Nouvelles

Les différentes causes de la croissance urbaine et les différences entre l’urbanisation et la croissance urbaine

La croissance urbaine fait référence au taux d’augmentation de la population, de la superficie des terres ou de l’utilisation significative des terres. Également définie comme la croissance des zones métropolitaines ou des villes, elle a commencé entre 5 000 et 6 000 ans avant J.-C., notamment en raison du déplacement des populations des zones rurales vers les zones urbaines, c’est-à-dire les endroits où la population humaine, les activités économiques et les infrastructures sont importantes. Le XIXe siècle, en particulier, a été marqué par une véritable croissance urbaine.

Depuis 1800, la révolution urbaine s’est rapidement accélérée, atteignant de nouveaux sommets dans l’histoire du monde d’aujourd’hui. La croissance urbaine est également étroitement liée à l’urbanisation ou à l’urbanisme, un terme utilisé pour désigner une proportion croissante d’une population résidant dans des zones urbaines telles que les villes, les banlieues, les cités et les contributions.

La civilisation humaine modifie l’environnement terrestre depuis des millénaires, souvent à notre détriment. Les barrages, la déforestation et l’urbanisation peuvent modifier les cycles de l’eau et le régime des vents, déclenchant parfois des sécheresses ou créant même des déserts.

~ Jamais Cascio

La croissance urbaine est donc utilisée comme un indicateur de la situation économique et du développement d’un pays ou d’une région. La croissance des zones urbaines est souvent influencée par certains facteurs tels que les ressources excédentaires, le développement des infrastructures, la commercialisation, l’éducation et l’exploitation minière, entre autres.

Cet article vise à mieux comprendre les causes de la croissance urbaine et à faire la distinction entre la croissance urbaine et l’urbanisation, qui sont parfois utilisées de manière interchangeable.

Les différentes causes de la croissance urbaine

1. L’accroissement naturel de la population

Le taux de mortalité et de natalité caractérise l’expansion naturelle d’un territoire. Dans les régions où les naissances sont plus nombreuses que les décès, la population ne peut qu’augmenter. Les personnes qui migrent vers les villes sont généralement des jeunes à la recherche d’un logement, d’un emploi ou d’une meilleure éducation.

Les jeunes hommes et femmes ont un taux de fécondité élevé ; par conséquent, leur nombre augmente rapidement et ils finiront par chercher de nouveaux espaces au sein de la zone urbaine pour s’installer et subvenir à leurs besoins.

2. Les migrations

L’immigration contribue largement à l’augmentation de la population d’un lieu. De nombreuses personnes sont contraintes de se déplacer vers les zones urbaines à la recherche d’un emploi, d’une éducation et d’un logement. L’insuffisance des financements et des infrastructures sociales a également poussé les gens à s’installer dans les zones urbaines.

Dans d’autres cas, des conflits politiques, raciaux, économiques ou religieux ont forcé les gens à se déplacer vers les zones urbaines voisines.

3. L’industrialisation

La révolution industrielle a donné naissance à de nouvelles techniques de production. L’industrie manufacturière a ainsi créé davantage d’opportunités d’emploi en donnant aux gens la possibilité d’être employés dans de nouveaux secteurs.

Avec les machines agricoles modernes, l’emploi dans les zones rurales a diminué, obligeant les travailleurs à se déplacer à la recherche de nouveaux emplois dans les industries tertiaires et manufacturières.

En outre, pour obtenir des salaires plus élevés, les hommes et les femmes continuent d’abandonner les emplois dans les zones rurales pour s’installer dans les villes industrielles. De nombreuses personnes s’installent dans les centres urbains à la recherche d’emplois industriels bien rémunérés, car les centres urbains offrent d’innombrables possibilités.

4. La commercialisation

Si l’industrialisation a joué un rôle essentiel dans la croissance des zones urbaines, le commerce et les échanges ont profondément influencé la croissance des villes. Dans l’Antiquité, des villes comme Athènes, Sparte et Venise étaient de grands centres commerciaux.

Dans la vie moderne d’aujourd’hui, les activités commerciales dans les villes et les zones industrielles continuent d’attirer de plus en plus de personnes en tant que commerçants et travailleurs, contribuant ainsi à la croissance des villes et des zones urbaines.

Les hommes d’affaires préfèrent se rendre dans les villes pour vendre leurs marchandises et rechercher des profits plus élevés. La force d’attraction économique des centres urbains incite de plus en plus de personnes à s’y installer.

5. Progrès des transports et des communications

Lorsque les usines ont été créées, les transports locaux étaient peu développés, ce qui obligeait les ouvriers à résider près de leur lieu de travail. Les villes ont été divisées en zones d’habitation, zones de marché, zones d’usines, bidonvilles, etc.

L’augmentation de la population a entraîné une congestion des logements et a renforcé la communauté déjà existante par l’extension des frontières.

Aujourd’hui, les gens préfèrent vivre près de leur lieu de travail, non pas en raison de la mauvaise qualité des transports, mais pour réduire la distance à parcourir et éviter les embouteillages sur le chemin du travail. Le transport actif contribue à rendre les villes plus habitables en facilitant la communication et le transport, et en créant une accessibilité pratique.

6. Disponibilité d’installations éducatives et récréatives

La plupart des établissements de formation, des collèges, des écoles primaires et des établissements techniques se trouvent dans les zones urbaines. De même, la plupart des bibliothèques sont situées dans les villes. Les agences de recrutement, ainsi que les conseils d’examen, sont situés dans les villes.

A lire aussi :  Des chercheurs découvrent que les chances d'une condition de bol de poussière similaire à celle de la Grande Dépression des années 1930 sont maintenant plus que doublées

Il est clair que la plupart des étudiants et des apprenants adultes sont attirés par la ville pour accéder facilement à l’enseignement supérieur en raison de l’emplacement de ces établissements. Les théâtres d’opéra et d’attractions se trouvent également dans les zones urbaines, ce qui attire davantage de personnes dans les villes.

7. Politiques d’urbanisme

La planification urbaine oblige généralement les dirigeants des villes à trouver des moyens de rendre la ville durable, y compris des plans de développement et d’expansion appropriés. En tant que stratégie visant à transformer la vision en mise en œuvre, elle sert de guide pour tirer le meilleur parti d’une ville en améliorant les infrastructures, en renforçant sa croissance économique et en améliorant le niveau de vie de la ville ainsi que le bien-être de ses habitants.

L’amélioration du niveau de vie et des infrastructures dans la ville attire davantage de personnes à vivre dans la municipalité, augmentant ainsi sa population.

8. Les facteurs topographiques

La topographie d’une région peut avoir un impact considérable sur la croissance d’une ville. Une zone dotée d’une topographie appropriée est généralement facile à développer et à étendre. Les zones urbaines situées à l’intérieur ou autour d’une excellente zone topographique s’étendent et s’affinent facilement, attirant ainsi davantage de personnes dans ces zones.

9. Développement spatial déséquilibré

Dans de nombreux pays du monde, il existe des régions développées et des régions moins développées. De nombreuses personnes ont tendance à se déplacer vers les régions plus développées.

Parfois, les centres urbains (villes) sont plus développés que les zones rurales en raison des équipements disponibles et des opportunités offertes dans les zones urbaines. De ce fait, la population et la taille de l’aire métropolitaine augmenteront automatiquement au cours d’une période donnée.

10. Transformation et modernisation du mode de vie

La transformation et la modernisation jouent un rôle très important dans l’attraction des villes. Au fur et à mesure que la technologie s’améliore et que les infrastructures, la libération, la communication, le code vestimentaire, les installations médicales et les autres services sociaux offerts sont hautement sophistiqués, les gens ont tendance à croire qu’ils peuvent vivre une vie plus confortable dans les villes.

Dans les zones urbaines en expansion, les gens adoptent facilement des changements dans leur mode de vie, par exemple dans leur façon de s’habiller, leur attitude, leurs habitudes et leurs points de vue. Par conséquent, davantage de personnes sont attirées par les villes, qui continuent à se développer jour après jour.

11. Exploitation minière et investissements

Au fur et à mesure que les zones urbaines continuent à connaître le succès et la prospérité grâce à la découverte de minéraux, à l’exploitation des ressources, aux activités agricoles ou aux opérations commerciales, les zones urbaines continuent à se développer économiquement.

Les sociétés continuent d’être financièrement libérales en raison de la disponibilité d’emplois dans les zones urbaines. Par conséquent, davantage d’investisseurs sont attirés par ces villes, ce qui favorise leur croissance.

12. Présence de services administratifs et sociaux fonctionnels

La présence d’une administration dominante dans un centre urbain favorise sa croissance. De nombreuses villes abritent aujourd’hui des bureaux chargés de diverses fonctions administratives et de gouvernance, ce qui incite les gens à vivre dans ces zones pour avoir accès à une meilleure gouvernance et à des services sociaux tels que la sécurité, l’assainissement, le logement, l’éducation et les soins de santé.

Différences entre la croissance urbaine et l’urbanisation

La différence entre la croissance urbaine et l’urbanisation peut être catégorisée en fonction de trois grands aspects, à savoir

1. Population (immigration versus migration rurale-urbaine)

La croissance urbaine se caractérise par une augmentation de la population, tandis que l’urbanisation peut être définie comme la proportion croissante de la population d’un pays vivant dans une zone urbaine. L’urbanisation est exprimée sous la forme d’un ratio ou d’un pourcentage de la population totale, par le biais du processus de transformation des zones rurales en zones urbaines.

L’urbanisation implique donc principalement l’exode rural. À l’inverse, la croissance urbaine implique l’immigration de personnes. La croissance urbaine se produit lorsque l’augmentation du nombre de personnes n’est pas proportionnelle au nombre de citadins dans une région.

2. Superficie des terres (superficie étendue des terres par rapport à la superficie intensive des terres)

En termes d’urbanisation, la superficie couverte est souvent étendue, en raison d’un développement économique à grande échelle. En d’autres termes, l’urbanisation est liée au développement économique en ce sens qu’il ne peut y avoir d’urbanisation s’il n’y a pas de développement économique généralisé couvrant une vaste zone géographique, ce qui est souvent le cas en raison d’un revenu par habitant élevé.

La croissance urbaine, en revanche, peut avoir lieu sans croissance économique étendue et n’est pas strictement influencée par une couverture étendue du territoire.

3. Infrastructures et changements économiques/commerciaux

La croissance urbaine se produit principalement lorsqu’il y a un développement des infrastructures en termes de fabrication, d’invention, de logement et de nouveaux systèmes de transport ou d’itinéraires qui encouragent l’immigration de personnes dans de nouveaux espaces urbains.

L’urbanisation, quant à elle, est principalement influencée par l’augmentation des activités commerciales ou économiques dans une zone. En d’autres termes, le centre économique d’une zone définit l’urbanisation. Plus il y a d’activités économiques, d’investissements en capital et de commerce dans une zone, plus celle-ci est urbanisée.

A lire aussi :  La demande mondiale de pétrole atteint son plus bas niveau depuis 18 ans.

Effets de la croissance urbaine

1. Augmentation de la pollution atmosphérique

L’étalement urbain augmente la circulation des voitures, des bus et des camions en créant des trajets plus longs et plus fréquents, ce qui entraîne une augmentation importante de la pollution de l’air et du smog au niveau du sol. Les véhicules utilisant des combustibles fossiles sont la première cause de pollution atmosphérique dans de nombreuses zones urbaines, ce qui a de graves répercussions sur la santé de la population, de la faune et des écosystèmes.

L’augmentation du temps passé en voiture et des embouteillages sur une plus grande surface contribue à l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre et de particules, ce qui entraîne une dégradation continue de la qualité de l’air dans les zones urbaines.

2. Augmentation de la pollution de l’eau

L’étalement urbain est à l’origine de la pollution de l’eau, car l’eau de pluie absorbe l’essence, les produits chimiques utilisés pour les pelouses, les métaux lourds, les déversements de peinture, l’huile de moteur, les déchets des animaux domestiques, l’érosion des chantiers de construction et d’autres polluants dans les eaux de ruissellement provenant des pelouses, des allées, des routes et des parkings, qui peuvent finalement se déplacer en grandes quantités concentrées, polluant les sources d’eau proches, telles qu’un ruisseau, une rivière ou un lac.

3. Une forte consommation d’eau

L’étalement urbain peut créer des problèmes de distribution de l’eau et entraîner une surconsommation d’eau, car l’arrosage des pelouses et d’autres activités liées à l’aménagement paysager consomment davantage d’eau, ce qui peut mettre à rude épreuve et épuiser les systèmes locaux d’approvisionnement en eau. Selon l’EPA, « une famille américaine de quatre personnes peut utiliser 400 gallons d’eau par jour, dont environ 30 % sont consacrés à des usages extérieurs. Plus de la moitié de cette eau extérieure est utilisée pour arroser les pelouses et les jardins.

Au niveau national, on estime que l’irrigation des espaces verts représente près d’un tiers de l’ensemble de l’utilisation résidentielle de l’eau, soit plus de 7 milliards de gallons par jour. Les autres utilisations extérieures résidentielles comprennent le lavage des voitures, l’entretien des piscines et le nettoyage des trottoirs et des allées ».

4. Dégradation de la santé

Les communautés étant dépendantes de l’automobile, nous devons nous rendre en voiture à l’école, dans les magasins, dans les parcs, pour nous divertir, pour aller jouer, etc. Les gens deviennent donc plus sédentaires, ce qui rend plus difficile la pratique d’une activité physique et le maintien d’un poids sain. Les habitants des comtés étalés sont susceptibles de marcher moins pendant leurs loisirs et de peser plus lourd que les habitants des comtés compacts.

Un mode de vie sédentaire augmente le risque de mortalité globale, de maladies cardiovasculaires et de certains types de cancer. L’effet d’une mauvaise condition physique est comparable à celui de l’hypertension, de l’hypercholestérolémie et du diabète.

5. Perte d’espaces ouverts et d’habitats de la faune et de la flore

L’étalement urbain menace les terres agricoles productives, transforme les parcs et les espaces ouverts en autoroutes et en centres commerciaux, et détruit chaque année plus d’un million d’acres de parcs, de fermes et d’espaces ouverts. La proximité et l’accessibilité accrues des activités urbaines aux zones naturelles imposent un stress aux écosystèmes et aux espèces en raison du bruit et de la pollution de l’air. Les habitats naturels des espèces sauvages disparaissent sous le béton, ce qui menace d’importants écosystèmes dans le monde entier.

Selon le National Geographic, « l’étalement urbain emporte des terres agricoles au rythme de 10,5 millions d’hectares par an. Ajoutez à cela les forêts et les autres terres non développées et, pour une perte annuelle nette d’espace ouvert, vous dites adieu à plus de deux millions d’acres (10,8 millions d’hectares) ».

6. Augmentation des embouteillages

À mesure que les zones urbaines s’étendent, la durée des trajets s’allonge, les habitants sont contraints de se déplacer en voiture pour se rendre à l’école, au travail, dans les magasins, dans les parcs, pour se divertir, pour aller jouer, etc.

7. Augmentation des risques et des dommages liés aux inondations

Les aménagements tentaculaires drainent et détruisent les zones humides qui absorbent les eaux de crue et peuvent être construits dans les plaines inondables, ce qui accroît la vulnérabilité aux inondations. Selon le Sierra Club, « au cours des huit dernières années, les inondations aux États-Unis ont tué plus de 850 personnes et causé plus de 89 milliards de dollars de dégâts matériels. La plupart de ces inondations se sont produites dans des endroits où des lois de zonage peu rigoureuses ont permis aux promoteurs d’assécher les zones humides et de construire dans les plaines inondables ».

Bouton retour en haut de la page