Pollution et Solutions

Sources de pollution sonore et conseils pour la prévention de la pollution sonore

La pollution sonore est définie comme des sons indésirables qui perturbent le son normal dans l’environnement. La pollution sonore provient souvent des chemins de fer, du trafic routier, des avions, de la musique forte, des chantiers de construction et des activités industrielles. Néanmoins, la définition du bruit est subjective car elle varie d’un individu à l’autre. Dans la majorité des cas, la réponse individuelle au bruit est influencée par l’intensité, le schéma temporel et la fréquence.

D’autres facteurs incluent la nature de l’activité qui produit le bruit et le niveau de bruit de fond avant l’introduction d’une autre fréquence sonore plus forte. Le bruit est la seule forme de pollution omniprésente mais rarement remarquée malgré ses effets néfastes. Elle peut entraîner des pertes de mémoire, une surdité ou dans certains cas des troubles psychiatriques. La sensibilité aux différentes fréquences sonores est mesurée à l’aide de l’échelle de décibels pondérée A (dBA).

femme-tenant-ses-oreilles

La pollution sonore est une chose relative. Dans une ville, c’est un avion à réaction qui décolle. Dans un monastère, c’est un stylo qui gratte.

~Robert Orben

Le niveau sonore acceptable est d’environ 60 à 65 dB, ce qui équivaut à celui d’une conversation normale. Des niveaux sonores supérieurs à 85 dBs sont nocifs selon la durée d’exposition et selon que l’on porte ou non une protection auditive. Un bruit supérieur à 140 dBA peut entraîner une perte auditive permanente. Voici les différentes sources de nuisances sonores et des conseils de prévention.

Diverses sources de pollution sonore

Les sources de nuisances sonores sont classées en deux grandes catégories : Les sources de nuisances sonores internes et externes.

1. Sources externes de pollution

Ce sont les principales sources de nuisances sonores dans l’environnement. Ce sont des sources extrêmement difficiles à contrôler. Ils comprennent.

  • Origines industrielles. L’industrialisation a entraîné l’augmentation de la pollution sonore. Les industries comprennent les usines de textile, les usines d’ingénierie, les presses à imprimer et les industries métallurgiques. La plupart des industries utilisent des machines lourdes capables de produire des niveaux de bruit très élevés. Ils disposent d’équipements tels que des compresseurs, des ventilateurs d’extraction, des broyeurs et des générateurs qui augmentent les niveaux de bruit globaux dans l’environnement. Les travailleurs dans ces environnements courent de grands risques pour leur santé s’ils ne prennent pas les mesures appropriées, comme le port de bouchons d’oreilles pour minimiser l’effet du bruit.
  • Véhicules pour le transport. L’automobile révolution s’est avérée être une source importante de bruit environnemental dans les régions urbaines. À l’ère moderne, il y a une augmentation du trafic en raison de la croissance du nombre de véhicules tels que les bus, les trains et les camions. Les personnes prises dans les embouteillages sont également souvent impatientes et klaxonnent continuellement pour tenter d’alerter le conducteur devant eux de se déplacer. Ces actes produisent un bruit insupportable pour les riverains, les navetteurs ou les passants, et l’environnement dans son ensemble. Les avions augmentent également le problème du bruit dans les grandes villes urbaines. La plupart des aéroports sont situés à proximité de zones résidentielles et pour cette raison, les avions à réaction qui décollent et atterrissent dans ces zones produisent normalement des niveaux sonores élevés.
  • Mauvaise planification urbaine. Les pays en développement manquent généralement d’une planification urbaine appropriée, ce qui entraîne des logements encombrés, de petits espaces, une prolifération de petites industries et un manque d’espaces de stationnement suffisants. Une mauvaise planification urbaine contribue ainsi au bruit environnemental à travers les bagarres ou les commodités sociales et de base, le bruit des petites industries manufacturières, les querelles pour les places de stationnement, les querelles familiales des maisons voisines et le bruit des enfants qui jouent.
  • Systèmes de sonorisation. Les fonctions publiques telles que les rassemblements, les grèves, les élections, les événements religieux et laïques utilisent des systèmes d’adressage très bruyants. Les organisateurs de tels événements bafouent normalement les règles établies par l’État contre la pollution sonore publique. Le bruit fort des systèmes de sonorisation et des systèmes de musique lors d’événements sociaux tels que les fêtes et les croisades religieuses est une autre source de pollution sonore. Les marchés ouverts produisent également souvent des niveaux élevés de pollution sonore en raison des activités d’achat et de vente, et de l’utilisation de haut-parleurs et de mégaphones dans la publicité de marchandises ou de services.
  • Machines agricoles. Des niveaux de bruit aussi élevés que 90 dB à 98 dB ont été enregistrés dans certaines fermes utilisant des types de machines et d’équipements lourds. Ces équipements comprennent des thrashers, des puits tubulaires, des tracteurs, des foreuses, des motoculteurs et des moissonneuses.
  • Équipement militaire. Les chars d’artillerie, le lancement de roquettes, les exercices d’avions militaires, les explosions et les exercices de tir sont de sérieux pollueurs sonores. Des impacts assourdissants sont produits par les bruits des moteurs à réaction et dans les cas extrêmes, ils provoquent l’éclatement des vitres et la fissuration des vieux bâtiments délabrés situés près de leurs aires de décollage et d’atterrissage ou lorsqu’ils survolent de telles structures.
A lire aussi :  La pollution lumineuse : Types, causes et effets et solutions efficaces

2. Sources intérieures de bruit

Ce sont des bruits associés aux activités humaines au sein d’un ménage ou d’un bâtiment. Ils se produisent également en raison des opérations des services du bâtiment et des services de bureau.

  • Services intérieurs du bâtiment. Les travaux de construction, les ateliers et les réparations automobiles provoquent des nuisances sonores. L’équipement utilisé dans ces travaux produit beaucoup de bruit qui cause des nuisances et peut nuire à la capacité auditive.
  • Activités ménagères. Ce sont des activités telles que le claquement fort des portes, les bruits des enfants qui jouent, le mouvement des meubles, les pleurs des bébés, les disputes bruyantes. De nombreux ménages possèdent également des équipements de divertissement tels que des systèmes Hi-Fi, des téléviseurs et des haut-parleurs qui peuvent contribuer davantage au bruit global émanant des activités domestiques à l’intérieur. Les équipements ménagers tels que les autocuiseurs, les aspirateurs, les machines à laver, les machines à coudre, les mixeurs, les refroidisseurs de désert, les ventilateurs d’extraction et les climatiseurs produisent également beaucoup de bruit.
  • Matériel de bureau. Dans les bureaux, il y a des imprimantes, des photocopieurs et des machines à écrire entre autres équipements qui contribuent à la pollution sonore dans les lieux de travail et ses environs.

Conseils pour la prévention de la pollution sonore

1. Lois standard de différentes organisations

Le contrôle du bruit dans le secteur des transports, une planification urbaine appropriée et l’utilisation de codes de zonage, le contrôle du bruit routier, la conception d’architectures antibruit et la réduction du bruit des avions sont quelques-unes des mesures d’atténuation du bruit qui peuvent être utilisées pour réduire la pollution sonore. Pour les mettre en œuvre, il existe différentes consignes ou plutôt des recommandations types de niveaux sonores autorisés dont :

  • Politiques de sécurité et de santé au travail. Ces politiques imposent des contrôles administratifs et techniques sur le lieu de travail dans les cas où les travailleurs sont exposés à des niveaux de bruit supérieurs à 90 dBA pendant une période de moyenne pondérée dans le temps (TWA) de huit heures. Il recommande également que des mesures de contrôle du bruit d’impulsion et d’impact soient mises en place lorsque le bruit dépasse 140 dB. Il a été appliqué dans divers secteurs à travers le monde, notamment les industries manufacturières, les bureaux, les chantiers de construction, les chemins de fer et les aéroports. Les mesures comprennent le contrôle de l’impact et de l’impulsion du bruit.
  • Autres organisations. Ils comprennent les organisations minières, de sécurité et de santé. Différents pays ont leurs propres politiques et réglementations sur la pollution sonore qui sont conformes aux politiques internationales sur la pollution sonore dans les usines d’extraction, de traitement et de production d’électricité.
A lire aussi :  Décharge illégale : Causes, effets et solutions aux immenses amoncellements de déchets

2. Conseils pour contrôler la pollution sonore

Certains des conseils qui peuvent aider à contrôler la pollution sonore comprennent

  • Utilisation de bouchons d’oreille. L’un des conseils les plus rentables pour réduire la pollution sonore consiste à porter des bouchons d’oreilles. Ils peuvent être portés sur les lieux de travail et pendant le sommeil pour réduire la quantité de bruit de l’environnement environnant. Ils ont des avantages pour la santé tels que des habitudes de sommeil saines et préviennent les dommages au tympan.
  • Insonorisation. Les installations industrielles qui produisent beaucoup de bruit à partir de leurs machines peuvent utiliser des matériaux insonorisés pour réduire les fréquences sonores élevées. Chez soi, on peut installer des matériaux d’insonorisation qui bloquent le bruit et les vibrations associées. Les fenêtres à double vitrage, par exemple, peuvent être une méthode impressionnante pour prévenir la pollution sonore.
  • Fermeture des fenêtres. Pour éviter que des bruits indésirables ne pénètrent dans la maison et les bâtiments, il suffit de fermer les fenêtres et de les ouvrir lorsqu’il fait calme.
  • Cornes discordantes. Pour réduire le bruit associé aux klaxons continus dans la circulation, les véhicules peuvent installer des klaxons qui émettent des sons discordants. Dans les cas où les tuyaux d’échappement sont endommagés, ils doivent être réparés et les camions bruyants interdits.
  • Forces de l’ordre. L’État et les gouvernements locaux devraient avoir des lois appropriées qui empêchent la pollution sonore à proximité des zones résidentielles. Ils peuvent donner autorité aux forces de l’ordre communautaires qui auront pour mandat de contrôler les pollueurs sonores. Un exemple est celui où les lois sont appliquées de telle sorte que les industries ou les entreprises produisant du bruit sont créées et exploitées loin des écoles, des collèges, des hôpitaux et des zones résidentielles.
  • Casque antibruit. Ils peuvent être utilisés par les travailleurs pour réduire la pollution sonore chez les travailleurs de l’industrie et de la construction. Ils filtrent tout bruit indésirable et l’empêchent d’atteindre les oreilles.
  • Utiliser des barrières ou se mettre au vert en plantant des arbres. Un moyen simple de réduire les vibrations et les fortes ondes sonores consiste à utiliser des barrières telles que des clôtures et à planter des arbres autour de la maison. Ces barrières absorberaient les ondes et réduiraient considérablement le bruit ambiant.
  • Lubrification et meilleur entretien des machines. Lorsque les pièces mobiles des machines et des moteurs sont bien entretenues et lubrifiées, cela améliore non seulement l’efficacité, mais contribue également à réduire le bruit. La raison en est que la lubrification et l’entretien adéquat réduisent la friction entre les pièces mobiles.
  • L’utilisation de la créativité dans l’aménagement de la maison et du bureau. Faire preuve d’innovation dans le placement des équipements peut contribuer de manière significative à réduire la pollution sonore. Les appareils électroménagers et les équipements de bureau bruyants peuvent être placés aux extrémités de la maison ou du bureau, réduisant ainsi les niveaux de bruit qui atteignent les zones de repos ou de travail.

Références:

Effets de la pollution sonore par AAS

Problème de pollution sonore

Pollution sonore par l’Agence européenne pour l’environnement

Bouton retour en haut de la page