Ecosystème

Importance et composantes des sciences de l’environnement et les 5 meilleures carrières en sciences de l’environnement

L’environnement est un sujet toujours d’actualité car il compte beaucoup dans notre vie quotidienne. C’est là que nous vivons, mangeons, respirons et élevons nos enfants. Nos systèmes de survie dépendent entièrement du bien-être de chaque organisme vivant sur la planète Terre. C’est pourquoi la protection et la conservation de l’environnement ont fait l’objet de nombreux écrits et discours. Il existe même des cours de grande valeur consacrés à l’étude de l’environnement. Les sciences de l’environnement en sont un exemple typique.

La science environnementale est un domaine qui traite de l’étude de l’interaction entre les systèmes humains et les systèmes naturels. Les systèmes naturels impliquent la terre elle-même et la vie. Les systèmes humains sont principalement les populations de la terre.

Selon Wikipédia,

« La science de l’environnement est un domaine académique interdisciplinaire qui intègre les sciences physiques, biologiques et de l’information (y compris l’écologie, la biologie, la physique, la chimie, la science des plantes, la zoologie, la minéralogie, l’océanographie, la limnologie, la science des sols, la géologie et la géographie physique, et la science de l’atmosphère) à l’étude de l’environnement et à la résolution des problèmes environnementaux.

La science de l’environnement est née des domaines de l’histoire naturelle et de la médecine au siècle des Lumières. Aujourd’hui, elle offre une approche intégrée, quantitative et interdisciplinaire de l’étude des systèmes environnementaux. »

La science de l’environnement est le domaine universitaire qui fait appel aux sciences physiques, biologiques et chimiques pour étudier l’environnement et découvrir des solutions aux problèmes environnementaux. Les sciences utilisées en science de l’environnement comprennent la géographie, la zoologie, la physique, l’écologie, l’océanologie et la géologie.

La science de l’environnement se décline également en études environnementales et en ingénierie environnementale. Elle offre une approche intégrée et interdisciplinaire de l’étude des problèmes environnementaux.

  • Les études environnementales sont l’étude des sciences sociales pour comprendre les interactions humaines avec l’environnement.
  • L’ingénierie environnementale se concentre sur l’analyse et la déduction des problèmes liés à l’environnement et sur l’effet des programmes créés par l’homme sur l’environnement, et sur la recherche de solutions pour aider à protéger et à préserver l’environnement en éliminant la pollution de l’air, de l’eau et de la terre.

La science de l’environnement implique différents domaines d’étude. Le plus souvent, l’étude des sciences de l’environnement comprend l’étude du changement climatique, des ressources naturelles, de l’énergie, de la pollution et des questions environnementales.

Dans les sciences de l’environnement, les écologistes étudient la façon dont les plantes et les animaux interagissent entre eux, les chimistes étudient les composants vivants et non vivants de l’environnement, les géologues étudient la formation, la structure et l’histoire de la terre, les biologistes étudient la biodiversité, les physiciens s’occupent de thermodynamique, les informaticiens s’occupent d’innovations techniques et de modélisation informatique et les experts biomédicaux étudient l’impact des questions environnementales sur notre santé et notre vie sociale.

La complexité croissante des problèmes environnementaux crée un besoin de scientifiques ayant une formation rigoureuse et interdisciplinaire en sciences de l’environnement. Les scientifiques et spécialistes de l’environnement utilisent leurs connaissances des sciences naturelles pour protéger l’environnement et la santé humaine. Ils doivent avoir une solide formation en économie, en sociologie et en sciences politiques.

Importance des sciences de l’environnement

1. Prendre conscience que les problèmes environnementaux sont mondiaux

Les sciences de l’environnement vous permettent de reconnaître que les problèmes environnementaux tels que le changement climatique, le réchauffement de la planète, l’appauvrissement de la couche d’ozone, les pluies acides et les impacts sur la biodiversité et la vie marine ne sont pas seulement des problèmes nationaux, mais aussi des problèmes mondiaux. Un effort concerté à l’échelle mondiale est donc nécessaire pour s’attaquer à ces problèmes.

2. Comprendre les impacts du développement sur l’environnement

Il est bien documenté et quantifié que le développement entraîne la croissance industrielle, l’urbanisation, l’expansion des systèmes de télécommunication et de transport, l’agriculture de haute technologie et l’expansion du logement.

La science de l’environnement cherche à enseigner à la population générale la nécessité de décentraliser les industries pour réduire la congestion des zones urbaines. La décentralisation signifie que de nombreuses personnes vont quitter les centres urbains pour réduire la pollution résultant de la surpopulation.

L’objectif est de réaliser tout cela de manière durable sans compromettre la capacité de la génération future à satisfaire ses propres besoins.

3. Découvrir des modes de vie durables

La science de l’environnement s’intéresse davantage à la découverte de modes de vie plus durables. Cela signifie qu’il faut utiliser les ressources actuelles de manière à en préserver les réserves pour l’avenir.

La durabilité environnementale n’interdit pas nécessairement de vivre dans le luxe, mais elle préconise de sensibiliser les gens à la consommation des ressources et de minimiser les déchets inutiles.

Il s’agit notamment de réduire la consommation d’énergie des ménages, d’utiliser des broyeurs pour éliminer les déchets, de manger local, de recycler davantage, de cultiver sa propre nourriture, de boire au robinet, de conserver l’eau de la maison et de conduire moins sa voiture.

4. Utiliser les ressources naturelles de manière efficace

Les ressources naturelles apportent de nombreux avantages à un pays. Les ressources naturelles d’un pays peuvent ne pas être utilisées efficacement en raison d’une formation de bas niveau et d’un manque de compétences en matière de gestion. Les sciences de l’environnement nous apprennent à utiliser les ressources naturelles de manière efficace :

  • Mettre en pratique de manière appropriée les méthodes de conservation de l’environnement
  • Utiliser les bons outils pour explorer les ressources
  • Ajouter de la valeur à nos ressources
  • S’assurer que les machines sont entretenues de manière appropriée
  • Formation approfondie des ressources humaines
  • Assurer une supervision efficace et efficiente
  • Utiliser les bonnes techniques pour minimiser l’exploitation
  • Comprendre le comportement des organismes dans des conditions naturelles
A lire aussi :  Climat du biome de la toundra

Le comportement est ce que les organismes manifestent pour répondre à leur environnement, interagir avec lui et le contrôler. Le comportement d’un animal constitue la première ligne de défense en réponse à tout changement d’environnement.

Ainsi, un regard critique sur le comportement d’un organisme peut offrir des informations perspicaces sur les besoins, les aversions, les préférences et les conditions internes de l’animal, à condition que votre évaluation de ces observations repose fermement sur la connaissance du comportement naturel de l’espèce.

5. Faire la lumière sur des concepts contemporains tels que la conservation de la biodiversité

La biodiversité est la variété de la vie sur terre. Le taux actuel de perte de biodiversité n’a jamais été aussi élevé. Les sciences de l’environnement ont pour but d’enseigner aux gens comment inverser cette tendance :

  • Utiliser des produits en bois durables
  • Utiliser des aliments biologiques
  • Adopter les 3R (réduire, réutiliser et recycler)
  • Acheter des produits de la mer durables
  • Soutenir les campagnes de conservation au niveau local
  • Économiser l’énergie
  • Réduire au minimum la consommation de viande
  • Utiliser des produits de nettoyage écologiques
  • Comprendre l’interrelation entre les organismes dans les populations et les communautés

Les organismes et les humains dépendent les uns des autres pour s’en sortir. Les sciences de l’environnement sont importantes car elles vous permettent de comprendre comment ces relations fonctionnent.

Par exemple, les humains expirent du dioxyde de carbone, dont les plantes ont besoin pour la photosynthèse. Les plantes, quant à elles, produisent et rejettent de l’oxygène dans l’atmosphère, dont les humains ont besoin pour respirer.

Les excréments des animaux sont des sources de nutriments pour les plantes et d’autres micro-organismes. Les plantes sont des sources de nourriture pour les humains et les animaux. En bref, les organismes et les humains dépendent les uns des autres pour leur survie.

6. Apprendre et sensibiliser aux problèmes environnementaux aux niveaux local, national et international

Les problèmes environnementaux aux niveaux local, national et international sont principalement dus à un manque de sensibilisation. La science de l’environnement vise à éduquer et à doter les apprenants des compétences environnementales nécessaires pour les transmettre à la communauté afin de créer une prise de conscience.

La sensibilisation à l’environnement peut se faire par le biais des médias sociaux, de la création d’un blog consacré à la sensibilisation, de clubs écologiques axés sur la communauté, de forums de femmes et de podiums religieux.

Composantes des sciences de l’environnement

1. L’écologie

L’écologie est l’étude des organismes et de l’environnement en interaction les uns avec les autres. Les écologistes, qui constituent une partie des scientifiques de l’environnement, essaient de trouver des relations entre l’état de l’environnement et la population d’une espèce particulière au sein de cet environnement, et s’il y a des corrélations à établir entre les deux.

Par exemple, les écologistes peuvent prendre les populations d’un type particulier d’oiseau avec l’état de la partie de la forêt amazonienne dans laquelle la population vit.

Les écologistes étudieront et pourront ou non arriver à la conclusion que la population d’oiseaux augmente ou diminue en raison de la pollution atmosphérique dans la forêt amazonienne. Ils peuvent également prendre plusieurs espèces d’oiseaux et voir s’ils peuvent trouver une relation entre elles, permettant aux scientifiques de conclure si l’habitat est approprié ou non pour cette espèce.

2. Géoscience

Les géosciences concernent l’étude de la géologie, de la science du sol, des volcans et de la croûte terrestre dans leur relation avec l’environnement. Par exemple, les scientifiques peuvent étudier l’érosion de la surface de la Terre dans une région particulière. Les pédologues, les physiciens, les biologistes et les géomorphologues participeraient tous à cette étude.

Les géomorphologues étudieraient le mouvement des particules solides (sédiments), les biologistes étudieraient les impacts de l’étude sur les plantes et les animaux de l’environnement immédiat, les physiciens étudieraient les changements de transmission de la lumière dans l’eau causant l’érosion, et les pédologues feraient les calculs finaux sur l’écoulement de l’eau lorsqu’elle s’infiltre dans le sol à pleine capacité causant l’érosion en premier lieu.

3. La science atmosphérique

La science atmosphérique est l’étude de l’atmosphère de la Terre. Elle analyse la relation entre l’atmosphère de la Terre et les atmosphères d’autres systèmes. Elle englobe une grande variété d’études scientifiques relatives à l’espace, à l’astrologie et à l’atmosphère terrestre : météorologie, pollution, émissions de gaz et contaminants atmosphériques.

Par exemple, les physiciens étudient la circulation atmosphérique d’une partie de l’atmosphère, les chimistes étudient les produits chimiques présents dans cette partie de l’atmosphère et leurs relations avec l’environnement, les météorologues étudient la dynamique de l’atmosphère et les biologistes étudient la façon dont les plantes et les animaux ont été affectés et leurs relations avec l’environnement.

4. Chimie de l’environnement

La chimie de l’environnement est l’étude des changements que les produits chimiques apportent à l’environnement, tels que la contamination du sol, la pollution de l’eau, la dégradation des produits chimiques et le transport des produits chimiques sur les plantes et les animaux de l’environnement immédiat.

Un exemple de chimie environnementale serait l’introduction d’un objet chimique dans un environnement, dans lequel les chimistes étudieraient ensuite la liaison chimique avec le sol ou le sable de l’environnement. Les biologistes étudieraient ensuite le sol chimiquement modifié afin de déterminer sa relation avec les plantes et les animaux de l’environnement.

La science de l’environnement est une partie active et croissante du monde scientifique, accélérée par la nécessité de s’attaquer aux problèmes de l’environnement de la Terre. Elle englobe de multiples domaines et sciences scientifiques afin de voir comment ils interagissent et se relient les uns aux autres dans l’une des quatre composantes ci-dessus.

A lire aussi :  Quel est l'impact du changement climatique sur la végétation ?

Les 5 meilleures carrières en sciences de l’environnement

1. Scientifique de l’environnement

Un scientifique de l’environnement effectue des recherches pour identifier, minimiser les impacts graves ou éliminer les dangers et les polluants pour l’environnement ou la santé de la population mondiale. Son objectif principal est de protéger et de conserver Mère Nature. Le salaire annuel moyen d’un scientifique de l’environnement est de 67 400 $.

Les emplois de scientifiques de l’environnement sont normalement à temps plein, y compris plus de 40 heures de travail par semaine. Leurs principaux lieux de travail sont les laboratoires et les travaux de terrain en plein air. Pour devenir un scientifique de l’environnement, il faut posséder des compétences irréprochables, notamment en matière de communication, de compréhension de l’écrit et d’autodiscipline.

2. Ingénieur en environnement

L’ingénieur en environnement trouve des solutions aux problèmes de l’environnement en mettant à profit ses connaissances en science du sol, en ingénierie, en biologie et en chimie. Il s’intéresse notamment à la lutte contre la pollution, au recyclage et aux aspects de santé publique.

Un baccalauréat en génie de l’environnement est nécessaire pour devenir ingénieur en environnement. L’ingénieur en environnement gagne un salaire annuel d’environ 87 620 $. L’ingénieur en environnement doit être capable de :

  • Proposer des suggestions pour maintenir et renforcer la performance environnementale.
  • Découvrir, évaluer et appliquer les bonnes pratiques de gestion des eaux pluviales pour les programmes municipaux, industriels et de construction.
  • Évaluer les réglementations environnementales et demander conseil pour déterminer leur applicabilité.
  • Il ou elle doit documenter toutes les incidences environnementales
  • Développer et maintenir en ligne les systèmes de gestion de l’environnement pour se conformer aux réglementations sur l’air et les permis.
  • Prendre les devants dans la négociation et les demandes de permis.
  • Assurer la liaison avec les organismes de réglementation, préparer la documentation requise, organiser les séances d’essai et fournir les documents de suivi nécessaires.

3. Biologiste de l’environnement

Le biologiste de l’environnement s’occupe de l’écosystème et de la faune qui y réside. Toutefois, le biologiste de l’environnement se concentre beaucoup sur l’aspect biologique de tout écosystème, ce qui signifie que ses fonctions sont davantage axées sur la biologie. Pour devenir biologiste de l’environnement, il faut avoir un baccalauréat en biologie de l’environnement. Les fonctions d’un biologiste de l’environnement sont les suivantes

  • Gérer les plannings biologiques et de projets en utilisant des techniques scientifiques, des outils statistiques et des connaissances approfondies dans le domaine.
  • Planifier et réaliser des expériences biologiques et assurer le suivi des processus d’exploitation sur le terrain et en laboratoire
  • Identifier les aspects techniques des projets et les contrer efficacement sans compromettre les ressources et le temps.
  • Présenter les résultats des expériences aux collègues et aux parties prenantes
  • Garantir l’intégrité scientifique en travaillant avec une équipe en liaison avec l’examen des données par les pairs.

4. Géologue de l’environnement

La géologie de l’environnement est un domaine d’études qui combine la principale pierre angulaire de la science de l’environnement et met davantage l’accent sur la géologie et la façon de l’appliquer dans un scénario réel pour résoudre les problèmes environnementaux.

Un géologue de l’environnement va au-delà de l’intérêt pour l’environnement et la corrélation entre les humains et la faune qui s’y trouve. Il ou elle s’intéresse également aux combustibles fossiles, aux ressources non renouvelables, aux minéraux et à la croûte terrestre.

Le géologue de l’environnement passe la plus grande partie de sa vie professionnelle en tant que consultant, contribuant à l’atténuation de la contamination des sols et des eaux souterraines en déterminant le bon emplacement pour les nouvelles décharges et en élaborant un plan pour l’élimination souterraine des déchets.

Il ou elle s’assure également que les réserves d’eau et les sols nécessaires à la culture des aliments restent propres et non contaminés sans affecter ou limiter l’accès à tout organisme ou animal qui en dépend pour sa survie. Le salaire annuel moyen d’un géologue de l’environnement est de 91 130 $.

5. Biotechnologue de l’environnement

Ce professionnel synchronise l’ingénierie et la biologie pour créer et utiliser des procédures qui corrigent les sites contaminés. Par exemple, il existe un large éventail de bactéries, de microbes et de champignons qui sont capables de consommer des polluants et de les décomposer en éléments sûrs au fil du temps.

Un biotechnologiste de l’environnement découvre, utilise et crée les microbes nécessaires à la correction d’une zone spécifique et des polluants qui lui sont propres. Le sol contaminé peut être corrigé ou remédié sur place ou chargé dans des conteneurs et transporté pour être traité. Les biotechnologistes de l’environnement exercent les fonctions suivantes :

  • Développer des bioplastiques à base de plantes
  • Transformer les plantes en biocarburants
  • Élaborer des plans de correction pour des sites spécifiques qui respectent les réglementations environnementales.
  • Développer des procédures pour convertir les déchets en biogaz ou autres sources d’énergie plus propres
  • Développer des procédés industriels plus propres en remplaçant les produits chimiques par des procédés biologiques
  • Utiliser les SIG (systèmes d’information géographique) pour localiser les sites contaminés et la répartition des polluants.

En général, il faut être titulaire d’un master ou d’un doctorat pour être qualifié de biotechnologiste de l’environnement. Toutefois, la croissance exponentielle de ce domaine a ouvert de nombreuses possibilités pour les titulaires d’une licence ou d’un diplôme d’associé.

Bouton retour en haut de la page