Pollution et Solutions

Les feux de camp sont-ils mauvais pour l’environnement ? (Et devrions-nous arrêter de camper ?)

Nous aimons tous sortir, passer du temps avec nos familles et amis, autour de la chaleur d’un feu de camp. Ils sont merveilleux, un ingrédient pour dormir à l’extérieur, un apport de joie et une source de chaleur pendant les nuits froides. Cependant, les feux de camp peuvent être mauvais pour l’environnement, au point d’entraîner un réchauffement climatique. Ils entraînent une pollution de l’air, des incendies de forêt intenables et constituent globalement un grand risque pour l’environnement, les personnes et la faune. Cet article parlera davantage des incendies de forêt et des risques qu’ils posent.

camping-en-famille

Les feux de camp sont-ils mauvais pour l’environnement ?

Malgré leur utilité, les feux de camp sont mauvais pour l’environnement, et voici pourquoi :

1. Ils sont une source de pollution

La combustion du bois libère des quantités étonnamment importantes de composés tels que le monoxyde de carbone, le dioxyde de carbone, les oxydes d’azote, les particules de benzène et d’autres composés organiques volatils (COV) potentiellement toxiques.

Le dioxyde de carbone est un puissant gaz à effet de serre qui contribue au réchauffement climatique et au changement climatique. Les campeurs ont également tendance à brûler des déchets dans ces feux de camp, ce qui entraîne une plus grande pollution de l’air et les déchets à moitié brûlés contribuent à la pollution des sols.

2. Ils affectent ceux qui les apprécient

Les personnes assises près d’un feu de camp sont également affectées par le même feu de camp. La pollution de l’air pourrait être suffisamment intense pour provoquer des inflammations oculaires et respiratoires, déclenchant des crises d’asthme ou d’emphysème. En fait, certaines juridictions, y compris les parcs, les municipalités et les comtés, ont restreint et même carrément interdit les feux de camp, pour atténuer les problèmes de pollution de l’air.

Il est conseillé aux personnes souffrant de maladies telles que l’insuffisance cardiaque congestive, l’angine de poitrine, la maladie pulmonaire obstructive chronique, l’emphysème et l’asthme d’éviter la fumée de bois en général. De plus, les enfants ne doivent pas être exposés à la fumée de bois car leur système respiratoire, qui est encore en développement, pourrait être affecté.

3. Ils provoquent des incendies de forêt

Les campings sont l’une des principales raisons pour lesquelles il y a des incendies de forêt sporadiques et incontrôlés partout dans le monde. Les campeurs construisent des feux de camp et assez tôt, ils deviennent incontrôlables, ou s’ils sont mal éteints, ils finissent par provoquer des incendies de forêt. Les incendies de forêt sont désastreux et entraînent la perte de vies, d’animaux sauvages, de propriétés humaines, de forêts et d’écosystèmes uniques.

Il y a quelques années seulement, près de 9 millions d’acres ont été brûlés rien qu’aux États-Unis, et l’État américain de Californie a connu plus de 9 600 incendies l’année dernière avec plus de 4,1 millions d’acres au total brûlés, 31 décès et plus de 10 400 structures endommagées ou détruites.

4. Ils pourraient entraîner l’érosion des sols

Dans les zones où les campeurs allument régulièrement des feux, le bois mort est fortement ramassé, ce qui affecte les écosystèmes locaux et l’érosion des sols devient apparente. La végétation en parfaite santé est également coupée et utilisée comme bois de chauffage, même si elle brûle très mal

5. Ils entraînent la perte d’une végétation unique

Les campeurs finissent par couper une végétation parfaitement saine pour leur feu de camp. Malheureusement, ces végétations pourraient être uniques et leur destruction entraîne la perte totale de l’espèce. Les incendies et la chaleur des incendies affectent également les arbres qui surplombent le camping. Ces arbres pourraient également être uniques à la région et ces incendies pourraient les faire se dessécher.

6. Ils expulsent la faune

Certains feux de camp sont construits au plus profond des forêts, qui abritent certaines espèces sauvages. En envahissant ces territoires et en construisant des feux de camp, ces animaux doivent s’éloigner, se mettant en danger ainsi que les humains dans d’autres zones. Ces conflits humains-animaux ont entraîné la perte de biens, de vies et bien plus encore.

7. Ils diminuent l’expérience de la nature sauvage

Les bois partiellement brûlés, calcinés et les pierres noircies, restent longtemps visibles le long des sentiers. Ces sentiers diminuent l’expérience de nature sauvage recherchée par les prochains visiteurs qui pourraient vouloir s’aventurer dans des zones jusque-là inexplorées.

La pollution par les feux de camp est-elle un vrai problème ?

Comme déjà mentionné, les feux de camp sont une source de pollution de l’air. La combustion du bois pollue l’air en libérant de gros composés d’oxydes d’azote, de monoxyde de carbone, de dioxyde de carbone, de particules et d’autres composés organiques volatils (COV) potentiellement toxiques. Le dioxyde de carbone, en particulier, est le premier gaz à effet de serre, jouant un rôle central dans le changement climatique mondial.

A lire aussi :  Les 25 préoccupations environnementales les plus brutales que vous devez absolument connaître

Les COV, y compris le benzène, sont un grand groupe de composés chimiques et peuvent inhiber la capacité de respirer. L’inhalation de ces produits chimiques présente de graves risques pour la santé, en particulier pendant une longue durée, et est particulièrement grave pour les personnes souffrant de maladies préexistantes telles que l’asthme.

La pollution par les feux de camp est un vrai problème car elle affecte à la fois les humains et l’environnement. Chez les humains, ces produits chimiques peuvent entraîner une irritation des yeux, du nez et de la gorge, des étourdissements, des maux de tête, des nausées et une aggravation des symptômes de l’asthme. Pour l’environnement, la qualité de l’air est affectée.

Des particules de cendres, des gouttelettes de liquide et du carburant partiellement consommé sont libérés, et en même temps, les gaz invisibles susmentionnés sont libérés. Ils affectent la qualité de l’air dans une région. Une telle pollution, en particulier en ce qui concerne la fumée, peut être si grave qu’elle affecte la visibilité, entraînant des blessures.

Les feux de joie contribuent-ils au réchauffement climatique ?

Bien qu’à un rythme minime, les feux de joie peuvent contribuer au réchauffement climatique.

Le facteur le plus évident qui fait que les feux de joie et les feux de camp contribuent au réchauffement climatique est qu’ils produisent et libèrent de grandes quantités de gaz nocifs, y compris le dioxyde de carbone. Le dioxyde de carbone est un gaz à effet de serre, ce qui signifie qu’il absorbe et dégage de la chaleur.

Une fois que le dioxyde de carbone, ainsi que d’autres polluants atmosphériques et gaz à effet de serre, s’accumulent dans l’atmosphère, ils absorbent la lumière du soleil et le rayonnement solaire qui ont rebondi sur la surface de la terre. Normalement, ce rayonnement s’échapperait dans l’espace, mais ces polluants emprisonnent la chaleur et provoquent un réchauffement de la planète, ce qui entraîne ce que l’on appelle l’effet de serre.

Le dioxyde de carbone et d’autres gaz sont libérés principalement par la combustion du bois. La fumée dégagée emporte avec elle ces gaz et particules qui affectent même la santé humaine. Les gaz et les particules peuvent également être le résultat de déchets jetés dans le feu de camp en feu, dans le but d’éliminer les déchets, malheureusement, les déchets peuvent être n’importe quoi, et leur combustion peut libérer toutes sortes de gaz, y compris les oxydes d’azote notoires, qui contribuent également au réchauffement climatique et au changement climatique.

ados-camping-en-foret

Faut-il arrêter de faire des feux de camp ?

Et bien non! Vous ne devez pas arrêter de faire des feux de camp, car un feu de camp est une expérience profondément humaine partagée à travers les cultures et les générations. Il rassemble famille et amis, loin de l’agitation de la journée, pour une interaction humaine. Ils sont un moyen incroyable de socialiser les gens après une longue journée ou semaine de travail, ainsi que dans ces périodes technologiquement avancées où tout le monde est toujours sur son téléphone.

Malgré leurs effets néfastes, les feux de camp ne doivent pas être éliminés dans leur intégralité. Certaines mesures doivent être prises pour que le plaisir des feux de camp ne se fasse pas au détriment de l’environnement

Il faut soigneusement rechercher un camping et comprendre son caractère unique ainsi que les effets potentiels des feux de camp sur ces environnements, leurs environs et les habitants, le cas échéant. Les feux de camp sont incroyables pour que les gens s’assoient ensemble, se détendent et parlent pendant la nuit. Cependant, il faut également envisager des alternatives aux feux de camp.

Si aucun n’est disponible, ou si la majorité préfère les feux de camp, il faut les installer de manière à laisser le moins de dommages, d’effets et d’empreintes carbone possible. Ces alternatives et les moyens de réduire ces effets sont discutés ci-après.

7 façons étonnantes de réduire l’impact carbone des feux de camp

1. Utilisez du bois sec

Le bois sec brûle plus chaud et libère moins de polluants. Cela signifie que vous pouvez profiter de votre feu de camp sans nuire à l’environnement. Cela signifie également que vous vous amuserez sans rejeter de polluants dangereux dans l’environnement, qui affectent même la santé humaine. Les personnes souffrant d’asthme et de maladies apparentées n’ont pas à craindre d’être au feu de camp, même si la prudence doit être de mise tout au long.

2. Gardez votre feu petit

Garder le feu petit signifie qu’il peut être contrôlé et qu’il ne deviendra pas incontrôlable et ne provoquera pas d’incendies de forêt. L’utilisation de bâtonnets fins produit un feu plus chaud qui brûle plus efficacement tous les gaz indésirables. Garder le feu petit signifie également qu’il ne brûlera que pendant le temps que vous l’utiliserez.

A lire aussi :  Une nouvelle étude révèle que les mégots de cigarettes nuisent gravement à l'environnement en entravant la croissance des plantes

3. Construire sur un anneau de feu

Le meilleur endroit pour faire un feu est dans un foyer existant dans un camping bien placé. Si cela n’est pas disponible, construisez un feu de monticule, ce qui signifie que vous construirez une cheminée en utilisant de la terre minérale, du sable ou du gravier provenant d’une source déjà perturbée. Laissez le monticule être assez épais pour isoler le sol de la chaleur du feu.

Il peut être construit sur un rocher plat exposé ou sur une surface organique telle que de la litière, de la terre ou de l’herbe. Vous pouvez également utiliser une poêle à feu bien surélevée pour que la chaleur ne brûle pas le sol. Toutes ces mesures garantissent que le sol en dessous n’est pas impacté, en veillant à ce que l’empreinte minimale soit laissée sur place après votre départ.

4. Éteignez correctement les incendies lorsque vous avez terminé

Arrosez généreusement le feu de camp avec de l’eau, remuez les cendres et inondez-les à nouveau d’eau. De cette façon, vous éteignez complètement le feu et effacez tous les risques d’incendies de forêt à partir de feux mal éteints. De plus, éteignez les incendies avec de l’eau et non avec de la terre, car la saleté pourrait ne pas faire entièrement le travail, ce qui vous expose au risque de rallumer des incendies pendant que vous dormez ou après votre départ.

5. Utilisez une alternative au bois

Au lieu d’un feu de bois, utilisez une cuisinière de camping pour préparer des repas chauds. C’est l’un des nombreux principes importants sans trace pour les amateurs de plein air. De plus, la cuisson à l’aide d’une cuisinière est plus rapide, plus propre et plus facile. Il ne donne pas à vos vêtements et à votre équipement de camping une odeur de fumée des jours après le camping et ne vous oblige pas à transporter du bois de chauffage en désordre jusqu’au camping. N’oubliez pas que les poêles peuvent fonctionner dans toutes les conditions météorologiques, mais les feux de camp ne fonctionneront que si le temps est favorable.

6. Profitez au maximum de la soirée sans feu de camp

En n’ayant pas toute votre attention concentrée sur les flammes, vous pouvez vous asseoir, observer les étoiles, regarder les lucioles et écouter les sons de la nuit. Essayez autant que possible d’utiliser une alternative au feu de camp, comme vous couvrir d’une couverture, jouer à des jeux amusants qui vous gardent au chaud ou simplement aller à l’intérieur.

7. Meilleurs emplacements pour un feu

Campez dans une zone où le bois est abondant si vous faites un feu. Ne faites pas de feu dans des zones avec peu ou pas de bois à des altitudes plus élevées, dans un décor désertique ou dans des zones très fréquentées. Lorsque vous respectez ces prescriptions, vous ne laisserez aucune trace et il n’y aura aucune preuve de la construction d’un feu, ce qui réduira les effets des feux de camp. De plus, ne faites pas de feu à côté d’affleurements rocheux car les cicatrices noires resteront sur les rochers pendant des années.

Conclusion

Ce n’est pas que les feux de camp sont mauvais. En fait, ils sont très bénéfiques, surtout lorsque le groupe campe ou a l’intention de passer une longue nuit à parler. Ils gardent les gens au chaud lorsqu’ils sont occupés à converser. Cependant, ils ont plusieurs effets, dont certains peuvent être contrôlés.

Avant d’installer un feu de camp ou un feu de joie, tenez compte de plusieurs éléments, comme l’emplacement et les effets potentiels sur l’environnement et les personnes. La jouissance de l’environnement et de ce qu’il possède ne doit pas se faire au détriment de l’environnement dans son intégralité.

Bouton retour en haut de la page