Eau

Utiliser la plantation riveraine pour restaurer les berges des rivières et des cours d’eau

Que vous ayez un cours d'eau sur votre propriété ou que vous participiez à un projet de restauration ailleurs, voici ce qu'il faut savoir.

Une grande partie de nos activités dans le domaine de la gestion durable des terres et de la conception de la permaculture tourne autour de la réparation des dommages causés par l’humanité. Comment et où nous pouvons le faire est une chose très importante à considérer et à discuter alors que nous cherchons à aller de l’avant vers un avenir plus écologique et plus durable.

La restauration des berges (ainsi que des rivières elles-mêmes) est un domaine clé de la restauration auquel il faut penser.

Que vous ayez une rivière sur votre propriété ou que vous envisagiez de participer à un projet de restauration des berges dans votre région, voici quelques informations sur la restauration des berges par la plantation d’espèces riveraines, les zones tampons et les réintroductions potentielles.

Plantation riveraine

Lorsque les berges sont endommagées ou dégradées, cela signifie le plus souvent que la plantation riveraine normale le long de la rivière a été perdue ou n’est plus à l’état naturel.

Par conséquent, si nous cherchons à restaurer les berges d’une rivière, il est important de se pencher sur la plantation riveraine. Souvent, la replantation d’arbres et d’autres végétaux indigènes le long d’un cours d’eau est l’étape la plus importante de sa restauration.

Il est important de permettre à de nouveaux arbres de pousser le long d’une rivière, de les planter nous-mêmes ou de remplacer la végétation naturelle qui a disparu en raison de la déforestation, des pressions exercées par le pâturage, etc.

Un programme de plantation riveraine adapté à un environnement particulier peut améliorer la qualité de l’eau, gérer les risques d’inondation et stimuler la biodiversité.

Les arbres et les arbustes peuvent également refroidir la température de l’eau et permettre aux rivières et aux écosystèmes qui les accompagnent de mieux faire face à l’augmentation des températures mondiales. Le degré d’ombrage qui sera bénéfique pour une rivière sera déterminant et il est important de l’établir dans tout projet.

A lire aussi :  Aquifères : réservoirs souterrains d'eau douce.

Pour déterminer la plantation riveraine adéquate, il faut trouver le bon mélange de végétation pour une zone particulière et un emplacement donné. Les plantes que l’on trouve naturellement le long d’un cours d’eau dépendent du mélange de végétation indigène dans un endroit spécifique.

Zones tampons riveraines

Dans certaines situations, il peut être utile de créer des zones tampons riveraines spéciales le long des berges d’une rivière ou d’un ruisseau. L’idée est que ces zones sont des zones protégées, à l’abri de toute intervention humaine, du surpâturage, de la circulation ou de l’utilisation de machines, etc.

La zone tampon riveraine doit refléter la taille d’un cours d’eau et les dimensions naturelles de la zone riveraine fonctionnelle. Il doit s’agir d’une zone laissée intacte par l’agriculture, l’exploitation forestière ou toute autre activité humaine, afin de permettre à la faune et à la flore de s’établir et d’assurer le bon fonctionnement de l’écologie.

Les zones tampons peuvent être constituées de forêts ou de zones boisées, ou d’autres plantations riveraines indigènes pour permettre la formation de merveilleux habitats pour la faune, tels que des prairies humides ou d’autres zones humides.

L’idée est que ces zones tampons, même lorsqu’elles sont entourées de zones fonctionnelles de production alimentaire ou de zones d’utilisation ou d’occupation humaine, peuvent être mises de côté pour servir de refuge à la faune et devenir des corridors pour ses déplacements à l’échelle du paysage.

Il est intéressant de noter que, parfois, il n’est pas nécessaire de planter nous-mêmes des zones riveraines, mais qu’il suffit de clôturer ou de protéger une zone de manière à ce que la végétation indigène puisse s’établir d’elle-même au fil du temps, sans les pressions qui l’empêchaient auparavant de se développer.

A lire aussi :  Pourquoi les bassins versants sont-ils importants (et comment les protéger) ?

Réintroductions pour les écosystèmes riverains

Parfois, la création d’un environnement naturel parfait pour un endroit particulier peut nécessiter une réflexion supplémentaire. Il arrive que l’on modifie la pente d’une berge ou que l’on dessine un contour différent autour d’une courbe afin de réduire l’érosion ou de ralentir la vitesse d’écoulement.

Bien entendu, il s’agit là de tâches de spécialistes que les profanes peuvent facilement se tromper. C’est pourquoi, souvent, au lieu de bricoler, nous pouvons demander l’aide d’experts.

Et pas nécessairement des experts humains.

En ce qui concerne la restauration des zones riveraines, il est intéressant de noter que la réintroduction d’espèces indigènes peut parfois contribuer à assurer l’équilibre écologique. L’introduction de castors en Écosse et ailleurs au Royaume-Uni en est l’un des exemples les plus évidents.

Qu’il soit nécessaire ou non de procéder à des réintroductions, lorsque les choses sont bien faites en matière de plantation riveraine, nous constaterons qu’une grande partie de la faune qui réapparaît naturellement jouera un rôle dans le façonnement de la rivière, de ses berges et de ses environs de différentes manières.

Et la faune, qu’elle soit déjà présente ou nouvellement introduite, peut être tout aussi importante que les plantes pour créer un système écologique fonctionnel sur les rives d’une rivière ou d’un cours d’eau au fil du temps.

Bouton retour en haut de la page