Ecosystème

Les diverses activités humaines qui affectent un écosystème

L’écosystème englobe tous les êtres vivants (animaux, plantes et micro-organismes) et non vivants (terre, climat, sol, soleil, temps et atmosphère). Tous ces éléments constituent l’environnement et sont essentiels au fonctionnement naturel et normal de toutes les activités sur la planète. En bref, ils constituent les fondements de l’écosphère et influencent la santé de tous les systèmes de la planète.

Par exemple, les écosystèmes déterminent la niche occupée par chaque organisme et la manière dont ils interagissent avec les éléments non vivants tels que l’eau, la lumière, l’air et le climat. On dit aussi qu’il s’agit d’un système complexe et interconnecté où les êtres vivants et non vivants fonctionnent.

En raison de cette complexité et de cette interconnexion, toute activité qui perturbe l’équilibre naturel de ces composants affecte l’écosystème. Les activités anthropiques sont en tête de liste, car de nombreuses actions humaines affectent cet équilibre. Cet article présente les différentes activités humaines qui affectent un écosystème.

Les diverses activités humaines qui affectent un écosystème

1. L’agriculture

L’augmentation constante de la population mondiale s’accompagne d’une demande croissante de nourriture en quantité suffisante. Le taux de croissance démographique pousse donc le monde à défricher les forêts afin de créer plus de place pour l’agriculture. D’après les données de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), plus de 40 % de la surface de la terre est aujourd’hui consacrée à l’agriculture, et une plus grande partie de ces terres étaient auparavant couvertes de forêts. Le résultat est dévastateur, comme nous le verrons ci-dessous :

i) Destruction de la faune et de la flore

Les forêts sont des habitats essentiels pour la faune et la flore, et en tant qu’écosystèmes soutenant la relation complexe entre les êtres vivants et non vivants, elles ont été affectées par les pratiques agricoles. Une grande partie de l’Europe, par exemple, était densément couverte de forêts tempérées, mais avec le temps, elle a été défrichée pour faire place à des terres agricoles.

ii) Réchauffement de la planète et changement climatique

La déforestation, influencée par la croissance démographique, est responsable de trois milliards de tonnes de CO2 libérées dans l’atmosphère chaque année, ce qui équivaut à la destruction de 13 millions d’hectares de terres par an, selon l’Union of Concerned Scientists. Ce taux de déforestation affecte l’écosystème en augmentant les températures mondiales et en perturbant le cycle de condensation et d’évaporation.

Divers écosystèmes, tels que les régions polaires, sont à leur tour affectés par la hausse des températures mondiales et les modifications du cycle de l’eau dans l’atmosphère.

iii) Dégradation des ressources aquatiques

L’injection de grandes quantités de nutriments phosphorés et azotés dans les sols naturels, les terres et les systèmes d’eau en raison de l’utilisation d’engrais a eu des effets considérables, a modifié les écosystèmes et a rapidement étendu les zones mortes aquatiques.

2. Déforestation

La déforestation se produit lorsqu’une forêt ou un peuplement d’arbres est supprimé, convertissant la terre en une utilisation non forestière. Cela modifie radicalement l’écosystème et entraîne une perte dramatique de biodiversité. Avec l’expansion exponentielle des êtres humains, la production de nourriture, de matériaux et d’abris se fait à un rythme effréné, principalement à partir de la forêt. La déforestation peut être le résultat de l’exploitation du bois ou du défrichage de terres à des fins agricoles, commerciales ou résidentielles.

Selon des données internationales, on estime que 18 millions d’hectares d’arbres sont coupés chaque année pour faire place à de nouveaux développements et à des produits du bois, soit un peu moins de la moitié de tous les arbres de la planète depuis le début de la révolution industrielle. Les arbres étant l’un des plus grands producteurs d’oxygène et des millions d’espèces différentes vivant dans les forêts, la déforestation constitue une menace majeure pour leur survie et un problème de conservation important.

Elle augmente les gaz à effet de serre dans l’atmosphère, ce qui accentue le réchauffement de la planète. La perte de la biodiversité et des arbres modifie l’écosystème et peut entraîner l’aridité et l’érosion. Elle entraîne également des changements climatiques et des extinctions, et peut conduire à la désertification si elle est suffisamment importante.

Les impacts sociaux peuvent inclure le déplacement des populations autochtones. Des études récentes ont attribué la déforestation à l’augmentation des feux de forêt dans des régions comme l’Amazonie. Les feux de forêt sont tout aussi destructeurs, voire plus, et déplacent des personnes et des espèces entières.

3. Surpopulation et surconsommation

La surpopulation s’est transformée en épidémie depuis que les taux de mortalité ont diminué, que la médecine s’est améliorée et que les méthodes d’agriculture industrielle ont été introduites, ce qui a permis de maintenir les humains en vie beaucoup plus longtemps et d’augmenter la population totale.

L’un des effets les plus graves de la surpopulation est la dégradation de l’environnement. Les humains ont besoin de beaucoup d’espace, que ce soit pour les terres agricoles ou les industries. L’augmentation de la population entraîne une intensification des coupes à blanc, ce qui a pour effet d’endommager gravement les écosystèmes. Sans suffisamment d’arbres pour filtrer l’air, les niveaux de CO2 augmentent, ce qui a le potentiel d’endommager chaque organisme sur Terre.

Un autre problème est que les humains consomment de grandes quantités de ressources pour leurs propres besoins. Parmi les exemples, citons l’exploitation minière de ressources naturelles comme le charbon, la chasse et la pêche d’animaux pour se nourrir, et le défrichement des forêts pour l’urbanisation et l’utilisation du bois.

A lire aussi :  Biome des prairies tempérées : emplacement, climat, température, plantes et animaux

L’utilisation excessive de ressources non renouvelables, comme les combustibles fossiles, peut causer de graves dommages à l’environnement. Plus la population est importante, plus les combustibles fossiles sont utilisés, ce qui entraîne l’émission de grandes quantités de dioxyde de carbone dans l’air et menace l’extinction de milliers d’espèces.

4. La production de plastique

L’invention du plastique a créé l’un des problèmes de pollution les plus problématiques jamais observés à la surface de la terre. Les déchets plastiques sont partout sur terre, même dans les océans. Les plastiques restent dans l’environnement pendant des milliers d’années et ont des conséquences à long terme sur les écosystèmes fragiles et les cycles de régulation.

Actuellement, le monde produit près de 300 millions de tonnes de plastique par an, dont 20 à 40 % finissent dans les décharges et 10 à 20 millions de tonnes se retrouvent dans les océans, perturbant la vie aquatique. Les plastiques flottant dans les océans du monde entier sont estimés à 5,2 trillions pesant un total de 268 940 tonnes, d’après une étude réalisée par le World Watch Institute.

Les produits chimiques présents dans les plastiques sont libérés dans les eaux, interférant avec les systèmes endocriniens des animaux et modifiant leurs modes de reproduction. Ils peuvent également provoquer une division cellulaire rapide, ce qui peut entraîner des cancers. Surtout, comme les plastiques restent dans les océans pendant des années et des années, ils peuvent finir par inverser les écosystèmes, avec des coûts de dommages évalués à 13 milliards de dollars US par an.

Les animaux sauvages sont les plus touchés, et certains sont même morts après avoir consommé des quantités inhabituelles de plastique. Une baleine retrouvée morte sur la côte écossaise en juin 2017, par exemple, avait consommé neuf livres de plastique, provoquant un blocage de son tube digestif. Pour ne rien arranger, plus de 4 000 cas de poissons ayant des plastiques dans le corps ont été enregistrés dans le monde.

5. Émission de dioxyde de carbone et d’autres gaz à effet de serre

L’émission de dioxyde de carbone et d’autres gaz à effet de serre, à savoir le méthane et les hydrofluorocarbones (HFC), est due à l’activité humaine par la combustion de combustibles fossiles et l’utilisation de produits fabriqués par l’homme. Pour produire de l’énergie, le monde a continué à dépendre de combustibles fossiles riches en carbone, à savoir le gaz, le pétrole et le charbon.

La combustion de ces combustibles fossiles pour produire de l’énergie entre 1870 et 2013 a produit environ 400 milliards de tonnes de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. Aujourd’hui, les niveaux de dioxyde de carbone seraient étonnamment plus élevés que jamais dans l’histoire. Par conséquent, les températures mondiales sont en hausse, ce qui contribue à l’élévation du niveau de la mer et à des phénomènes météorologiques extrêmes tels que les vagues de chaleur, les inondations, les tsunamis et les sécheresses.

L’élévation du niveau de la mer et les phénomènes météorologiques extrêmes ont, à leur tour, modifié les écosystèmes océaniques et terrestres, eu un impact sur les chaînes alimentaires et la biodiversité, et intensifié la désertification.

6. Destruction des récifs

Les récifs coralliens sont les écosystèmes océaniques les plus riches du monde, mais les activités humaines ont entraîné leur destruction en perturbant le flux naturel de nutriments et d’énergie qui soutient les espèces végétales et animales du monde marin. La pollution de l’eau, le changement climatique, la surpêche et l’acidification des eaux marines sont les répercussions des activités humaines qui ont provoqué la destruction des récifs coralliens.

Selon les experts, un cinquième des récifs mondiaux est déjà détruit et un quart des espèces de récifs pourrait disparaître d’ici 2050. En outre, les moyens de subsistance d’environ 500 millions de personnes dans le monde dépendent de la survie des récifs coralliens, car il s’agit de zones de croissance et de reproduction essentielles pour de nombreuses espèces de poissons.

Les récifs fournissent simplement un abri et des terrains productifs pour les espèces aquatiques, et lorsqu’ils sont dégradés ou détruits, ils cessent de fournir les matériaux essentiels à une interconnexion dynamique nécessaire au soutien d’écosystèmes aquatiques spécifiques. La raison en est que les récifs coralliens détruits sont principalement dominés par des méduses et des bactéries, ce qui limite la capacité de régulation suffisante de l’énergie et des nutriments.

7. Production de carbone noir

Les particules de carbone noir sont générées par les activités humaines depuis des centaines et des centaines d’années. Les particules de carbone noir sont des matières émises dans l’atmosphère sous forme de fumée et sont produites par la cuisson avec des combustibles animaux solides, la combustion du bois de chauffage, les échappements des voitures diesel et la combustion des arbres. La présence de ces particules dans l’atmosphère crée une couche absorbant la chaleur qui entraîne une augmentation des températures mondiales, aggravant ainsi l’effet de réchauffement de la planète.

Les pays fortement dépendants du diesel, du charbon et de la combustion de bois ou de bouse de vache pour le chauffage et la cuisine sont les plus gros émetteurs de carbone noir. Selon divers rapports scientifiques, le carbone noir a également modifié les régimes climatiques et réduit les précipitations en Afrique occidentale et en Asie du Sud. Il a également joué un rôle dans la fonte des glaciers de la région de l’Himalaya, menaçant les écosystèmes et l’approvisionnement en eau de millions de personnes.

A lire aussi :  Biome de la toundra : Climat, emplacement, température, précipitations, plantes et animaux

8. Assèchement des cours d’eau et destruction des zones critiques de recharge des aquifères d’eau douce (pollution de l’eau)

Diverses activités anthropiques ont fortement détruit les réserves d’eau douce telles que les rivières, les ruisseaux et les aquifères. L’agriculture intensive est une cause majeure en raison des grandes quantités d’engrais chimiques, d’herbicides et d’autres produits agrochimiques qui se retrouvent dans les cours d’eau.

L’agriculture intensive est également gourmande en eau, ce qui entraîne un drainage excessif des cours d’eau et la dégradation des zones critiques de recharge des aquifères d’eau douce. La construction de barrages artificiels et le détournement de l’eau pour l’irrigation ou lors de la construction d’infrastructures ont également rendu inefficace l’écoulement naturel de l’eau dans les cours d’eau.

Ainsi, ces pratiques ont progressivement détruit les capacités de recharge en eau douce, augmenté l’intrusion de sel et modifié les schémas météorologiques locaux, affectant à leur tour les écosystèmes locaux tels que les forêts, les lacs et les zones humides.

L’augmentation de la concentration de sel dans les lacs a rendu difficile la survie de certaines espèces de poissons. En outre, la plupart des lacs du monde, qui abritaient un large éventail d’espèces animales et végétales diverses, ont rétréci de plus de la moitié de leur taille initiale, simplement à cause du surdrainage des rivières et de la destruction des aquifères d’eau douce.

9. Chasse excessive et surexploitation

La chasse excessive et la surexploitation des ressources naturelles par des activités telles que la surpêche et l’exploitation minière ont entraîné une réduction du nombre d’espèces animales et végétales variées. En d’autres termes, l’existence diversifiée d’espèces animales et végétales dans différents habitats a été largement affectée par la chasse excessive et la surexploitation. Ces activités humaines ne laissent pas de place à la reconstitution, à la croissance ou au nouveau développement des produits déjà exploités ou récoltés.

La chasse excessive peut provoquer l’extinction d’espèces, détruire les réserves naturelles et les zones de ponte, et affecter les chaînes alimentaires. Par conséquent, chaque fois qu’un être vivant ou une espèce indigène jouant un rôle dans un écosystème est prélevé en grande quantité ou disparaît, l’ensemble de l’écosystème en souffre et peut être altéré de façon permanente.

De même, lorsque les humains transforment des forêts en terres agricoles ou des bassins fluviaux en zones minières, les zones sont rendues difficiles pour la survie des espèces animales et végétales.

10. Modifications génétiques

La demande croissante de produits alimentaires dans le monde a incité les scientifiques à recourir à des organismes génétiquement modifiés (OGM) pour augmenter le rendement des cultures. Les OGM présentent également l’avantage d’être plus tolérants aux températures extrêmes, de pouvoir prospérer avec moins d’eau et de mieux résister aux parasites et aux maladies.

D’un autre côté, les OGM contiennent également de nouveaux éléments biologiques qui peuvent avoir un impact sur les écosystèmes naturels de nombreuses façons, comme l’ont signalé différents groupes environnementaux. L’une d’elles consiste à modifier les modes naturels de compétition ou de prédation. Deuxièmement, les populations microbiennes du sol qui régulent le flux de phosphore, d’azote et d’autres éléments importants peuvent également être affectées. Troisièmement, le matériel génétique peut être transféré à d’autres populations indigènes.

Tous ces problèmes liés aux OGM peuvent mettre fin à la vie de manière irréversible à un moment donné – une possibilité d' »écocide total » comme le rapporte Global Research (Centre de recherche sur la mondialisation).

11. Espèces invasives

Les espèces envahissantes sont introduites par le transport d’espèces provenant d’autres régions du monde, que ce soit intentionnellement ou accidentellement. Cela peut être dévastateur pour les espèces existantes, car les espèces invasives sont introduites beaucoup plus rapidement que ne le ferait l’évolution sur des périodes plus longues. Elles peuvent notamment supplanter les espèces indigènes dans l’écosystème, entraînant le déclin ou l’extinction des espèces locales et la surpopulation, car ces espèces envahissantes n’ont pas forcément de prédateurs dans ce nouvel écosystème. Elles peuvent également représenter un coût économique important.

La moule zébrée est une espèce envahissante qui a eu des répercussions économiques importantes. La moule zébrée est originaire des lacs de Russie mais a été introduite accidentellement aux États-Unis et au Canada par les eaux de ballast des navires commerciaux qui transportaient des marchandises dans la région des Grands Lacs dans les années 1980. Elle se propage depuis lors et a récemment été trouvée dans des lacs du Massachusetts ; elle se fixe aux bateaux de plaisance et est transportée partout où le bateau peut aller. Elles se colonisent rapidement et ont recouvert le dessous des quais, des bateaux et d’autres structures marines. Elles peuvent devenir si épaisses qu’elles bloquent les conduites d’eau et les canalisations hydroélectriques des municipalités.

Le coût de la lutte contre les moules zébrées dans les centrales électriques et autres installations consommatrices d’eau s’élève à environ 500 millions de dollars par an aux États-Unis, selon le Centre de recherche sur les espèces envahissantes de l’Université de Californie, Riverside.

Bouton retour en haut de la page