Nourriture

Causes, effets et solutions au problème croissant du gaspillage alimentaire

Ces dernières années, le gaspillage alimentaire est devenu un phénomène complexe qui attire l’attention des scientifiques, des consommateurs et des militants. Il a été qualifié de paradoxe mondial dans la mesure où l’accent est mis sur l’agriculture pour améliorer la sécurité alimentaire et où un tiers de la nourriture produite finit en déchets. Selon un rapport de la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) publié en 2013, le gaspillage alimentaire à l’échelle mondiale représente un tiers de la nourriture totale produite pour la consommation humaine, soit environ 1,6 milliard de tonnes par an.

La raison pour laquelle il devient une énorme préoccupation est le coût économique, social et environnemental qui y est associé. Le BFCN (Barilla Center for Food and Nutrition) définit le gaspillage alimentaire comme le gaspillage ou les pertes de nourriture qui se produisent pendant le traitement industriel, la distribution et la consommation. Comprendre et mettre fin au gaspillage alimentaire est donc devenu une priorité pour les organisations à but non lucratif et les gouvernements, ce qui nous amène à discuter des causes, des effets et des solutions du gaspillage alimentaire.

Réduire le gaspillage alimentaire est une délicieuse façon d’économiser de l’argent, de contribuer à nourrir le monde et de protéger la planète.

~ Tristram Stuart

Les différentes causes du gaspillage alimentaire

1. Manque de planification appropriée

L’une des principales causes de gaspillage alimentaire est le manque de planification appropriée de la part du consommateur. Parfois, les gens achètent beaucoup de nourriture sans prévoir quand et comment la nourriture sera préparée pour être consommée. En raison des horaires de travail et des rendez-vous, les gens ont tendance à modifier leurs plans de préparation des aliments ou à oublier de les utiliser à temps.

Parfois, la plupart des gens n’y peuvent rien, ce qui conduit à la péremption des aliments, après quoi ils sont jetés comme des déchets. En outre, faute d’une planification appropriée, les gens se retrouvent avec des aliments mal préparés qui n’ont tout simplement pas bon goût. Tout cela finit par devenir des déchets.

2. Achat et préparation de trop de nourriture

La plupart du temps, la nourriture est également gaspillée parce que l’on achète ou prépare trop de nourriture. Si l’on achète ou prépare trop de nourriture par rapport à ses besoins, il est évident que l’excès de nourriture dans l’assiette sera gaspillé. Dans de tels scénarios, les restes et les aliments partiellement utilisés représentent la nourriture qui est gaspillée.

Par ailleurs, les aliments partiellement utilisés sont parfois mis au fond du réfrigérateur et ne sont jamais réutilisés. Il en va de même pour les achats excédentaires qui finissent par dépasser leur date de péremption et qui ont donc une mauvaise apparence, un mauvais goût et une mauvaise odeur. En fin de compte, tous ces excès finissent par devenir des déchets alimentaires.

3. Erreurs dans le traitement industriel et respect des politiques de sécurité alimentaire

Un autre facteur important de gaspillage alimentaire est le protocole de sécurité alimentaire. Les protocoles de sécurité alimentaire ne laissent aucune place aux erreurs dans le traitement industriel ou à tout autre compromis susceptible de diminuer la qualité des produits alimentaires finaux. Ainsi, les confusions et les erreurs commises lors du traitement industriel des aliments entraînent le gaspillage de tous les produits alimentaires qui ne répondent pas aux normes établies.

Les entreprises de transformation alimentaire doivent se conformer à des réglementations élevées en matière de sécurité alimentaire et doivent donc établir des marges d’erreur nulles. En se conformant aux politiques de sécurité alimentaire, les entreprises du secteur finissent par créer du gaspillage car toute petite erreur signifie que l’aliment sera rejeté, même s’il s’agit simplement d’une imperfection d’apparence ou de forme.

La surcuisson, les essais de production, les défauts d’emballage, les essais de production, les tailles et poids incorrects sont quelques-uns des aspects qui entraînent des imperfections et le rejet des aliments.

4. Contraintes managériales, financières et techniques

Il s’agit principalement d’un défi contribuant au gaspillage alimentaire dans les pays en développement. Le gaspillage est dû à des contraintes liées à l’absence d’une gestion appropriée, à des finances inadéquates et à des difficultés techniques liées aux méthodes de récolte, aux problèmes de stockage et de refroidissement dans des conditions climatiques défavorables, à la transformation, au conditionnement, aux infrastructures et aux systèmes de commercialisation.

5. Préparation excessive des aliments dans les restaurants, les hôtels et l’industrie des services alimentaires

La plupart des restaurants, des hôtels et de l’industrie des services alimentaires ont tendance à sur-préparer/produire des aliments. Si l’intention est bonne, notamment en prévision d’un volume élevé de clients et de la possibilité de ne pas épuiser le menu, la sur-préparation entraîne souvent un gaspillage si tous les aliments sont invendus. DC Central Kitchen – engagé dans la voie de la réduction du gaspillage alimentaire, souligne que la surproduction dans le secteur de la restauration est la principale cause de gaspillage alimentaire.

A lire aussi :  15 bienfaits exceptionnels pour la santé de la consommation de thé écologique Matcha

Étant donné que les services de restauration n’ont pas la capacité de quantifier la quantité de nourriture consommée en moyenne, les cuisines continuent de produire des quantités considérées comme suffisantes mais dont la plupart ne sont en fait pas nécessaires.

En outre, certains responsables pensent que la production de nourriture en grandes quantités minimise les coûts, mais en fait, cela entraîne plus de gaspillage que la préparation à la commande ou la cuisson en petites quantités.

6. Sur-merchandisation et sur-commande dans les magasins d’alimentation et les supermarchés

La sur-commercialisation des produits alimentaires dans les centres de vente au détail, les marchés de gros et les supermarchés entraîne souvent un gaspillage de nourriture. Les opérations de restauration sont généralement plus axées sur la sur-commercialisation dans les magasins d’alimentation et les supermarchés en utilisant de beaux et attrayants présentoirs, créant ainsi une idée d’abondance dans le but de promouvoir les ventes et la satisfaction des clients.

L’aspect négligé de la surcommercialisation est son association avec l’augmentation du gaspillage alimentaire. Lorsque les gens achètent plus que nécessaire, l’excédent finit souvent à la poubelle. La sur-commande entraîne également la péremption du personnel alimentaire ayant une durée de vie limitée, car une partie de celui-ci restera invendue.

7. Comportement des consommateurs

Les clients ont des préférences différentes, ce qui influence fortement le comportement d’achat des consommateurs en matière de produits alimentaires. En particulier, le comportement du consommateur est ici axé sur la tendance à avoir un bon jugement, ce qui se traduit par le fait que les consommateurs préfèrent les fruits et légumes non tachés, et l’affichage restrictif des dates de péremption.

Ce comportement des consommateurs contribue le plus souvent au gaspillage des aliments, car la plupart des produits alimentaires peuvent rester sur les étagères jusqu’à leur expiration. De plus, ces tendances de consommation peuvent obliger les opérateurs de services alimentaires dans les restaurants et les hôtels à maintenir un large choix de menus et des services haut de gamme tout en assurant la cohérence, ce qui entraîne le plus souvent un gaspillage de nourriture.

Effets du gaspillage alimentaire

1. Perte de biodiversité

Le gaspillage alimentaire a un impact sur la perte de biodiversité au niveau mondial. Afin de maximiser les rendements agricoles, les agriculteurs ont de plus en plus envahi les zones sauvages à la recherche de terres plus fertiles, ce qui a entraîné une perte de biodiversité. En effet, des pratiques telles que la culture sur brûlis, la déforestation et la conversion de zones sauvages en terres agricoles ont détruit les habitats naturels des oiseaux, des poissons, des mammifères et des amphibiens.

Les pratiques agricoles telles que la monoculture ont également aggravé la perte de biodiversité. L’élevage massif de bétail destiné à la consommation et l’utilisation de pesticides dans la production agricole ont également contribué de manière significative à la pollution azotée, phosphorée et chimique des cours d’eau, des rivières et des eaux côtières, affectant ainsi la vie marine.

2. Gaspillage d’un tiers des terres fertiles de la planète

Selon les recherches, les aliments produits mais non consommés représentent environ 1,4 milliard d’hectares de terres, soit près d’un tiers des terres agricoles de la planète. Si l’on considère cette question sous un angle analytique bien pensé, le monde gaspille 30 % des terres fertiles de la planète, qui pourraient être utilisées à d’autres fins utiles, comme la recherche environnementale.

3. Empreinte de l’eau bleue

Le volume d’eau utilisé dans la production agricole alimentaire est immense. Par conséquent, si 30 % de tous les aliments produits sont gaspillés, cela signifie que plus de 30 % de l’eau douce utilisée dans la production et la transformation des aliments est également gaspillée. Cela contribue à l’empreinte « eau bleue », qui correspond à la quantité de ressources en eau de surface et souterraine consommées qui est gaspillée.

Selon des estimations précises, le gaspillage alimentaire est responsable de la perte de près de 250 kilomètres cubes (km3) d’eau. Ce gaspillage équivaut à trois fois le volume du lac Léman. Il est également affirmé que jeter un kilo de viande de bœuf équivaut à un gaspillage de 50 000 litres d’eau utilisés dans le processus de production de la viande. De même, 1000 litres d’eau sont gaspillés si l’on verse un verre de lait dans l’évier.

4. Augmentation de l’empreinte carbone et accélération du changement climatique

On estime que la nourriture produite puis gaspillée équivaut à 3,3 milliards de tonnes d’émissions de gaz à effet de serre, ce qui accélère les effets du changement climatique. Des recherches ont également montré que les déchets alimentaires sont le troisième plus grand émetteur de gaz à effet de serre.

Cela s’explique par la prise en compte de l’énergie gaspillée et l’utilisation principale de combustibles fossiles dans la production alimentaire, y compris la transformation et la cuisson, ainsi que le transport vers les différents marchés de consommation dans le monde. Qui plus est, le méthane produit dans les décharges par les aliments jetés comme déchets aggrave encore le changement climatique et le réchauffement de la planète.

A lire aussi :  Qu'est-ce que l'alimentation biologique et les 15 avantages pour la santé de la consommation d'aliments biologiques ?

5. Les conséquences économiques

Outre les impacts environnementaux, le gaspillage alimentaire entraîne également des coûts économiques directs. Selon les estimations du rapport de la FAO, les pertes économiques liées au gaspillage alimentaire s’élèvent à environ 750 milliards de dollars par an.

Des solutions étonnantes pour lutter contre le gaspillage alimentaire

1. Équilibrer la production alimentaire et la demande

Avant toute chose, il faut s’attacher à équilibrer la production alimentaire et la demande pour réduire le problème du gaspillage alimentaire. La première chose à faire est de réduire l’utilisation des ressources naturelles dans la production alimentaire. Dans les hôtels, les restaurants et l’industrie des services alimentaires, des outils de gestion des risques peuvent être appliqués.

Ces outils permettent de s’assurer que les gestionnaires et les chefs ne produisent et ne cuisinent que des aliments conformes à la demande ou aux commandes passées. La production de grandes quantités d’aliments a toujours entraîné un gaspillage de nourriture. Afin d’économiser de la nourriture, de la main d’œuvre et de l’argent, les hôtels et l’ensemble du secteur de la restauration devraient travailler sur la production de petites quantités ou utiliser l’option de cuisson à la commande.

2. Améliorer les processus de récolte, de stockage, de transformation et de distribution des aliments

La deuxième stratégie consiste à développer des technologies et des systèmes de production efficaces qui améliorent les processus de stockage, de récolte, de transformation et de distribution. La redistribution peut être la stratégie initiale pour fournir ou distribuer plus de nourriture là où il y a un besoin et réduire l’offre là où il y a un surplus de nourriture.

La récolte, le stockage et la transformation devraient également être améliorés par les gouvernements et les ONG en offrant des subventions et des formations sur les meilleures pratiques de production, en particulier dans les pays en développement.

3. Initiatives de réduction des déchets alimentaires

Les supermarchés, les magasins d’alimentation au détail, les grands restaurants et les consommateurs individuels peuvent également déployer des efforts personnalisés et créatifs pour réduire l’empreinte alimentaire. Par exemple, les consommateurs individuels peuvent réduire leur empreinte alimentaire en ne privilégiant pas nécessairement la meilleure qualité des aliments.

Parfois, même les aliments laids ou abîmés sont encore comestibles ou peuvent être achetés et utilisés pour préparer des plats comme des soupes. La surmarchandisation peut également être réduite afin de minimiser le gaspillage alimentaire.

4. Les consommateurs achètent et préparent les aliments avec un plan.

L’utilisation de plans de repas pour la préparation des aliments peut contribuer grandement à mettre fin au gaspillage alimentaire. Les consommateurs ne devraient acheter des aliments que selon leurs plans ou en petites quantités afin de réduire la quantité d’aliments gaspillés en raison de leur péremption après de longues périodes de stockage.

5. Le recyclage des aliments

Des efforts de recyclage alimentaire sont déjà en cours, mais les technologies et les méthodes utilisées devraient être améliorées. Les denrées alimentaires riches en amidon telles que les chips, le pain, les biscuits et les céréales pour petit-déjeuner peuvent, par exemple, être recyclées en aliments de haute qualité pour le bétail.

Le recyclage des matériaux d’emballage alimentaire peut également réduire la surexploitation des matériaux vierges. S’il est totalement impropre à la consommation, il peut toujours être transformé pour d’autres usages au lieu d’être acheminé vers les décharges qui émettent du méthane.

6. Campagnes sur l’empreinte alimentaire

Les campagnes de réduction de l’empreinte alimentaire peuvent aider les pêcheurs, les agriculteurs, les supermarchés, les transformateurs alimentaires, les consommateurs individuels et les gouvernements locaux et nationaux à travailler sur des stratégies de prévention du gaspillage alimentaire.

Les Nations unies et la FAO ont déjà lancé une telle campagne en mettant l’accent sur le slogan de la campagne « Think Eat Save – Reduce Your Foodprint« . De plus, avec la multiplication de ces campagnes, les sociétés dans leur ensemble seront informées des moyens de réduire l’empreinte écologique et connaîtront les faits réels concernant les impacts environnementaux. En définitive, cela contribuera à résoudre le problème du gaspillage alimentaire.

Bouton retour en haut de la page