Pollution de l'Air

L’extraction du lithium est-elle mauvaise pour l’environnement ? 6 faits essentiels

À bien des égards, l’extraction du lithium est mauvaise pour l’environnement.

Cependant, comme nous le verrons, la question de savoir s’il faut arrêter cette exploitation est plus complexe.

Le lithium est un métal réactif très conducteur, ce qui en fait un excellent support pour l’électricité.

Cette caractéristique unique du lithium est la raison pour laquelle il est exploité, car il peut être utilisé pour de nombreuses applications, notamment pour les batteries ioniques.

Cependant, la demande de lithium a augmenté, tout comme l’activité minière. L’extraction du lithium a connu une croissance exponentielle de 255 % rien qu’au cours des dix dernières années.

En conséquence, cette exploitation a eu de nombreux effets néfastes sur l’environnement.

6 façons dont l’extraction du lithium affecte l’environnement

Le lithium, en tant qu’élément, n’apparaît pas naturellement sous sa forme métallique.

Il se trouve plutôt dans les saumures et les roches, qui doivent être traitées pour le transformer en métal.

Cela signifie que le processus d’extraction du lithium métal doit se dérouler en deux étapes :

  • Extraction des sources de l’élément lithium.
  • Traitement des extraits pour créer la forme métallique.

Dans les deux cas, il y a malheureusement de nombreuses conséquences indésirables :

1. Appauvrissement et contamination de l’eau

L’extraction du lithium peut épuiser et contaminer les sources d’eau locales.

Dans le domaine de la recherche, le processus d’extraction du lithium à partir de la saumure nécessite de grandes quantités d’eau, et la saumure restante est généralement très saline.

Elles peuvent contenir des métaux lourds et d’autres polluants.

Ceux-ci peuvent s’infiltrer dans les eaux souterraines et de surface environnantes, les rendant impropres à la consommation humaine et animale.

En outre, les bassins d’évaporation utilisés pour extraire le lithium de la saumure peuvent provoquer des pénuries d’eau et des dommages environnementaux s’ils ne sont pas gérés de manière adéquate.

En outre, au cours du traitement, nous constatons que des traces de lithium peuvent causer des dommages physiques au paysage, entraînant l’érosion et la perte de biodiversité.

2. Pollution de l’air

La poussière et les émissions provenant des opérations d’extraction du lithium peuvent avoir un impact négatif sur la qualité de l’air.

Par exemple, un rapport des Amis de la Terre suggère que le processus d’extraction du lithium peut entraîner une pollution de l’air.

Il ne s’agit pas d’une conséquence directe du minerai lui-même. L’extraction du lithium à partir de roches dures et de réservoirs de saumure nécessite beaucoup d’énergie.

Selon les chercheurs du MIT, la source de cette énergie est largement tributaire des combustibles fossiles.

Par conséquent, pour chaque tonne de lithium extraite, 15 tonnes de CO2 sont rejetées dans l’air.

3. Dégradation des sols

La dégradation des terres est le déclin à long terme de la qualité des terres, y compris la perte de biodiversité, de productivité et de services écosystémiques.

Ce phénomène peut se produire naturellement, mais il est souvent causé ou accéléré par des activités humaines telles que l’agriculture, l’exploitation minière, l’urbanisation et la déforestation.

La dégradation des sols peut prendre de nombreuses formes, notamment l’érosion des sols, la désertification, la perte de fertilité et la diminution de la qualité de l’eau.

Les scientifiques ont constaté que l’extraction du lithium peut entraîner une diminution de la végétation, une réduction de la teneur en eau du sol et une augmentation des conditions de sécheresse dans les zones naturelles entourant le site d’extraction.

4. Pollution sonore

Les machines lourdes utilisées dans l’exploitation minière peuvent être à l’origine de bruits excessifs, de problèmes de santé et de problèmes au sein des communautés locales.

Non seulement cela affecte les humains, mais les perturbations des paysages sonores peuvent causer de nombreux problèmes pour les animaux.

Les paysages sonores sont l’environnement acoustique d’un lieu ou d’un espace particulier. Il peut comprendre des sons naturels (chants d’oiseaux, vent, eau, etc.) et des sons produits par l’homme, en l’occurrence l’exploitation minière.

Le terme est souvent utilisé dans le domaine de la recherche sur les sons environnementaux, où les scientifiques étudient comment les paysages sonores évoluent dans le temps et comment ils affectent les animaux et les personnes qui vivent dans ces environnements.

Par exemple, les scientifiques ont constaté qu’un bruit excessif, tel que celui causé par l’extraction du lithium, peut être à l’origine des phénomènes suivants

  • des changements dans les interactions entre prédateurs et proies, entraînant des modifications de la chaîne alimentaire
  • Interférer avec la communication entre les espèces
  • une diminution des accouplements, de la survie et de la croissance.
A lire aussi :  Comment réduire la pollution de l'air sur le chantier ?

Selon le National Geographic, ces problèmes ne se posent pas seulement en surface.

Les études sismiques, qui sont utilisées pour étudier les sites miniers potentiels, peuvent en fait nuire à la vie marine et aux modèles comportementaux.

5. Impact sur la biodiversité

Comme nous l’avons évoqué, l’exploitation minière peut avoir un impact négatif sur les plantes et les animaux locaux en raison de la perte d’habitat et de l’augmentation de la pollution.

Les défenseurs de l’environnement notent que les opérations minières sont souvent en contradiction avec les objectifs de conservation – en particulier, les détournements et les pénuries d’eau peuvent.. :

  • modifier les chaînes alimentaires
  • provoquer le déclin des populations
  • compromettre l’écologie unique du paysage.

En effet, les sites d’exploitation du lithium sont généralement situés autour de sources côtières et souterraines vulnérables, telles que les eaux souterraines. En effet, les sites d’extraction du lithium sont généralement situés autour de sources côtières et souterraines vulnérables, telles que des aquifères qui mettent des milliers d’années à se reconstituer.

Il s’agit d’un effet papillon : l’assèchement d’un aquifère peut faire baisser le niveau des lacs, voire épuiser complètement les sources d’eau, ce qui nuit aux plantes, aux animaux et à la vie aquatique.

6. Élimination des déchets

L’exploitation minière peut produire de grandes quantités de déchets, qu’il peut être difficile d’éliminer en toute sécurité.

En particulier, le produit final de l’extraction du lithium, qui est principalement constitué de piles, finit dans des décharges ou des sites d’élimination illégaux.

Bien que les piles au lithium soient recyclables, les recherches montrent que les taux de collecte sont très faibles.

Les incendies sont fréquents, probablement parce que le matériau est hautement réactif et inflammable.

Ces incendies provoquent la libération de gaz toxiques qui s’infiltrent dans l’air, l’eau et le sol.

L’exploitation du lithium est-elle durable ?

Dans l’état actuel des choses, l’extraction du lithium ne peut pas être considérée comme durable.

L’objectif premier de l’extraction du lithium est la production de batteries. En fait, les statistiques montrent que 74 % de l’utilisation mondiale est consacrée à cette application.

Les scientifiques soutiennent que l’utilisation du lithium présente de nombreux avantages environnementaux à long terme. Par exemple, les batteries au lithium jouent un rôle dans les véhicules électriques, les appareils rechargeables et le stockage de l’énergie.

Le problème est que les systèmes actuels en place compliquent cet objectif.

Cela dit, l’extraction du lithium peut être durable si des réglementations et des pratiques appropriées sont mises en place pour minimiser l’impact sur l’environnement et garantir une utilisation responsable des ressources.

Il s’agit notamment de minimiser l’utilisation de l’eau et de réduire la perturbation des habitats naturels.

En outre, le recyclage du lithium contenu dans les piles usagées peut contribuer à réduire la nécessité d’une nouvelle exploitation minière.

Toutefois, il est important de noter que la durabilité de l’extraction du lithium peut varier en fonction des opérations minières spécifiques et de l’emplacement.

L’extraction du lithium peut-elle se faire dans le respect de l’environnement ?

Oui, l’extraction du lithium peut se faire de manière écologique, à quelques conditions près.

À l’heure actuelle, les recherches suggèrent qu’il existe plusieurs obstacles à l’exploitation écologique du lithium :

  • Le faible taux de recyclage
  • le taux élevé d’importation de produits, qui crée une forte empreinte carbone
  • le manque de technologies permettant une meilleure réhabilitation des sites d’extraction et de traitement.

Si nous parvenions à surmonter ces problèmes en mettant en place de meilleurs systèmes et de meilleures chaînes de recyclage, l’extraction du lithium pourrait être beaucoup plus respectueuse de l’environnement.

L’extraction du lithium est-elle pire que le forage pétrolier ?

Il est difficile de répondre à cette question car les deux procédés affectent l’environnement de manière différente, mais on pourrait affirmer que le forage pétrolier est pire pour plusieurs raisons.

La principale différence réside dans l’utilisation finale. Si le lithium n’est pas une ressource renouvelable, il rend possible l’utilisation d’énergies renouvelables.

À l’inverse, le forage pétrolier, qui sert à extraire le pétrole – également connu sous le nom d’essence – et d’autres produits à base de pétrole, ne se prête pas à la production d’énergie durable.

A lire aussi :  Comment la défécation en plein air affecte la santé humaine et l'environnement et ses solutions efficaces

Chaque litre d’essence produit 2,3 kg de CO2, soit 3 450 tonnes de CO2 par tonne d’essence, alors que le lithium produit 15 tonnes de CO2 par tonne de lithium, ce qui est nettement moins.

Il faut maintenant prendre en compte le produit final, tel que le carburant et l’énergie. Comme l’explique l’EPA, chaque kilowatt d’électricité consommé génère environ 0,43 kg de CO2/kWh.

À titre de comparaison, un gallon (4,5 L) d’essence génère environ 8,87 kg de CO2/kWh.

Il s’agit d’un rapport d’environ 1:20, ce qui signifie que l’essence émet 20 fois plus de CO2 que l’énergie électrique.

Cependant, nous ne pouvons pas ignorer le fait que l’énergie est dépensée différemment par ces sources d’énergie.

Par exemple, 1 litre d’essence permet de parcourir environ 12,5 km dans une voiture traditionnelle, tandis que 1 kWh permet de parcourir 6,4 km dans un véhicule électrique.

Mais même si l’on tient compte de ce facteur, les émissions de l’essence restent près de 10 fois supérieures à celles de l’électricité, sur la seule base de la consommation de carburant.

L’extraction du lithium est-elle pire que la fracturation ?

Compte tenu de ce que nous savons du forage pétrolier, nous pouvons supposer sans risque que la fracturation est pire que l’extraction du lithium.

Le forage pétrolier et la fracturation sont deux méthodes utilisées pour extraire le pétrole et le gaz naturel du sol, mais il s’agit de techniques différentes.

Le forage pétrolier consiste à creuser un puits dans le sol pour en extraire du pétrole liquide.

La fracturation, abréviation de fracturation hydraulique, consiste à injecter un mélange d’eau, de sable et de produits chimiques dans des formations rocheuses à haute pression pour en extraire du gaz naturel ou du pétrole.

Si chaque méthode peut avoir des effets négatifs sur l’environnement, la fracturation est généralement plus controversée en raison des produits chimiques utilisés et du risque de contamination des eaux souterraines.

En outre, la fracturation peut provoquer de petits tremblements de terre et utiliser de grandes quantités d’eau.

Il convient de noter qu’il existe des réglementations visant à atténuer ces risques et que l’impact environnemental du forage ou de la fracturation peut varier en fonction de l’emplacement spécifique et des pratiques opérationnelles de l’entreprise.

Toutefois, dans l’ensemble, la fracturation est probablement plus néfaste pour l’environnement que l’extraction du lithium.

L’exploitation du lithium est-elle pire que l’exploitation du charbon ?

Non, l’exploitation du charbon est pire que l’exploitation du lithium pour deux raisons : L’utilisation de l’eau et les émissions.

Bien que l’extraction du lithium puisse avoir un impact négatif sur la faune et les écosystèmes locaux, et que le processus d’extraction du lithium à partir de la saumure puisse utiliser beaucoup d’eau, elle nécessite généralement moins de terres et a moins d’impact sur les ressources en eau que l’extraction du charbon.

Les chercheurs ont estimé que les grandes centrales au charbon peuvent utiliser plus de 3 000 milliards de litres d’eau par an.

En revanche, une mine de lithium aussi performante ne peut produire qu’environ 1203 tonnes de lithium métal par an.

Étant donné qu’il faut environ 2,3 millions de litres d’eau pour produire une tonne de lithium, cela signifie qu’une seule mine utilisera 2,7 milliards de litres d’eau en un an.

Ce n’est pas un chiffre élogieux, mais c’est nettement moins que les dépenses en eau des mines de charbon.

Comme l’explique l’EPA, il faut également tenir compte du fait que les émissions provenant de l’extraction du charbon représentent 7 % du total des émissions de méthane aux États-Unis et 20 % du total des émissions de CO2 liées à l’énergie aux États-Unis.

Sans oublier que l’extraction du charbon contribue de diverses manières aux niveaux de dioxyde de soufre, aux particules et même aux métaux lourds.

En bref, l’extraction du lithium est loin d’être parfaite, mais elle n’est pas pire que l’extraction du charbon.

Bouton retour en haut de la page