Nourriture

Le changement climatique est-il en train de grignoter vos plats préférés ?

Grâce au climat, les listes d'espèces menacées ne sont plus réservées aux animaux

Grâce au changement climatique, il se peut que nous devions non seulement nous adapter à un monde plus chaud, mais aussi à un monde moins savoureux.

Alors que l’augmentation de la quantité de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, le stress thermique, les sécheresses plus longues et les précipitations plus intenses liés au réchauffement climatique continuent d’affecter notre météo quotidienne, nous oublions souvent qu’ils ont également un impact sur la quantité, la qualité et les lieux de culture de nos aliments. Les aliments suivants ont déjà subi l’impact de ces phénomènes et, pour cette raison, ont gagné une place de choix sur la liste mondiale des « aliments en danger ». Nombre d’entre eux pourraient devenir rares au cours des 30 prochaines années.

1. Le café

Que vous essayiez ou non de vous limiter à une tasse de café par jour, les effets du changement climatique sur les régions productrices de café dans le monde ne vous laisseront peut-être pas le choix.

Les plantations de café d’Amérique du Sud, d’Afrique, d’Asie et d’Hawaï sont toutes menacées par l’augmentation des températures de l’air et des précipitations irrégulières, qui favorisent l’apparition de maladies et d’espèces envahissantes qui infestent les plants de café et les grains en cours de maturation. Le résultat ? Une baisse significative du rendement du café (et moins de café dans votre tasse).

Des organisations telles que l’Institut australien du climat estiment que, si les tendances climatiques actuelles se poursuivent, la moitié des zones actuellement propices à la production de café ne le seront plus d’ici à 2050.

2. Le chocolat

Le cacao (ou chocolat), cousin du café, subit lui aussi les effets de la hausse des températures due au réchauffement climatique. Mais pour le chocolat, ce n’est pas seulement le climat plus chaud qui pose problème. Les cacaoyers préfèrent en effet les climats plus chauds… à condition que cette chaleur soit associée à une forte humidité et à des pluies abondantes (c’est-à-dire un climat de forêt tropicale). Selon le rapport 2014 du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), le problème est que les températures plus élevées prévues pour les principaux pays producteurs de chocolat (Côte d’Ivoire, Ghana, Indonésie) ne devraient pas s’accompagner d’une augmentation des précipitations. Ainsi, alors que les températures plus élevées réduisent l’humidité du sol et des plantes par évaporation, il est peu probable que les précipitations augmentent suffisamment pour compenser cette perte d’humidité.

Dans ce même rapport, le GIEC prévoit que ces effets pourraient réduire la production de cacao, ce qui signifie 1 million de tonnes de barres, de truffes et de poudre en moins par an d’ici 2030.

3. Le thé

En ce qui concerne le thé (la deuxième boisson préférée au monde après l’eau), les climats plus chauds et les précipitations irrégulières ne font pas que réduire les régions productrices de thé dans le monde, ils en altèrent aussi la saveur distincte.

En Inde, par exemple, des chercheurs ont déjà découvert que la mousson indienne a entraîné des précipitations plus intenses, qui engorgent les plantes et diluent l’arôme du thé.

Des recherches récentes menées par l’université de Southampton suggèrent que les zones de production de thé dans certains endroits, notamment en Afrique de l’Est, pourraient diminuer de 55 % d’ici à 2050 en raison de l’évolution des précipitations et des températures.

Les cueilleurs de thé (oui, les feuilles de thé sont traditionnellement récoltées à la main) ressentent également les effets du changement climatique. Pendant la saison des récoltes, l’augmentation des températures de l’air entraîne un risque accru d’insolation pour les travailleurs sur le terrain.

4. Le miel

Le syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles a entraîné la disparition de plus d’un tiers des abeilles domestiques américaines, mais le changement climatique a ses propres effets sur le comportement des abeilles. Selon une étude réalisée en 2016 par le ministère américain de l’agriculture, l’augmentation des niveaux de dioxyde de carbone réduit la teneur en protéines du pollen, principale source de nourriture des abeilles. En conséquence, les abeilles ne sont pas suffisamment nourries, ce qui peut entraîner une baisse de la reproduction et même la mort des abeilles. Comme le dit Lewis Ziska, physiologiste végétal à l’USDA, « le pollen est en train de devenir de la malbouffe pour les abeilles ».

A lire aussi :  Fromage suisse et gruyère : Qui est le gagnant ?

Mais ce n’est pas la seule façon dont le climat perturbe les abeilles. Des températures plus chaudes et une fonte des neiges plus précoce peuvent déclencher une floraison printanière plus précoce des plantes et des arbres ; si précoce, en fait, que les abeilles peuvent être encore au stade larvaire et pas encore assez matures pour les polliniser.

Moins il y a d’abeilles ouvrières pour polliniser, moins il y a de miel à produire. Cela signifie aussi moins de récoltes, puisque nos fruits et légumes existent grâce au vol et à la pollinisation inlassables de nos abeilles indigènes.

5. Produits de la mer

Le changement climatique affecte l’aquaculture mondiale autant que l’agriculture.

Lorsque la température de l’air augmente, les océans et les cours d’eau absorbent une partie de la chaleur et se réchauffent à leur tour. Il en résulte un déclin des populations de poissons, y compris des homards (qui sont des créatures à sang froid) et des saumons (dont les œufs ont du mal à survivre dans des eaux plus chaudes). Les eaux plus chaudes favorisent également la prolifération de bactéries marines toxiques, telles que Vibrio, qui provoquent des maladies chez l’homme lorsqu’elles sont ingérées avec des fruits de mer crus, comme les huîtres ou les sashimis.

Et ce « craquement » satisfaisant que vous ressentez en mangeant du crabe ou du homard ? Il pourrait être réduit au silence car les crustacés luttent pour construire leur carapace de carbonate de calcium, conséquence de l’acidification des océans (absorption du dioxyde de carbone présent dans l’air).

Pire encore, la possibilité de ne plus manger du tout de fruits de mer est envisageable, selon une étude réalisée en 2006 par l’université Dalhousie. Dans cette étude, les scientifiques prédisent que si la surpêche et l’augmentation des températures se poursuivent à leur rythme actuel, les stocks mondiaux de fruits de mer s’épuiseront d’ici 2050.

6. Le riz

En ce qui concerne le riz, le changement climatique menace davantage la méthode de culture que les grains eux-mêmes.

La culture du riz se fait dans des champs inondés (appelés rizières), mais comme l’augmentation des températures mondiales entraîne des sécheresses plus fréquentes et plus intenses, les régions rizicoles du monde risquent de ne pas disposer de suffisamment d’eau pour inonder les champs au niveau adéquat (généralement 5 pouces de profondeur). Cela pourrait rendre plus difficile la culture de cet aliment de base nutritif.

Curieusement, le riz contribue en quelque sorte au réchauffement même qui pourrait entraver sa culture. L’eau des rizières empêche l’oxygène d’aérer le sol et crée des conditions idéales pour les bactéries émettrices de méthane. Comme vous le savez peut-être, le méthane est un gaz à effet de serre 30 fois plus puissant que le dioxyde de carbone, qui piège la chaleur.

7. Le blé

Une étude récente menée par des chercheurs de l’université de l’État du Kansas révèle qu’au cours des prochaines décennies, au moins un quart de la production mondiale de blé sera perdue en raison de conditions météorologiques extrêmes et du stress hydrique si aucune mesure d’adaptation n’est prise.

Les chercheurs ont constaté que les effets du changement climatique et de l’augmentation des températures sur le blé seront plus graves que prévu et qu’ils se produisent plus tôt que prévu. Si l’augmentation de la température moyenne est problématique, les températures extrêmes résultant du changement climatique constituent un défi encore plus grand. Les chercheurs ont également constaté que l’augmentation des températures raccourcit le délai dont disposent les plants de blé pour arriver à maturité et produire des épis complets pour la récolte, ce qui se traduit par une diminution de la quantité de grains produite par chaque plant.

Selon une étude publiée par le Postdam Institute for Climate Impact Research, les plants de maïs et de soja peuvent perdre 5 % de leur récolte chaque jour où les températures dépassent 30 °C. (Les plants de maïs sont particulièrement sensibles aux vagues de chaleur et à la sécheresse). À ce rythme, les futures récoltes de blé, de soja et de maïs pourraient chuter de 50 %.

A lire aussi :  Quels légumes sont pauvres en glucides?

8. Les fruits du verger

Les pêches et les cerises, les deux fruits à noyaux préférés de l’été, peuvent en fait souffrir d’une trop forte chaleur.

Selon David Lobell, directeur adjoint du Centre sur la sécurité alimentaire et l’environnement de l’université de Stanford, les arbres fruitiers (notamment les cerisiers, les pruniers, les poiriers et les abricotiers) ont besoin d’heures de refroidissement, c’est-à-dire d’une période pendant laquelle ils sont exposés à des températures inférieures à 7 °C chaque hiver. Si le froid n’est pas respecté, les arbres fruitiers et à noix ont du mal à sortir de leur dormance et à fleurir au printemps. En fin de compte, cela se traduit par une baisse de la quantité et de la qualité des fruits produits.

D’ici à 2030, les scientifiques estiment que le nombre de jours d’hiver à 45°F ou moins aura considérablement diminué.

9. Le sirop d’érable

La hausse des températures dans le nord-est des États-Unis et au Canada a eu un impact négatif sur les érables à sucre, notamment en ternissant le feuillage automnal et en stressant l’arbre au point de le faire dépérir. Si le retrait total des érables à sucre des États-Unis ne se produira pas avant plusieurs décennies, le climat fait déjà des ravages sur le produit le plus prisé, le sirop d’érable, aujourd’hui.

Tout d’abord, les hivers plus chauds et les hivers « yo-yo » (périodes de froid entrecoupées de périodes de chaleur anormale) dans le nord-est ont raccourci la « saison des sucres », c’est-à-dire la période où les températures sont suffisamment douces pour inciter les arbres à transformer les amidons stockés en sève sucrée, mais pas assez chaudes pour déclencher le bourgeonnement. (Lorsque les arbres bourgeonnent, on dit que la sève devient moins appétissante).

Les températures trop chaudes ont également atténué le caractère sucré de la sève d’érable. « Nous avons constaté que les années où les arbres produisaient beaucoup de graines, la sève contenait moins de sucre », explique Elizabeth Crone, écologiste à l’université de Tufts. Crone explique que lorsque les arbres sont plus stressés, ils laissent tomber plus de graines. « Ils investissent davantage de leurs ressources dans la production de graines qui, espérons-le, iront ailleurs, là où les conditions environnementales sont meilleures. Cela signifie qu’il faut plus de litres de sève pour produire un litre de sirop d’érable pur ayant la teneur en sucre requise de 70 %. Deux fois plus, pour être exact.

Les érablières constatent également que les sirops sont moins clairs, ce qui est considéré comme la marque d’un produit plus « pur ». Pendant les années chaudes, on produit davantage de sirops foncés ou ambrés.

10. Cacahuètes

Les cacahuètes (et le beurre de cacahuète) sont peut-être l’un des en-cas les plus simples, mais le plant de cacahuètes est considéré comme assez difficile à cultiver, même parmi les agriculteurs.

Les plants de cacahuètes poussent mieux lorsqu’ils bénéficient de cinq mois de temps chaud constant et de 20 à 40 pouces de pluie. Si ce n’est pas le cas, les plantes ne survivront pas et produiront encore moins de gousses. Ce n’est pas une bonne nouvelle si l’on considère que la plupart des modèles climatiques s’accordent à dire que le climat de demain sera caractérisé par des extrêmes, notamment des sécheresses et des vagues de chaleur.

En 2011, le monde a eu un aperçu du sort futur de la cacahuète lorsque la sécheresse qui a sévi dans le sud-est des États-Unis, région productrice de cacahuètes, a entraîné le flétrissement et la mort de nombreuses plantes en raison du stress thermique. Selon CNN Money, cette période de sécheresse a entraîné une hausse du prix des arachides de 40 % !

Bouton retour en haut de la page