Pollution du Sol

10 moyens magnifiques pour prévenir et contrôler la pollution des sols

Le sol fait partie intégrante de l’environnement naturel. Bien que la pollution de l’air et de l’eau ait été au centre des préoccupations au fil des ans, la prévention et le contrôle de la pollution des sols sont tout aussi importants que la lutte contre la pollution de l’air et de l’eau. En fait, le sol peut avoir un impact sur la qualité de l’air et de l’eau car il abrite un large éventail d’organismes et joue un rôle plus important dans la répartition des espèces végétales.

En outre, le sol agit comme une source et un réservoir de gaz. Il influence également le flux de substances chimiques et d’eau entre la terre et l’atmosphère. Malheureusement, au fil des ans, les activités humaines telles que l’utilisation de pesticides, de fongicides et d’herbicides ont eu un effet néfaste sur la qualité des sols. Outre la pollution agricole, les déchets industriels et les activités urbaines sont également à l’origine de la pollution des sols.

L’élimination inadéquate des déchets industriels, le drainage des maisons et l’élimination inadéquate des ordures contaminent davantage le sol. Lorsque le sol est contaminé, cela a un impact négatif sur le système écologique, car les plantes et les micro-organismes peuvent avoir du mal à s’adapter au changement de la composition chimique du sol. Voici 10 moyens magnifiques de prévention et de contrôle de la pollution des sols.

1. Mieux comprendre la base de la qualité de l’environnement du sol

Afin de contrôler et de prévenir correctement l’érosion des sols, il est primordial que chaque partie prenante comprenne la base de la qualité de l’environnement des sols, ce qui peut être fait en menant des sensibilisations et des enquêtes sur la pollution des sols. Toutefois, pour garantir des résultats cohérents, les exigences techniques de l’enquête doivent être formulées, y compris la fréquence à laquelle l’enquête doit être menée.

Un autre moyen consiste à mettre en place des réseaux de surveillance de la qualité de l’environnement des sols afin d’améliorer la fréquence des contrôles. Il est également nécessaire de renforcer la gestion des informations sur l’environnement des sols afin d’assurer une mise à jour élargie et dynamique des données. Le renforcement du partage des données et l’établissement d’un modèle de partage contribueront à garantir des solutions immédiates lorsque le besoin s’en fait sentir.

2. Élaborer la législation nécessaire à la lutte contre la pollution des sols

Bien que des efforts soient déployés pour assurer le contrôle de la pollution des sols, le processus devrait être accéléré par l’élaboration de la législation nécessaire. Les enregistrements existants, tels que la planification urbaine et rurale, les pratiques agricoles et la gestion des terres, devraient être révisés et mis à jour pour inclure les mesures contemporaines de contrôle et de prévention de la pollution des sols.

Les législations sur la gestion des pesticides, la gestion des sites contaminés et la gestion des sols agricoles doivent également être mises à jour. En outre, des mesures devraient être mises en place pour promouvoir l’amélioration continue des normes de contrôle de la pollution des sols.

3. Gestion adéquate des terres agricoles et pratique de l’agriculture biologique

La mauvaise utilisation des terres est une préoccupation majeure dans la prévention et le contrôle de la pollution des sols. La pollution des terres agricoles entraîne généralement la perte de la fertilité du sol, car elle implique la perte de matière organique, de terre arable et de nutriments, ainsi que la capacité du sol à retenir l’eau. Dans la gestion des terres agricoles, les méthodes idéales de conservation des sols comprennent les techniques de contrôle mécanique et biologique.

La méthode biologique fait référence à la gestion des sols liée à la sylviculture et aux cultures. Les mesures de contrôle liées aux cultures comprennent la rotation des cultures, la culture en bandes, la plantation le long des courbes de niveau, la ceinture protectrice, les résidus de culture et l’utilisation de composts organiques. Les forêts jouent également un rôle important dans la prévention de l’érosion des sols.

A lire aussi :  La pollution des sols : Définition, causes, effets et solutions

Le développement de forêts dans de nouvelles zones peut contribuer à réduire l’érosion causée par l’eau de pluie et l’air, garantissant ainsi une fertilité et une formation accrues du sol. Dans les zones présentant une pollution excessive ou une dégradation de la surface, il convient de procéder à un reboisement. La méthode mécanique de contrôle de la pollution du sol comprend l’utilisation d’un système de maintien des courbes de niveau, le contrôle des ravines et la construction de digues. Dans les zones à forte pente, la construction de digues en travers de la pente permet de prévenir l’érosion.

4. Traitement approprié des déchets solides

Il est important d’éliminer correctement les déchets solides en les traitant avant de les rejeter dans l’environnement. Les déchets acides et alcalins, par exemple, peuvent être neutralisés avant d’être éliminés afin d’éviter la contamination du sol. Les déchets biodégradables doivent également être décomposés dans un environnement contrôlé avant d’être rejetés dans l’environnement. Le traitement adéquat des boues d’épuration en est un bon exemple.

Les déchets doivent également être classés en fonction de leur degré de contamination. Les matériaux qui sont légèrement ou modérément contaminés doivent être traités dans des environnements contrôlés avant d’être rejetés dans l’environnement naturel, tandis que ceux qui sont fortement contaminés doivent faire l’objet d’une gestion, d’un traitement et d’un contrôle stricts.

5. Veiller à ce que les terres récupérées fassent l’objet d’une étude appropriée

Lorsqu’il s’agit de terrains destinés à être réhabilités et utilisés à d’autres fins, telles que la construction de maisons d’habitation ou d’équipements sociaux comme des écoles, comme c’est le cas pour l’exploitation minière, il est nécessaire de procéder à une étude et à une évaluation du sol. Le mandat de tester les niveaux de contamination de ces terrains doit être confié à la ville ou à l’unité gouvernementale responsable.

Les résultats des tests doivent ensuite être utilisés pour établir des mesures pratiques de gestion et de contrôle en fonction de la destination du terrain. Si les résultats montrent que le terrain récupéré est pollué, toute activité prévue sur le terrain doit être suspendue et l’organisme responsable doit prendre les précautions nécessaires non seulement pour gérer et atténuer les risques, mais aussi pour empêcher la contamination des sols adjacents.

6. Contrôler strictement la pollution des nouveaux sols

Il est moins coûteux de prévenir la pollution des sols que de gérer les sols pollués et, par conséquent, l’objectif approprié devrait être la protection des nouveaux sols. Avant d’utiliser un nouveau terrain, il convient d’effectuer des recherches approfondies afin de s’assurer que le terrain est adapté à l’utilisation prévue. Il convient également de mettre en place des mesures strictes à l’encontre de ceux qui déversent des substances nocives ou toxiques dans les vasières, les sables, les marécages et les marais salants, ainsi que de ceux qui déversent des polluants de manière illégale.

La surveillance des terres inutilisées est également essentielle. Les gouvernements sont également encouragés à améliorer l’aménagement et la gestion de l’espace sur la base de la capacité de l’environnement et du sol. Le développement d’industries de cuisson et de métallurgie des métaux non ferreux à proximité des zones résidentielles et des sols vierges devrait être interdit.

7. Renforcer les politiques de gestion des sources de pollution

La meilleure façon de contrôler la pollution des sols est de contrôler strictement les polluants miniers et industriels. Outre le contrôle des polluants, il convient de renforcer la surveillance quotidienne de l’environnement. Pour ce faire, il convient d’élaborer un plan d’aménagement prévoyant une surveillance étroite de l’environnement du sol, y compris des mises à jour régulières des informations. Pour garantir la responsabilité, les entreprises situées dans la zone spécifiée doivent effectuer des recherches sur les sols au moins une fois par an et rendre les informations publiques.

A lire aussi :  Les différentes causes et les effets de la pollution du sol

Le sol environnant doit également être contrôlé régulièrement pour s’assurer qu’il n’est pas contaminé. Les autorités compétentes doivent également rechercher de manière proactive les risques potentiels et proposer des solutions pour les réduire au minimum. Le gouvernement devrait également mettre en place des mesures pour s’assurer que les déchets électroniques et les métaux lourds ne contaminent pas le sol. Dans le même temps, le gouvernement devrait prendre des mesures plus sévères à l’encontre des personnes, des entreprises et des sociétés qui enfreignent les politiques.

En outre, par le biais de la législation, le gouvernement devrait éliminer progressivement les installations de production qui utilisent des méthodes de production industrielle traditionnelles et des pratiques agricoles qui nuisent au sol. L’État devrait plutôt encourager les entreprises à adopter de meilleures méthodes de production, l’agriculture biologique et les nouvelles technologies, car cela permettrait de garantir un traitement adéquat des déchets et la réduction des produits chimiques nocifs.

8. Transférer les coûts de traitement et d’assainissement aux entreprises polluantes

Le gouvernement doit s’efforcer d’améliorer la qualité des sols par le traitement et l’assainissement de la pollution. Pour assurer la durabilité du projet, les personnes et les entreprises qui polluent le sol doivent être tenues responsables des coûts de traitement et d’assainissement. En cas de changement des sujets responsables, la partie qui hérite de la dette et des droits doit être tenue pour responsable.

Pour garantir la cohérence, le gouvernement devrait formuler des plans de traitement et d’assainissement, identifier les entités responsables et les tâches essentielles, et créer une base de données des projets pour faciliter la gestion.

9. Adopter la recherche et le développement technologiques

Pour assurer la durabilité de la prévention et du contrôle de la pollution des sols, il faut faire progresser la recherche sur la prévention et le contrôle de la pollution des sols en renforçant la recherche technologique. Le gouvernement devrait intégrer les ressources de divers instituts de recherche et universités pour soutenir la recherche pertinente sur la capacité environnementale des sols et les effets écologiques de la contamination des sols, entre autres possibilités.

L’effort devrait également porter sur la promotion de la recherche sur les technologies communes liées au diagnostic de la pollution des sols, sur la recherche et le développement d’équipements avancés de collecte de données et de cartographie, ainsi que sur la gestion et le contrôle des risques liés à la contamination des sols.

10. Promouvoir une évaluation objective et la responsabilisation de toutes les parties prenantes

Pour assurer le succès à long terme de la prévention et du contrôle de la pollution des sols, le rôle de toutes les parties prenantes dans la mise en œuvre du contrôle de la pollution des sols doit être clair. Toutes les tâches doivent être définies et la coopération et la coordination interdépartementales doivent être renforcées pour garantir une mise en œuvre sans faille et des solutions immédiates axées sur l’élimination correcte des déchets, le traitement adéquat des boues d’épuration, la minimisation de l’utilisation des produits agrochimiques, le reboisement, la construction de systèmes de drainage et le renforcement des lois relatives à l’utilisation des produits chimiques.

Bouton retour en haut de la page