EcosystèmeBiodiversité

Comment la biodiversité contribue-t-elle à la durabilité d’un écosystème ?

Il est généralement admis qu’un écosystème est plus puissant et mieux équipé pour maintenir son existence face aux défis extérieurs s’il présente une plus grande variété de vie.

En effet, les espèces d’un écosystème dépendent les unes des autres pour leur subsistance, ce qui permet de maintenir un équilibre entre les taux de natalité et de mortalité durable pour l’écosystème. En savoir plus sur la biodiversité et l’écosystème.

Les avantages de la biodiversité dans les écosystèmes

La biodiversité est un indicateur de variation au niveau de la génétique, de l’espèce et de l’écosystème. Elle contribue à la productivité de l’écosystème, où chaque espèce joue un rôle vital, aussi petit soit-il.

Par exemple, un grand nombre d’espèces végétales permettent de produire une large gamme de cultures. Compte tenu de l’extrême complexité de la biosphère, environ 90 % des espèces n’ont pas encore été découvertes.

La persistance et la durabilité des écosystèmes dépendent essentiellement de la biodiversité. Dans les fonctions des organismes d’un écosystème, elle sert de catalyseur. L’homme tire également profit de la biodiversité de nombreuses façons.

Voici quelques avantages de la biodiversité dans un écosystème.

Séquestration du carbone

L’élimination et la préservation du dioxyde de carbone dans l’atmosphère sont connues sous le nom de séquestration du carbone. Elle réduit la quantité de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, et son objectif ultime est d’atténuer le changement climatique.

Le dioxyde de carbone est éliminé de l’atmosphère par le sol et la végétation dans des écosystèmes tels que les forêts, les lits de varech, les tourbières, les zones humides, les fonds marins et les prairies.

Sécurité alimentaire

L’agriculture et notre système alimentaire sont étroitement liés à la biodiversité. Des millions d’espèces collaborent pour nous fournir un large éventail de céréales, de produits animaux, de fruits et de légumes. Les multiples « services » de la biodiversité sont essentiels à la production alimentaire.

Il s’agit notamment de la pollinisation, de la filtration de l’eau, du maintien de la fertilité des sols, de la préservation du climat et de la résistance aux parasites et aux maladies. Les pertes d’abeilles pourraient coûter au secteur agricole britannique jusqu’à 812 millions de dollars par an et mettre en péril l’approvisionnement alimentaire du pays.

Résistance aux maladies

Les populations d’origines diverses ont plus de chances de survivre à une pandémie ou à une autre catastrophe. Les communautés diverses contiennent des codes génétiques qui réduisent la vulnérabilité de certains membres. La survie de l’espèce est assurée par la transmission de la résistance aux maladies lorsque les personnes possédant ces codes génétiques procréent.

Régulation des inondations, des tempêtes et de l’érosion côtière

Le Forum économique mondial estime que d’ici la fin du siècle, 410 millions de personnes pourraient être affectées par l’augmentation du niveau de la mer dans les zones côtières. Si l’Asie tropicale devrait subir 59 % de l’élévation du niveau de la mer, d’autres pays, dont la Chine, le Nigeria, la France, les États-Unis et le Sénégal, sont également menacés.

Pour éviter les inondations dans les zones côtières de faible altitude, il faudra régénérer et préserver les habitats côtiers, notamment les vasières et les marais salants. Les micro-organismes et les plantes des marais salants stabilisent et lient le sol.

Associés à une biomasse racinaire plus importante, ces habitats peuvent offrir une meilleure résistance à l’érosion des sols. Les villes côtières vulnérables aux typhons sont protégées par des écosystèmes tels que les herbiers marins et les récifs coralliens, qui agissent comme un tampon contre les marées ou les tempêtes.

Types de biodiversité

La diversité génétique, la diversité des écosystèmes et la diversité des espèces sont les trois catégories de base de la biodiversité. Examinons de plus près le fonctionnement de chacune d’entre elles pour comprendre comment la biodiversité permet à la vie sur Terre de se perpétuer.

Diversité génétique

Le large éventail de gènes présents au sein d’une espèce donnée constitue la diversité génétique. Elle examine la diversité au niveau de l’ADN. Les gènes sont les éléments fondamentaux de l’hérédité et l’ADN sert de base aux gènes.

A lire aussi :  Causes, effets et solutions intéressantes aux zones mortes océaniques

Ses gènes déterminent les caractéristiques physiques d’une espèce. Une espèce peut être composée de plusieurs populations ayant des caractéristiques génétiques différentes. De petites variations existent dans les séquences de base de l’ADN des humains, par exemple.

Ces variations influencent les caractéristiques physiques distinctives d’une personne. Des niveaux d’interprétation plus élevés sont également observés parmi les résidents de différentes régions.

Diversité des écosystèmes

La définition la plus large de la biodiversité est la diversité des écosystèmes. Elle décrit la diversité des habitats ou des écosystèmes au sein d’une zone géographique donnée. Un écosystème est une population d’organismes qui interagissent entre eux et avec leur environnement.

Sa taille peut varier d’un étang à un océan. Contrairement aux deux autres catégories de biodiversité, la diversité des écosystèmes tient compte de facteurs biologiques et non biologiques. Les communautés se forment dans les endroits où la biodiversité des écosystèmes est élevée et où elles sont mieux protégées contre les changements brusques.

Diversité des espèces

Le nombre et la répartition des organismes dans un habitat sont appelés diversité des espèces, c’est-à-dire le large éventail d’espèces observées dans une zone ou une région. Le nombre d’espèces varie en fonction des circonstances environnantes.

C’est une chance qu’il existe autant d’espèces dans des habitats tels que les forêts tropicales et les récifs coralliens. En revanche, un désert présente moins de biodiversité en raison de ses températures élevées et de ses faibles précipitations.

En outre, la diversité des espèces tient compte des fonctions que chaque espèce remplit dans son écosystème.

Comment la biodiversité préserve-t-elle la durabilité des écosystèmes ?

La durabilité et la persistance des écosystèmes dépendent essentiellement de la biodiversité. Dans la fonction des espèces dans un écosystème, elle sert de catalyseur. La biodiversité est un indicateur de variation au niveau de la génétique, de l’espèce et de l’écosystème.

Elle contribue à la productivité de l’écosystème, où chaque espèce joue un rôle vital, aussi petit soit-il. Par exemple, un grand nombre d’espèces végétales est à l’origine d’un large éventail de cultures.

La biosphère étant extrêmement complexe, environ 90 % des espèces n’ont pas encore été découvertes. On croit souvent à tort qu’une plus grande biodiversité favorise la durabilité ou qu’elle protège contre les pressions extérieures.

En effet, toutes les espèces dépendent les unes des autres pour leur subsistance, équilibrant la natalité et la mortalité de manière à garantir la durabilité et la santé de l’écosystème.

L’écosystème ne serait pas affecté si une ou plusieurs espèces ne jouant pas un rôle essentiel dans le maintien de l’écosystème disparaissaient soudainement. En revanche, un écosystème s’affaiblirait considérablement si l’espèce vitale pour sa durabilité disparaissait.

Les espèces clés sont communément appelées les espèces qui ont un impact significatif sur un écosystème.

Comment la biodiversité contribue-t-elle à la durabilité d’un habitat ?

Étant donné qu’un écosystème sain comprend plusieurs niveaux trophiques de décomposeurs, de consommateurs et de producteurs, la biodiversité contribue à assurer la durabilité d’un habitat.

Chaque élément nécessaire à la survie d’un animal ou d’une plante, y compris la nourriture, l’abri et l’eau, est fourni par un habitat. Les animaux forestiers ont besoin de différents environnements pour répondre à leurs besoins en termes de nourriture, d’eau et d’abri.

En plus de préserver la variation génétique entre les populations d’espèces et au sein de celles-ci, les forêts favorisent la diversité écologique. Les « points chauds de la biodiversité » sont des écosystèmes où le nombre d’espèces est exceptionnellement élevé, ce qui les rend plus variés génétiquement que les autres.

Différents facteurs affectant la biodiversité

Différentes variables ont un impact sur la biodiversité. La perte d’habitat, les espèces envahissantes, le changement climatique, la pollution et la surpêche provoquée par le réchauffement climatique sont autant de facteurs de déclin de la biodiversité.

A lire aussi :  Causes, effets et solutions de l'épuisement des ressources naturelles

Le changement climatique

La température moyenne de la Terre a augmenté au cours des 200 dernières années, ce que l’on appelle le réchauffement climatique. L’augmentation des niveaux de méthane, de dioxyde de carbone et d’autres émissions à effet de serre dans l’atmosphère est à l’origine de cette hausse des températures.

En perturbant le cycle saisonnier, le réchauffement planétaire a entraîné des variations climatiques dans de nombreux endroits.

Catastrophes naturelles

Les tempêtes, les inondations et les sécheresses font des ravages dans les écosystèmes, détruisant les sources de nourriture et les habitats. En outre, elles peuvent altérer la chaîne alimentaire, ce qui rend difficile la reconquête de la zone par les animaux et les plantes.

En outre, les sécheresses ont le pouvoir d’anéantir rapidement de vastes zones et de déclencher des incendies de forêt qui peuvent gravement nuire à la biodiversité. La biodiversité peut souffrir considérablement des calamités naturelles, notamment des volcans, des sécheresses, des incendies de forêt, des ouragans, des épidémies, des inondations et des tsunamis.

Espèces envahissantes

Les espèces exotiques envahissantes, qui contribuent de manière significative à l’extinction des espèces, en particulier sur les plages et dans les écosystèmes d’eau douce, restent un problème dans le monde entier. Sur les îles, elles ont été la principale cause d’extinction au cours des 20 dernières années et la deuxième cause d’extinction des espèces dans les écosystèmes d’eau douce.

La nécessité d’arrêter la propagation des espèces exotiques envahissantes est de plus en plus largement reconnue, mais des mesures préventives efficaces doivent encore être mises en œuvre. Le nombre d’introductions reste très élevé ; par exemple, depuis l’arrivée des Européens en Nouvelle-Zélande en 1840, 11 espèces de plantes ont été introduites chaque année.

La pollution

La pollution de l’air nuit à la fois aux humains et aux autres animaux. Elle a un impact sur le système respiratoire et la santé et modifie la propension à la reproduction et le comportement. Les émissions importantes de gaz à effet de serre, comme le dioxyde de carbone, l’oxyde nitrique et le méthane, modifient rapidement la température de la planète.

La biodiversité a été affectée par la contamination de l’eau. Le phosphore et l’azote sont généralement présents dans les engrais chimiques utilisés pour stimuler la productivité agricole. Ils pénètrent ensuite dans les lacs et autres plans d’eau et les contaminent.

La contamination des sols est un autre élément qui a un effet négatif sur la biodiversité. La santé des micro-organismes nécessaires au maintien de la vie des êtres vivants est considérablement affectée par la contamination du sol par les métaux lourds.

Perte d’habitat

Lorsque l’habitat naturel d’une espèce est gravement endommagé, il devient impossible de préserver l’écosystème d’origine et les espèces qui en dépendent. En fin de compte, cela entraîne l’extinction de l’espèce.

La première cause de cette extinction est la déforestation. Lorsque les forêts sont abattues pour faire place à des habitations et à des entreprises, une grande partie de l’habitat est perdue.

Conclusion

Le fondement de la vie sur la planète est assuré par la biodiversité à son niveau le plus élémentaire. Elle garantit des avantages tels que l’eau douce, l’air pur, des terres saines et productives, et bien d’autres choses encore. Les écosystèmes dépendent de la durabilité pour poursuivre les processus écologiques.

La capacité de l’écosystème à soutenir la biodiversité est essentielle au maintien de la vie humaine. L’espèce humaine ne pourrait plus prospérer sur Terre si de nombreuses espèces disparaissaient ou si notre environnement s’effondrait.

Bouton retour en haut de la page