clés de la durabilité, comme le changement climatique, ne sont pas au cœur des préoccupations de la plupart des gens, et Duraabl n’est pas le plus grand site web du monde.

L’une des raisons pourrait être la perception du risque par les gens. La fondation Lloyd’s Register est une organisation caritative qui « aide à protéger la vie et les biens en mer, sur terre et dans les airs ». Elle a engagé Gallup pour réaliser un sondage mondial sur les risques en 2020, en utilisant les données de 2019, et vient de publier son dernier sondage de 2022 avec les données de 2021, après avoir interrogé 125 911 personnes dans 121 pays, principalement par téléphone. L’un des sondages a été réalisé avant la pandémie, l’autre pendant. Ruth Boumphrey, directrice générale, compare les deux :

« En examinant ce premier rapport du World Risk Poll 2021, ce qui me frappe le plus dans les résultats, c’est ce qui n’a pas changé, autant que ce qui a changé. Dans le monde entier, les gens s’inquiètent toujours plus des menaces permanentes telles que les accidents de la route, la criminalité et la violence que de tout autre risque, y compris le Covid-19, ce qui a des conséquences importantes sur la manière dont les décideurs politiques travaillent avec les communautés pour gérer les nouveaux défis de santé publique dans le contexte de leur vie quotidienne ».

La statistique la plus surprenante est peut-être le fait que les Nord-Américains estiment que leur plus grande source de risque quotidien est constituée par les accidents et les blessures liés à la route (29 %), suivis par la criminalité et la violence (11 %). L’Australie et la Nouvelle-Zélande placent le risque routier à 33 %, suivi bizarrement par les accidents de cuisine et de ménage à 11 %.

Au début, je me suis dit que c’était terrible : cela fait des années que nous écrivons sur la sécurité routière, sans que rien ne soit réglé, et pourtant c’est la plus grande préoccupation des Nord-Américains ! Et qu’est-ce qui ne va pas avec les cuisines australiennes ? Mais quand on regarde les chiffres, on se rend compte que c’est le résultat de pays riches qui ne souffrent pas autant des choses qui préoccupent les autres pays, comme l’Amérique latine avec 43 % de criminalité et de violence, l’Afrique qui s’inquiète de ne pas avoir d’argent, et l’Afrique du Nord qui s’inquiète de la maladie.

A lire aussi :  Dans la grève mondiale pour le climat, les jeunes exigent une action dans le monde entier

Le Covid-19 a été considéré comme un risque majeur dans certaines parties du monde, mais « son impact a été modéré dans l’ensemble, et les risques quotidiens tels que les accidents de la route, la criminalité et la violence, ainsi que les préoccupations économiques, sont restés au premier plan des préoccupations de la plupart des gens ».

C’est l’éternelle histoire du développement durable : les problèmes et les soucis quotidiens sont plus prioritaires. Le changement climatique fait l’objet d’une section spéciale du rapport sur les risques, qui aboutit à peu près à la même conclusion. Les auteurs commencent par noter que « le risque global posé par le changement climatique est largement reconnu, et les avertissements concernant ses effets sont de plus en plus terribles ». Une récente déclaration commune de plus de 200 revues médicales a qualifié le réchauffement rapide du climat de « plus grande menace pour la santé publique mondiale ».

Mais en creusant les données, ils découvrent que si 67 % des personnes interrogées considèrent le changement climatique comme une menace, seules 41 % d’entre elles le jugent grave. La situation varie en fonction du niveau d’éducation :

« La probabilité que les gens considèrent le changement climatique comme une menace très grave pour leur pays était beaucoup plus faible chez les personnes ayant un niveau d’éducation primaire ou moins (32 %) que chez celles ayant un niveau d’éducation secondaire (47 %) ou post-secondaire (50 %). Plus d’un quart des personnes appartenant au groupe le moins instruit (28 %) ont déclaré ne pas savoir, contre 13 % des personnes ayant suivi un enseignement secondaire et 7 % des personnes ayant suivi au moins une partie de l’enseignement post-secondaire.

Logiquement, les personnes qui ont connu des événements météorologiques graves sont plus susceptibles de considérer le changement climatique comme une menace sérieuse, bien que même dans ce cas, il existe une corrélation avec le niveau d’éducation. Les diplômés universitaires de Fort Myers sont donc probablement assez convaincus que le changement climatique est un problème actuel. Conclusion :

A lire aussi :  L'incertitude est-elle désormais notre amie dans la lutte contre le changement climatique ?

« Comme en 2019, les résultats du World Risk Poll 2021 démontrent la puissante influence de l’éducation sur les perceptions mondiales du changement climatique. Les données soulignent la difficulté d’atteindre les personnes qui peuvent être vulnérables aux risques liés aux conditions météorologiques extrêmes mais qui ont un faible niveau d’éducation moyen, comme les communautés agricoles dans les pays et territoires à revenu faible et intermédiaire…. La sensibilisation à la façon dont le changement climatique peut avoir un impact direct sur la vie des gens peut être cruciale pour élargir les efforts locaux visant à réduire les émissions de carbone et à renforcer la résilience aux effets de la hausse des températures ».

L’éducation a toujours été un problème car, comme l’a fait remarquer la journaliste Amy Westervelt après la publication du dernier rapport du GIEC, des forces puissantes cherchent à minimiser l’importance du changement climatique. Elle a écrit : « Le rapport a mis en évidence une chose très claire : les technologies et les politiques nécessaires pour faire face au changement climatique de manière adéquate existent, et les seuls véritables obstacles sont la politique et les intérêts des combustibles fossiles ». L’éducation aurait beaucoup à voir avec la sensibilité des gens à leurs histoires.

À bien des égards, nous avons déjà vu ce film, lors de la grande récession de 2008. Lorsque les gens s’inquiètent de savoir s’ils peuvent se chauffer ou se nourrir, ou apparemment s’ils vont survivre en traversant la rue, le changement climatique est une chose dont ils pourront se préoccuper plus tard.

Bouton retour en haut de la page