Glaciers

La fonte des glaces de l’Everest révèle un spectacle macabre : des dizaines de cadavres

La fonte des glaciers révèle des dizaines de cadavres sur la plus haute montagne du monde, selon des reportages.

Le voyage périlleux vers le sommet du mont Everest est semé d’embûches – chutes de glace, terrain accidenté, températures mordantes et hauteurs incroyables qui causent le mal de l’altitude. Alors que près de 5 000 personnes ont réussi à gravir la montagne, on pense que 300 autres sont mortes en cours de route.

Certains de ces corps se sont retrouvés recouverts de glace et sont restés ainsi cachés pendant de nombreuses années. Mais maintenant, le changement climatique accélère la fonte des glaces autour d’eux, exposant plusieurs membres et corps, a rapporté la BBC le 21 mars.

En effet, l’année dernière, un groupe de chercheurs a découvert que la glace sur l’Everest était plus chaude que la moyenne, et une étude menée il y a quatre ans a révélé que les étangs de la montagne se dilataient avec la fonte de l’eau glacée, selon la BBC. Mais ce n’est pas seulement la fonte des glaciers qui expose ces corps, c’est aussi le mouvement du glacier Khumbu au Népal.

La plupart des cadavres se retrouvent à la cascade de glace de Khumbu, l’un des endroits les plus dangereux de la montagne. Là, des blocs de glace peuvent s’effondrer de manière inattendue et les glaciers peuvent glisser plusieurs pieds de descente par jour, a rapporté le Washington Post en 2015. En 2014, 16 alpinistes ont été tués d’un coup dans cette zone, écrasés sous la chute de glace.

A lire aussi :  Les glaciers des Alpes européennes pourraient disparaître d'ici 2100.

Retirer les corps de la montagne est une tâche délicate, dangereuse et extrêmement coûteuse, truffée de contraintes légales. La loi népalaise, par exemple, exige que les agences gouvernementales soient impliquées lorsqu’elles traitent avec elles, selon la BBC.

De plus, « la plupart des alpinistes aiment être laissés dans les montagnes s’ils meurent », a déclaré Alan Arnette, un alpiniste à la BBC.

Bouton retour en haut de la page