Pollution et Solutions

Effets de la fracturation sur l’environnement et la santé

Le fracturation, également appelée fracturation hydraulique ou hydrofracturation, est une technique de stimulation des puits qui consiste à injecter de l’eau à haute pression dans les puits de forage afin de fracturer les roches pour que le pétrole, le gaz et d’autres produits puissent s’écouler librement. Habituellement, selon l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA), le forage est effectué jusqu’à un ou deux milles dans la surface de la terre, verticalement ou en angle. Il y a ensuite un forage horizontal d’un mile ou plus pour atteindre la roche de schiste.

De l’eau mélangée à du sable, des sels, des détergents et d’autres produits chimiques sont pompés à haute pression dans le puits. La pression crée des fissures maintenues ouvertes par des particules de sable d’où s’échappent le gaz naturel et le pétrole. Le boom de la fracturation qui s’est produit récemment dans le monde suscite des inquiétudes, à juste titre. Bien qu’il permette au monde de disposer d’un approvisionnement constant en énergie fossile, il nuit à l’environnement et aux populations.

Impacts de la fracturation sur l’environnement

Les partisans de la fracturation affirment qu’il s’agit en fait d’un moyen relativement sûr d’extraire le pétrole et le gaz naturel. Mais selon des recherches menées par les universités Cornell et Duke, la fracturation est dangereuse pour l’environnement. Certains de ces chiffres peuvent sembler minimes, mais lorsque l’on estime l’impact au fil des ans, la menace pour l’environnement semble soudainement menacée.

1. La pollution de l’eau

Selon le Scientific American, la fracturation utilise en moyenne 9,6 millions de gallons d’eau par puits. Il s’agit d’eau qui pourrait être utilisée dans l’agriculture et pour la consommation. Qui plus est, la plupart de ces puits se trouvent dans des endroits semi-arides qui pourraient utiliser cette eau. Ce qui remonte à la surface s’appelle le reflux et cette eau contient des métaux lourds, des matières radioactives, des hydrocarbures et d’autres toxines.

En raison de la désintégration de l’uranium, l’eau de nappe pompée revient à la surface avec une quantité très élevée d’un gaz radioactif appelé radon. Les eaux de reflux peuvent être traitées, explique Marcia Bjornerud, géologue structurelle de l’université Lawrence, mais cela coûte très cher en raison de la quantité pompée et la plupart des stations d’épuration des petites villes ne peuvent pas le faire. Au lieu de cela, une grande quantité de cette eau est déversée dans les rivières qu’elle contamine.

D’énormes quantités de saumure ou d’eau de nappe et de produits chimiques sont pompées dans un puits qui s’enfonce à environ trois kilomètres dans la terre. Cela peut facilement contaminer les eaux souterraines et constituer une menace pour la population locale. L’industrie de la fracturation ajoute en moyenne 3500 puits par an, ce qui signifie une plus grande consommation d’eau et une plus grande contamination des systèmes d’eau.

2. La pollution de l’air

Le méthane est l’un des principaux gaz libérés par les puits de fracturation. Il est vingt-cinq pour cent plus puissant que le dioxyde de carbone en termes d’effet de serre. Le méthane a un impact sur l’environnement en créant une « couverture d’air » qui piège la chaleur dans l’atmosphère terrestre, provoquant une surchauffe de la terre et un effet de serre accru. En conséquence, il entraîne la fonte des glaces, libérant le dioxyde de carbone piégé et augmentant le niveau des océans qui peuvent, à leur tour, engloutir des îles.

Selon une étude menée par Robert W. Howarth de l’université de Cornell, 3,6 à 7,9 % du méthane s’échappe par les fuites et les évents au cours de la durée de vie d’un puits. Cela semble peu, mais si l’on considère que 3 500 puits sont creusés chaque jour, les quantités de méthane libérées dans l’air sont effrayantes.

A lire aussi :  Plus de 13 pires problèmes de pollution toxique au monde

Les substances cancérigènes contenues dans l’eau d’écoulement peuvent s’évaporer dans l’atmosphère et polluer l’air. L’équipement utilisé pour le forage, le transport et le traitement libère de l’oxyde d’azote et des composés organiques volatils qui subissent des réactions chimiques en présence de la lumière du soleil pour former du smog, autrement dit de l’ozone troposphérique.

3. La pollution des sols

Une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’université Cornell a découvert que le retour de l’eau d’écoulement à la surface de la terre provoque le détachement des colloïdes. Comme les colloïdes sont chargés électriquement, ils se lient aux produits chimiques et plus tard aux particules du sol. Des chercheurs de l’université Duke, qui ont enquêté sur les déversements dans le Dakota du Nord, ont trouvé des concentrations élevées de sélénium, de plomb et d’ammonium dans les sols autour des sites de forage, longtemps après le déversement.

On a découvert que le radium, un élément très radioactif, s’était fixé au sol et qu’il y restait des années après. Les produits chimiques inorganiques, les sels de la saumure et le métal lié ne sont pas biodégradables, ce qui signifie que les effets ne disparaissent pas. Une partie peut être consommée par les plantes s’il y a des plantes consommables dans la région, si elles survivent. Le sol radioactif est en fait un terrain vague puisque les plantes sont empoisonnées et finissent par mourir, entraînant la mort et la migration de la vie animale qui dépend des plantes, contribuant ainsi à la perte de biodiversité.

Effets de la fracturation sur la santé

Les communautés vivant à proximité des sites de fracturation sont plus susceptibles de souffrir de problèmes respiratoires, de lésions organiques, de cancers et de problèmes neurologiques en raison des particules présentes dans l’air et des produits chimiques utilisés pour la fracturation. Les déversements accidentels détruisent les fermes et sapent l’agriculture. Le pire, c’est que la plupart des activités de fracturation se déroulent dans des régions relativement sèches et que la fracturation ajoute de la pression sur des communautés déjà en difficulté, qu’elles en soient conscientes ou non.

1. Cancer

Les composés cancérigènes présents dans l’air et l’exposition au radon, tant dans l’air que dissous dans les eaux usées, provoquent des cancers. Certains affectent directement l’ADN, provoquant la division des cellules plus rapidement qu’elles ne subissent la mort cellulaire programmée, comme c’est le cas pour de nombreux décès cellulaires. Les dommages causés à l’ADN font que la cellule se transforme en Aptopsis, mais lorsque les brins de la mort cellulaire sont endommagés, la cellule subit alors une division cellulaire maligne et incontrôlée, provoquant un cancer.

La plupart de ces dommages sont dus aux éléments radioactifs émis par le processus de fracturation. Certains augmentent le métabolisme cellulaire, entraînant une division plus rapide de la cellule, ce qui provoque l’apparition de tumeurs, dont certaines peuvent être cancéreuses. L’accélération du métabolisme des cellules est due aux produits chimiques ingérés en buvant et en mangeant des plantes qui ont absorbé ces produits chimiques. Lorsque l’eau radioactive est ingérée, il est fort probable qu’elle provoque un empoisonnement, des lésions organiques, des cancers et la mort.

2. Problèmes respiratoires

La silice cristalline contenue dans le sable utilisé pour la fracturation hydraulique provoque une silicose qui est en fait incurable et représente un danger pour les travailleurs qui l’inhalent. La silicose est une maladie pulmonaire qui se caractérise par un essoufflement au moindre effort, de la fatigue, des douleurs thoraciques, une peau foncée à bleue et une maladie cardiaque. Elle augmente le risque de tuberculose et de problèmes respiratoires car elle attaque les poumons.

A lire aussi :  L'élimination des déchets médicaux et les entreprises qui s'en occupent

Plus la durée d’exposition à la poussière de sable et les concentrations auxquelles on est exposé sont importantes, plus elle peut être aiguë. Les personnes vivant autour des puits sont susceptibles de développer une silicose chronique si elles sont exposées à de faibles quantités de poussière de sable pendant une longue période. Les particules contenues dans la combustion et la poussière de diesel provoquent beaucoup de problèmes respiratoires et la probabilité de décès dans certains cas.

3. Malformations fœtales

Les malformations congénitales sont un grave sujet de préoccupation pour les personnes exposées et vivant autour des puits de fracturation. Les composés organiques volatils et les hydrocarbures aromatiques polycycliques trouvés autour des puits affectent le développement normal du fœtus en altérant la formation du cœur et du système neurologique. En outre, l’exposition à des composés radioactifs peut endommager ou altérer des parties de l’ADN d’un bébé à naître, provoquant des malformations et, dans certains cas, des mutations.

4. Effondrement du système nerveux

On a constaté que des personnes se trouvant à des kilomètres de puits de fracturation se plaignaient de maux de tête, de crises d’épilepsie, de vertiges et parfois de pertes de conscience. Ces symptômes indiquent un effet sur le système nerveux. Le système sensoriel/nerveux humain peut être très sensible, même à de faibles niveaux de benzène.

De multiples études ont révélé que les niveaux de benzène sont supérieurs à ce qui peut être contenu, d’où l’effet sur le système nerveux. On a également constaté que le benzène endommage les organes qui forment le sang, c’est-à-dire la moelle osseuse. Lorsqu’il affecte la moelle rouge, il provoque des maladies comme l’anémie qui, avec le temps, peut devenir grave. Cela signifie également que moins de globules rouges sont produits pour transporter l’oxygène, ce qui entraîne un manque de souffle et une fatigue au moindre effort.

5. Dommages causés au système endocrinien

Le système endocrinien humain est très sensible aux produits chimiques utilisés dans la fracturation et, bien que la plupart des entreprises tentent de cacher les produits chimiques utilisés, la recherche en a découvert 632 jusqu’à présent. Imaginez les effets à long terme qu’ils pourraient avoir sur la santé d’une personne.

Un document sur la gestion des risques pour l’homme et l’environnement a montré que 75 % de ces produits chimiques peuvent affecter la peau et les yeux, 37 % endommager les organes tels que les reins, le foie et le cœur, et 25 %, ce qui est effrayant, altérer l’ADN et endommager les principales glandes endocrines, à savoir le pancréas, la glande pinéale, les ovaires, les testicules, la glande thyroïde, la glande parathyroïde, l’hypophyse et les glandes surrénales.

Bien que le « boom de la fracturation » dans le monde crée une sécurité énergétique, il résout un problème tout en en créant d’autres. En fin de compte, la question est de savoir si cela en vaut la peine. Il peut créer des emplois, mais il cause une multitude de problèmes de santé à ceux qu’il emploie. Il peut bénéficier à la communauté locale sur le plan économique, mais les gens sont affectés. Sans compter les petits tremblements de terre provoqués par la fracturation qui pourraient devenir un problème à l’avenir si elle se poursuit. Et autant il donne du gaz et des combustibles fossiles en tonnes, autant il détruit l’environnement tant les composants que sa valeur esthétique.

Bouton retour en haut de la page