Ecosystème

Les jet-skis sont-ils mauvais pour l’environnement ? 4 choses à savoir

Comme les jet-skis n’ont pas de grandes hélices qui blessent les poissons, on peut penser qu’ils ont un impact minime sur l’écosystème marin. Cependant, les jet-skis ne sont pas bons pour l’environnement parce qu’ils produisent une pollution sonore qui est nuisible à la vie marine.

Ils peuvent également laisser échapper du carburant dans l’océan, brûler des combustibles fossiles et émettre des polluants atmosphériques.

Voici tout ce qu’il faut savoir sur l’impact environnemental des jet-skis.

1. Comment les jet-skis affectent-ils l’environnement ?

Les jet-skis peuvent avoir plusieurs effets négatifs sur l’environnement. Les jet-skis peuvent avoir un impact sur l’environnement en causant de la pollution. Si vous passez trois heures sur un jet ski, vous risquez d’émettre environ 331 kg de dioxyde de carbone, qui est un gaz à effet de serre.

Les moteurs des jet-skis peuvent également rejeter d’autres polluants, comme le carburant et l’oxyde d’azote, qui contribuent à l’effet de serre et ont un impact sur la vie marine. Outre le rejet de polluants, la pratique du jet ski peut également perturber l’écosystème. Par exemple, dans certaines régions, les touristes peuvent même être poursuivis si leur utilisation du jet-ski perturbe la faune protégée. Il faut également tenir compte de la durée de vie d’un jet ski.

Il est difficile de déterminer exactement combien d’années votre jet-ski devrait durer, car tout le monde ne l’utilise pas à la même fréquence. Cela dépend également du type de moteur utilisé. Quoi qu’il en soit, les jet-skis peuvent durer plusieurs années, mais vous en utiliserez probablement plusieurs au cours de votre vie si vous êtes un utilisateur passionné.

Il semble que les jet-skis à quatre temps puissent durer jusqu’à dix ans, avec 300 à 500 heures d’utilisation, tandis que les jet-skis à deux temps peuvent fournir 150 à 250 heures d’utilisation, ce qui signifie que le jet-ski peut durer environ cinq ans.

Les vieux jet-skis ne sont pas acceptés dans les programmes de recyclage. Vous pouvez les envoyer à un chantier de récupération de bateaux, qui peut trouver des moyens de réutiliser les pièces. Les jet-skis sont fabriqués à partir de différents matériaux, mais il est probable qu’ils contiennent du métal.

Par exemple, les hélices, les buses de direction ou le guidon sont généralement en acier. Le métal n’est pas renouvelable et provient de l’exploitation minière, qui est une énorme source de pollution et dégrade physiquement l’environnement.

A lire aussi :  Méthodes et importance de la conservation de l'environnement

Heureusement, le métal est recyclable et peut être recyclé un nombre illimité de fois. La coque des jet-skis standard est généralement fabriquée en fibre de verre ou en composite de moulage en feuille (SMC). Ces deux matériaux sont des types de plastique, le SMC étant une résine thermodurcissable. Le plastique n’est pas renouvelable et provient de l’exploitation minière. En outre, il ne peut être recyclé qu’un nombre limité de fois, ce qui en fait un matériau peu durable.

Les jet-skis utilisés pour les courses sont généralement fabriqués avec une coque en fibre de carbone plus légère. La plupart des fibres de carbone sont fabriquées à partir de polyacrylonitrile (PAN), qui est un produit dérivé du pétrole.

2. Quelle est la quantité de pollution produite par les jet-skis ?

Bien que vous ne pensiez pas que les jet-skis puissent produire des émissions, ils sont en fait des pollueurs assez puissants. Les jet-skis sont généralement alimentés par de l’essence, un combustible fossile.

Comme indiqué précédemment, l’utilisation d’un jet ski pendant trois heures peut émettre quelques centaines de livres de CO2. Les jet-skis équipés de moteurs à deux temps peuvent en fait polluer l’eau car ils laissent échapper du carburant non brûlé dans l’océan. Il n’est pas certain que les moteurs à quatre temps présentent le même problème. Jusqu’à 25 % du carburant des jet-skis équipés de ce type de moteur peut ne pas brûler et être rejeté dans l’océan sous forme d’émissions de vapeur.

Cela est préjudiciable à la vie marine.

Par exemple, l’exposition à ces carburants peut provoquer une phototoxicité, ce qui signifie que certaines espèces marines meurent lorsqu’elles sont exposées à la lumière du soleil. Les jet-skis peuvent également polluer en émettant de l’oxyde d’azote, qui est un gaz à effet de serre. Il s’agit d’un sujet de préoccupation majeur, car l’oxyde d’azote a un potentiel de réchauffement nettement plus important que le dioxyde de carbone – en fait, il est 310 fois plus puissant que le CO2.

3. Les jet-skis nuisent-ils à la vie marine ?

Bien que le bruit fasse généralement fuir les poissons, il arrive qu’ils soient tués par les hélices des bateaux, mais heureusement, ce n’est pas le cas avec les jet-skis.

A lire aussi :  L'impact environnemental du bruit des océans : Révéler la menace silencieuse qui pèse sur les écosystèmes marins

En effet, les jet-skis sont assez compacts et il n’y a pas d’hélices ou de gouvernails dans l’eau qui pourraient blesser les poissons s’ils entraient en contact avec eux.

Cependant, la pollution sonore peut toujours nuire à la vie marine et interférer avec l’écosystème. Par exemple, le bruit peut occulter le son des prédateurs qui s’approchent, ce qui met en danger plus de poissons qu’il n’y en aurait autrement. À l’inverse, il peut également masquer les sons émis par les proies, ce qui fait que certaines espèces marines ont du mal à se nourrir.

Le bruit peut également pousser la vie marine vers de nouvelles zones, ce qui peut perturber un écosystème préexistant lorsque davantage de proies ou de prédateurs pénètrent dans une nouvelle zone. En outre, le bruit des jet-skis stresse la vie marine et peut avoir des conséquences négatives sur la santé.

Il peut s’agir d’une perte d’audition, de lésions tissulaires, voire de la mort.

4. Existe-t-il des jet-skis écologiques ?

L’une des principales raisons pour lesquelles les jet-skis ne sont pas durables est qu’ils utilisent des combustibles fossiles et génèrent des émissions, alors que les jet-skis électriques sont un choix plus durable.

Cela dit, les jet-skis ou véhicules électriques n’émettent peut-être pas de gaz d’échappement, mais cela ne signifie pas qu’ils sont neutres en carbone.

Ils doivent toujours être rechargés, mais étant donné qu’environ 60 % de l’électricité produite aux États-Unis provient de combustibles fossiles, ils contribuent encore quelque peu à la pollution et à la dépendance à l’égard des énergies non renouvelables.

Cela dit, c’est un pas dans la bonne direction. Ces jet-skis peuvent également être plus silencieux que les jet-skis classiques, ce qui signifie qu’ils ne causent pas autant de perturbations marines.

Des initiatives ont également été prises pour développer une fibre de carbone renouvelable à base de lignine, mais il n’est pas certain qu’elle puisse être utilisée pour les jet-skis.

Bouton retour en haut de la page