Changements climatiques

Réchauffement climatique 101

Le changement climatique est devenu l’une des questions les plus urgentes et préoccupantes de notre époque. Des phénomènes météorologiques extrêmes aux bouleversements écologiques, ses impacts sont déjà visibles dans le monde entier. Cependant, malgré son importance cruciale, il reste souvent entouré de confusion, de désinformation et même de controverses. Dans cet article, nous nous efforcerons de démystifier le changement climatique et d’aborder toutes les questions que vous pourriez avoir, mais que vous n’avez peut-être pas osé poser. Nous examinerons les causes, les conséquences et les solutions potentielles de ce défi complexe qui affecte notre planète. Préparez-vous à plonger dans une exploration approfondie du changement climatique, afin de mieux comprendre cette crise et d’envisager des actions à entreprendre pour y faire face.

Qu’est-ce que le réchauffement climatique ?

R : Depuis la révolution industrielle, la température annuelle globale a augmenté au total d’un peu plus d’un degré Celsius, soit environ 2 degrés Fahrenheit. Entre 1880 – l’année où l’on a commencé à tenir des registres précis – et 1980, elle a augmenté en moyenne de 0,07 degré Celsius (0,13 degré Fahrenheit) tous les dix ans. Depuis 1981, cependant, le taux d’augmentation a plus que doublé : Au cours des 40 dernières années, la température annuelle globale a augmenté de 0,18 degré Celsius, soit 0,32 degré Fahrenheit, par décennie.

Résultat ? Une planète qui n’a jamais été aussi chaude. Neuf des dix années les plus chaudes depuis 1880 se sont produites depuis 2005, et les cinq années les plus chaudes jamais enregistrées se sont toutes produites depuis 2015. Les négateurs du changement climatique ont affirmé qu’il y avait eu une « pause » ou un « ralentissement » dans l’augmentation des températures mondiales, mais de nombreuses études, dont un article publié en 2018 dans la revue Environmental Research Letters, ont réfuté cette affirmation. Le réchauffement climatique a déjà des conséquences néfastes pour les populations du monde entier.

Aujourd’hui, les climatologues ont conclu que nous devons limiter le réchauffement de la planète à 1,5 degré Celsius d’ici à 2040 si nous voulons éviter que la vie quotidienne dans le monde entier soit marquée par ses effets les plus dévastateurs : les sécheresses extrêmes, les incendies de forêt, les inondations, les tempêtes tropicales et autres catastrophes que nous appelons collectivement le changement climatique. Ces effets sont ressentis par tous d’une manière ou d’une autre, mais plus particulièrement par les personnes défavorisées, économiquement marginalisées et de couleur, pour qui le changement climatique est souvent un facteur clé de pauvreté, de déplacement, de faim et d’agitation sociale.

Qu’est-ce qui provoque le réchauffement de la planète ?

R : Le réchauffement de la planète se produit lorsque le dioxyde de carbone (CO2) et d’autres polluants atmosphériques s’accumulent dans l’atmosphère et absorbent la lumière et le rayonnement solaires qui ont rebondi sur la surface de la terre. Normalement, ce rayonnement devrait s’échapper dans l’espace, mais ces polluants, qui peuvent rester dans l’atmosphère pendant des années, voire des siècles, piègent la chaleur et provoquent un réchauffement de la planète. Ces polluants qui retiennent la chaleur – en particulier le dioxyde de carbone, le méthane, l’oxyde nitreux, la vapeur d’eau et les gaz fluorés synthétiques – sont connus sous le nom de gaz à effet de serre, et leur impact s’appelle l’effet de serre.

Bien que les cycles et fluctuations naturels aient provoqué plusieurs changements climatiques au cours des 800 000 dernières années, le réchauffement climatique actuel est directement imputable à l’activité humaine, et plus particulièrement à la combustion de combustibles fossiles tels que le charbon, le pétrole, l’essence et le gaz naturel, qui produit un effet de serre. Aux États-Unis, la principale source de gaz à effet de serre est le transport (29 %), suivi de près par la production d’électricité (28 %) et l’activité industrielle (22 %). Découvrez les causes naturelles et humaines du changement climatique.

Pour enrayer un changement climatique dangereux, il faut réduire considérablement les émissions et utiliser des solutions de remplacement des combustibles fossiles dans le monde entier. La bonne nouvelle, c’est que les pays du monde entier se sont officiellement engagés, dans le cadre de l’accord de Paris sur le climat de 2015, à réduire leurs émissions en fixant de nouvelles normes et en élaborant de nouvelles politiques pour respecter, voire dépasser, ces normes. La moins bonne nouvelle, c’est que nous ne travaillons pas assez vite. Pour éviter les pires conséquences du changement climatique, les scientifiques nous disent que nous devons réduire les émissions mondiales de carbone de 40 % d’ici à 2030. Pour ce faire, la communauté internationale doit prendre des mesures immédiates et concrètes : décarboniser la production d’électricité en passant équitablement d’une production basée sur les combustibles fossiles à des sources d’énergie renouvelables comme le vent et le soleil ; électrifier nos voitures et nos camions ; et maximiser l’efficacité énergétique de nos bâtiments, de nos appareils et de nos industries.

Quel est le lien entre le réchauffement climatique et les phénomènes météorologiques extrêmes ?

R : Les scientifiques s’accordent à dire que l’augmentation des températures de la planète alimente des vagues de chaleur plus longues et plus chaudes, des sécheresses plus fréquentes, des précipitations plus abondantes et des ouragans plus puissants.

En 2015, par exemple, les scientifiques ont conclu qu’une longue sécheresse en Californie – la pire pénurie d’eau que l’État ait connue en 1 200 ans – avait été intensifiée de 15 à 20 % par le réchauffement climatique. Ils ont également indiqué que la probabilité que des sécheresses similaires se produisent à l’avenir avait à peu près doublé au cours du siècle dernier. En 2016, les Académies nationales des sciences, de l’ingénierie et de la médecine ont annoncé que nous pouvions désormais attribuer avec certitude certains phénomènes météorologiques extrêmes, tels que les vagues de chaleur, les sécheresses et les fortes précipitations, directement au changement climatique.

A lire aussi :  Quelles sont les solutions au changement climatique ?

La température des océans se réchauffe également, ce qui signifie que les tempêtes tropicales peuvent absorber plus d’énergie. En d’autres termes, le réchauffement climatique peut transformer une tempête de catégorie 3 en une tempête de catégorie 4, plus dangereuse. En fait, les scientifiques ont constaté que la fréquence des ouragans dans l’Atlantique Nord a augmenté depuis le début des années 1980, tout comme le nombre de tempêtes qui atteignent les catégories 4 et 5. En 2020, la saison des ouragans dans l’Atlantique a enregistré un nombre record de 30 tempêtes tropicales, 6 ouragans majeurs et 13 ouragans au total. L’augmentation de l’intensité des tempêtes s’accompagne d’une augmentation des dégâts et des décès. Les États-Unis ont connu un nombre sans précédent de 22 catastrophes météorologiques et climatiques ayant causé au moins un milliard de dollars de dégâts en 2020, mais l’année 2017 a été la plus coûteuse jamais enregistrée et l’une des plus meurtrières : Au total, les tempêtes tropicales de cette année-là (notamment les ouragans Harvey, Irma et Maria) ont causé près de 300 milliards de dollars de dégâts et entraîné plus de 3 300 décès.

Les effets du réchauffement climatique se font sentir partout. Des vagues de chaleur extrême ont causé des dizaines de milliers de morts dans le monde ces dernières années. Et, signe alarmant des événements à venir, l’Antarctique a perdu près de quatre mille milliards de tonnes de glace depuis les années 1990. Selon certains experts, cette perte pourrait s’accélérer si nous continuons à brûler des combustibles fossiles au rythme actuel, ce qui entraînerait une hausse du niveau des mers de plusieurs mètres dans les 50 à 150 prochaines années et causerait des ravages dans les communautés côtières du monde entier.

Les températures à Pékin ont dépassé 104 degrés Fahrenheit le 6 juillet 2023.
Les températures à Pékin ont dépassé 104 degrés Fahrenheit le 6 juillet 2023.

Quels sont les autres effets du réchauffement climatique ?

R : Chaque année, les scientifiques en apprennent davantage sur les conséquences du réchauffement climatique, et chaque année, nous obtenons de nouvelles preuves de son impact dévastateur sur les populations et la planète. À mesure que les vagues de chaleur, les sécheresses et les inondations liées au changement climatique deviennent plus fréquentes et plus intenses, les communautés souffrent et le nombre de morts augmente. Si nous ne parvenons pas à réduire nos émissions, les scientifiques estiment que le changement climatique pourrait entraîner la mort de plus de 250 000 personnes dans le monde chaque année et plonger 100 millions de personnes dans la pauvreté d’ici à 2030.

Le réchauffement de la planète fait déjà des ravages aux États-Unis. Et si nous ne parvenons pas à maîtriser nos émissions, voici un aperçu de ce qui nous attend :

  • La disparition des glaciers, la fonte précoce des neiges et les graves sécheresses provoqueront des pénuries d’eau plus dramatiques et continueront d’accroître le risque d’incendies de forêt dans l’Ouest américain.
  • L’élévation du niveau des mers entraînera encore plus d’inondations côtières sur la côte est, en particulier en Floride, et dans d’autres régions telles que le golfe du Mexique.
  • Les forêts, les exploitations agricoles et les villes seront confrontées à de nouveaux parasites, à des vagues de chaleur, à des pluies diluviennes et à des inondations plus fréquentes. Tous ces facteurs peuvent endommager ou détruire l’agriculture et la pêche.
  • La perturbation d’habitats tels que les récifs coralliens et les prairies alpines pourrait conduire de nombreuses espèces végétales et animales à l’extinction.
  • Les allergies, l’asthme et les épidémies de maladies infectieuses deviendront plus fréquents en raison de la croissance accrue de l’ambroisie productrice de pollen, de l’augmentation des niveaux de pollution atmosphérique et de la propagation de conditions favorables aux agents pathogènes et aux moustiques.

Si tout le monde est concerné par le changement climatique, tout le monde ne l’est pas de la même manière. Les populations autochtones, les personnes de couleur et les personnes économiquement marginalisées sont généralement les plus durement touchées. Les inégalités qui caractérisent nos systèmes de logement, de soins de santé et de travail rendent ces communautés plus vulnérables aux pires effets du changement climatique, alors même que ce sont elles qui y ont le moins contribué.

Où se situent les États-Unis en termes de contribution au réchauffement de la planète ?

R : Ces dernières années, la Chine a pris la tête de la pollution liée au réchauffement de la planète, produisant environ 26 % de l’ensemble des émissions de CO2. Les États-Unis arrivent en deuxième position. Bien qu’elle ne représente que 4 % de la population mondiale, notre nation produit 13 % de l’ensemble des émissions mondiales de CO2, soit presque autant que l’Union européenne et l’Inde (troisième et quatrième places) réunies. Et l’Amérique reste de loin le premier pays en termes d’émissions cumulées sur les 150 dernières années. En tant que principal contributeur au réchauffement de la planète, les États-Unis ont l’obligation d’aider à propulser le monde vers un avenir plus propre, plus sûr et plus équitable. Notre responsabilité est importante pour les autres pays, et elle devrait l’être pour nous aussi.

Les États-Unis font-ils quelque chose pour prévenir le réchauffement climatique ?

R : Nous avons commencé. Mais pour éviter l’aggravation des effets du changement climatique, nous devons faire beaucoup plus – en collaboration avec d’autres pays – pour réduire notre dépendance à l’égard des combustibles fossiles et passer à des sources d’énergie propres.

A lire aussi :  L'influence humaine sur le réchauffement climatique est "sans équivoque", selon le rapport du GIEC.

Sous l’administration du président Donald Trump (un homme qui a qualifié à tort le réchauffement climatique de « canular »), les États-Unis se sont retirés de l’Accord de Paris sur le climat, ont réduit ou éliminé des dizaines de protections de l’air pur et ont ouvert des terres gérées par le gouvernement fédéral, y compris des monuments nationaux culturellement sacrés, à l’exploitation des combustibles fossiles. Bien que le président Biden se soit engagé à remettre le pays sur la bonne voie, les années d’inaction pendant et avant l’administration Trump – et notre meilleure compréhension des graves conséquences du réchauffement climatique – signifient que nous devons accélérer nos efforts pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Malgré le manque de coopération de l’administration Trump, les gouvernements locaux et étatiques ont fait de grands progrès au cours de cette période grâce à des efforts tels que l’American Cities Climate Challenge et des collaborations continues telles que l’Initiative régionale sur les gaz à effet de serre. Pendant ce temps, l’industrie et les chefs d’entreprise ont travaillé avec le secteur public, créant et adoptant de nouvelles technologies d’énergie propre et augmentant l’efficacité énergétique dans les bâtiments, les appareils et les processus industriels. Aujourd’hui, l’industrie automobile américaine trouve de nouveaux moyens de produire des voitures et des camions plus économes en carburant et s’engage à mettre sur la route de plus en plus de véhicules électriques à zéro émission. Les promoteurs, les villes et les défenseurs des communautés s’unissent pour veiller à ce que les nouveaux logements abordables soient construits dans un souci d’efficacité, afin de réduire la consommation d’énergie et d’alléger les factures d’électricité et de chauffage des résidents. Par ailleurs, les énergies renouvelables continuent de progresser à mesure que les coûts associés à leur production et à leur distribution diminuent. En 2020, pour la première fois dans l’histoire des États-Unis, les sources d’énergie renouvelables telles que le vent et le soleil ont fourni plus d’électricité que le charbon.

Le président Biden a fait de la lutte contre le réchauffement climatique une priorité absolue. Dès le premier jour de son mandat, il a réaffirmé l’engagement des États-Unis en faveur de l’Accord de Paris sur le climat, envoyant ainsi à la communauté internationale le signal fort que nous étions déterminés à nous joindre à d’autres nations pour réduire notre pollution par le carbone afin de soutenir l’objectif commun d’empêcher la température moyenne de la planète d’augmenter de plus de 1,5 degré Celsius par rapport aux niveaux préindustriels. (Les scientifiques affirment que nous devons rester en deçà d’une augmentation de 2 degrés pour éviter des conséquences catastrophiques sur le climat). Enfin, le président a constitué une équipe d’experts et de défenseurs du climat qui a été chargée de prendre des mesures à l’étranger et sur le territoire national, tout en faisant avancer la cause de la justice environnementale et en investissant dans des solutions fondées sur la nature.

Le réchauffement climatique est-il un problème trop important pour que je puisse aider à le résoudre ?

R : Non ! Si nous ne pouvons pas gagner la bataille sans une action gouvernementale à grande échelle au niveau national, nous ne pouvons pas non plus le faire sans l’aide des individus qui sont prêts à faire entendre leur voix, à demander des comptes au gouvernement et aux dirigeants de l’industrie, et à changer leurs habitudes quotidiennes.

Vous vous demandez comment vous pouvez participer à la lutte contre le réchauffement climatique ? Réduisez votre propre empreinte carbone en prenant quelques mesures simples : Intégrez la conservation de l’énergie à votre routine quotidienne et à vos décisions en tant que consommateur. Lorsque vous achetez de nouveaux appareils tels que des réfrigérateurs, des lave-linge et des sèche-linge, recherchez des produits portant le label gouvernemental ENERGY STAR® ; ils répondent à des normes d’efficacité énergétique plus strictes que les exigences fédérales minimales. Lorsque vous achetez une voiture, recherchez celle qui présente le meilleur rendement énergétique et les émissions les plus faibles. Vous pouvez également réduire vos émissions en prenant les transports en commun ou en faisant du covoiturage lorsque c’est possible.

Bien que les nouvelles normes fédérales et étatiques constituent un pas dans la bonne direction, il reste encore beaucoup à faire. Exprimez votre soutien aux politiques respectueuses du climat et à la préparation au changement climatique, et dites à vos représentants que la transition équitable des combustibles fossiles polluants vers une énergie propre doit être une priorité absolue, car elle est essentielle à la construction de communautés saines et plus sûres.

Vous n’avez pas à faire cavalier seul. Des mouvements à travers le pays montrent comment l’action climatique peut renforcer la communauté, être menée par ceux qui sont en première ligne de ses impacts, et créer un avenir équitable et juste pour tous.

Bouton retour en haut de la page