Biodiversité

Les différentes menaces qui pèsent sur la biodiversité et leurs solutions

La biodiversité est fondamentale car elle assure la durabilité naturelle de toute vie sur terre, non seulement pour la population actuelle, mais aussi pour les générations futures. Cependant, la biodiversité continue d’être menacée et, par conséquent, elle affecte la survie de l’homme. Les défenseurs de l’environnement et des agences telles que le PNUE, le WWF, la Fondation GreenFacts et l’EPA ont soulevé diverses préoccupations concernant les menaces qui pèsent sur de nombreux écosystèmes de la planète, dont l’état se détériore de plus en plus en devenant malsain et déséquilibré.

La définition de la CDB (Convention sur la diversité biologique) est la définition internationalement acceptée de la biodiversité. Elle stipule que la « diversité biologique » désigne la variabilité des organismes vivants de toute origine y compris, entre autres, les écosystèmes terrestres, marins et autres écosystèmes aquatiques et les complexes écologiques dont ils font partie ; cela comprend la diversité au sein des espèces et entre espèces ainsi que celle des écosystèmes.

Selon les rapports, voici les six principales menaces qui pèsent sur la biodiversité et les mesures qui peuvent être prises pour y remédier.

Les différentes menaces qui pèsent sur la biodiversité et leurs solutions

  • Perte d’habitat et déforestation

L’altération dramatique des habitats menace directement la biodiversité. Lorsque ces habitats disparaissent en raison de la déforestation et d’autres activités anthropogéniques telles que l’exploitation minière, les environnements respectifs sont incapables de fournir un abri, de la nourriture, de l’eau ou des zones de reproduction aux organismes vivants.

En d’autres termes, les écosystèmes deviennent malsains et déséquilibrés, ce qui entraîne une perte de biodiversité et l’extinction des espèces. La déforestation, en particulier, est associée à la destruction d’environ 18 millions d’hectares d’habitats forestiers par an, endommageant les écosystèmes dont dépendent d’innombrables espèces pour leur survie.

Solution

La lutte contre le problème de la déforestation et de la perte d’habitat dépend principalement de la politique et de la mise en œuvre des lois. Tout d’abord, les sociétés et les entreprises peuvent adopter la sage pratique consistant à refuser d’utiliser des produits en papier et en bois qui encouragent la déforestation. De même, il convient de sensibiliser les consommateurs afin qu’ils cessent de soutenir les entreprises ou les fabricants qui utilisent du bois et du papier pour fabriquer leurs produits et, surtout, ceux qui ont recours à des processus d’extraction ou de fabrication de ressources naturelles non durables. Les gouvernements et les organismes de réglementation devraient également prendre l’initiative en veillant à l’adoption de lois et de politiques plus strictes en matière de protection des forêts. Les particuliers et les organisations peuvent également participer en soutenant la conservation de l’environnement par le biais d’œuvres de bienfaisance et en sensibilisant le public.

  • Le changement climatique

Les changements climatiques globaux survenus au cours de l’histoire de la plante ont définitivement modifié la vie et les écosystèmes de la planète. En conséquence, des habitats essentiels ont été détruits et un certain nombre d’espèces se sont éteintes, une grande majorité d’entre elles étant au bord de l’extinction. Cela signifie donc que si les températures mondiales continuent de changer radicalement, notamment en raison des activités anthropiques qui accélèrent le processus, les menaces qui pèsent sur la biodiversité continueront de s’étendre car les écosystèmes et les espèces ne seront pas en mesure de s’adapter.

Par exemple, la diminution de la glace de mer dans l’Arctique et l’augmentation de la température des océans sont responsables des changements dans les zones de végétation et de la détérioration de la faune et de la flore marines. En outre, les écosystèmes et les espèces qui ne peuvent pas s’adapter disparaissent.

A lire aussi :  Où sont passés tous les insectes ?

Solution

Le changement climatique est principalement exacerbé par les activités humaines, qui détruisent les puits de carbone et dépendent des combustibles fossiles. Par conséquent, si des mesures efficaces peuvent être prises pour réduire l’empreinte carbone, le monde peut être assuré d’un avenir meilleur et d’une diminution des inquiétudes liées au changement climatique.

Les particuliers, les organisations et les industries doivent réduire leur empreinte carbone et participer de la même manière à la sensibilisation. Les villes et les gouvernements internationaux peuvent également faire payer les émissions de carbone et adopter des politiques visant à réduire les activités qui détruisent les puits de carbone.

  • La surexploitation des ressources

L’augmentation constante de la population humaine a entraîné une hausse corrélative de la demande de produits manufacturés, de biens essentiels et de services. La forte demande de ces produits a entraîné la surpêche, la chasse, la récolte excessive et l’extraction excessive de ressources minérales, ce qui a fortement contribué à l’appauvrissement de la biodiversité. L’extraction de minéraux, le braconnage, l’abattage excessif et d’autres formes d’exploitation des ressources à des fins lucratives ont accru les risques d’extinction des espèces. Ils ont également modifié les habitudes naturelles, détruisant ainsi les chaînes alimentaires et perturbant l’équilibre écologique.

Solution

La sensibilisation et la conservation sont les principales stratégies de gestion de la surexploitation, en particulier en ce qui concerne la surpêche, la surexploitation des ressources et le braconnage. Les agences de protection de l’environnement et les gouvernements concernés doivent également mettre en œuvre des règles visant à limiter les pratiques qui entraînent la surexploitation des ressources. L’effort individuel doit viser à faire attention aux produits que nous consommons et achetons.

  • Chargement d’éléments nutritifs

Alors que le secteur agricole continue de se développer et de contribuer à la sécurité alimentaire mondiale, il a également plus que doublé sa dépendance à l’égard de l’utilisation d’engrais à une échelle rentable. En conséquence, l’utilisation d’engrais au-delà des limites a contribué à augmenter les niveaux d’azote et de phosphore dans les écosystèmes naturels. Bien que ces nutriments existent naturellement dans tous les écosystèmes, la fabrication d’engrais artificiels contenant de l’azote et du phosphore réactifs afin d’augmenter la productivité des cultures a altéré l’équilibre écologique au fil du temps, menaçant ainsi la survie des écosystèmes. En particulier, la survie des espèces qui prospèrent dans des environnements pauvres en phosphore ou en azote est de plus en plus menacée. En outre, le lessivage et l’entrée dans les systèmes d’eau ont entraîné une eutrophisation accrue et la création de zones anoxiques (déficitaires en oxygène) dans les habitats marins.

Solution

Pour résoudre le problème de la charge en éléments nutritifs, des améliorations considérables sont nécessaires pour garantir l’efficacité des engrais azotés et phosphorés utilisés dans les systèmes de production. La production artificielle de ces engrais ne doit pas seulement viser à répondre à la demande alimentaire mondiale, mais aussi à réduire les problèmes environnementaux.

Selon la Fondation GreenFacts, si les systèmes de production céréalière du monde entier parvenaient à améliorer de 20 % l’efficacité de l’utilisation de l’azote, cela permettrait de réduire d’environ 6 % la production mondiale d’azote réactif. Les agriculteurs devraient également réduire leur dépendance à l’égard de l’utilisation de grandes quantités d’engrais nutritifs et rechercher des alternatives telles que laisser la terre en jachère après la récolte afin d’encourager le recyclage des nutriments.

  • Pollution de l’environnement

La pollution continue de nuire à la biosphère en libérant et en déposant des produits chimiques toxiques dans les systèmes atmosphériques, terrestres et marins. Les niveaux élevés de pollution enregistrés chaque année perturbent progressivement les écosystèmes de la Terre, car les substances chimiques libérées peuvent influencer les habitudes des espèces et les écosystèmes. La pollution a également réduit les niveaux d’ozone, créé des zones mortes dans les habitats marins en raison de la toxicité et des pluies acides, modifié les habitudes d’alimentation et de panification des espèces, et même causé la mort de nombreuses espèces en raison de marées noires ou de la consommation de plastique et d’autres substances toxiques.

A lire aussi :  13 des lacs les plus bizarres du monde

Solution

Il existe plusieurs moyens de réduire la pollution. Les lois et les politiques antipollution au niveau local, national et international sont les plus pratiques pour réduire la pollution, car elles jouent un rôle essentiel dans la limitation de la pollution. Les particuliers peuvent également prendre un certain nombre d’initiatives pour lutter contre la pollution de l’eau, de l’air et de la terre en adoptant des mesures efficaces telles que l’économie d’énergie à la maison, le recyclage, l’utilisation de produits sûrs et non toxiques et l’utilisation des transports publics.

La sensibilisation et le plaidoyer sont également essentiels. Elles peuvent se faire par l’intermédiaire des médias, des forums éducatifs en ligne et de diverses institutions afin que les gens réalisent et comprennent les causes et les conséquences de la pollution de l’environnement. L’utilisation de sources d’énergie renouvelables et écologiques peut également réduire la dépendance à l’égard des combustibles fossiles et, partant, les émissions de gaz à effet de serre à l’origine du réchauffement de la planète et de la formation de pluies acides.

  • Espèces invasives

Les espèces invasives sont des espèces non indigènes qui envahissent des écosystèmes normaux et sains et menacent la survie des espèces indigènes en les attaquant ou en leur disputant les ressources de l’habitat. En conséquence, elles perturbent le biote et les écosystèmes indigènes, provoquant ainsi des extinctions et des menaces massives pour la biodiversité.

Selon la Fondation GreenFacts, près de 40 % de toutes les extinctions d’animaux depuis le XVIIe siècle sont associées à des espèces exotiques envahissantes. Des rapports similaires indiquent également que 80 % des espèces menacées dans le biome de Fynbos en Afrique du Sud sont en danger à cause d’espèces exotiques envahissantes. En outre, le rapport souligne que les pertes cumulées de biodiversité environnementale de plus de 100 milliards de dollars au Royaume-Uni, aux États-Unis, en Afrique du Sud, au Brésil, en Inde et en Australie sont dues à des organismes nuisibles envahissants.

Solution

Le problème des espèces exotiques envahissantes est mondial et c’est pourquoi il nécessite une intervention au niveau local, national et international. Les autorités locales et les États doivent mettre en place des systèmes de gestion et de prévention des espèces exotiques envahissantes en procédant à des évaluations des risques afin de prévoir la possibilité que des espèces deviennent envahissantes. Ces évaluations devraient également viser à déterminer les dommages écologiques potentiels et à mettre en place des mesures préventives efficaces pour contrer les impacts environnementaux probables.

Par conséquent, les stratégies les plus efficaces consistent à créer des systèmes permettant d’arrêter l’introduction d’espèces exotiques envahissantes avant même qu’elle ne se produise, à éliminer rapidement les envahisseurs nouvellement détectés et à surveiller efficacement les nouvelles invasions. Les organismes internationaux et les scientifiques peuvent contribuer à la recherche et à la quantification des informations en utilisant des moyens plus créatifs tels que Google street view et d’autres techniques technologiques avancées.

Bouton retour en haut de la page