Changements climatiques

Le changement climatique pousse-t-il vraiment les morses à sauter des falaises ?

Netflix a publié une série documentaire intitulée « Our Planet » le 5 avril qui se trouve dans le panthéon des grands documentaires sur la faune aux côtés de « Planet Earth » et « Blue Planet » de la BBC. La nouvelle série se démarque cependant, car elle montre explicitement comment chaque écosystème qu’elle met en évidence est modifié et menacé par le changement climatique. Et il comprend une scène particulièrement troublante : les morses russes dévalent brutalement les falaises jusqu’à leur mort, l’un après l’autre.

David Attenborough, le narrateur de la série, attribue l’incident aux changements de l’écosystème arctique habité par les morses. Avec la fonte de la banquise année après année, dit-il, les morses sont obligés de se reposer sur de minuscules plages bondées. Ces plages sont tellement surpeuplées, dit-il, que certains morses escaladent les falaises pour un peu de paix. Mais lorsque les animaux lourds, peu habitués à l’escalade ou aux hauteurs, décident de retourner à l’eau, ils errent au bord des falaises jusqu’à leurs horribles morts.

C’est une scène choquante et une histoire fascinante.

Alors, le changement climatique a-t-il vraiment poussé les morses vers les falaises et à leur mort ?

Cet incident n’est pas la première fois que des gens documentent la mort massive de morses. En 1996, les responsables de la faune de l’Alaska ont signalé un incident alors presque sans précédent au cours duquel près de 60 morses mâles sont morts au large d’une falaise de 200 pieds (60 mètres) dans l’État. À l’époque, alors que la banquise était encore plus étendue et que les impacts climatiques étaient moins bien compris, les chercheurs n’attribuaient pas les décès au changement climatique. Au contraire, ils étaient perplexes, sans réponse pour expliquer le comportement, a rapporté le New York Times à l’époque. Les années qui ont suivi ont vu d’autres rapports de ce genre d’événements de morses.

A lire aussi :  Nous avons interrogé 800 Américains sur le changement climatique. Ce qu'ils ont dit pourrait vous surprendre.

Mais des recherches plus récentes ont indiqué que le changement climatique pourrait entraîner des « perturbations » mortelles dans les « échoueries » des morses exactement comme l’indique le documentaire. Les morses passent généralement la majeure partie de leur temps sur la glace de mer, avec quelques temps intermittents passés sur terre en grands groupes appelés échoueries.

Un rapport de mai 2017 du US Fish and Wildlife Service (USFWS) a révélé que le retrait de la glace de mer de l’Arctique conduit en effet les morses à s’engager plus souvent dans des échoueries massives sur des plages bondées. Et dans ces échoueries bondées, les morses sont en effet facilement effrayés, avec une augmentation des événements de « perturbation » mortels – bien que les piétinements, en particulier des jeunes veaux, soient beaucoup plus fréquents que les chutes de falaises, selon ce rapport.

Les experts en la matière ont suggéré à Live Science que les événements de chute n’impliquent généralement pas que les morses escaladent les falaises, comme l’indique le documentaire. Au contraire, les événements se produisent lorsque les morses montent des pentes peu profondes sur les côtés éloignés des falaises. Une fois en haut, les créatures peuvent parfois se précipiter sur ces falaises si un avion, un ours polaire, un bateau ou une autre chose bizarre qui les effraie leur fait peur.

Le changement climatique semble avoir rendu ces types d’événements plus fréquents. Cependant, en Alaska, ces chutes massives semblent aux observateurs locaux avoir diminué ces dernières années grâce aux efforts humains pour gérer les environnements des échoueries. Les réductions des avions aériens et d’autres perturbations humaines semblent avoir empêché au moins certains des décès. Les efforts de gestion côtière, menés par des groupes autochtones locaux, ont également été efficaces dans une certaine mesure.

A lire aussi :  Des scientifiques ukrainiens quittent le comité international du rapport sur le climat, au milieu des craintes pour la sécurité
Plus de 100 000 morses ont débarqué le long d’une petite partie de la côte du nord de la Russie. En l’absence de glace de mer, les morses n’ont d’autre choix que de venir se poser pour se reposer entre deux sorties nourrissantes au fond de l’océan à la recherche de palourdes.

Le rapport de l’USFWS a révélé que même si leurs populations ont lutté contre la mort des veaux, la réduction de la glace de mer et les faibles possibilités de recherche de nourriture, les morses sont une espèce relativement résistante. Au moins au niveau où la glace de mer s’est réduite jusqu’à présent, les animaux semblent capables de résister aux nombreux empiètements humains sur leur territoire, selon le rapport.

Bouton retour en haut de la page