Vie écologique

Comment les humains sauvent l’environnement en 2023

Les rapports sur les phénomènes météorologiques extrêmes et la hausse des températures vous donnent-ils le cafard ? Le Forum économique mondial a indiqué au début de l’année que le changement climatique figurait en tête de sa liste des risques mondiaux pour cette année. Il est donc naturel de s’inquiéter de l’état du climat mondial.

Mais ces rapports alarmants s’accompagnent d’inventions, de découvertes et de mouvements remarquables. Les humains, dans tous les domaines, relèvent le défi de faire leur part dans la lutte contre le changement climatique.

Voici quelques façons originales pour les particuliers et les entreprises d’agir en tant que citoyens soucieux de l’environnement.

1. Des techniques agricoles meilleures et plus écologiques

Les agriculteurs soucieux de la préservation de l’environnement se sont largement tournés vers l’agriculture sans labour, qu’ils considèrent comme un mode d’exploitation durable et écologique. Traditionnellement, les agriculteurs ont recours au labourage avec des tracteurs pour préparer le sol en vue de la saison des semis. Mais le labourage peut nuire à la fois au sol et à l’environnement en exposant le sol à l’érosion. Des entreprises comme Exapta ont créé des équipements qui permettent à l’agriculteur de perforer le sol et de planter des graines.

Le fait de laisser le sol intact au lieu de le labourer augmente la rétention d’eau dans le sol. Il en résulte une diminution de la quantité d’eau nécessaire pour arroser une culture. De plus, en réduisant l’utilisation des tracteurs, on réduit la consommation de combustibles fossiles pendant la saison de plantation.

La plantation d’un jardin et l’agriculture sont souvent présentées comme un moyen populaire d’être respectueux de l’environnement que tout le monde peut adopter. Après tout, avec un jardin, vous disposez de légumes et d’une production alimentaire qui n’ont pas besoin de parcourir des milliers de kilomètres pour arriver sur votre table de cuisine. Mais la façon dont vous vous y prenez a son importance, comme le prouvent des agriculteurs entreprenants et soucieux de l’environnement.

2. Le végétarisme pour sauver des vies, des dollars et réduire les émissions de CO2

Surprise ! #MeatlessMondays a plus de substance que son utilisation comme hashtag Instagram à la mode.

BBC.com rapporte qu’une famille de 4 personnes consomme et émet plus de gaz à effet de serre par la viande qu’elle mange que par la conduite de 2 voitures.

Nous sommes probablement tous familiers avec l’idée qu’une trop grande quantité de viande rouge dans son alimentation pourrait entraîner divers troubles cardiovasculaires. Et des années de recherche proposent que l’adoption d’un régime végétarien pourrait nous préserver de telles maladies.

Mais ce qui surprend beaucoup de gens, c’est que l’élevage du bétail pour notre consommation de viande contribue à 14 % des émissions de CO2. Les experts suggèrent qu’un régime végétalien pourrait réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre d’environ 70 %.

Le fait que le monde entier décide d’un seul coup de devenir végétarien pose des problèmes d’approvisionnement alimentaire. Mais comme seulement 3,2 % des adultes américains s’identifient comme végétariens, il y a de la place pour beaucoup plus d’individus pour s’éloigner de l’allée de la viande.

Un changement de régime alimentaire en faveur d’une consommation accrue de légumes ne sera pas seulement bénéfique pour l’environnement, mais aura également des effets bénéfiques directs sur la santé des individus. Les régimes végétariens sont riches en fibres et pauvres en graisses saturées. Ils ont donc été associés à la prévention du cancer. Des études menées sur des Japonaises suivant un régime à base de viande ont montré que ces personnes étaient plus susceptibles de développer un cancer du sein que celles qui suivaient le régime japonais traditionnel, qui est à base de plantes.

3. Le mouvement des « tiny houses » n’est pas réservé aux personnes de petite taille

Vous avez entendu parler du mouvement des « tiny houses » ? Ce mouvement compte des milliers d’adeptes aux États-Unis et plus encore dans le monde. Vous pensiez qu’il s’agissait simplement d’une expression avancée du minimalisme ? Détrompez-vous.

A lire aussi :  41 moyens exceptionnels de préserver les ressources naturelles

Une étude menée par le département de la qualité des terres de l’Oregon montre que 86 % de l’impact environnemental d’une maison provient de l’énergie utilisée. Plus la maison est petite, moins il faut d’énergie pour la chauffer, la refroidir, l’éclairer et la faire fonctionner.

En outre, la construction d’une maison minuscule nécessite moins de matériaux. En général, les maisons minuscules sont classées comme des structures de 100 à 400 pieds carrés. Un bâtiment de cette taille signifie que moins de bois est coupé pour la création de la maison. Moins de bois utilisé signifie également moins de bois à transporter jusqu’au site de construction.

Un espace plus petit signifie une limite au nombre de gadgets et d’appareils qui peuvent entrer dans votre petite maison. Cela signifie moins d’énergie utilisée pour les gadgets qui nécessitent des combustibles fossiles pour fonctionner. Sans rapport avec l’environnement mais directement bénéfique pour les individus, le fait de passer plus de temps à l’extérieur. Ce qui signifie probablement une augmentation de l’activité physique. Les avantages d’une activité physique accrue comprennent une diminution du risque de diabète de type 2, de maladies cardiaques et de divers cancers.

4. L’activisme citoyen est l’espoir de l’avenir

Déménager dans un espace de vie plus petit n’est pas votre tasse de thé ou n’est pas possible dans votre situation actuelle ? Vous pouvez tout de même adopter cet état d’esprit tout en restant au même endroit.

Cherchez des moyens de réduire votre utilisation des appareils électriques. Éteignez votre système de chauffage et de climatisation pendant les jours où le temps est modéré. Investissez dans des panneaux solaires si vous voulez aller plus loin. L’avantage de cette solution est le crédit d’impôt de 30 % dont vous bénéficiez pour leur installation. Une fois que vous les avez installés, vous obtenez de l’électricité gratuitement et vous pouvez même en revendre une partie aux compagnies d’électricité pour les mois où vous en avez gagné davantage.

Il faut souvent un changement d’attitude avant que les individus, les communautés et les entreprises ne fassent le pas pour mettre en œuvre des solutions plus écologiques dans leurs activités quotidiennes. L’étincelle qui déclenche ce changement est due à la sensibilisation. Les ONG et les organisations qui portent les questions environnementales à l’attention du public jouent un rôle essentiel dans la création de ce changement dans la conscience publique.

5. L’augmentation de l’énergie propre peut sauver la Terre

La menace la plus grave à laquelle notre planète est confrontée aujourd’hui est le changement climatique. Les émissions de carbone doivent être réduites aux niveaux convenus dans l’accord de Paris sur le climat pour éviter des dommages catastrophiques. Comme la demande mondiale d’énergie devrait augmenter de 56 % au cours des deux prochaines décennies, il sera impossible d’atteindre ces objectifs d’émissions si nous nous en tenons principalement aux combustibles fossiles traditionnels. Nous pouvons remédier à cette situation en essayant de faire passer 85 % de l’approvisionnement énergétique mondial à des sources de combustibles non fossiles et en investissant dans des stratégies telles que la reforestation qui permet de capturer le dioxyde de carbone.

Ceux qui profitent le plus des combustibles fossiles ne sont généralement pas ceux qui souffrent le plus de leur utilisation. Les centrales électriques et leurs fumées toxiques, par exemple, se trouvent de manière disproportionnée dans les quartiers pauvres et non blancs.

Selon une analyse, l’écart entre le PIB par habitant des pays les plus pauvres et celui des pays les plus riches est déjà de 25 % supérieur à ce qu’il serait en l’absence de changement climatique, en grande partie parce que l’augmentation de la température dans les pays tropicaux réduit la productivité agricole. Des tempêtes, des sécheresses et des inondations plus importantes touchent déjà les plus pauvres du monde.

A lire aussi :  Plus de 30 façons merveilleuses de garder l'environnement propre

Dans le scénario actuel, nous devons utiliser des terres déjà dégradées pour le développement énergétique. Nous agissons dès maintenant, en défendant des réglementations qui permettent de réaffecter d’anciens terrains miniers à l’énergie solaire et éolienne. Des dizaines de milliers d’hectares de sites miniers dégradés dans le Grand Bassin du Nevada sont désormais disponibles pour le développement des énergies renouvelables. En ciblant les terres déjà perturbées, les nouvelles turbines et les panneaux solaires n’auront pas besoin de détruire davantage d’habitats naturels.

Les bâtiments écologiques d’aujourd’hui intègrent des énergies propres, et même les petites maisons installent des panneaux solaires. C’est pourquoi se tourner vers l’énergie solaire, éolienne ou géothermique est la meilleure solution, car elle est respectueuse de l’environnement et ne laisse aucune séquelle.

L’accord de Paris de 2015 prévoyait un mécanisme permettant aux pays riches d’aider les pays pauvres, pour commencer à redresser la situation. Jusqu’à présent, le financement est insuffisant, mais on peut s’attendre à ce qu’il augmente, notamment lorsque le gouvernement américain acceptera le consensus scientifique mondial et rejoindra l’accord.

6. Les trois « R » – Réduire, Réutiliser et Recycler – et éviter le plastique est crucial.

Suivre ces trois « R » pour préserver les ressources naturelles et l’espace des décharges peut faire une grande différence. Nous devons toujours garder à l’esprit de réduire ce que nous jetons et d’utiliser les ressources naturelles à bon escient, afin d’éviter le gaspillage et surtout dans le but de sauver notre environnement et notre Terre.

Le plastique pollue l’environnement sous toutes ses formes. Le plastique provoque des déchets, ce qui entraîne un déséquilibre de la faune et de la flore ainsi que de la vie aquatique. Par conséquent, que vous fassiez des achats de nourriture, de vêtements ou de livres, utilisez un sac réutilisable, de préférence en tissu.

7. Nous sommes dans la sixième extinction de masse ; nous pouvons encore changer de cap

Nous sommes dans la sixième extinction de masse, une extinction « massive » que les paléontologues définissent comme une période au cours de laquelle au moins trois quarts de toutes les espèces disparaissent. De nouvelles recherches suggèrent qu’il est possible de sauver la plupart des espèces et de ramener la faune à un niveau d’abondance plus élevé en combinant davantage de parcs et de zones protégées, la restauration de certains écosystèmes et la réduction des terres agricoles.

L’agriculture utilise actuellement un tiers des terres de la planète. Certains naturalistes ont appelé à une approche « demi-Terre », dans laquelle la moitié de la planète est préservée en tant que nature sauvage où l’activité humaine est soigneusement limitée. Les grands parcs sont merveilleux, et nécessaires pour certaines espèces, mais l’effort risque de déplacer beaucoup de gens.

Selon les chercheurs, si nous réduisions de moitié la consommation de viande et le gaspillage alimentaire, si nous augmentions le rendement des cultures et si nous faisions un commerce plus efficace de la nourriture, nous pourrions produire toute la nourriture dont nous avons besoin sur moins de terres. Cela permettrait de libérer de l’espace pour d’autres espèces.

Si vous êtes prêt à faire partie de la solution, renseignez-vous sur les problèmes. Mais ne vous arrêtez pas là. Soutenez ces organisations par des dons en argent ou en faisant campagne en leur nom. La politique gouvernementale en matière de changement climatique est essentielle pour prévenir de nouveaux risques pour notre monde. Et l’activisme des citoyens est un élément essentiel pour que ce changement de politique ait lieu.

Bouton retour en haut de la page