Pollution et Solutions

Sources et effets de 10 polluants atmosphériques courants

La pollution atmosphérique est un problème croissant dans le monde entier, les individus comme les nations rejetant chaque jour d’énormes volumes de polluants nocifs dans l’atmosphère. Ces polluants sont non seulement dangereux pour la santé et le bien-être des plantes, des animaux et des personnes, mais ils contribuent aussi largement aux récents changements climatiques observés dans le monde.

Réduire le volume de polluants produits est une étape cruciale dans la gestion de nos effets négatifs sur le climat. Comment y parvenir ? L’une des premières étapes, et la plus importante, consiste à identifier certains des polluants les plus courants et les plus répandus, à comprendre d’où ils viennent et à reconnaître leurs effets. Ces connaissances vous permettront d’identifier les principaux moyens de réduire la pollution atmosphérique et de contribuer à une diminution globale du volume de polluants présents dans l’air.

Sources et effets de 10 polluants atmosphériques courants

Dans cette optique, voici quelques-uns des polluants les plus importants à connaître.

1. Le monoxyde de carbone (CO)

Le monoxyde de carbone est un polluant hautement toxique et dangereux, tristement célèbre pour son absence de couleur et d’odeur identifiables. À un moment donné, ce gaz était extrêmement répandu dans les maisons pour le chauffage domestique avant d’être jugé inadapté, et il a depuis été remplacé par des solutions beaucoup plus sûres comme le gaz naturel et l’électricité. Cependant, ce gaz est loin d’avoir disparu de l’usage humain.

Sources : Le plus souvent, le monoxyde de carbone est produit par des moteurs à combustion fonctionnant sans convertisseur catalytique moderne. D’autres sources courantes de monoxyde de carbone sont les vieux appareils à gaz et à combustible, les incinérateurs et même les cigarettes.

Effets : Le monoxyde de carbone peut avoir un effet profond sur l’environnement car il est extrêmement toxique et peut contribuer à des conditions très dangereuses d’air et d’ozone au niveau du sol.

2. Le plomb (Pb)

Le plomb est connu depuis longtemps comme une substance dangereuse. Autrefois courant dans presque tous les carburants pour l’essence et l’aviation, des efforts considérables ont été déployés pour réduire la quantité de plomb présente dans ces substances. Depuis l’introduction de l’essence sans plomb, le volume de plomb dans l’atmosphère a énormément diminué.

Sources : Bien que des efforts aient été faits pour éliminer le plomb du carburant, il continue d’être présent dans certains carburants pour avions. De même, le déversement de plomb par les usines de traitement des métaux et le rejet de plomb par les processus de déchets tels que l’incinération et la production d’acide de batterie signifient qu’il y a encore suffisamment de plomb dans l’air pour le reconnaître comme une pollution dangereuse.

Effets : Le plomb peut non seulement empoisonner les humains, mais il a également un effet profond sur les écosystèmes naturels. Contaminant l’air, le sol et l’eau, le plomb peut causer des dommages à la flore comme à la faune.

3. Ozone (O3)

L’ozone n’est pas mauvais en soi. Après tout, la couche d’ozone est l’une des principales protections de l’humanité contre les rayonnements solaires nocifs. Cependant, l’ozone au niveau du sol est devenu un problème majeur ces dernières années.

Sources : L’ozone troposphérique est formé par des réactions chimiques entre plusieurs oxydes différents présents dans l’air, qui, lorsqu’ils sont exposés à la lumière du soleil, peuvent former de nouveaux composés et laisser de l’ozone comme sous-produit. La majorité des émissions qui composent l’ozone proviennent des suspects habituels, tels que les gaz d’échappement des voitures, les procédés industriels, les services publics d’électricité et les centrales électriques, et même certains solvants chimiques.

Effets : L’ozone est une substance dangereuse pour la plupart des organismes vivants et, à ce titre, une augmentation de l’ozone au niveau du sol a un effet notable sur la santé humaine ainsi que sur la santé globale de multiples écosystèmes sur terre et dans les mers.

4. Dioxyde d’azote (NO2)

Le dioxyde d’azote est l’un des oxydes qui peuvent réagir pour produire de l’ozone, mais c’est loin d’être son seul effet négatif. Le dioxyde d’azote est l’un des gaz auxquels on pense le plus souvent lorsqu’on parle de pollution atmosphérique : épais, brun et étouffant, c’est l’un des polluants les plus visiblement nocifs.

Sources : Le dioxyde d’azote, comme de nombreux autres polluants, est le plus souvent rejeté dans l’atmosphère par la combustion de combustibles fossiles dans les moteurs de voitures, d’avions, d’usines et de centrales électriques.

Effets : En plus d’être un gaz étouffant et obstruant dans l’air, le dioxyde d’azote a aussi la propension à réagir avec d’autres agents pour former de l’acide nitrique et des nitrates organiques, contribuant ainsi à la formation de pluies acides.

Il va sans dire que l’oxyde d’azote a un effet considérable sur les humains, augmentant la probabilité de problèmes respiratoires, de cancers et d’autres problèmes pulmonaires. Les pluies acides produites par le dioxyde d’azote sont extrêmement nocives pour les plantes et les animaux du monde entier et peuvent entraîner d’autres problèmes dans les systèmes d’eau.

5. Dioxyde de soufre (SO2)

Le dioxyde de soufre est une substance plus étroitement associée à l’ère de la vapeur et aux locomotives, car le principal responsable de sa production est la combustion du charbon. Cependant, cette époque n’est pas si lointaine que vous le pensiez.

Sources : Aujourd’hui encore, les locomotives, les navires, les avions et d’autres équipements produisent d’énormes volumes de dioxyde de soufre. Les processus industriels, notamment l’extraction et la purification du minerai, sont également producteurs de ce gaz.

A lire aussi :  Types, effets et solutions à l'exploitation minière à ciel ouvert

Effets : Le dioxyde de soufre, comme le dioxyde d’azote, est un composé qui se mélange souvent à d’autres polluants dans l’air pour former des acides nocifs, mais il est également nocif en soi. Les effets courants de l’empoisonnement au dioxyde de soufre sont des problèmes respiratoires, des problèmes oculaires et même des problèmes cardiaques et circulatoires. Il est important de noter que l’acide sulfurique, créé par le mélange de soufre et d’eau, est un acide puissant qui détruit non seulement les biens humains, mais aussi les arbres, les sols et les systèmes d’eau.

6. Particules (PM)

Les matières particulaires sont beaucoup plus visibles et tangibles que les composants énumérés ci-dessus, mais elles n’en sont pas moins dangereuses ou nocives. Ces matières sont généralement constituées de suie, de saletés et de sous-produits chimiques issus de la combustion ou du mélange chimique.

Sources : Les particules sont produites par presque tous les processus impliquant des produits chimiques et des combustibles, ainsi que par des processus plus inoffensifs comme l’agriculture et la construction de routes. Tout processus qui produit un sous-produit physique donne généralement lieu à des particules.

Effets : Les particules vont de l’ennuyeux à l’extrêmement dangereux, gênant souvent la visibilité sur les routes et provoquant des problèmes respiratoires. Les particules sont associées à une série d’affections cardiaques, pulmonaires et oculaires chez les humains et sont également liées à une probabilité accrue de développer des cancers plus tard dans la vie.

7. Le dioxyde de carbone

Ce gaz à effet de serre est un sous-produit naturel de la respiration. Il est également associé à la combustion de combustibles fossiles.

Sources : Le dioxyde de carbone est ajouté à l’atmosphère de façon naturelle lorsque les organismes respirent ou se décomposent (pourriture), que les roches carbonatées sont altérées, que des feux de forêt se produisent et que des volcans entrent en éruption. Le dioxyde de carbone est également ajouté à l’atmosphère par les activités humaines, comme la combustion de combustibles fossiles et de forêts et la production de ciment.

Effets : Le dioxyde de carbone et son rôle dans l’effet de serre contribuent à la pollution atmosphérique, qui est à l’origine du changement climatique. Les scientifiques de la NOAA pensent que la pollution au dioxyde de carbone est le principal coupable. Lorsque les émissions de CO2 libérées par les centrales énergétiques brûlant des combustibles fossiles se combinent à l’humidité de l’air, il en résulte des précipitations à forte teneur en acide. Les émissions de dioxyde de carbone ont un impact sur la santé humaine en déplaçant l’oxygène dans l’atmosphère. La respiration devient plus difficile lorsque les niveaux de dioxyde de carbone augmentent.

8. Méthane

Vient du gaz émis par le bétail et les marais.

Sources : Depuis la révolution industrielle, les sources humaines d’émissions de méthane n’ont cessé de croître. L’augmentation actuelle des niveaux de méthane est due à la production de combustibles fossiles et à l’élevage intensif. Ensemble, ces deux sources sont responsables de 60 % de toutes les émissions humaines de méthane. Les autres sources comprennent les décharges et les déchets (16 %), la combustion de la biomasse (11 %), l’agriculture du riz (9 %) ainsi que les biocarburants (4 %).

Effets : Le méthane, lorsqu’il est libéré dans l’atmosphère avant d’être brûlé, est nocif pour l’environnement. Il est capable de retenir la chaleur dans l’atmosphère et contribue donc au changement climatique. Des concentrations élevées de méthane dans l’air peuvent réduire la quantité d’oxygène respiré. Il est très dangereux pour le corps humain et peut entraîner une suffocation, des changements d’humeur, des troubles de l’élocution, des problèmes de vision, des pertes de mémoire, des nausées, des vomissements, des rougeurs au visage et des maux de tête.

9. Chlorofluorocarbones

Autrefois utilisés comme agents propulseurs dans les aérosols et dans les réfrigérants, les CFC ont été interdits en raison de leurs effets dangereux sur la couche d’ozone.

Sources : Les chlorofluorocarbones, également connus sous le nom de CFC, sont des composés chimiques constitués de chlore, de fluor et de carbone. Les CFC n’ont pas de sources naturelles importantes. Les CFC ont été utilisés comme réfrigérants dans les climatiseurs et les réfrigérateurs, comme halon dans les avions, dans les bombes aérosols, dans la fabrication de mousses, comme solvants industriels et comme agents de nettoyage dans la fabrication de produits électroniques.

Effets : Les CFC contribuent à la perte de la couche d’ozone protectrice, qui bloque les rayons ultraviolets du soleil. Cela expose davantage de personnes aux rayons UV, qui peuvent provoquer un cancer de la peau. Selon l’American Cancer Society, un Américain sur cinq développera un cancer de la peau au cours de sa vie.

10. Composés organiques volatils (COV)

Les COV sont émis dans l’air par des produits ou des processus. Par exemple, le benzène et le 1,3-butadiène sont des composés organiques volatils.

Sources : La principale source de benzène atmosphérique en Europe est constituée par les véhicules à essence, qui représentent environ 70 % des émissions. Dix pour cent supplémentaires proviennent de la distillation, du raffinage et de l’évaporation de l’essence des véhicules.

La principale source de 1,3-butadiène provient également du trafic routier, lors du processus de combustion des véhicules à essence et diesel. Contrairement au benzène, il n’est pas un composant du carburant mais est produit par la combustion d’oléfines. Une source supplémentaire provient de processus industriels tels que la fabrication de caoutchouc synthétique.

A lire aussi :  L'élimination des déchets dangereux et les entreprises qui y participent

Les COV peuvent également provenir de produits de soins personnels tels que les parfums et les laques pour cheveux, les agents de nettoyage, les liquides de nettoyage à sec, les peintures, les laques, les vernis, les fournitures de loisirs créatifs et les machines à copier et à imprimer.

Effets : Certains COV sont nocifs en eux-mêmes, y compris certains qui provoquent le cancer. Les COV jouent un rôle important dans la formation d’ozone et de particules fines dans l’atmosphère. Sous l’effet de la lumière solaire, les COV réagissent avec les oxydes d’azote émis principalement par les véhicules, les centrales électriques et les activités industrielles pour former de l’ozone, qui favorise à son tour la formation de particules fines.

Bien que de nombreux efforts aient été déployés pour réduire la prévalence des particules dans l’air, celles-ci représentent toujours un risque considérable pour la santé publique et l’intégrité de l’environnement. Les particules sont particulièrement nocives pour les animaux sauvages, les mammifères étant affectés de manière disproportionnée en raison de leur taille et de leur système respiratoire relativement sensible.

Que pouvez-vous faire pour contribuer à réduire la pollution de l’air ?

Que pouvez-vous donc faire pour contribuer à réduire la pollution atmosphérique ?

  • Sensibiliser le public. Que ce soit en rejoignant des organisations à but non lucratif, des groupes d’activistes, ou même simplement en publiant des articles sur le sujet en ligne, la sensibilisation des gens à la pollution atmosphérique et à ses causes est une étape importante pour réduire le problème dans le monde.
  • Essayez de minimiser les déplacements en voiture et en avion. Si la conduite est souvent inévitable, nombreux sont ceux qui pourraient facilement réduire leur consommation de carburant en utilisant les transports publics ou même le vélo. De même, l’utilisation d’un véhicule plus économe en carburant est un bon moyen de rendre les déplacements en voiture que vous entreprenez beaucoup moins nocifs. L’entretien et la sécurité d’une voiture améliorent considérablement son rendement énergétique et réduisent le volume des émissions qu’elle produit. Les avions sont parmi les pires responsables de la pollution de l’air, alors envisagez de rester à la campagne lorsque vous partez en vacances.
  • Conservez l’énergie dans la mesure du possible. La production d’électricité dégageant un nombre considérable de polluants atmosphériques, utiliser le moins d’énergie possible peut contribuer à minimiser la quantité produite en une journée. Si vous faites passer le message vous aussi, vous pouvez avoir un impact notable sur la production d’électricité. Le simple fait de remplacer les ampoules par des lampes à faible consommation d’énergie, d’éteindre les appareils lorsqu’ils ne sont pas utilisés et de réduire le temps passé devant la télévision ou l’ordinateur sont de bons points de départ.
  • Utilisez les 3 R. Qui n’a pas entendu parler des 3 mots : Réduire, Réutiliser et Recycler ? Réduire signifie simplement diminuer la consommation de produits comme les sacs en plastique qui peuvent nuire à l’environnement. Réutiliser signifie réutiliser la même chose à des fins différentes ; par exemple, réutiliser un vieux bocal pour stocker des céréales ou des légumineuses. Le recyclage consiste à recycler les vieux objets pour en faire des produits utiles.
  • Faites faire la mise au point du moteur de votre voiture. Une bonne mise au point du moteur de votre voiture vous permettra de vous assurer qu’elle ne consomme pas plus de carburant et qu’elle a un meilleur kilométrage.
  • Maintenez les pneus correctement gonflés. Les voitures consomment plus d’essence lorsque les pneus ne sont pas correctement gonflés. En maintenant la pression d’air à un niveau optimal, vous réduirez votre impact sur l’environnement.
  • Utilisez de l’électricité renouvelable lorsque c’est possible. L’installation de vos propres panneaux solaires, même pour de petites tâches, peut vous aider à conserver l’électricité qui serait autrement fournie par les centrales électriques.
  • Faites réaliser un audit énergétique de votre maison. Faites faire un audit énergétique et demandez à l’auditeur les changements que vous pouvez apporter pour que votre maison soit aussi économe en énergie que possible. Il peut vous donner des recommandations qui vous aideront et vous feront même économiser de l’argent à long terme.
  • Envisagez de vous mettre au vert. Il existe plusieurs façons de se mettre au vert sans dépenser un centime de plus. Par exemple : utiliser les transports en commun plutôt que la voiture, opter pour des hôtels respectueux de l’environnement lorsque vous partez en vacances, acheter des articles avec moins d’emballages, acheter des appareils à faible consommation d’énergie, utiliser la lumière du jour autant que possible, éviter d’acheter des bouteilles d’eau en plastique, et bien d’autres choses encore.
  • Planter des arbres et des plantes, car ils peuvent contribuer à augmenter la quantité d’air respirable disponible et à réduire les niveaux de certains polluants qui nuisent à l’environnement.

Bouton retour en haut de la page