Réchauffement climatique

Les 15 raisons les plus incroyables qui prouvent que le réchauffement climatique pourrait être un canular.

Le réchauffement de la planète est le nom donné à la croyance actuelle selon laquelle la température de la terre a augmenté progressivement au cours des derniers siècles, depuis l’aube de la révolution industrielle.

L’impact de l’homme sur ce phénomène ne représenterait que 10 % de l’ensemble des gaz à effet de serre présents dans l’atmosphère, et il est donc très peu probable que notre espèce ait un impact négatif massif sur la stabilité du climat de la Terre. Dans cet article, nous allons vous donner 15 raisons qui prouvent que le réchauffement climatique pourrait être un canular.

Les 15 raisons les plus incroyables qui prouvent que le réchauffement climatique pourrait être un canular

1. Le climat de la Terre se réchauffe rapidement

Si vous regardez l’indice de température de surface HadCRUT3, qui est basé au Royaume-Uni, les enregistrements montrent un réchauffement jusqu’en 1878, un refroidissement jusqu’en 1911, un réchauffement jusqu’en 1941, un refroidissement jusqu’en 1964, un réchauffement jusqu’en 1998 et un refroidissement jusqu’en 2011. L’augmentation de la température entre 1964 est la même que celle enregistrée entre 1911 et 1941. De nombreux satellites, stations au sol et ballons-sondes montrent un refroidissement depuis 2001.

Les avertissements actuels concernant une augmentation de la température de 0,6 à 0,8 degré n’ont rien d’irrégulier et s’inscrivent dans le rythme naturel du réchauffement enregistré au cours des derniers siècles.

L’emplacement de ces stations météorologiques mondiales doit être pris en compte. Elles sont pour la plupart installées dans ce que l’on appelle des îlots de chaleur dans les villes, où les températures sont normalement plus élevées, et peu d’entre elles ont été placées dans des zones rurales.

Deux équipes ont corrigé les relevés de température moyenne entre toutes les stations et ont réduit de moitié l’augmentation de température signalée depuis 1980. Jusqu’à aujourd’hui, il n’y a jamais eu d’événement extrême significatif causé par le réchauffement.

Il y a eu un réchauffement de la planète il y a environ mille ans (période de réchauffement médiéval) – c’est une question cyclique, pas besoin d’alarmisme.

2. Les rapports montrent que le climat mondial s’est refroidi au cours des 1000 dernières années et que, récemment, les températures sont montées en flèche.

Tout au long de l’histoire, le climat de cette planète a connu de grandes fluctuations. De nombreux peuples et religions anciennes parlent d’un grand déluge, probablement causé par la fonte des calottes glaciaires ou des glaciers. L’histoire nous parle d’une période chaude d’environ 1000 à 1200 après J.-C., qui a permis aux Vikings de cultiver le Groenland. Cette période a été suivie par le petit âge glaciaire.

Depuis la fin du XVIIe siècle, la température moyenne de la planète augmente à un rythme régulier, à l’exception de la période de 1940 à 1970, au cours de laquelle le climat s’est refroidi, ce qui a entraîné une panique mondiale au sujet du refroidissement de la planète !

Sur un siècle, les stratocumulus qui se forment au large des côtes peuvent faire monter ou descendre la température mondiale de quelques degrés, et les « modèles climatiques » ne peuvent pas prédire dans quel sens elle ira. (Numéro de juillet 2018 de  » Science). « 

3. Le taux de dioxyde de carbone dans l’atmosphère a été directement attribué à l’espèce humaine et aux gaz à effet de serre, provoquant la tendance actuelle au réchauffement

Le taux de dioxyde de carbone dans l’atmosphère a fluctué pour diverses raisons au fil du temps. Depuis la révolution industrielle, les niveaux de CO2 dans l’atmosphère ont augmenté en moyenne d’environ 120 parties par million. La majeure partie de cette augmentation est liée à l’activité humaine, et au cours du siècle actuel, l’augmentation est d’environ 0,55 % par an.

Bien qu’il n’y ait absolument aucune preuve que le CO2 soit le principal moteur du réchauffement climatique. Les anciennes mesures de carottes de glace ont prouvé que les niveaux de CO2 dans le passé ont souvent changé après une baisse ou une hausse de température. Il existe des preuves solides qui montrent que lorsque les températures fluctuent naturellement sous l’effet du rayonnement solaire et d’autres influences galactiques et locales, le réchauffement des niveaux de surface de la planète entraîne une augmentation de la quantité de CO2 libérée dans l’atmosphère.

Le rapport entre le CO2 d’origine humaine et le CO2 naturel sur la Terre est d’environ 1 à 2 400. Cela signifie que la part de l’homme représente environ 2 gouttes si un verre de 12 onces contenait le CO2 de la Terre.

Des découvertes récentes montrent que le mont Katla, enfoui sous un glacier en Islande, émet jusqu’à 24 000 tonnes de CO2 par jour ; il est possible que de nombreux autres volcans sous-glaciaires dans le monde rejettent beaucoup plus de CO2 dans l’atmosphère. Il existe 40 000 miles de dorsales médio-océaniques volcaniques actives, dont seule une infime partie a été cartographiée. Il s’agit d’une zone thermique et de production de CO2 très importante que nous connaissons peu.

4. Les pôles se réchauffent et les calottes glaciaires fondent, apparemment.

Des données actualisées provenant d’instruments satellites de la NASA révèlent que les calottes polaires de la Terre n’ont pas du tout reculé depuis que les instruments satellites ont commencé à mesurer les calottes glaciaires en 1979. Les températures aux pôles n’ont pas augmenté depuis 2005. En fait, à l’exception de la péninsule de Palmer, toute la région de l’Antarctique se refroidit. L’épaisseur des calottes glaciaires dans l’Arctique et aux pôles Nord augmente et continuera à le faire jusqu’à ce que les choses se réchauffent naturellement.

A lire aussi :  Causes naturelles et anthropiques du réchauffement climatique

5. Des modèles informatiques sont utilisés pour calculer l’impact futur du CO2.

Ces modèles informatiques sont programmés pour supposer que le CO2 est le principal facteur climatique et que le soleil a peu d’effet sur le climat. Ces modèles informatiques peuvent être programmés avec un grand nombre de variables afin d’arriver à la conclusion que la terre va se refroidir ou se réchauffer. Un modèle informatique n’est pas un moyen de mesurer quoi que ce soit, car il s’agit purement d’une question d’entrée de données pour le modèle.

Le soleil est l’un des principaux moteurs du climat, avec des apports quotidiens de rayonnement solaire qui sont totalement aléatoires et ne suivent aucun schéma. Ces modèles informatiques n’en tiennent pas compte et, par conséquent, ne donnent pas une représentation fidèle du climat réel. Et en tant que tels, ils ne devraient pas être utilisés comme base pour de telles affirmations.

6. La fonte des glaciers naturels prouve le réchauffement climatique ?

Les glaciers ont naturellement reculé et grandi d’innombrables fois au cours de l’histoire. Le recul récent des glaciers est simplement le résultat du réchauffement de la planète après le petit âge glaciaire du début de la période médiévale. Les scientifiques ont découvert des preuves que les calottes glaciaires et les glaciers ont reculé et augmenté en taille à de nombreuses reprises au cours de l’histoire.

Il est normal que les glaciers se rétractent et s’étendent au fil du temps. Quoi qu’il en soit, ce phénomène est davantage dû aux précipitations qu’à la température.

7. Le CO2 est une toxine ?

Beaucoup de gens le croient, et cela joue un rôle dans de nombreuses études scientifiques d’un point de vue purement théorique. Le CO2 est tout aussi important que l’azote dans l’atmosphère.

Le CO2 joue un rôle majeur dans l’apparition de la vie sur terre, il est nécessaire à la croissance des plantes, et dans certaines régions où les niveaux de CO2 sont plus élevés, les données montrent que certains arbres et certaines plantes peuvent se développer à une vitesse extraordinaire. L’hypothèse selon laquelle le CO2 est un polluant est totalement fausse.

8. Le réchauffement de la planète provoquerait des tempêtes et des conditions météorologiques extrêmes.

Ces affirmations sont totalement infondées. Il n’existe aucune preuve que le temps soit affecté par le réchauffement climatique à l’échelle mondiale. Des variations régionales se produisent. Les conditions météorologiques extrêmes peuvent être affectées par un grand nombre de variables ; des éléments comme le courant-jet, par exemple, peuvent modifier le temps pendant de nombreuses saisons dans différents pays européens. Même le sable balayé par le désert du Sahara peut modifier le climat des pays européens les plus au nord.

Le réchauffement climatique n’a aucun impact sur ces systèmes météorologiques. Certains affirment que le réchauffement climatique entraînera des sécheresses dans le monde entier, mais si le réchauffement climatique se produit comme on nous le dit, il devrait y avoir plus d’humidité dans l’air tout autour de nous, car l’humidité s’évapore en raison des températures élevées.

9. Le réchauffement climatique entraîne-t-il un raccourcissement de la durée de vie ?

Considérant que le climat de la terre n’a cessé de changer depuis la formation de la planète. Il ne s’est pas arrêté juste parce que la race humaine est apparue. Même au cours de notre histoire, le climat de la terre a fluctué du froid au chaud et vice-versa ; nous faisons ce que nous avons toujours fait, et ce que la vie fait toujours, nous nous adaptons.

Grâce à l’augmentation considérable des études scientifiques et médicales, notre espérance de vie actuelle est largement supérieure à celle de nos ancêtres, et elle continuera à augmenter au fil du temps.

10. Le CO2 constitue-t-il la plus grande partie des gaz à effet de serre ?

Les gaz à effet de serre représentent environ 3 % du volume de l’atmosphère. La vapeur d’eau et les nuages représentent 97 % de ce volume, les pourcentages restants étant constitués de gaz comme le CO2, le CH4, l’ozone et le N20. Le CO2 représente environ 0,4 % de notre atmosphère.

Les petites quantités de gaz dans l’atmosphère sont capables de retenir la chaleur du rayonnement solaire, mais en raison de leur quantité relativement faible par rapport aux 90 % de vapeur d’eau. On estime que ces 90 % sont à l’origine de 75 % de l’effet de serre.

Aux niveaux actuels, si la vapeur d’eau devait augmenter de seulement 3 %, cela représenterait le même niveau d’effet de serre que si le CO2 augmentait de 100 %.

11. « Les effets du changement climatique devraient agir comme un « multiplicateur de menaces » dans bon nombre des régions les plus instables du monde, exacerbant les sécheresses et autres catastrophes naturelles et entraînant des pénuries de nourriture, d’eau et d’autres ressources susceptibles de provoquer des migrations massives. »

En ce qui concerne l’approvisionnement en nourriture et en eau, la production agricole mondiale a explosé avec le réchauffement progressif de la Terre. Le dioxyde de carbone atmosphérique est essentiel à la vie des plantes, et l’augmentation de sa quantité dans l’atmosphère favorise la croissance des plantes et la production agricole. La croissance des plantes et la production végétale bénéficient également de l’allongement des saisons de croissance et de la diminution des épisodes de gel. Les cultures mondiales établissent de nouveaux records de production pratiquement chaque année alors que notre planète se réchauffe modestement.

Il en va de même pour l’approvisionnement en eau, selon des données objectives. Le réchauffement de notre planète entraîne une augmentation progressive des précipitations mondiales et de l’humidité des sols. Les températures plus élevées font s’évaporer davantage d’eau des océans, ce qui entraîne des précipitations plus fréquentes sur les masses continentales. Il en résulte une augmentation des précipitations, ce qui signifie une amélioration de l’humidité du sol sur presque tous les sites de la Banque mondiale de données sur l’humidité du sol.

A lire aussi :  15 habitudes quotidiennes des êtres humains qui tuent lentement l'environnement

Si les pénuries de récoltes, la baisse des précipitations et la diminution de l’humidité du sol sont à l’origine de menaces pour la sécurité nationale, alors le réchauffement climatique est bénéfique plutôt que dangereux pour la sécurité nationale.

12. « Hausse du niveau des mers – Le réchauffement des températures entraîne la fonte des glaciers et des calottes polaires, ce qui augmente la quantité d’eau dans les mers et les océans du monde. »

Le rythme de l’élévation du niveau des mers est resté relativement constant tout au long du XXe siècle, même lorsque les températures mondiales ont augmenté progressivement. Au cours des dernières décennies, le rythme de l’élévation du niveau des mers n’a pas non plus augmenté.

Si l’homme s’est adapté efficacement à l’élévation du niveau de la mer grâce aux technologies du 20e siècle, il sera beaucoup plus à même de s’adapter à l’élévation du niveau de la mer grâce aux technologies du 21e siècle.

Bien que les alarmistes mettent fréquemment en avant la fonte des calottes polaires et un récent et modeste rétrécissement de la calotte glaciaire de l’Arctique, ce déclin a été complètement compensé par l’expansion de la calotte glaciaire de l’Antarctique. Depuis que la NASA a commencé à les mesurer précisément il y a 35 ans à l’aide d’instruments satellitaires, cumulativement, les calottes glaciaires polaires n’ont pas du tout diminué.

13. « Conséquences économiques – Les coûts associés au changement climatique augmentent en même temps que les températures. Les tempêtes violentes et les inondations combinées aux pertes agricoles causent des milliards de dollars de dommages, et de l’argent est nécessaire pour traiter et contrôler la propagation des maladies « 

Les événements extrêmes tels que les tempêtes violentes, les inondations et les pertes agricoles peuvent coûter beaucoup d’argent, mais ces coûts diminuent considérablement à mesure que la Terre se réchauffe modestement. Par conséquent, les coûts économiques affirmés par EDF sont en fait des avantages économiques.

Selon la National Oceanic and Atmospheric Administration, les tempêtes violentes deviennent moins fréquentes et moins violentes à mesure que la Terre se réchauffe modestement. L’activité des ouragans et des tornades est à son plus bas niveau historique.

De même, les mesures scientifiques et les études examinées par des pairs ne signalent aucune augmentation des inondations concernant les rivières et les ruisseaux à écoulement naturel. S’il y a eu une augmentation des inondations, elle est due à la modification par l’homme du débit des rivières et des cours d’eau plutôt qu’aux changements de précipitations.

De plus, le modeste réchauffement récent permet d’établir des records de production agricole aux États-Unis et dans le monde pratiquement chaque année, créant ainsi des milliards de dollars de nouveaux avantages économiques et de bien-être humain chaque année. Cela crée un avantage économique net complètement ignoré par EDF.

14. 31 000 scientifiques affirment qu’il n’existe « aucune preuve convaincante ».

Alors que les sondages effectués auprès des scientifiques travaillant activement dans le domaine de la science du climat indiquent un fort consensus sur le fait que la Terre se réchauffe et que l’activité humaine est un facteur important, 31 000 scientifiques affirment qu’il n’existe « aucune preuve convaincante » que l’homme peut ou va provoquer un réchauffement « catastrophique » de l’atmosphère.

Cette affirmation émane de l’Institut des sciences et de la médecine de l’Oregon, qui a lancé une pétition en ligne (petitionproject.org), dans laquelle on peut lire ce qui suit :

Nous demandons instamment au gouvernement des États-Unis de rejeter l’accord sur le réchauffement de la planète qui a été rédigé à Kyoto, au Japon, en décembre 1997, et toute autre proposition similaire. Les limites proposées pour les gaz à effet de serre nuiraient à l’environnement, entraveraient les progrès de la science et de la technologie, et porteraient atteinte à la santé et au bien-être de l’humanité.

Il n’existe aucune preuve scientifique convaincante que les rejets humains de dioxyde de carbone, de méthane ou d’autres gaz à effet de serre provoquent ou provoqueront, dans un avenir prévisible, un réchauffement catastrophique de l’atmosphère terrestre et une perturbation du climat de la Terre.

En outre, il existe des preuves scientifiques substantielles que l’augmentation du dioxyde de carbone atmosphérique produit de nombreux effets bénéfiques sur les environnements naturels végétaux et animaux de la Terre.

15. Aucune preuve réelle ou évidente

Selon un article du Huffington Post, le président Donald Trump a fait part au public américain de son incrédulité à l’égard du changement climatique parce qu’il ne voyait aucune preuve réelle. Ce commentaire a été fait par des millions d’autres personnes depuis l’élection de 2016, et depuis que le président américain s’est retiré des accords de Paris, un accord signé par plusieurs pays pour changer leurs pratiques environnementales.

Les scientifiques en géo-ingénierie qui travaillent à bloquer les rayons du soleil pour refroidir la planète affirment que : « Même si nous arrêtons complètement les émissions de dioxyde de carbone aujourd’hui, la terre continuera à se réchauffer au cours des prochaines décennies. »

Bouton retour en haut de la page