Animaux

16 raisons exceptionnelles pour lesquelles la conservation des espèces sauvages est importante aujourd’hui

Les activités humaines telles que l’expansion de l’agriculture, l’exploitation forestière et le braconnage sont généralement les principales causes de l’extinction de la flore et de la faune et de la perte de biodiversité.

Au cours des quatre dernières décennies, les activités humaines ont fortement poussé certaines espèces animales au bord de l’extinction, avec une perte estimée à environ 10 000 espèces par an, ce qui représente la perte de la moitié de la population mondiale d’animaux sauvages.

Par exemple, les braconniers sont responsables de la quasi-extinction de certains animaux à cornes comme les rhinocéros et les éléphants en Afrique, le rhinocéros blanc au Kenya en étant un bon exemple.

D’autres facteurs, tels que le changement climatique entraînant des sécheresses et des inondations fréquentes, la déforestation, la surpopulation et la culture de la consommation, sont également responsables de la mise en danger des espèces sauvages.

Pour tenter de remédier à cette situation, la conservation des espèces sauvages est obligatoire, car elle présente de nombreux avantages pour les animaux comme pour les humains :

Ce n’est que lorsque les dernières cornes, défenses, peaux et os des animaux auront été vendus que l’humanité réalisera que l’argent ne pourra jamais racheter notre faune et notre flore.

~ Paul Oxton

16 raisons convaincantes pour lesquelles il est important de préserver les espèces sauvages aujourd’hui

1. Favorise la pollinisation et la continuité des espèces végétales indigènes

Les petits animaux, en particulier les abeilles, les insectes, les papillons et les oiseaux, jouent un rôle important dans la production alimentaire. La conservation de ces animaux contribue donc à la pollinisation.

Comme ils dépendent du nectar des fleurs, ils sont essentiels à la production agricole, à la culture intercalaire et à la promotion de la continuité des espèces végétales indigènes. En se déplaçant d’une fleur à l’autre à la recherche de nectar, les abeilles transportent le pollen, soutenant ainsi le processus de croissance des cultures.

2. Valeur médicinale

Bien que les plantes soient les principales sources de médicaments, certains animaux sont également essentiels à la production de médicaments. Par exemple, le venin du cobra est un ingrédient important dans la fabrication de médicaments contre la lèpre, tandis que les homards peuvent être utilisés comme antifongiques.

Il convient également de noter que la conservation de la faune signifie également la conservation de leurs habitats naturels, y compris les arbres et la végétation, ce qui est primordial pour la recherche médicinale et la durabilité des industries pharmaceutiques.

3. Avantages esthétiques

Observer des animaux dans leur habitat naturel n’est pas seulement amusant, c’est aussi relaxant. Les gens partent toujours en vacances dans des zones protégées telles que les zoos, les parcs animaliers, les lacs, les océans, les forêts et les montagnes pour des activités telles que le camping, la pêche, les promenades en bateau et la randonnée, pour n’en citer que quelques-unes.

Il a été rapporté que les personnes qui passent la plupart de leur temps à l’extérieur, que ce soit pour chasser, observer des animaux sauvages ou se promener dans des habitats naturels, sont moins susceptibles de souffrir de stress et de complications liées au stress. La conservation de la faune et de la flore permet de continuer à profiter de la nature dans toute sa splendeur !

4. C’est amusant et divertissant !

Les gens passent des heures devant leur télévision à regarder des documentaires sur les animaux sauvages pour s’amuser et se divertir. Si l’on ne conserve pas les animaux sauvages et leur habitat, il n’y aura plus de documentaires sur les animaux et donc plus de divertissement.

En outre, observer les animaux dans leur habitat naturel, par exemple, regarder les prédateurs tuer dans la jungle, est extrêmement captivant.

5. Préserver le patrimoine et la culture

La conservation de la faune et de la flore signifie la conservation du patrimoine et de la culture traditionnelle. Certains endroits sont connus pour leur flore et leur faune en relation avec les pratiques et les modes de vie autochtones, ce qui signifie que si l’on ne préserve pas l’environnement, on perdra leurs terres et leur patrimoine autochtone.

Par exemple, les grands félins comme les lions, les léopards, les guépards et les grands herbivores comme les éléphants et les girafes sont souvent associés aux safaris en Afrique, que l’on appelle depuis peu « l’Afrique magique ». Un autre exemple est le paysage de la migration de milliers d’animaux sauvages, qui est associé à l’écosystème de la « plaine du Serengeti ».

A lire aussi :  Un "singe mystérieux" hybride apparaît à Bornéo et inquiète les chercheurs.

6. Favoriser l’attraction touristique

La raison pour laquelle la plupart des gens choisissent de visiter un pays plutôt qu’un autre est essentiellement due à la faune et à la flore du pays, ainsi qu’aux habitats naturels tels que les forêts, les montagnes et les plans d’eau.

Les pays où l’on trouve le plus grand nombre d’animaux sauvages sont connus pour attirer un plus grand nombre de touristes, ce qui est le cas de régions comme l’Amazonie et de pays comme la Tanzanie, le Costa Rica, le Kenya, le Brésil, la Thaïlande et l’Afrique du Sud.

Lorsqu’ils choisissent leur destination, les touristes ont tendance à opter pour des endroits où ils verront beaucoup d’animaux sauvages.

7. Protection de la biodiversité et des espèces menacées

Dans la jungle, de nombreux animaux dépendent les uns des autres par le biais de chaînes et de réseaux alimentaires. Par exemple, les animaux carnivores comme les lions, les guépards et les léopards dépendent des herbivores comme les antilopes pour leur survie. Si les antilopes disparaissent de la jungle, cela peut nuire à la survie des félins.

Cela affectera également la survie d’autres herbivores dans la jungle, car les chats dépendront des animaux restants pour leur survie, ce qui peut réduire considérablement la population de grands animaux comme les girafes, qui prennent plus de temps à se reconstituer.

Il convient également de noter que l’extinction des chats peut affecter considérablement la population des charognards qui dépendent des chats pour leur repas et réduire la population d’herbes et d’arbres mangés par les consommateurs primaires tels que les chèvres et les antilopes.

8. Protéger la stabilité et l’équilibre écologiques

La conservation de la faune et de la flore favorise la stabilité et l’équilibre écologiques dans le monde. Les plantes, par exemple, jouent un rôle important dans la santé de l’écosystème en équilibrant le dioxyde de carbone et l’oxygène dans l’environnement.

Si les espèces animales deviennent dominantes, qu’il s’agisse d’humains ou d’animaux sauvages, cela entraînera une grande instabilité, affectant la survie de toutes les espèces végétales et animales dans le monde.

Par exemple, si les humains ne conservent pas les espèces sauvages et les habitats naturels, cela entraînera la destruction des sources d’approvisionnement en eau, ce qui provoquera des sécheresses et des dissertations.

De plus, les activités humaines incontrôlées telles que la déforestation et l’exploitation forestière sont connues pour leurs effets négatifs sur l’environnement, et par conséquent, conserver la faune et la flore signifie protéger la stabilité et l’équilibre écologiques.

9. Peut renforcer la sécurité alimentaire

L’un des rôles les plus fondamentaux de la conservation de la faune et de la flore sauvages pour l’homme est d’améliorer la sécurité alimentaire. En protégeant les habitats naturels de la dégradation et les forêts de la déforestation, la disponibilité d’une variété de produits alimentaires augmente.

En effet, la conservation de la faune et de la flore aide la recherche à promouvoir la diversité agricole. La protection des habitats garantit des ressources naturelles suffisantes et fiables pour soutenir les activités agricoles, renforçant ainsi la sécurité alimentaire.

10. Éducation et apprentissage

L’étude de la faune et de son habitat est une expérience d’apprentissage importante pour les enfants, les étudiants et les élèves de tous âges. L’observation des animaux aide les enfants à conceptualiser des idées et à développer leur imagination, ce qui est important pour leur croissance.

En fait, emmener les enfants dans les zoos et les parcs animaliers fait partie du système éducatif et, en tant que tel, l’échec de la conservation de la faune sauvage laissera les enseignants avec moins de ressources éducatives dans les matières biologiques et scientifiques.

11. Important pour l’identification de nouvelles espèces végétales et animales pour la recherche

Malgré l’augmentation de la recherche animale au cours des dernières décennies, on estime qu’un nombre important d’animaux et de plantes n’ont pas encore été découverts. Si l’on tient compte du fait que la plupart des médicaments destinés à l’homme proviennent d’organismes microbiens, d’animaux et de plantes, cela souligne la nécessité de préserver la faune et ses habitats.

En fait, certains chercheurs pensent que les médicaments pour certaines maladies incurables proviendront très probablement d’animaux ou de plantes qui n’ont pas encore été découverts, d’où la nécessité de conserver les habitats naturels.

12. Avantages économiques liés au tourisme

Le tourisme contribue fortement à la croissance économique des pays (le PIB de la nation) en raison des centres de conservation de la faune et de la flore et de leurs habitats naturels préservés. Par exemple, des pays comme la Thaïlande, le Costa Rica, le Brésil, l’Australie, le Kenya, la Tanzanie et l’Afrique du Sud bénéficient grandement des revenus du tourisme.

A lire aussi :  Un bébé requin mort échoué sur une plage britannique a probablement été avorté par sa mère.

Le secteur du tourisme représente 10,4 % du PIB mondial. Cela signifie que si les animaux sauvages ne sont pas conservés, non seulement leur survie sera menacée, mais il en résultera également d’importantes pertes économiques liées au tourisme.

13. Création d’emplois

La faune sauvage a contribué à la création de milliers d’emplois directs et indirects. Par exemple, dans les endroits où il y a des animaux sauvages, qu’il s’agisse d’un zoo ou d’un parc animalier, il est courant de trouver des personnes qui travaillent dans ces zones.

Des personnes sont également employées pour s’occuper des animaux et d’autres professionnels, tels que des journalistes, réalisent des reportages et des documentaires sur la vie et la nature des différentes espèces sauvages.

En outre, la faune et le tourisme vont de pair, ce qui explique pourquoi la plupart des hôtels sont stratégiquement situés à proximité d’un parc.

Cela signifie que les emplois des personnes travaillant dans ces hôtels et le professionnalisme lié à la faune sauvage prendraient fin si des mesures appropriées n’étaient pas mises en place pour conserver la faune sauvage et ses habitats.

14. Protection des moyens de subsistance et des connaissances des populations autochtones

Les populations vivant autour des zones forestières et des écosystèmes naturels tels que les lacs et les rivières dépendent toujours de ces ressources pour leurs moyens de subsistance, tels que la récolte de bois et de bois de chauffage pour la construction et la cuisine, respectivement le poisson pour la survie, et les médecines traditionnelles, les fruits, les légumes et la nourriture pour la survie.

Par conséquent, la conservation des ressources fauniques peut contribuer à protéger les moyens de subsistance et les populations indigènes ainsi que leurs traditions. En outre, la conservation de la faune et de la flore nécessite désormais la participation des populations locales ou autochtones pour renforcer la protection de l’environnement.

Par exemple, la survie des populations indigènes de la forêt amazonienne dépend des efforts de conservation de la faune et de la flore de la région.

15. Il sert de réserve pour les générations futures

Si des mesures de conservation ne sont pas mises en place, les générations futures n’auront pas la chance de voir certains des animaux sauvages qui existent aujourd’hui.

De nombreux animaux sauvages diminuent à un rythme alarmant en raison des activités humaines et plusieurs d’entre eux, tels que le léopard de l’Amour, le gorille de Cross River, les rhinocéros noirs et de Java, la tortue imbriquée, le tigre de Chine méridionale, le pangolin et l’éléphant de Sumatra, sont au bord de l’extinction.

Par exemple, au Kenya, il y a quelques années, le seul rhinocéros blanc mâle qui restait est mort de vieillesse, ce qui a donné aux scientifiques beaucoup de travail pour essayer de préserver le sperme afin de l’utiliser sur les quelques rhinocéros femelles qui restaient, dans le but de préserver le rhinocéros blanc pour les générations futures.

Malgré la technologie avancée, les scientifiques ont essayé de féconder les femelles rhinocéros sans succès, ce qui souligne la nécessité de conserver la faune sauvage car les humains auront du mal à reprendre le rôle naturel de la faune.

16. La protection des espèces sauvages et de leurs habitats permet de réduire le nombre de maladies affectant l’homme.

Pour le bien de la santé humaine, il est essentiel de protéger les espèces sauvages et leur habitat.

Selon les recherches, il y a moins de cas de malaria et de maladie de Lyme dans les régions naturelles diversifiées et protégées.

Les animaux sont à l’origine de 60 % des maladies infectieuses, dont le COVID-19.

La probabilité que les maladies se propagent et « sautent » d’une espèce à l’autre augmente lorsque des personnes se trouvent à proximité d’animaux.

Les humains et les animaux sauvages n’ont pas à coexister dans une telle proximité si les écosystèmes sont protégés.

Bouton retour en haut de la page