Animaux

Pollution sonore : L’impact sur l’environnement et ce que vous pouvez faire

La pollution sonore est mauvaise pour l'homme et terrible pour la faune. Voici ce que c'est, comment cela affecte les animaux et comment vous pouvez aider.

La pollution sonore, souvent négligée par rapport à d’autres formes de pollution, a un impact significatif sur notre environnement. Elle se réfère à la présence excessive de bruits indésirables dans notre environnement quotidien. Ces bruits proviennent généralement des activités humaines, telles que la circulation routière, les industries, les transports en commun, les loisirs bruyants et la construction. Voyons en détail comment cette pollution sonore affecte notre environnement.

Avez-vous déjà été dans un endroit où les bruits de l’humanité sont vraiment absents ? Nous sommes immunisés contre les bruits de la circulation au loin et surtout contre le bourdonnement subtil des avions, mais il y a peu d’endroits où il n’y a pas une forme ou une autre de pollution sonore.

La pollution sonore est un bruit qui a dépassé les niveaux de bruit ambiant et qui a un impact nuisible sur les êtres humains et les animaux. Ce type de pollution est généré par l’homme et constitue une forme de dégradation de l’environnement. Elle peut être une source de stress pour la faune, avoir des effets négatifs sur le bien-être des animaux et même provoquer des changements de comportement chez les oiseaux, selon une étude sur les impacts de la pollution sonore sur les oiseaux.

Carte montrant le bruit causé par les routes, les chemins de fer et l'aviation. Photo tirée de U.S. Dept. of Transportation, National Transportation Noise Map.
Carte montrant le bruit causé par les routes, les chemins de fer et l’aviation. Photo tirée de U.S. Dept. of Transportation, National Transportation Noise Map.

La pollution sonore peut être problématique lorsque les fréquences produites perturbent la transmission d’informations chez les animaux, en particulier ceux qui utilisent des fréquences similaires pour communiquer. Ces perturbations peuvent également entraîner une augmentation des comportements anti-prédateurs dans des situations qui ne l’exigent pas, ainsi qu’une modification de la vocalisation des espèces, une augmentation du stress et des maladies liées au stress, et une diminution potentielle des populations.

Les faits sur la pollution sonore

  • La perte d’audition est la troisième condition physique chronique la plus courante aux États-Unis. (CDC)
  • Selon une étude portant sur la pollution sonore et ses effets sur la santé, plus de 100 millions de personnes dans l’Union européenne sont exposées à des bruits de circulation supérieurs à 55 décibels (dB).
  • Un bruit supérieur à 70 dB sur une longue période peut endommager l’ouïe, et un bruit supérieur à 120 dB peut causer des dommages immédiats aux oreilles. Le bruit moyen d’un feu d’artifice est de 140 dB, et le bruit moyen de la circulation (à l’intérieur d’une voiture) est de 80 à 85 dB. (CDC)
  • La pollution sonore menace la survie de plus de 100 espèces.

Qu’est-ce que la pollution sonore ?

La pollution sonore peut également être définie comme un son indésirable. Le bruit étudié se réfère généralement au bruit professionnel plutôt qu’au bruit social ou au bruit environnemental comme la construction.

Dans l’Union européenne, environ 56 millions de personnes vivant dans des zones de plus de 250 000 habitants sont exposées à un bruit de circulation supérieur à la moyenne. Aux États-Unis, il a été démontré que le bruit augmentait en Californie en raison du trafic routier, à un rythme de 6,7 dBA (décibels pondérés A).

L’impact de la pollution sonore sur l’environnement peut être classé comme suit :

  • Contamination chronique / bruit continu : Exposition constante au bruit ; ce type de pollution peut entraîner une déficience auditive.
  • Contamination temporaire avec dommages physiologiques : Exposition à une source de bruit limitée, par exemple l’exposition à des explosifs.
  • Pollution temporaire sans dommage : Bruit continu pendant une période limitée, comme le bruit de la rue ; ce type de pollution peut entraîner des déficiences auditives temporaires.

Quant au bruit de basse fréquence, il s’agit du bruit de fond provenant des environnements urbains, comme les systèmes de climatisation ou les véhicules. Le trafic représente 80 % de l’impact environnemental du bruit. Chez les animaux, le bruit de la circulation peut réduire l’efficacité de la recherche de nourriture et, chez les oiseaux, affecter leur système de reproduction.

Exemples de pollution sonore

Barcelone, Espagne

Barcelone figure parmi les villes les plus exposées à la pollution sonore. Selon une étude sur les inégalités environnementales en matière de bruit dans la ville, près de 48 % des pâtés de maisons ont un niveau de bruit moyen supérieur à 65 dB, et seulement 5 % des pâtés de maisons ont un niveau de bruit inférieur à 55 dB. La zone la plus bruyante est le quartier de l’Eixample, où le trafic routier est important et où se trouve la très populaire Sagrada Familia. Ce quartier, ainsi que le quartier Sarria-Sant Gervasi, connaissent des niveaux supérieurs à 70 dB. À Barcelone, 94 % de la population vit dans des quartiers où les niveaux de bruit sont élevés. À Madrid, 80 % du bruit urbain provient du trafic routier, selon une étude d’impact du bruit de la circulation à Madrid. En général, l’Union européenne a montré que 65 % des Européens vivent dans de grandes zones urbaines exposées à des niveaux de bruit élevés.

Ville de New York, États-Unis

Le bruit a toujours été considéré comme le principal problème de qualité de vie des habitants de la ville de New York. Selon une évaluation de la pollution sonore dans la ville de New York, les niveaux de pression acoustique se situent entre 70 et 85 dB dans le centre de Manhattan, ce qui est supérieur à la moyenne et constitue un risque pour la santé. Plus de deux millions d’habitants de la ville de New York ont déclaré avoir été dérangés dans leur sommeil par le bruit une fois par semaine ; 78 % d’entre eux ont déclaré avoir été dérangés trois nuits ou plus par semaine, selon un document sur les effets du bruit ambiant sur le sommeil. Le bruit de la circulation est à l’origine de 53 % des troubles du sommeil. Les endroits de la ville de New York où les niveaux de bruit sont supérieurs à 70 dB augmentent le risque de perte auditive. Ces niveaux de bruit étaient particulièrement élevés dans les zones à forte circulation, pendant les périodes de déplacement du matin et du soir, et tout autour de Manhattan, comme l’indique une évaluation du bruit au niveau de la rue dans la ville de New York. L’évaluation a également révélé que les niveaux de bruit les plus élevés étaient enregistrés en présence de sirènes, d’une circulation piétonne intense ou de travaux de construction. Les bruits de la rue représentent 4 % du bruit total auquel est exposé le public de New York.

A lire aussi :  Les derniers pandas d'Europe étaient des géants faibles qui ne pouvaient même pas manger de bambou.

Pollution sonore et Clean Air Act

L’amendement à la loi sur la pureté de l’air a ajouté le titre IV au document, qui concerne la pollution sonore. Cet amendement a créé l’Office de lutte contre le bruit de l’EPA, chargé d’étudier les effets du bruit sur la santé publique et sur la faune, les effets psychologiques et physiologiques qu’il peut avoir sur les personnes, ainsi que les effets des bruits extrêmes sporadiques. Les sources de bruit réglementées par l’EPA comprennent les équipements de construction, les camions, les équipements de transport, les produits à faible émission sonore et les transporteurs ferroviaires et routiers. Elle réglemente également l’étiquetage des dispositifs de protection auditive. À l’époque où cet amendement a été rédigé, l’EPA a estimé que l’exposition moyenne au bruit ambiant était de 70 dB sur 24 heures et que les niveaux moyens étaient de 55 dB à l’extérieur. Toutefois, l’Office de lutte contre le bruit a été fermé, l’administration estimant qu’il valait mieux que les questions relatives au bruit soient traitées au niveau local et au niveau de l’État, selon l’EPA.

Le Noise Control Act de 1972 et le Loi sur les communautés calmes ont essentiellement remplacé le bureau et n’ont pas encore été abrogés, mais le site web de l’EPA indique qu’ils sont « essentiellement non financés ». Étant donné que la loi sur la qualité de l’air et l’amendement susmentionné ne sont plus appliqués, les citoyens peuvent consulter les réglementations de leur État. Par exemple, le Colorado limite les décibels produits par le bruit dans les zones résidentielles, commerciales, industrielles légères et industrielles entre une heure et une autre. La loi considère également les bruits périodiques, intrusifs ou stridents comme une nuisance. La loi californienne sur le contrôle du bruit (California Noise Control Act) rappelle les effets néfastes d’un bruit excessif sur la santé physiologique et psychologique, et stipule que les habitants de la Californie ont le droit de jouir d’un environnement « paisible et tranquille », sans bruit susceptible de nuire à leur santé.

Effets de la pollution sonore sur la faune

C’est sur les animaux que la pollution sonore a le plus d’effets sur l’environnement. La pollution sonore peut affecter la capacité d’un animal à détecter des signaux acoustiques, affecter les comportements de parade nuptiale, faire en sorte que les oiseaux produisent moins d’œufs et que moins de descendants atteignent l’âge de la reproduction. Lors de la détection des signaux acoustiques, le bruit peut également être produit dans les mêmes fréquences que celles dans lesquelles les animaux vocalisent et peut interrompre la transmission des informations.

Le bruit affecte de nombreuses espèces animales, depuis les amphibiens, les arthropodes, les oiseaux et les poissons jusqu’aux mammifères, mollusques et reptiles.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, le bruit est l’une des formes de pollution les plus dangereuses et est devenu omniprésent dans les écosystèmes aquatiques et terrestres.

Comment le bruit affecte-t-il les animaux ?

  • Il entrave la communication. La plupart des animaux utilisent des vocalisations et d’autres signaux acoustiques pour communiquer entre eux. Les interférences rendent difficile la recherche de partenaires, l’alerte en cas de danger, l’établissement de territoires et la coordination des activités de groupe.
  • Elles perturbent la reproduction : La pollution sonore est une source de distraction et peut perturber les comportements de reproduction et entraîner une diminution du succès de la reproduction. Par exemple, les bruits forts à proximité des sites de nidification peuvent inciter les oiseaux à abandonner leur nid.
  • Elle compromet la diminution de l’habitat : Le bruit peut réduire la qualité de l’habitat utilisable, qui est déjà en déclin critique.
  • Il modifie les habitudes de recherche de nourriture : La pollution sonore peut modifier les habitudes de recherche de nourriture des animaux. Par exemple, le bruit des navires peut inciter les mammifères marins à éviter certaines zones d’alimentation.
  • Elle entraîne du stress et des problèmes de santé : Tout comme chez les animaux humains, une exposition prolongée à un bruit fort et constant peut entraîner un stress chronique chez les animaux non humains, ce qui peut avoir de nombreux effets néfastes.
  • Les signaux environnementaux sont noyés dans le bruit : La pollution sonore peut empêcher d’entendre des signaux environnementaux importants sur lesquels les animaux se sont toujours appuyés pour s’orienter et détecter des prédateurs ou des proies.
  • Elle désoriente et peut provoquer des échouages : En particulier dans les milieux aquatiques, le bruit – comme celui des navires ou des activités d’extraction pétrolière – peut désorienter les animaux marins et entraîner des échouages sur les plages ou des collisions avec des bateaux.
A lire aussi :  Pourquoi les diables de Tasmanie sont-ils en danger ?

Ces perturbations peuvent avoir des conséquences à long terme. Par exemple, certaines espèces peuvent adopter un comportement anti-prédateur en raison de la confusion que le bruit peut créer, comme c’est le cas de l’impact de la pollution sonore sur le diamant mandarin.

Dans ce cas, le bruit créé par le trafic a modifié le comportement des pinsons safranés et les a rendus moins agressifs. Dans un environnement très bruyant, l’oiseau mâle se montre moins agressif lorsqu’il est confronté à un oiseau intrus. Cela peut s’expliquer par le fait qu’ils prêtent moins d’attention à l’intrus si le bruit indésirable masque les informations qui déterminent les attributs de l’intrus. L’étude prédit que si la pollution sonore devait se poursuivre, cette espèce continuerait à présenter un comportement anti-prédateur, ainsi qu’à manger et à se reproduire moins. Ce type de changement de comportement a également été constaté chez le moineau friquet.

Que peut-on faire ?

Les arbres peuvent être utilisés pour lutter contre la pollution sonore, selon une étude portant sur les effets des feuilles, des branches et des houppiers sur la pollution sonore. En réduisant la zone de bruit et en augmentant la présence des arbres grâce à des ceintures d’arbres d’au moins 12 mètres, les arbres pourraient servir de barrière contre le bruit dans les zones urbaines. Une autre étude a montré que des ceintures d’arbres d’une largeur de 30 mètres pouvaient être plantées le long des routes et réduire le bruit de plus de 6 dB par rapport à une prairie. La conclusion est qu’un plus grand nombre d’arbres, de branches et de feuilles peut réduire la pollution sonore.

Aux États-Unis, des réglementations ont également été mises en place au niveau de l’État et des collectivités locales afin de réduire la pollution sonore. New York, par exemple, dispose d’une réglementation concernant l’exposition professionnelle au bruit, qui va de la surveillance du bruit à la fourniture d’équipements de protection individuelle. De nombreux États et collectivités locales aux États-Unis ont leurs propres réglementations concernant la pollution sonore ; cependant, beaucoup se concentrent sur les impacts humains de la pollution sonore et non sur les impacts environnementaux.

Comment pouvez-vous aider ?

  • Plaidez en faveur de la plantation d’arbres et de végétation, ou plantez vous-même des arbres. Les arbres peuvent constituer une excellente barrière contre le bruit et présentent de nombreux autres avantages.
  • Baissez le volume de votre télévision, de votre musique et de votre autoradio, en particulier dans les zones urbaines et résidentielles où les gens peuvent entendre vos divertissements.
  • Si vous possédez une voiture ou une moto, veillez à ce qu’elle soit bien entretenue afin de minimiser le bruit du moteur.
  • Contrôlez votre rage au volant et limitez les coups de klaxon inutiles.
  • Limitez l’utilisation de machines ou d’équipements bruyants.
  • Optez pour du matériel de jardinage électrique – les tondeuses à gazon et les souffleuses à feuilles sont un fléau pour vos voisins.
  • Optez pour une voiture électrique, qui réduit le bruit du moteur dû à la circulation.
  • Insonorisez votre maison ou votre lieu de travail pour réduire le bruit que vous entendez et celui que vous émettez.
  • Plaidez en faveur de zones de silence dans les lieux publics, tels que les parcs, les bibliothèques ou les transports en commun.
  • Recherchez et soutenez les politiques et réglementations locales et nationales en matière de réduction du bruit.
  • Participez activement aux initiatives locales visant à réduire la pollution sonore, par exemple en organisant des campagnes de sensibilisation au bruit ou en soutenant des projets de réduction du bruit.

Conclusion

La pollution sonore est une préoccupation environnementale majeure ayant des répercussions sur la faune, la santé humaine et la qualité de vie. En comprenant les effets de la pollution sonore et en prenant des mesures pour la réduire, nous pouvons contribuer à un environnement plus sain et plus paisible pour tous.

Bouton retour en haut de la page