Nourriture

Avantages et inconvénients des organismes génétiquement modifiés (OGM)

Les organismes génétiquement modifiés (OGM) sont ceux dont le génome a été artificiellement modifié en laboratoire afin de favoriser l’expression des caractéristiques physiologiques souhaitées ou la croissance des produits biologiques recherchés. Dans la production conservatrice de bétail, l’agriculture et l’élevage d’animaux domestiques, la technique est utilisée depuis longtemps pour sélectionner des individus reproducteurs dans un groupe afin de donner une progéniture qui possède les caractéristiques souhaitées.

L’ensemble du processus de modification artificielle est appelé génie génétique et vise habituellement à produire des combinaisons de bactéries, de virus et de gènes d’animaux qui n’existent pas dans la nature ou qui contredisent les méthodes de croisement conventionnelles.

Différents avantages des organismes génétiquement modifiés (OGM)

1. Les OGM améliorent la qualité des aliments cultivés

Les denrées alimentaires génétiquement modifiées peuvent être modifiées de manière à avoir une durée de vie plus longue, dans le but de limiter le gaspillage de nourriture. Cela peut se faire en créant des couleurs plus vives, en éliminant les graines ou en faisant en sorte que la plante s’adapte mieux aux changements climatiques difficiles. Beaucoup d’aliments qui ont été améliorés ont de meilleurs pourcentages de nutriments, tels que les protéines et le calcium.

2. Les OGM sont plus faciles à cultiver

Les aliments génétiquement modifiés peuvent également être manipulés pour pousser dans des environnements spécifiques et problématiques. Cela peut se faire en créant des cultures plus résistantes aux parasites. Elles peuvent également être rendues plus tolérantes à de nombreux produits chimiques tels que les herbicides. Les agriculteurs peuvent ainsi obtenir de meilleurs rendements.

3. Ils augmentent les rendements qu’une personne peut obtenir sur des terres existantes

Les produits OGM peuvent être manipulés de manière à obtenir des rendements plus élevés à partir des mêmes terres cultivées. Dans certains cas, la production peut augmenter après le passage des cultures traditionnelles aux OGM, ce qui permet de répondre aux besoins alimentaires des générations futures.

Les recherches montrent que d’ici 2050, la population mondiale aura atteint 10 milliards d’habitants. Cela signifie que les gens auront besoin de plus de nourriture à consommer sur les terres existantes. Pour tenter de contenir l’augmentation prévue, les OGM offrent la possibilité de ne pas modifier le prix des denrées alimentaires. Les partisans des OGM affirment qu’il s’agit d’une solution pour la sécurité alimentaire future du monde.

4. Les OGM peuvent être transportés vers des régions inaccessibles du monde

Actuellement, la production alimentaire mondiale dépasse de 17 % les besoins de la population. Le problème est de savoir comment la nourriture peut être distribuée dans les campagnes où les individus disposent de faibles quantités de nourriture. Le temps qu’il faut pour qu’elle atteigne ces zones est suffisant pour qu’elle soit abîmée avant d’être consommée.

Par conséquent, les OGM allongent la durée de vie naturelle des denrées alimentaires et leur résistance, ce qui leur permet d’être transportées sur de plus longues distances sans être gaspillées ou perdues pour les communautés qui en ont réellement besoin.

5. L’utilisation de produits chimiques sur les cultures d’OGM est inférieure à celle des autres cultures.

Une étude menée par PG Economics pour mesurer la quantité de pesticides sur le coton génétiquement modifié entre 1996 et 2011 a révélé une baisse de 6 % de la quantité d’herbicides utilisée par rapport au coton non modifié.

6. Selon la FDA, les denrées alimentaires OGM répondent potentiellement aux mêmes exigences que les autres denrées alimentaires

L’université de Stanford a comparé les aliments génétiquement modifiés aux aliments biologiques et a découvert qu’il n’y avait pas de preuve convaincante que l’un ou l’autre de ces aliments était plus nourrissant ou plus susceptible de présenter des dangers supplémentaires pour la santé lorsqu’il est consommé par des personnes.

7. Les OGM sont capables de préserver l’énergie, le sol et l’eau

Cela permet à notre réseau de distribution alimentaire d’avoir moins d’impact sur l’environnement. Les aliments peuvent être cultivés dans des régions moins arrosées et non irriguées grâce à des modifications génétiques appropriées. De plus, les cultures sont très résistantes aux mauvaises herbes, aux parasites et aux maladies, avec un rendement continu, ce qui facilite la planification des sources de nourriture et le stockage pour une population plus nombreuse.

8. Elle protège les cultures de l’extinction

De nombreux aliments consommés de nos jours sont le produit d’une seule source d’origine. Par exemple, chaque orange navale est en fait un clone d’un seul arbre original qui a été attaché pour créer d’autres arbres.

L’absence de disparités génétiques met la culture en danger si un virus ou des micro-organismes parviennent à attaquer le patrimoine génétique fondamental de la culture. Par exemple, la papaye arc-en-ciel hawaïenne a été génétiquement modifiée, ce qui a permis de sauver son industrie.

Différents inconvénients des organismes génétiquement modifiés (OGM)

1. Ils pourraient contribuer à l’augmentation des réactions allergiques

Des études ont montré que les réactions allergiques liées à l’alimentation chez les enfants sont passées de 3 % à 5 % au cours de la dernière décennie. Bien qu’il n’y ait aucune preuve que les OGM puissent provoquer une augmentation des allergies, l’idée que cela puisse se produire est restée dans l’esprit des gens, ce qui les a incités à éviter les aliments génétiquement modifiés.

2. Les aliments génétiquement modifiés peuvent provoquer des réactions allergiques à d’autres aliments

On a découvert que les OGM contenant des nutriments pour la musculation provenant de noix du Brésil déclenchaient une allergie chez les personnes qui y sont sensibles. Par conséquent, toute protéine provenant d’autres aliments doit être répertoriée comme faisant partie des composants et être testée pour déterminer sa capacité à provoquer des allergies.

3. Les OGM peuvent contribuer à la résistance aux antibiotiques

Les OGM sont le plus souvent dotés de gènes de résistance aux antibiotiques afin de rendre les cultures plus résistantes. Il est envisagé, mais non corroboré, que cette procédure puisse contribuer au développement de bactéries résistantes aux antibiotiques.

A lire aussi :  Six sources de vitamine D pour améliorer votre humeur

4. Certaines recherches ont établi un lien entre les OGM et le cancer

Une étude publiée initialement en 2013 a montré que l’herbicide présent dans les cultures tolérantes au Round-up entraînait le développement d’un cancer chez les rats. L’article a ensuite été retiré par la première revue qui l’avait publié pour cause d’informations infondées ou trompeuses ; toutefois, d’autres revues l’ont publié depuis ce retrait. De nombreuses personnes ont donc conclu que la consommation de maïs modifié pouvait être dangereuse pour leur santé.

5. Très peu d’entreprises contrôlent l’ensemble du marché des graines d’OGM

Une grande partie de l’énergie négative entourant les OGM a tendance à impliquer Monsato. Il existe cinq autres entreprises qui, à côté de Monsato, sont responsables de l’ensemble du marché des semences OGM. Il s’agit de DuPont, Sungenta, Agrosciences, Dow, BASF et Bayer.

Cela signifie qu’une grande partie du soja et du maïs profite à la fois aux agriculteurs et aux entreprises. Pour préserver ces revenus, des droits d’auteur sont exigés pour certaines graines, ce qui a donné lieu à des batailles juridiques pour les agriculteurs qui possèdent des graines OGM pour la pollinisation croisée, même s’ils ne cultivent pas d’OGM.

6. La résistance aux herbicides se produit même sans modification génétique

À l’heure actuelle, 64 espèces différentes de mauvaises herbes se sont révélées résistantes à l’atrazine. Et ce, même si aucune de ces mauvaises herbes n’a été associée à des cultures d’OGM pour favoriser cette résistance.

Plusieurs agriculteurs du sud-est des États-Unis ont tendance à perdre jusqu’à la moitié de leur production, même lorsqu’ils ont planté des cultures OGM contre des mauvaises herbes résistantes à l’atrazine.

7. Les études autonomes sont limitées par les organisations qui contrôlent les OGM

La concurrence entre les utilisateurs et la moitié des principaux fabricants de graines OGM interdit toute recherche autonome sur le produit fini. Cela les aide à protéger les paiements qu’ils reçoivent lorsque les agriculteurs obtiennent des rendements en utilisant leurs graines.

Les graines étant considérées comme la propriété de l’entreprise, même la croissance involontaire d’une culture d’OGM peut entraîner la nécessité de rembourser l’entreprise.

8. Les cultures d’OGM peuvent contaminer d’autres champs

Même si les cultures ont été génétiquement modifiées, elles poussent toujours de la même manière que les autres cultures. Cela signifie que la pollinisation est toujours nécessaire pour que la culture produise le « fruit » escompté. Par exemple, les abeilles jouent un rôle majeur dans la pollinisation, ce qui signifie qu’elles sont exposées aux transformations génétiques qui se produisent dans la culture.

Les graines produites peuvent parfois s’étendre à d’autres terres agricoles, les contaminant ainsi. Lorsque la pollinisation croisée se produit, il n’y a pas de résultat prévisible pour les deux exploitations, bien que le soja soit une exception car il ne se pollinise pas.

9. Les OGM produisent des superbactéries

Lorsque des pesticides sont appliqués sur des parasites qui menacent la croissance des cultures, un petit nombre d’entre eux ont tendance à survivre. Par conséquent, la génération suivante devient résistante au produit chimique, ce qui signifie qu’il faut soit plus de pesticides, soit des pesticides plus puissants. En appliquant un produit chimique plus puissant, les insectes deviennent encore plus résistants, ce qui conduit finalement à la croissance de superbactéries qui réduisent les réserves alimentaires.

10. Les OGM peuvent affecter les protéines animales

La grande majorité des principales plantes plantées aux États-Unis sont génétiquement modifiées. Ces cultures sont ensuite données en pâture au bétail. Cela affecte donc les produits alimentaires à base d’animaux.

Des composants d’OGM peuvent être retrouvés dans les œufs, le lait, les fruits de mer et les tissus musculaires des animaux. En outre, le miel peut également contenir des composants d’OGM parce que les abeilles pollinisent des plantes génétiquement modifiées à des fins de production.

En ce qui concerne les avantages et les inconvénients des OGM, comme on l’a vu, il y a autant de désinformation que de vérité. Même si les OGM sont capables de produire plus de nourriture, ils ont tendance à causer des problèmes digestifs en cours de route. Il est donc important de se pencher sur le traitement des graines OGM, et les agriculteurs devraient également être autorisés à utiliser les graines OGM qui se répandent dans leurs exploitations sans craindre de poursuites judiciaires ; cela permettrait d’augmenter les bénéfices tirés de l’agriculture.

Comment les organismes génétiquement modifiés (OGM) affectent-ils l’environnement ?

La modification génétique est une question controversée. Les premières mises en garde des écologistes concernant les effets négatifs des plantes génétiquement modifiées (GM) s’avèrent exactes. Les problèmes graves suivants ont été observés.

Utilisation accrue d’herbicides et de pesticides toxiques

Cultures tolérantes aux herbicides et utilisation d’herbicides

Presque toutes les cultures génétiquement modifiées cultivées au Canada – maïs, soja, coton, canola et betterave sucrière – sont conçues pour tolérer un herbicide spécifique. La plupart sont tolérantes à plusieurs herbicides. Le glyphosate est l’ingrédient pesticide le plus vendu au Canada, et son utilisation a triplé entre 2005 et 2011. Entre 1994 et 2016, les ventes d’herbicides au Canada ont augmenté de 199 %.

Des données provenant des États-Unis et d’Amérique latine montrent également que les cultures génétiquement modifiées tolérantes aux herbicides ont augmenté l’utilisation d’herbicides. Aux États-Unis, le scientifique Charles Benbrook a constaté qu’en 2011, l’utilisation totale de pesticides était 24 % plus élevée pour les cultures génétiquement modifiées que pour les cultures non génétiquement modifiées. Le rapport de 2013 intitulé « Soybean production in the Southern Come of the Americas : Update on Land and Pesticides Use » compile et analyse des données spécifiques sur l’utilisation des terres et des pesticides dans les principaux pays producteurs de soja du cône sud de l’Amérique du Sud : Argentine, Bolivie, Brésil, Paraguay et Uruguay.

Cultures résistantes aux insectes et utilisation de pesticides

Les cultures génétiquement modifiées résistantes aux insectes (Bt) sont conçues pour produire une toxine qui rend la plante entière toxique pour certains insectes, tels que les papillons et les coléoptères. Aux États-Unis, les cultures Bt ont permis de réduire l’utilisation d’insecticides de 124 millions de livres entre 1996 et 2011.

A lire aussi :  Diverses façons écologiques de réduire l'impact carbone avec des grillades écologiques

Toutefois, la toxine produite par la plante peut également avoir des effets néfastes sur l’environnement. Les cultures Bt modifient simplement le mode d’utilisation des pesticides, qui ne sont plus pulvérisés mais intégrés. Dans l’ensemble, les cultures génétiquement modifiées aux États-Unis ont augmenté l’utilisation des pesticides de 403 millions de livres (183 millions de kg).

Mauvaises herbes résistantes aux herbicides

L’utilisation accrue d’herbicides spécifiques avec les cultures GM tolérantes aux herbicides a entraîné l’émergence et la propagation de mauvaises herbes résistantes aux herbicides (HR) ou « superweeds » (actuellement 37 espèces de mauvaises herbes tolérantes au glyphosate dans le monde). Il s’agit de mauvaises herbes qui développent une résistance à certains herbicides lorsqu’ils sont appliqués à grande échelle et fréquemment.

L’augmentation de l’utilisation des herbicides s’est accompagnée d’une augmentation du nombre et de la diversité des mauvaises herbes résistantes aux herbicides. Les cultures génétiquement modifiées ont accéléré et renforcé cette tendance, car l’introduction de cultures tolérantes aux herbicides, en particulier les cultures « Roundup Ready » tolérantes au glyphosate, signifie que de vastes zones de terres cultivées sont pulvérisées de manière répétée avec le même herbicide.

Les mauvaises herbes résistantes aux herbicides représentent également un coût économique pour les agriculteurs. Aux États-Unis, les coûts de gestion des mauvaises herbes dans les champs infestés sont de 50 à 100 % plus élevés par hectare que dans les champs sans mauvaises herbes résistantes au glyphosate. Certaines mauvaises herbes ont développé une résistance à plusieurs herbicides, ce qui les rend encore plus difficiles à contrôler. La propagation des mauvaises herbes résistantes au glyphosate entraîne à son tour une augmentation de l’utilisation des herbicides, ce qui crée un « tapis roulant de pesticides » qui a de graves répercussions sur l’environnement et la santé humaine.

Superbactéries

En mai 2019, les producteurs de maïs du Canada ont constaté que la pyrale du maïs, un insecte ravageur, avait développé une résistance au trait issu du génie génétique (génétiquement modifié ou GM) destiné à la tuer. Il s’agit du premier rapport au monde faisant état d’une résistance de la pyrale du maïs à un trait génétiquement modifié utilisé pour conférer une résistance aux insectes. C’est également le premier rapport au Canada d’un insecte nuisible développant une résistance à un trait génétiquement modifié.

Le développement d’une résistance chez d’autres insectes nuisibles ciblés par les caractères Bt (Bacillus thuringiensis) dans le maïs a été observé aux États-Unis, en Afrique du Sud et au Brésil. En outre, aux États-Unis et dans d’autres pays, certains ravageurs du coton ont également développé une résistance aux caractéristiques du coton Bt.

Contamination

La contamination par les OGM est la fuite et la propagation non désirées d’OGM ou de matériel génétique d’OGM dans des plantes, des animaux et des aliments non génétiquement modifiés. Cette dispersion peut se faire de différentes manières, notamment par la dissémination du pollen et la fuite des graines, ainsi que par le mélange de denrées alimentaires et d’aliments pour animaux. La contamination par les OGM est une pollution vivante qui peut se reproduire.

Cette contamination peut avoir des effets négatifs sur l’environnement, la société et l’économie. Jusqu’à présent, les impacts ont été économiques et sociaux – jusqu’à présent, les agriculteurs ont été les premiers à payer le prix de la contamination par les OGM. Il y a eu des cas de fuite au Canada avec du canola, du lin, du blé et des porcs génétiquement modifiés.

La biodiversité

Les systèmes de culture tolérants aux herbicides ont encouragé l’utilisation d’herbicides qui réduisent la diversité végétale globale dans les systèmes agricoles et peuvent limiter l’habitat et les sources de nourriture pour d’autres organismes importants. Les dommages causés à la faune et à la flore peuvent être réduits si une petite partie des terres agricoles est réservée à la biodiversité.

Les populations de papillons monarques ont diminué de plus de 90 % en moins de 20 ans. On estime que les papillons ont perdu plus de 165 millions d’acres d’habitat au cours de cette période, en grande partie à cause de l’augmentation de l’utilisation de l’herbicide glyphosate, qui tue l’asclépiade commune dont le papillon a besoin pour se reproduire.

Le pollen et d’autres parties de plantes contenant des toxines provenant de maïs génétiquement modifié résistant aux insectes (Bt) se déversent dans les cours d’eau situés à proximité des champs de maïs. Des essais en laboratoire ont montré que la consommation de sous-produits du maïs Bt entraînait une augmentation de la mortalité et une réduction de la croissance des trichoptères. Ces insectes aquatiques sont apparentés aux parasites visés par la toxine du maïs Bt.

Effets non ciblés

L’Institut de la nature a mis en place un projet intitulé « Effets non ciblés des manipulations génétiques » afin de « rendre facilement accessibles aux citoyens, aux décideurs et aux scientifiques concernés les données relatives aux effets étendus et jamais totalement prévisibles du génie génétique ».

Malgré les affirmations des scientifiques, il est impossible de prédire les effets d’une seule modification génétique. Les effets pléiotropes ont inclus des altérations des propriétés nutritionnelles, toxiques et allergènes des cultures.

Bouton retour en haut de la page