Nourriture

Le monde cherche une solution pour enrayer les pertes alimentaires de 1,3 milliard de tonnes métriques par an

Un milliard de tonnes, voire plus, d’aliments essentiels, indispensables à la vie et nutritifs, sont gaspillés chaque année sur la planète.

Selon un rapport de 2011 de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), un tiers de la nourriture produite sur Terre est perdue ou gaspillée sur le chemin de la ferme à notre estomac, ce qui représente environ 1,3 milliard de tonnes métriques de pertes alimentaires par an.

Si rien ne change dans cette proportion, la quantité de nourriture gaspillée passera à 2,1 milliards de tonnes par an d’ici à 2030, selon les experts.

Le gaspillage de nourriture n’est pas seulement un problème éthique, mais aussi un problème environnemental.

Selon les Nations unies, l’agriculture, avec la production de viande, de produits laitiers et de riz, est à l’origine d’au moins 8,4 % des émissions totales de gaz à effet de serre dans le monde. Environ 4,4 gigatonnes de gaz à effet de serre s’ajoutent chaque année aux émissions provenant de la nourriture perdue ou gaspillée. Cela signifie qu’après la Chine et les États-Unis, si la nourriture non consommée était un pays à part entière, il serait très probablement le troisième plus grand émetteur de gaz à effet de serre au monde.

Pour s’attaquer à ce problème, les membres de l’ONU ont adopté un objectif planétaire visant à réduire de 50 % le gaspillage alimentaire d’ici à 2030. Toutefois, la manière précise d’atteindre cet objectif ne faisait pas partie des discussions.

Néanmoins, aujourd’hui, un plan d’action mondial est prêt avec les chercheurs.

Pour atteindre l’objectif ambitieux de l’ONU, une équipe d’experts qui étudient la perte et le gaspillage de nourriture présente une stratégie dans un rapport publié cette semaine par L’Institut des ressources mondiales. Il faudra pour cela que tout le monde, des agriculteurs aux mangeurs, change sa façon de faire.

« Le problème est dispersé entre tant d’acteurs, et nous jouons tous un rôle », a déclaré Craig Hanson, qui étudie les systèmes alimentaires durables au WRI, une institution de recherche mondiale. « Chacun doit faire sa part et suivre le mouvement. L’approche doit être celle d’une chaîne complète. »

Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, environ 35 % de la nourriture totale produite n’est jamais consommée par les humains en Amérique du Nord, contre 36 % en Afrique subsaharienne et 34 % en Europe, en Amérique du Sud et en Asie industrialisée. Le total des aliments qui deviennent des déchets en Asie du Sud et du Sud-Est n’est que de 26 %, et il semble qu’ils aient divulgué le mauvais chiffre.

Selon les analystes du WRI, 650 livres de nourriture sont perdues ou gaspillées par homme, femme et enfant chaque année en Amérique du Nord, soit deux fois plus qu’en Asie du Sud et du Sud-Est, avec 243 livres gaspillées par personne et par an.

A lire aussi :  Quels légumes sont pauvres en glucides?

La nourriture se perd également le long de la chaîne. En Amérique du Nord, 58 % de la perte totale de nourriture se produit au stade de la consommation, tandis que 6 % se perdent pendant le stockage et la manipulation. Selon les données de la FAO, seulement 6 % de la perte totale de nourriture se produit au stade de la consommation, mais 36 % est perdue pendant le stockage et la manipulation en Afrique subsaharienne.

Cela signifie qu’une intervention unique ne fonctionnera pas pour toutes les régions de la planète.

L’accès à des installations frigorifiques alimentées par l’énergie solaire et à des sacs de stockage de céréales hermétiques pourrait, s’il était amélioré, réduire radicalement la quantité de nourriture perdue dans les pays en développement. Dans les pays plus riches, il faudra convaincre les consommateurs d’acheter davantage de fruits et de légumes qui peuvent sembler « imparfaits » mais qui sont bons à manger. Selon un nouveau rapport, le remplacement des dates de péremption par des dates de consommation par les fabricants permettrait de réduire le gaspillage alimentaire dans les pays riches.

Le nouveau rapport propose un système simple en trois étapes, appelé « Cibler-Mesurer-Agir », qui peut être mis en œuvre sur toute la planète.

La première partie de cette stratégie consiste à établir des objectifs clairs. Les auteurs du rapport savent que cela est possible, car cela s’est déjà produit dans des pays regroupant environ la moitié de la population mondiale, notamment l’Australie, la Chine, le Japon, la Norvège, les Émirats arabes, le Vietnam et les membres des unions européennes et africaines. En outre, les détaillants et les fabricants de produits alimentaires, dont Kroger, Walmart, Wegmans, Kellogg Co. et PepsiCo, aux États-Unis et ailleurs, se sont engagés à réduire de moitié les pertes et le gaspillage alimentaires dans leurs activités d’ici 2030.

C’est un bon début. Toutefois, pour atteindre l’objectif fixé par les Nations unies d’ici à 2030, il faudra que davantage de pays fixent leurs propres objectifs en matière de pertes et de gaspillage alimentaires.

« Idéalement, d’ici quelques années, 90 % ou plus de la population mondiale vivra dans un pays ayant un objectif explicite de réduction des pertes et gaspillages alimentaires », a déclaré M. Hanson.

Les gouvernements et les industries doivent disposer de données de qualité pour que les responsables politiques puissent identifier ce que les auteurs appellent les « points chauds » et cibler directement ces points pour savoir combien de nourriture est gaspillée et où.

A lire aussi :  7 astuces diététiques qui fonctionnent réellement.

Au cours des deux dernières décennies, des mesures ont déjà été prises par de nombreux pays pour améliorer leurs mesures des pertes et du gaspillage de nourriture.

Le Royaume-Uni est un chef de file mondial en matière d’estimation des pertes alimentaires. Il a recensé les pertes alimentaires à l’échelle nationale en 2007, 2010, 2014, 2015 et 2018. Les États-Unis procèdent à des estimations depuis 2015 et le Japon depuis 2001. D’autres pays, dont l’Argentine, le Kenya, la Nouvelle-Zélande, l’Arabie saoudite, l’Espagne et la Zambie, le font également.

Seules des actions concrètes permettront de réduire les pertes et le gaspillage de nourriture à travers le monde, affirment les auteurs du rapport.

Cela pourrait ressembler à la politique sud-coréenne du  » payez comme vous jetez « , mise en œuvre en 2013, en vertu de laquelle les habitants de Séoul paient au poids la nourriture qu’ils gaspillent.

Par ailleurs, les agriculteurs nord-américains autorisent les organisations à but non lucratif à collecter et à redistribuer les récoltes non vendues aux banques alimentaires et aux soupes populaires.

Par ailleurs, les sociétés de restauration peuvent s’inspirer de ce qui se fait dans le domaine de l’hôtellerie et de la restauration collective, en gardant une meilleure trace des aliments les plus susceptibles d’être laissés sur place et en les préparant moins la prochaine fois.

Tous ceux qui étudient les pertes et gaspillages alimentaires ne semblent pas optimistes quant à la réalisation de l’objectif mondial de 2030.

« De nombreux gouvernements et entreprises s’intéressent davantage à la réduction des pertes et gaspillages alimentaires qu’à des mesures concrètes », a déclaré Martin Gooch, directeur général de Value Chain Management International, qui travaille sur les questions de gaspillage alimentaire.

Les auteurs du rapport sont toutefois optimistes.

« Il existe presque toutes les connaissances, technologies et pratiques nécessaires pour atteindre l’objectif », a déclaré Dirk Maier, qui étudie l’ingénierie post-récolte à l’université d’État de l’Iowa. « Ce qui influencera la réalisation de cet objectif, c’est en partie la volonté politique, et l’engagement de nos chaînes d’approvisionnement économiques à faire en sorte que les choses fonctionnent de manière plus efficace et efficiente. »

Bouton retour en haut de la page