Pollution et Solutions

Divers problèmes d’élimination des déchets et quelques solutions fantastiques

Qu’il s’agisse d’un sachet en plastique usagé, d’un verre cassé, d’un téléphone portable obsolète ou d’une pile usagée, ce sont tous des produits usagés qui doivent être éliminés de manière appropriée afin de limiter leur impact sur l’environnement. L’élimination des déchets est donc une action systématique de gestion des déchets depuis leur origine jusqu’à leur élimination finale. Elle comprend l’incinération/le brûlage, l’enfouissement dans des décharges ou le rejet en mer/lac/rivière, et le recyclage.

WordWeb définit l’élimination des déchets comme une « unité permettant de se débarrasser et de détruire ou de stocker des produits et substances industriels, agricoles ou domestiques usagés, endommagés ou non désirés ». Elle implique également l’élimination ou le rejet adéquat des déchets matériels, conformément au cadre réglementaire local en matière d’environnement. Étant donné que l’élimination des déchets implique une myriade de processus tels que la collecte, le transport, la mise en décharge, le recyclage ou le traitement des eaux usées, parmi d’autres mesures de contrôle et de réglementation des déchets, de nombreux problèmes sont associés à l’élimination des déchets. Voici les problèmes courants liés à l’élimination des déchets et leurs solutions.

Divers problèmes d’élimination des déchets

1. Production de trop de déchets

L’un des principaux problèmes d’élimination des déchets est attribué à la production d’une trop grande quantité de déchets. Les États-Unis sont responsables à eux seuls de la production d’environ 220 millions de tonnes de déchets par an. En 2007, par exemple, les Américains ont produit près de 260 millions de tonnes de déchets solides municipaux. Cela représente environ 2,1 kg par personne et par jour. Si ces chiffres ne concernent que l’Amérique, essayons d’imaginer la quantité de déchets produits par le reste de la population mondiale.

Selon le rapport de la Banque mondiale, la production moyenne de déchets solides municipaux (DSM) par personne et par jour est d’environ 1,2 kg et ce chiffre devrait atteindre 1,5 kg d’ici 2025. Cela signifie donc que chaque État et chaque collectivité locale est confronté au problème de l’élimination efficace des déchets en raison de la production d’une quantité excessive de déchets. Le problème est que l’époque actuelle est marquée par un consumérisme jetable, les entreprises et les producteurs s’efforçant de maximiser leurs profits en fabriquant des produits à usage unique sans accorder la priorité à la réutilisation, au recyclage ou à l’utilisation de matériaux respectueux de l’environnement.

2. La plupart des déchets sont toxiques

La majorité des législations des États et des collectivités locales sont généralement laxistes en ce qui concerne la réglementation des industries manufacturières en constante expansion. Au quotidien, ces industries produisent des produits toxiques qui finissent par être jetés après usage. La plupart de ces produits contiennent des substances chimiques dangereuses et dangereuses pour la santé.

Un rapport de l’EPA américaine indique que plus de 60 000 produits chimiques non testés sont présents dans les produits de consommation de nos foyers. Il existe même des produits dont on sait qu’ils contiennent des substances chimiques toxiques, comme le Biphényl-A (BPA) – souvent présent dans les jouets en plastique, mais ils sont encore peu réglementés. Les emballages constituent également l’une des catégories de déchets solides les plus importantes et en pleine expansion, puisqu’ils représentent 30 % des déchets municipaux solides et qu’environ 40 % de ces déchets sont en plastique, qui n’est jamais biodégradable. C’est ce niveau de toxicité, associé à une réglementation laxiste, qui exacerbe le problème de l’élimination des déchets.

3. Les décharges posent également problème

La plupart des décharges ne sont pas équipées d’un système adéquat de gestion des déchets sur place, ce qui contribue à aggraver les menaces pour l’environnement. À long terme, les décharges fuient et polluent les eaux souterraines et d’autres habitats environnementaux voisins, rendant la gestion des déchets très difficile. Elles dégagent également des gaz potentiellement dangereux.

En outre, les lois et règlements régissant l’exploitation des décharges sont souvent laxistes en matière de contrôle et de réglementation des différents types de déchets, à savoir les déchets médicaux, les déchets municipaux, les déchets spéciaux ou les déchets dangereux. Avec ce genre de laxisme des lois dans la gestion des déchets des décharges, la toxicité et la nature dangereuse des décharges augmentent de manière significative à un point tel que les problèmes de déchets des décharges durent souvent jusqu’à 30 ans.

A lire aussi :  Des solutions pour lutter contre la pollution de l'environnement : causes, effets et solutions merveilleuses

4. Les réglementations sont fondées sur des intérêts particuliers

Depuis que l’élimination et la gestion des déchets sont devenues une entreprise lucrative, ceux qui défendent une gestion sûre, de qualité et appropriée de l’élimination des déchets sont dépassés par les industries du secteur. Les grandes entreprises du secteur de l’élimination des déchets dictent tous les aspects du marché, de l’exploitation des décharges, des systèmes d’égouts et des incinérateurs aux installations de recyclage. Ces sociétés ont pour seul objectif de réaliser des profits sans tenir compte des exigences de réduction des déchets ou des impacts destructeurs sur l’environnement qui en résultent.

En tant que telles, elles collaborent avec des organismes de réglementation ayant des intérêts particuliers, créant ainsi un gros problème dans la réglementation efficace de l’élimination des déchets, ce qui a aggravé les dévouements aux programmes de réduction des déchets et de recyclage. Pour aggraver les choses, même certains représentants de l’État collaborent avec ces représentants de l’industrie pour agrandir les décharges, augmenter le tonnage des déchets et développer de nouvelles installations d’élimination, de recyclage ou de traitement des déchets afin d’augmenter les profits.

5. Dépendance à l’égard des technologies moribondes pour réduire et recycler les déchets

Les installations d’élimination et de gestion des déchets ainsi que les ressources de l’État ont continué à s’appuyer sur des solutions myopes et rapides au lieu de développer des programmes efficaces de recyclage et de réduction des déchets. Il en résulte une dépendance continue à l’égard de l’utilisation de technologies dépassées pour traiter l’élimination des déchets. Le problème est que la plupart des États sont réticents et peu créatifs à l’égard des nouvelles technologies permettant de réduire la toxicité et le volume des déchets ou d’améliorer le recyclage, notamment des déchets solides.

6. Certaines des technologies qualifiées de « vertes » ne le sont pas au sens propre du terme.

Les technologies de recyclage telles que l’arc plasma, la gazéification et la pyrolyse sont souvent qualifiées d' »écologiques », mais la vérité est qu’elles ne le sont pas à 100 %. Ces technologies de recyclage brûlent les déchets avec peu ou pas d’oxygène et, pour cette raison, elles ne se distinguent pas des incinérateurs traditionnels qui produisent de l’énergie en brûlant les déchets.

Même si la combustion des déchets pour produire de l’énergie est considérée comme écologique parce qu’elle n’implique pas l’utilisation de combustibles fossiles, elle libère néanmoins des matières toxiques dans l’environnement. Tout comme les systèmes traditionnels d’incinération des déchets, ces technologies émettent des cendres toxiques dans l’atmosphère qui peuvent potentiellement nuire à la santé des personnes et à l’environnement. Par conséquent, ces technologies ne font que détourner l’attention du développement de technologies plus propres de recyclage et de réduction des déchets.

Solutions d’élimination des déchets

Éco-responsabilité – « Réduire, réutiliser, recycler ».

L’éco-responsabilité est liée au mantra des trois R : Réutiliser, Réduire et Recycler. Les communautés locales, les autorités et les États doivent déployer davantage d’efforts pour sensibiliser à la gestion des déchets. Essentiellement, ce slogan peut contribuer à réduire les niveaux de déchets non durables qui s’avèrent problématiques dans divers environnements à travers le monde. Grâce à la mise en œuvre et à la pratique cohérente des trois R, les communautés et les autorités locales ainsi que les États seront non seulement en mesure de gérer les déchets, mais aussi de tendre vers le zéro déchet.

Il convient de mettre davantage l’accent sur l’utilisation responsable des ressources avec pour objectif l’évitement, la maximisation du recyclage et les méthodes de réduction des déchets. L’évitement et la réduction des déchets impliquent des techniques telles que la réparation des objets cassés au lieu de l’achat de nouveaux objets, l’achat et la réutilisation d’objets d’occasion, et la conception de produits réutilisables et recyclables.

Élimination et gestion efficaces des déchets

Une stratégie efficace d’élimination et de gestion des déchets municipaux peut offrir de meilleures solutions aux divers problèmes liés aux déchets. Elle garantit l’amélioration progressive d’installations nouvelles et rentables qui visent à encourager des normes de protection de l’environnement plus élevées. Une stratégie de gestion efficace veillera également à ce que les décharges soient judicieusement situées pour faciliter la collecte, le transfert et le suivi ou le recyclage des déchets. Cela peut être réalisé par la mise en œuvre d’un plan d’élimination des déchets qui doit inclure un contrôle et une réglementation appropriés des déchets solides et alimentaires municipaux, des déchets d’élevage, des boues d’épuration, des déchets cliniques et des déchets de construction.

A lire aussi :  Les causes, effets et solutions des décharges

Contrôle et surveillance des activités de remblayage et de déversement sauvage des déchets

Des milliers de tonnes de matériaux de construction et de démolition sont générées par diverses industries locales de la construction. Dans la plupart des cas, une grande partie de ces déchets peut être réutilisée, récupérée ou recyclée. Grâce au contrôle et à la surveillance des activités de remblayage et de décharge sauvage dans le domaine des travaux publics, les matériaux de construction et de démolition peuvent être récupérés, réutilisés ou recyclés dans d’autres projets tels que l’aménagement paysager, les maisons de village, les installations de loisirs, les parkings ou les routes. En appliquant ces techniques et en surveillant les activités de déversement sauvage, il est possible de gérer facilement les matériaux de construction et de démolition qui sont parfois mis en décharge, ce qui aggrave encore la gestion des déchets solides.

Plans de détournement des déchets

Une approche multidimensionnelle du transfert et du détournement des déchets en termes de gestion plus hygiénique et plus efficace de l’élimination des déchets peut offrir une solution formidable aux problèmes de déchets. Pour résoudre la plupart des problèmes de déchets, en particulier les décharges et les égouts, les autorités locales et les installations de gestion des déchets de l’État doivent formuler des plans de réacheminement des déchets, dans le but de s’assurer que les décharges et les installations de transfert des déchets disposent d’une évacuation pratique et appropriée. Des mesures telles que l’imposition de normes d’équipement et le réacheminement de la collecte/du transfert des déchets peuvent améliorer les performances environnementales des opérations d’élimination des déchets.

Améliorations du traitement thermique des déchets

Il a été prouvé que les traitements thermiques des déchets ne sont pas 100% écologiques comme on le dit habituellement. Par conséquent, pour atténuer les problèmes liés au traitement thermique des déchets (tels que l’émission de gaz toxiques contenant des composés organiques comme les furanes, les HAP et les dioxines), les États, les chercheurs, les groupes écologistes et les universitaires peuvent explorer les développements possibles en matière de techniques avancées de traitement thermique des déchets. Une technologie appropriée et améliorée de traitement thermique des déchets est importante en tant que stratégie pour répondre aux préoccupations environnementales.

Principe du pollueur-payeur et responsabilité des éco-produits

Selon le principe du pollueur-payeur, la loi exige que le pollueur paie pour l’impact causé à l’environnement. En ce qui concerne la gestion des déchets, le principe exige que ceux qui produisent des déchets paient pour l’élimination appropriée des matériaux non récupérables. Pour que le principe du pollueur-payeur soit efficace, il doit intégrer des systèmes de tarification pour tous les aspects de l’élimination des déchets, y compris les déchets de construction et les déchets ménagers, par le biais d’installations de réception publiques.

La politique de responsabilité en matière d’éco-produits, quant à elle, est un outil de réduction, de récupération et de recyclage des déchets. Elle est réalisée en demandant aux producteurs, aux grossistes, aux importateurs et aux détaillants de partager la responsabilité de la collecte, du traitement, de l’élimination et du recyclage des produits usagés dans le but de réduire et d’éviter les impacts environnementaux causés par ces produits. Toutes ces mesures doivent avoir pour but de réduire le gaspillage et d’encourager la réutilisation et le recyclage.

Bouton retour en haut de la page