Vie naturelle

Comment choisir une cheminée écologique?

Les cheminées sont souvent le point central des réunions de famille, des intermèdes romantiques et des moments de détente qui réchauffent les orteils. Pourtant, le modèle typique en maçonnerie n’est pas la source de chauffage la plus efficace ou la plus respectueuse de l’environnement, selon les agences fédérales qui réglementent l’énergie et protègent l’environnement.

Pour vous aider à choisir les options de cheminée les plus respectueuses de l’environnement, nous avons consulté des organismes de réglementation des cheminées et des représentants de l’industrie. Les produits dont ils ont parlé sont soit intégrés dans l’âtre existant, soit autonomes. Ils tendent à produire moins de pollution que les cheminées standard.

Selon John Crouch, directeur des affaires publiques de la Hearth, Patio & Barbecue Association (HPBA), une organisation commerciale internationale, les consommateurs doivent d’abord décider s’ils souhaitent une cheminée principalement pour se chauffer tout au long de l’hiver ou à des fins décoratives, avec quelques feux par an.

« La cheminée traditionnelle à bois n’est pas un appareil de chauffage comme elle l’était au XIXe siècle », précise-t-il. Il y a des centaines d’années, une température de 50 degrés était considérée comme suffisamment chaude pour chauffer une pièce, ajoute M. Crouch.

Dans les régions où les hivers sont plus doux, une cheminée décorative ou un « appareil d’âtre » reproduit l’aspect et la sensation d’un feu avec des bûches de gaz, des bûches de cheminée ou de l’éthanol. Bien que relativement peu coûteuses, ces options n’ont pas tendance à fournir beaucoup de chaleur, dit-il.

Pour une chaleur plus intense, M. Crouch suggère aux consommateurs d’opter pour des inserts de cheminée ou des poêles qui utilisent du bois, du gaz ou des granulés fabriqués à partir de sciure de bois compressée. Ces systèmes sont généralement plus coûteux et nécessitent davantage d’entretien.

Voici quelques options si vous recherchez une cheminée ou un appareil écologique pour des raisons esthétiques plutôt que pour des raisons d’efficacité :

Cheminées au bioéthanol : Le biocarburant utilisé dans cet appareil, également appelé alcool éthylique, est dérivé de produits agricoles, principalement du maïs, explique M. Crouch. Les cheminées à l’éthanol (à droite) ont tendance à avoir un design contemporain élégant et à être utilisées en milieu urbain à la place du gaz naturel, explique-t-il. Mais elles ne sont pas destinées à chauffer sérieusement.

Elles sont simplement décoratives et leur principal avantage est qu’elles n’ont pas besoin d’être ventilées », explique Leslie Wheeler, porte-parole de la HPBA, « vous pouvez les installer n’importe où ». « Vous pouvez les installer n’importe où.

Bûches à gaz (gaz naturel ou LP, propane liquide) : Les bûches à gaz peuvent être installées dans une cheminée existante pour remplacer le bois, selon l’Agence américaine pour la protection de l’environnement, qui certifie les appareils de chauffage.

A lire aussi :  Architecture écologique : Matériaux utilisés et principes de l'architecture écologique

Bien que les bûches à gaz (à droite) brûlent des combustibles fossiles, qu’il s’agisse de gaz naturel ou de gaz de pétrole liquéfié, elles produisent peu d’émissions, comme l’indique l’EPA sur son site Web Burn Wise.

Le gaz de pétrole liquéfié coûte plus cher que le gaz naturel et contient plus de carbone, mais il brûle environ trois fois plus vite, selon le guide d’achat des bûches à gaz de Lowe’s. Le gaz de pétrole liquéfié provient d’un réservoir situé à l’extérieur de la maison, tandis que le gaz naturel est acheminé comme pour d’autres appareils, explique le magasin de bricolage.

Les bûches à gaz peuvent être ventilées ou non. Les bûches ventilées, qui fonctionnent avec un conduit de cheminée ou un registre ouvert, simulent une flamme de bois. Les bûches sans évent ne vous donneront pas l’effet d’un feu rugissant, mais elles fournissent un peu plus de chaleur et peuvent être dotées d’un thermostat pour maintenir la température de la pièce, indique Lowe’s.

Bûches de chauffage : Un choix populaire est la Duraflame (à droite), qui est fabriquée à partir de sources renouvelables telles que la sciure de bois et la cire, dit Crouch. La société indique en ligne que ses produits produisent moins d’émissions de carbone que le bois de chauffage ou les bûches à gaz.

Si vous recherchez une source de chauffage plus sérieuse, HPBA vous recommande de choisir parmi ces cheminées écologiques.

Poêles à granulés : Ressemblant à de la nourriture pour lapin, ces granulés mesurent entre 3/8 de pouce et 1 pouce, selon une fiche d’information du département de l’efficacité énergétique et de l’énergie renouvelable du ministère de l’énergie.

Les granulés sont fabriqués à partir de sciure de bois compressée, de copeaux de bois, d’écorces, de déchets agricoles et d’autres matières organiques, indique le ministère de l’énergie dans son article sur le sujet intitulé « Energy Savers ».

« Ils sont beaucoup plus pratiques à utiliser et ont des rendements de combustion et de chauffage beaucoup plus élevés que les poêles à bois ou les cheminées ordinaires. Par conséquent, les poêles à granulés (à droite) produisent très peu de pollution atmosphérique et sont considérés comme les appareils de chauffage résidentiel à combustible solide les plus propres.

Grâce à un système d’alimentation automatisé, une seule charge de granulés peut brûler pendant 24 heures, selon la HPBA.

Poêles à gaz : Comme les bûches à gaz, ces poêles sont conçus pour brûler du gaz naturel ou du gaz de pétrole liquéfié, explique Molly Hooven, porte-parole de l’EPA. Cependant, les poêles à gaz sont des unités autonomes, alors que les bûches à gaz sont destinées à être utilisées dans une cheminée existante.

A lire aussi :  25 raisons convaincantes pour lesquelles les bouteilles en plastique devraient être interdites immédiatement

Les poêles à gaz (à droite) « émettent très peu de pollution, nécessitent peu d’entretien et peuvent être installés presque partout dans la maison », explique M. Hooven. « Les poêles à gaz d’aujourd’hui peuvent être évacués par une cheminée existante ou directement par le mur derrière le poêle.

L’EPA ne soutient pas les modèles sans évacuation en raison des problèmes de qualité de l’air intérieur.

Les poêles à gaz font partie des options les plus propres et les moins chères, selon Mme Crouch. Bien qu’ils brûlent toujours des combustibles fossiles, ils produisent moins d’émissions que le bois ou d’autres solutions.

Certains des poêles à gaz les plus innovants intègrent la pierre et le verre taillé dans le design classique avec une ligne de feu linéaire, explique M. Wheeler.

Poêles à bois et inserts : La plupart du bois de chauffage pousse localement, est abondant, peu coûteux et « provient de la récolte d’arbres morts », selon le rapport sur la consommation de la HPBA. Contrairement aux combustibles fossiles, la combustion du bois ne libère pas de carbone net dans l’environnement, car les mêmes gaz sont libérés lorsque l’arbre se décompose, indique le rapport.

Grâce aux nouvelles technologies, les poêles à bois sont capables de chauffer une maison entière, à condition qu’elle soit bien construite et suffisamment isolée, indique le HPBA. L’inconvénient du chauffage au bois est qu’il faut vider les cendres plus souvent, explique M. Crouch, et qu’il faut fendre, stocker, sécher et assaisonner le bois pour qu’il réponde aux normes fédérales.

Des réglementations gouvernementales plus strictes contribuent à améliorer la qualité de l’air et favorisent l’utilisation d’appareils de chauffage plus propres, explique M. Wheeler. Les modèles les plus récents permettent une combustion plus complète, envoyant moins de fumée dans la cheminée et dans l’atmosphère, dit-elle. »

Cheminées autrichiennes en céramique à accumulation de chaleur

Ces cheminées conçues sur mesure ne sont pas seulement belles, elles peuvent être conçues pour s’adapter à n’importe quelle pièce. Elles ont un très haut niveau d’efficacité de chauffage, ce qui se traduit par une consommation de bois économique, et ne laissent que très peu de cendres à nettoyer. En fait, le nettoyage n’est nécessaire qu’une fois par saison !

Bouton retour en haut de la page