Pollution de l'Air

Avantages et inconvénients de l’incinération des déchets

Les gouvernements utilisent plusieurs méthodes pour gérer les déchets. En dehors des méthodes qui relèvent des 4R (réutilisation, recyclage, reconversion et réduction), les deux méthodes de gestion des déchets les plus courantes sont l’utilisation des décharges et l’incinération. Dans cet article, nous nous concentrerons sur l’incinération, ses avantages et ses inconvénients, et nos suggestions sur l’utilisation de cette méthode pour la gestion des déchets.

Qu’est-ce que l’incinération des déchets ?

L’incinération est une méthode de traitement des déchets qui consiste à brûler les matières organiques contenues dans les déchets. L’incinération et d’autres procédés de gestion des déchets à haute température sont appelés traitements thermiques.

L’incinération des déchets consiste à convertir les déchets en cendres, en gaz de combustion et en chaleur. Les cendres sont principalement constituées de composants inorganiques des déchets et peuvent se présenter sous la forme de morceaux solides ou de particules transportées par les gaz de combustion.

Les gaz de combustion sont des sous-produits gazeux excédentaires de l’incinération et sont censés être débarrassés des particules et des contaminants gazeux avant d’être rejetés dans l’air. La chaleur générée par l’incinération est parfois utilisée à des fins utiles, comme la production d’électricité.

L’efficacité supérieure et les émissions plus faibles des incinérateurs de déchets par rapport aux décharges ont conduit à leur adoption croissante dans de nombreux endroits. Néanmoins, cette méthode présente des inconvénients considérables. Nous examinerons ci-dessous en détail les avantages et les inconvénients de l’incinération des déchets.

Examinons les avantages et les inconvénients de l’incinération.

Avantages de l’incinération des déchets

1. Réduction de la quantité de déchets

Les incinérateurs peuvent réduire la quantité de déchets jusqu’à 95 % et la quantité de déchets solides d’origine jusqu’à 80-85 % en fonction des composants des déchets solides. L’incinération réduit donc la dépendance à l’égard des décharges.

Ainsi, même si les incinérateurs n’éliminent pas complètement le besoin d’une décharge, ils réduisent de manière significative la quantité de terres nécessaires. Pour les pays disposant d’un espace limité comme le Japon, cela est particulièrement utile car les décharges occupent de grandes quantités de terres qui pourraient être utilisées à d’autres fins productives.

En outre, les cendres issues de la combustion des déchets sont moins chères à transporter que les déchets non brûlés ; elles réduisent également les problèmes de responsabilité.

2. Gestion efficace des déchets

L’incinération joue un rôle essentiel en facilitant la gestion des déchets et en la rendant plus efficace. L’incinération peut brûler jusqu’à 90 % du total des déchets produits, voire plus. Les décharges, quant à elles, ne permettent qu’une décomposition organique sans grande différence, tandis que les déchets non organiques continuent de s’accumuler.

3. Production de chaleur et d’électricité

Les usines d’incinération génèrent de l’énergie à partir des déchets, qui peut être utilisée pour produire de l’électricité ou de la chaleur. Par exemple, dans les années 1950, lorsque les coûts de l’énergie augmentaient, de nombreux pays ont utilisé la chaleur et l’énergie produites par les incinérateurs de déchets pour produire de l’électricité à l’aide de turbines à vapeur. L’énergie produite peut alors être utilisée pour répondre aux besoins des personnes vivant à proximité.

Les pays où le climat est froid utilisent la chaleur des incinérateurs pour réchauffer les maisons et les lieux de travail situés à proximité de l’usine. L’Europe et le Japon ont par exemple intégré des incinérateurs dans leurs systèmes de chauffage modernes, et la Suède génère 8 % de ses besoins en chauffage à partir d’incinérateurs de déchets.

En moyenne, une seule installation peut brûler jusqu’à 300 millions de tonnes d’ordures par an, en convertissant une partie de ces déchets en électricité et en réduisant du même coup la charge des centrales électriques au charbon, qui sont un désastre pour l’environnement.

4. Réduction de la pollution par rapport aux décharges

Des recherches ont montré que les incinérateurs de déchets solides sont moins susceptibles de polluer l’environnement que les décharges. Une étude particulière réalisée en 1994 dans le cadre d’un procès aux États-Unis a montré que l’emplacement d’un incinérateur de déchets était plus respectueux de l’environnement que celui d’une décharge.

La recherche a montré que la décharge rejetait des quantités plus importantes de gaz à effet de serre, d’oxydes d’azote, de dioxine, d’hydrocarbures et de composés organiques non méthaniques que l’usine d’incinération. En outre, les décharges lixivient des produits chimiques toxiques dans les eaux souterraines, contaminant ainsi les réseaux d’eau souterrains.

Chaque fois que des précipitations tombent sur des décharges, il se forme une épaisse boue de déchets liquides, semblable à de la soupe aux pois, appelée lixiviat. Ce mélange contaminé peut pénétrer dans les aquifères souterrains et y ajouter des polluants tels que des quantités dangereuses de sels, de métaux lourds, de composés organiques volatils, ainsi que d’autres substances ou produits chimiques toxiques ou corrosifs présents dans les ordures ménagères. Contrairement aux décharges, l’incinération n’ajoute aucun élément toxique aux eaux souterraines.

L’une des premières préoccupations liées à l’incinération des déchets solides était la libération de composés dangereux, en particulier la dioxine. Des normes ont donc été créées pour obliger les usines d’incinération à utiliser des filtres pour piéger les gaz dangereux et les particules de dioxine.

Les usines d’incinération sont tenues de fonctionner dans les limites de pollution recommandées par l’Agence de protection de l’environnement et les protocoles internationaux.

A lire aussi :  Qu'est-ce que la pollution azotée ? Impact et solutions impressionnantes à la pollution azotée

5. Réduction de la dépendance à l’égard des transports

Les usines d’incinération des déchets peuvent être situées à proximité des villes, car elles nécessitent moins de terrain. C’est un avantage car cela signifie que les déchets n’ont pas besoin d’être transportés sur de longues distances pour être mis en décharge.

Cela réduit considérablement le coût du transport et les gaz nocifs émis par les véhicules pendant le transport, réduisant ainsi considérablement l’empreinte carbone globale. L’argent économisé sur le transport peut alors être consacré à d’autres usages tels que le bien-être de la communauté et le soutien de la croissance d’une ville ou d’un district.

6. Un meilleur contrôle des odeurs et du bruit

Les usines d’incinération des déchets émettent moins d’odeurs nauséabondes que les décharges car, au lieu de laisser les déchets se décomposer à l’air libre, ce qui contribue à la pollution de l’air, les déchets sont brûlés dans une installation où les sous-produits du processus d’incinération peuvent être contrôlés.

En outre, la production de méthane dans les décharges peut entraîner des explosions qui provoquent des nuisances sonores, ce qui n’est pas le cas dans les installations d’incinération.

7. Un meilleur contrôle des odeurs et du bruit

Les usines d’incinération dégagent moins de mauvaises odeurs car les déchets sont brûlés, contrairement aux décharges, où les déchets sont laissés en décomposition, dégageant ainsi des odeurs désagréables qui entraînent une pollution de l’air.

La production de méthane dans les décharges peut également entraîner des explosions qui provoquent des nuisances sonores, ce qui n’est pas le cas dans les installations d’incinération.

7. Empêche la production de méthane

La décomposition des déchets dans les décharges produit des quantités importantes de méthane, qui contribue fortement au réchauffement de la planète. En plus d’être mauvais pour l’environnement, le méthane est également combustible, ce qui constitue un risque pour la sécurité. Les usines d’incinération des déchets ne produisent pas de méthane, ce qui les rend plus sûres et plus respectueuses de l’environnement.

8. Élimination des germes et des produits chimiques nocifs

Les températures très élevées utilisées par les usines d’incinération détruisent les germes et les produits chimiques nocifs présents dans les déchets traités. Il s’agit donc d’une méthode très efficace pour éliminer les déchets cliniques.

9. Fonctionnement par tous les temps

Grâce à leur nature essentiellement fermée, les incinérateurs de déchets peuvent fonctionner par tous les temps. Par exemple, pendant la saison des pluies, les déchets ne peuvent pas être déposés dans une décharge, car la pluie risque d’entraîner des produits chimiques toxiques dans le sol et de créer des lixiviats, contaminant ainsi les eaux souterraines et les terres avoisinantes.

Les déchets ne peuvent pas non plus être déposés lorsqu’il y a du vent, car ils sont emportés dans les environs. En revanche, les incinérateurs ne sont pas limités par les changements météorologiques puisqu’ils brûlent les déchets sans fuite. Les usines d’incinération fonctionnent également 24 heures sur 24 et sont plus efficaces dans la gestion des déchets que les décharges.

10. Recyclage efficace des matériaux

Lorsque les incinérateurs brûlent des déchets, les métaux restent entiers car ils ont un point de fusion élevé. Une fois le processus de combustion des déchets terminé, les travailleurs retirent le métal restant et le recyclent. Il n’est donc plus nécessaire de séparer les métaux avant l’élimination des déchets. Les cendres restantes peuvent être utilisées dans la construction et/ou dans les décharges.

Lorsque les déchets bruts sont transportés vers une décharge, ils ne sont généralement pas organisés, ce qui entraîne un gaspillage de ressources qui auraient pu être recyclées. C’est pourquoi l’utilisation d’un incinérateur facilite l’extraction et la réutilisation des matériaux.

11. Il est doté d’un système de surveillance informatisé

Les gouvernements, les villes, les institutions et les entreprises privées de gestion des déchets peuvent acheter un incinérateur équipé d’un dispositif informatique permettant de résoudre la plupart des problèmes. Cela permettra aux opérateurs de découvrir un problème avant qu’il ne s’aggrave et ne devienne beaucoup plus coûteux à réparer.

Un ordinateur facilitera également le travail des opérateurs, qui pourront suivre l’efficacité opérationnelle de l’usine d’incinération.

Inconvénients de l’incinération des déchets

1. Coûts d’exploitation élevés

L’installation d’une usine d’incinération des déchets est un processus coûteux, principalement en raison du coût élevé de l’infrastructure et de l’équipement nécessaires à la construction d’une usine d’incinération.

Outre son coût initial élevé, une usine d’incinération des déchets nécessite l’emploi d’un personnel formé et dévoué pour gérer son fonctionnement. L’entretien régulier de l’usine, qui augmente au fur et à mesure que l’usine vieillit, ajoute un autre coût considérable à l’exploitation d’une usine d’incinération des déchets.

2. Des niveaux de pollution importants

Bien que les incinérateurs de déchets produisent beaucoup moins de polluants que les décharges, ils contribuent néanmoins à un niveau considérable de pollution, en particulier dans la zone qui les entoure.

La fumée produite pendant le processus de combustion peut contenir des gaz acides, notamment la dioxine cancérigène, des particules, des métaux lourds et de l’oxyde d’azote. Ces gaz sont toxiques pour l’environnement.

3. Risques pour la santé et l’environnement

Selon CAP (2013), les communautés où des usines d’incinération de déchets sont construites courent un risque plus élevé d’effets négatifs à long terme sur la santé, tels que le cancer, les malformations congénitales, les dysfonctionnements reproductifs, les problèmes neurologiques et d’autres effets sur la santé qui sont connus pour se produire à des expositions très faibles à de nombreux métaux et polluants rejetés par les installations d’incinération.

A lire aussi :  41 moyens très simples d'arrêter la pollution de l'air dès aujourd'hui

Les problèmes respiratoires, l’augmentation des taux de cancer, les anomalies de la reproduction et d’autres effets sur la santé sont fréquents dans les régions où sont construites des usines d’incinération. Les cendres résiduelles contiennent plusieurs poisons et métaux lourds qui nécessitent un traitement supplémentaire. Si elles ne sont pas éliminées correctement, elles peuvent causer de graves dommages à la population et à l’environnement.

4. Ne contribue pas à la réduction des déchets

L’incinération n’encourage pas le recyclage et la réduction des déchets. Ce n’est pas une stratégie calculée pour une société. L’accent devrait être mis sur la réduction des déchets et le recyclage de la plupart d’entre eux.

Se contenter de brûler la plupart des déchets sans en recycler une partie ne peut que nuire à l’environnement, car cela risque d’encourager la production de déchets supplémentaires.

5. Racisme environnemental

Il s’agit de toute politique, pratique ou directive qui affecte ou désavantage (intentionnellement ou non) des individus, des groupes ou des communautés en fonction de leur race ou de leur couleur.

C’est dans les zones défavorisées, en particulier celles qui sont mal représentées, que ces usines de transformation des déchets en énergie sont généralement construites. Cette situation est très fréquente parmi les groupes minoritaires et est très préjudiciable à la communauté locale.

Incinération ou décharge, qu’est-ce qui est le mieux ?

Si l’on compare l’impact global des usines d’incinération sur l’environnement à celui des décharges, l’incinération apparaît toujours comme une solution de « second choix », meilleure que la pire, mais loin d’être la meilleure.

Les « 4R » – réutilisation, recyclage, reconversion et réduction – offrent une réponse plus efficace à notre dilemme permanent en matière d’élimination des déchets. Néanmoins, une once de déchets incinérés est sans aucun doute plus facile à gérer qu’une livre de déchets bruts.

Le recyclage et la réduction des déchets doivent être considérés comme notre première préférence pour réduire notre flux global de déchets, et cela doit inclure le compostage de nos déchets organiques au lieu de les jeter. De nombreux matériaux jetés ont le potentiel d’être transformés en nouveaux articles, et ne pas les réutiliser est un gaspillage de ressources.

Ce n’est que pour les produits qui ne peuvent pas être réutilisés ou recyclés que l’incinération peut être le choix le plus judicieux.

Dans les endroits où l’espace est rare et très demandé et où les autorités souhaitent investir dans une technologie de pointe, les usines d’incinération des déchets municipaux constituent sans aucun doute une alternative judicieuse aux décharges, ce qui peut leur permettre de rester pertinentes pendant une longue période.

La méthode d’incinération des déchets est cependant moins réalisable dans les pays en développement. Une grande partie des déchets dans les pays en développement est composée de restes de cuisine qui sont des déchets organiques et qui ont un taux d’humidité plus élevé (40 à 70 %) que les déchets des pays industrialisés (20 à 40 %).

Les déchets des pays en développement sont donc plus difficiles à brûler. Idéalement, les déchets organiques devraient être compostés et utilisés pour enrichir le sol dans des systèmes d’agriculture durable.

Un autre obstacle à l’incinération des déchets est l’urgence croissante liée au changement climatique, ainsi que les changements dans la composition des déchets. L’incinération des déchets émettant une quantité importante de polluants, elle est désapprouvée par les groupes de défense de l’environnement, qui font pression sur les gouvernements pour qu’ils ferment les incinérateurs de déchets.

En outre, l’augmentation du volume de plastique dans les déchets signifie que le processus d’incinération émet plus d’émissions nocives qu’au cours des dernières décennies.

Enfin, les incinérateurs vieillissants deviennent beaucoup moins efficaces que lorsqu’ils étaient neufs, ce qui peut annuler tout avantage qu’ils auraient pu avoir dans le passé. Tous ces éléments laissent entrevoir un avenir où les incinérateurs pourraient ne plus être la meilleure option pour la gestion des déchets à long terme.

Si nous exploitions toutes les possibilités de recycler le plastique, le caoutchouc, le métal, le verre et les autres déchets non organiques qui sont jetés, et si nous compostions autant de matières organiques que possible, nous pourrions réduire notre production d’ordures de 80 %, selon les partisans de l’approche « zéro déchet ».

Dans l’ensemble, la solution idéale consiste à ne produire aucun déchet et à recycler et réutiliser intégralement les matériaux mis au rebut sans émissions.

Toutefois, dans un monde fortement urbanisé et globalisé, ce scénario semble peu réaliste. Le développement de meilleurs systèmes de gestion des déchets semble être la meilleure chose à faire, du moins pour l’instant.

Bouton retour en haut de la page