Changements climatiques

14 solutions efficaces et simples pour lutter contre la crise climatique

La biosphère terrestre devient peu à peu inhabitable en raison des émissions de gaz à effet de serre et des changements climatiques défavorables dus aux activités humaines. Ce n’est un secret pour personne que la température moyenne de la planète augmente d’année en année. Il en résulte une fonte rapide des glaciers, une élévation du niveau des mers, une hausse de la température des océans, des inondations extrêmes, des vagues de chaleur, des menaces accrues d’ondes de tempête, des zones mortes, une désertification généralisée et la sécheresse.

Le monde a également continué d’assister à un taux alarmant de formation de pergélisol et à des conditions hivernales extrêmes en raison des changements de températures globales. Dans l’ensemble, ces conditions défavorables et les effets à long terme du changement climatique ont été baptisés « crise climatique ». Les changements climatiques au fil du temps, associés aux dangers immédiats, présents et futurs, définissent donc la crise climatique.

Nous sommes la première génération à pouvoir mettre fin à la pauvreté et la dernière génération à pouvoir prendre des mesures pour éviter les pires conséquences du changement climatique. Les générations futures nous jugeront sévèrement si nous n’assumons pas nos responsabilités morales et historiques

~ Ban Ki-moon

La NASA définit le changement climatique comme suit :

« Un large éventail de phénomènes mondiaux créés principalement par la combustion de carburants fossiles, qui ajoutent des gaz qui retiennent la chaleur dans l’atmosphère de la Terre.

Ces phénomènes comprennent les tendances à la hausse des températures décrites par le réchauffement climatique, mais aussi des changements tels que l’élévation du niveau de la mer, la perte de masse glaciaire au Groenland, en Antarctique, dans l’Arctique et dans les glaciers de montagne du monde entier, les changements dans la floraison des fleurs et des plantes, et les phénomènes météorologiques extrêmes ».

C’est un programme qui est actuellement poursuivi par diverses organisations internationales, agences de réglementation environnementale et pays dans le cadre de l’accord historique de Paris comme cadre de lutte contre le changement climatique et d’atténuation des émissions de gaz à effet de serre.

Il est donc normal que l’homme trouve des solutions pour sauver la Terre de cette crise imminente. Voici quelques-unes des 14 solutions les plus prometteuses pour faire face au problème croissant de la crise climatique.

14 solutions efficaces pour lutter contre la crise climatique

La différence qui peut être faite avec les efforts combinés des nations

1. Promulguer des lois et renforcer celles qui existent déjà

Les États doivent prendre des mesures immédiates pour éviter les catastrophes liées au changement climatique et au réchauffement de la planète au cours des cinq à dix prochaines décennies. Pour ce faire, les nations doivent avoir un programme commun pour la promulgation de lois et de politiques qui interdisent les émissions de carbone conformément à l’Accord de Paris.

Parmi les exemples significatifs, on peut citer la politique de la taxe carbone, la taxe sur les émissions de GES et la taxe sur l’énergie. Les lois adoptées doivent être assorties de lourdes sanctions pénales et d’amendes, du licenciement des climato-sceptiques et de la fermeture des industries générant des niveaux élevés de gaz à effet de serre afin de garantir l’application des lois.

2. Gestion des réfrigérants

Chaque réfrigérateur, climatiseur et caisse de supermarché contient des réfrigérants, en particulier des chlorofluorocarbones (CFC) et des hydrochlorofluorocarbones (HCFC), qui ont la capacité (selon leur composition chimique exacte) de réchauffer l’atmosphère de 1 000 à 9 000 fois plus que le dioxyde de carbone, et qui étaient autrefois la principale raison de l’appauvrissement de la couche d’ozone stratosphérique, essentielle pour absorber les rayons ultraviolets du soleil.

Les CFC et les HCFC ont été progressivement retirés de la circulation à la suite du protocole de Montréal de 1987 sur les substances qui appauvrissent la couche d’ozone. Aujourd’hui, trois décennies plus tard, la couche d’ozone au-dessus de l’Antarctique commence à se reconstituer.

Toutefois, les fluides frigorigènes continuent de causer des problèmes à la planète. Les CFC et les HCFC restent en circulation dans d’énormes volumes, conservant leur potentiel de destruction de la couche d’ozone.

En octobre 2016, des représentants de plus de 170 pays se sont réunis à Kigali, au Rwanda, pour négocier un accord visant à résoudre le problème des HFC et à les rendre obligatoires, avec des objectifs et des calendriers spécifiques.

Grâce à un amendement au protocole de Montréal, l’élimination progressive des HFC a commencé par les pays à revenu élevé en 2019, puis s’est étendue aux pays à faible revenu entre 2024 et 2028. Des substituts aux HFC sont désormais disponibles sur le marché, notamment des réfrigérants naturels tels que le propane et l’ammoniac.

3. Utilisation des énergies renouvelables

L’énergie écologique ou renouvelable est l’option la plus sûre pour éviter les effets de la crise climatique. Selon un rapport publié par l’Energy Transitions Commission en 2017, les émissions mondiales pourraient être réduites de moitié d’ici 2040 si le monde se concentrait sur l’objectif d’utiliser 100 % de sources renouvelables. Les principaux exemples sont l’énergie éolienne et l’énergie solaire, qui n’émettent aucune émission de carbone.

D’autres rapports soulignent également que si 100 % des besoins énergétiques mondiaux pouvaient être satisfaits par les énergies renouvelables au cours des cinq prochaines décennies, le monde pourrait en fait atteindre la résolution de Paris de 2015 visant à réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre bien en deçà des 2 degrés Celsius prévus.

En outre, la baisse des coûts et les progrès des technologies renouvelables, ainsi que la parité du réseau solaire, promettent des options d’exploitation et d’utilisation de l’énergie moins coûteuses et beaucoup plus respectueuses de l’environnement.

A lire aussi :  Dans la grève mondiale pour le climat, les jeunes exigent une action dans le monde entier

4. Réglementer l’exploitation forestière et freiner la déforestation

L’exploitation forestière et les autres formes de déforestation augmentent les émissions de carbone de 1,5 milliard de tonnes dans l’atmosphère terrestre, et 23 % des émissions actuelles de dioxyde de carbone produites par l’homme sont attribuées à la disparition des forêts.

Le National Geographic a également souligné que la destruction des forêts tropicales humides est l’un des principaux facteurs du changement climatique. La raison en est que les forêts et les arbres agissent comme des puits de carbone, c’est-à-dire qu’ils piègent le carbone de l’atmosphère et le stockent pendant des années.

En d’autres termes, les arbres sont des réservoirs de carbone stocké car ils absorbent le CO2 de l’air pour la photosynthèse et chaque fois qu’ils sont brûlés ou déboisés, le carbone est relâché dans l’atmosphère – tout cela fait partie du cycle du carbone. Cela signifie donc que le contrôle de l’exploitation forestière et la plantation de nouveaux arbres peuvent compenser les émissions de gaz à effet de serre.

5. Renforcer les groupes de pression, les campagnes et les initiatives individuelles

Les groupes de pression, les campagnes de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre dans les villes et les initiatives individuelles peuvent constituer des étapes essentielles dans la lutte contre la crise climatique imminente. Le lobbying et les campagnes peuvent nécessairement inciter les parlements et les gouvernements à présenter et à adopter des initiatives visant à limiter les émissions de gaz à effet de serre et à s’engager à devenir neutres en carbone.

En outre, bien que de nombreux États aient mis en place des lois et des politiques visant à réduire les émissions, la majorité d’entre eux sont réticents et peu enclins à les mettre en œuvre. Les groupes de pression et les campagnes peuvent, dans de telles situations, signaler la nécessité d’une action urgente.

Il est également avancé que le moyen le plus simple et le plus efficace de s’attaquer à la crise climatique est de commencer par des actions individuelles et, en tant que telles, d’influencer les actions d’autres personnes ou d’amis.

Il peut être utile de parler à des amis, des parents et des collègues de l’importance de la réutilisation, de l’achat d’articles durables et économes en énergie, d’éviter le gaspillage, de se rendre au travail à vélo ou à pied et de passer aux énergies renouvelables.

La différence qui peut être faite avec les efforts individuels

6. Investir dans des appareils électroménagers et des ampoules à faible consommation d’énergie

Au fil des ans, la recherche a prouvé que les appareils électroménagers à haut rendement énergétique contribuent à éliminer de l’atmosphère jusqu’à 2,3 milliards de tonnes de dioxyde de carbone.

Si cette pratique est maintenue et que nous nous assurons que chaque fois que nous achetons des appareils tels que des réfrigérateurs, des lave-vaisselle, des ordinateurs, des imprimantes et des machines à laver, leur efficacité énergétique est certifiée, nous pouvons contribuer de manière significative à l’atténuation de la crise climatique. L’utilisation d’ampoules LED consomme également moins d’énergie que les ampoules conventionnelles.

7. Économiser l’eau

L’étude a montré qu’économiser l’eau, par exemple en fermant le robinet pendant que l’on se brosse les dents, en prenant des douches plus courtes et en installant des toilettes à faible débit, contribue grandement à réduire les émissions de carbone dans l’atmosphère.

En effet, le pompage de l’eau consomme beaucoup de chaleur et d’énergie, ce qui contribue aux émissions de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

8. Adopter un régime alimentaire respectueux du climat

Le régime alimentaire occidental paie un lourd tribut au climat. L’augmentation du bétail représente près de 15 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre (en particulier le puissant méthane) chaque année, selon les estimations les plus prudentes, et selon les évaluations les plus complètes, les émissions directes et indirectes représentent plus de 50 %.

La production de viande et de produits laitiers génère beaucoup plus d’émissions que la culture de légumes, de fruits, de céréales et de légumineuses. Les substituts de la viande fabriqués à partir de plantes sont un moyen essentiel de minimiser les perturbations causées par les méthodes traditionnelles de cuisson et d’alimentation.

Il est nécessaire de recadrer la viande comme un mets délicat plutôt que comme un aliment de base et, de nos jours, l’amélioration rapide des produits, des recherches et des investissements en capital-risque, ainsi que l’intérêt croissant des consommateurs, contribuent à la prolifération des marchés des produits non carnés.

Il n’est pas facile de changer de régime alimentaire, car l’alimentation est très personnelle et culturelle. Cependant, la surconsommation de viande peut entraîner des accidents vasculaires cérébraux, des maladies cardiaques et certains cancers.

Une alimentation riche en végétaux étant robuste, il est possible de bien manger, tant sur le plan de la nutrition que du plaisir. Les décisions que vous prenez en matière d’alimentation en aval de la chaîne alimentaire peuvent avoir un effet profond sur l’environnement.

9. Réduire les déchets alimentaires

Près de 800 millions de personnes dans le monde ont accepté la faim comme une condition de vie et nos déchets alimentaires contribuent chaque année à l’émission de 4,4 gigatonnes d’équivalent CO2 dans l’atmosphère, soit environ 8 % du total des émissions de gaz à effet de serre d’origine anthropique.

Le gaspillage commence à se produire dans la chaîne d’approvisionnement, en pourrissant dans les fermes ou en s’abîmant pendant le stockage ou la distribution. Il arrive que les détaillants rejettent des aliments ou qu’ils en commandent ou en servent tout simplement trop.

A lire aussi :  Rapport sur le climat à paraître le mois prochain. À quel point cela sera-t-il mauvais ?

Dans les régions où les revenus sont élevés, le gaspillage alimentaire volontaire domine la chaîne d’approvisionnement, car les consommateurs surestiment souvent le nombre de repas qu’ils cuisineront au cours d’une semaine. Par ailleurs, les pertes alimentaires sont généralement involontaires et de nature structurelle dans les endroits où les revenus sont faibles et où les infrastructures sont insuffisantes.

Les organisations de producteurs contribuent à la planification, à la logistique et à la réduction des écarts de capacité.

Les pays à faible revenu ont besoin d’infrastructures améliorées pour le stockage, la transformation et le transport, ainsi que d’interventions majeures au niveau des détaillants et des consommateurs dans les régions à revenu plus élevé.

10. Utilisation de véhicules économes en carburant

Les constructeurs automobiles devraient concevoir et fabriquer des véhicules plus économes en carburant afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Par exemple, les émissions des véhicules, à savoir les voitures, les bus, les camions et les motos fonctionnant à l’essence, sont responsables de 28 % des émissions de gaz à effet de serre en 2016, selon un rapport publié par l’Inventory of U.S. Greenhouse Gas Emissions and Sinks 1990-2016 (Inventaire des émissions et des puits de gaz à effet de serre des États-Unis).

Au vu de ces statistiques, les émissions mondiales de gaz à effet de serre pourraient doubler ou tripler par rapport à celles des États-Unis en 2016, en raison de l’augmentation constante du nombre de véhicules sur les routes.

Un autre rapport indique qu’un véhicule de tourisme typique rejette environ 4,6 tonnes de dioxyde de carbone par an.

Pour atténuer efficacement ce problème, la population mondiale devrait envisager d’utiliser des véhicules électriques et, s’il doit s’agir de voitures à carburant, elles doivent être économes en carburant et rejeter moins de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

11. Éviter les avions

Tout comme les émissions de gaz à effet de serre des véhicules, les avions ne sont pas exclus. Dans le même temps, l’utilisation des avions pour les transports publics et de masse augmente rapidement. En outre, des études ont montré que le transport aérien est une source importante d’émissions de gaz à effet de serre.

Et comme le protocole de Kyoto ne fait pas assez pour réduire les émissions du transport aérien, le seul moyen viable d’atténuer la crise climatique est d’éviter l’avion.

Pour les régions ou nations voisines, ou pour les trajets plus courts, les navetteurs devraient envisager d’utiliser les transports publics ou les trains électriques afin de réduire la quantité de carburant utilisée. Une autre solution consiste à se rapprocher de son lieu de travail.

12. Réduire la consommation et éviter les articles à usage unique

Réduire sa consommation contribue grandement à diminuer le nombre de combustibles fossiles brûlés pour produire davantage d’articles. Appliquer les 3 R de la durabilité – Réduire, Réutiliser et Recycler – dans la vie pratique. Par conséquent, investir dans des articles efficaces et durables peut grandement contribuer à lutter contre la crise climatique qui menace la planète.

L’habitude d’acheter des produits et des articles à usage unique de temps à autre ne fait qu’accroître la demande de ces produits et les fabricants continuent à les produire, ce qui entraîne une augmentation des émissions de gaz à effet de serre au cours des processus de production, d’emballage, d’expédition et de recyclage.

Les articles durables, réutilisables et efficaces durent plus longtemps, ce qui réduit la nécessité d’en acheter de nouveaux.

13. Moderniser nos infrastructures

Un autre moyen de limiter les émissions de gaz à effet de serre consiste à moderniser les anciennes infrastructures et à en construire de nouvelles dans le respect des codes de construction écologiques contemporains.

Les recherches montrent que les bâtiments du monde entier contribuent à hauteur de 43 % aux émissions totales de carbone dans l’atmosphère.

Bien entendu, la modernisation des anciennes infrastructures et la construction de nouvelles conformément aux nouveaux codes de construction écologiques recommandés pourraient considérablement atténuer la crise climatique.

Les bâtiments et les bureaux, par exemple, peuvent être rendus plus efficaces sur le plan énergétique en encourageant l’éclairage naturel et l’utilisation de l’énergie solaire et éolienne pour le refroidissement, le chauffage et la cuisine.

14. Être actif sur le plan politique et voter

En plus de prendre des mesures pour réduire notre empreinte carbone individuelle, il est tout aussi important de s’attacher à changer le système dans son ensemble. C’est vous qui avez la meilleure occasion de réduire les émissions.

Votez pour des dirigeants qui prennent le changement climatique au sérieux. Ils doivent s’engager à fixer des objectifs de réduction des émissions de carbone nocives par des méthodes scientifiques, à formuler des plans clairs pour atteindre ces objectifs et les mettre en œuvre, à s’adapter au changement climatique et à passer à une économie fondée sur les énergies propres.

Assurez-vous d’être inscrit sur les listes électorales et faites savoir à vos candidats que vous votez pour le climat. Les positions des candidats sur le changement climatique varient considérablement, alors sachez que votre vote compte vraiment.

Bouton retour en haut de la page