Pollution et Solutions

Qu’est-ce que les paillettes ? Impact environnemental et alternatives durables

Presque tout ce qui brille contient probablement des paillettes à base de plastique.

« Tout ce qui brille n’est pas de l’or », écrivait William Shakespeare. Et comme il était prémonitoire : les paillettes sont aujourd’hui un mélange de plastique et d’aluminium.

Ces taches collantes et scintillantes apparaissent sur le papier d’emballage, les décorations de Noël, les cartes de vœux, les projets d’artisanat et même les cosmétiques personnels. Presque tout ce qui brille contient probablement des paillettes à base de plastique. Étant donné que les particules de paillettes sont si petites, elles sont considérées comme des microplastiques : une source majeure de pollution des océans, de l’air et des sols.

Poursuivez votre lecture pour découvrir ce qui donne leur éclat aux paillettes, la manière dont les paillettes contribuent aux dommages environnementaux et quelles alternatives plus sûres pour la planète sont disponibles à l’achat.

Qu’est-ce que les paillettes ?

Pendant des siècles, le mot paillettes faisait référence au miroitement accrocheur d’une substance comme l’eau, le verre ou un métal précieux. Depuis les années 1930, cependant, le terme s’applique à un seul éclat plat et réfléchissant et à une collection de centaines, voire de milliers de minuscules plastiques flashy fabriqués principalement dans le New Jersey, sans doute la capitale mondiale des paillettes.

Fabriqué à partir de feuilles de polychlorure de vinyle (PVC) et de polyéthylène téréphtalate (PET) – le même plastique que l’on trouve dans les bouteilles d’eau – le plastique est métallisé des deux côtés en appliquant des couches ultrafines d’aluminium qui donnent aux paillettes leur couleur et leur facteur bling-bling. De nombreux types de paillettes comportent une troisième fine couche de styrène acrylate, un autre plastique. Pourtant, les formules exclusives gardent les détails sur ce qui entre exactement dans les paillettes confinés aux murs des usines de paillettes du Garden State. Les paillettes sont ensuite découpées à partir des feuilles en petits morceaux pointus, principalement de forme hexagonale.

Qu'est-ce que les paillettes ? Impact environnemental et alternatives durables
Qu’est-ce que les paillettes ? Impact environnemental et alternatives durables

En raison de leur petite taille et de leur tendance à générer beaucoup d’électricité statique, les paillettes sont notoirement difficiles à nettoyer. Des paillettes qui ne sont pas totalement éloignées d’une scène de crime ont même servi de preuve dans une condamnation pour meurtre. En raison de leur nature persistante, il est presque impossible de se débarrasser des objets scintillants dans nos maisons et dans les environnements environnants. Et comme ces microplastiques peuvent mettre des centaines d’années à se décomposer, toutes les paillettes jamais fabriquées existent toujours sous leur forme originale.

L’impact environnemental des paillettes

Le caractère persistant des paillettes explique leur rôle dans la pollution plastique. Grâce à leur petite taille dès le départ, la plupart des paillettes ne se décomposent pas et restent intactes du berceau à la tombe.

A lire aussi :  Un globicéphale meurt après avoir mangé plus de 80 sacs en plastique.

La majorité des paillettes finissent par se retrouver dans l’océan via les eaux usées générées dans nos maisons (y compris les paillettes qui auraient pu être rejetées dans votre évier ou votre baignoire) et par le ruissellement des décharges. Les organismes marins comme les poissons mangent ensuite les petits morceaux de plastique parce qu’ils ne peuvent pas distinguer les minuscules morceaux synthétiques de leur alimentation naturelle, ce qui fait du microplastique l’un des polluants les plus prolifiques et les plus difficiles à traiter au monde.

À mesure que ces plastiques se bioaccumulent dans la chaîne alimentaire, les humains finissent par en consommer chaque semaine l’équivalent d’une carte de crédit, principalement à travers l’eau que nous buvons et les fruits de mer que nous mangeons.

En tant que forme de déchet solide la plus abondante dans le monde, les microplastiques issus du pétrole menacent le bien-être écologique et biologique des écosystèmes aquatiques, endommageant les rivières, les mers et les océans. Chaque année, plus de 1 000 tonnes de microplastiques tombent du ciel, sous l’effet du vent ou de la pluie, sur les terres protégées de l’ouest des États-Unis. Des études ont même découvert des microplastiques dans les endroits les plus reculés du pays, notamment dans les parcs nationaux et autres réserves fauniques.

Mais les paillettes ne sont pas à elles seules responsables de la majorité de la pollution microplastique. L’écrasante majorité provient d’autres articles en plastique comme les emballages en plastique à usage unique, les pailles, les couverts et même les fibres synthétiques de nos vêtements qui s’écoulent dans les réserves d’eau à chaque lavage. Bien qu’il soit difficile de suivre ces nanoparticules, les chercheurs d’une étude de 2019 ont utilisé des techniques empruntées à la médecine légale pour suivre l’empreinte scintillante des paillettes dans le monde entier. Ils ont conclu que les paillettes pourraient jouer un rôle plus important qu’on ne le pensait dans la pollution microplastique, notamment en ce qui concerne la santé des sols.

Alternatives durables aux paillettes à base de plastique

La meilleure façon pour les consommateurs de réduire leur exposition et leur contribution à la pollution microplastique est de s’abstenir de paillettes et autres plastiques à usage unique. Si l’idée d’abandonner complètement les paillettes semble intenable, pensez aux paillettes biodégradables nouvellement créées. Ces minuscules taches utilisent des fibres végétales, fabriquées à partir de cellulose régénérée modifiée, souvent provenant d’eucalyptus, comme alternative aux feuilles de plastique. D’autres matériaux biodégradables comprennent le mica (un minéral silicaté naturel) et le mica synthétique.

A lire aussi :  Qu'est-ce que la gestion des déchets solides ? Sources et méthodes de gestion des déchets solides

Comme les paillettes traditionnelles à base de plastique, la cellulose est métallisée avec une fine couche d’aluminium ou d’autres pigments minéraux qui donnent aux paillettes son scintillement et leur teinte. Malheureusement, certaines paillettes biodégradables contiennent encore une fine couche de styrène acrylate. Une étude de début 2021, judicieusement intitulée « Tout ce qui brille, c’est de la litière ? », a montré que même ces versions biodégradables peuvent affecter les milieux marins.

Pourtant, l’avenir des paillettes s’annonce prometteur. Fin 2021, des chercheurs de l’Université de Cambridge ont développé des paillettes entièrement durables, sans plastique et biodégradables, qui peuvent être produites à l’échelle industrielle, ouvrant ainsi la voie à un éclat plus durable. La société britannique Bioglitter se présente comme la seule marque de paillettes biodégradables d’eau douce certifiée au monde. Et le leader mondial de la production de paillettes, Meadowbrook Inventions, vend désormais des paillettes biodégradables. L’évolution de ce géant de l’industrie vers un avenir sans pollution microplastique prouve qu’il existe une lueur d’espoir pour que les paillettes de demain soient aussi brillantes que jamais sans les dommages environnementaux.

Questions fréquemment posées

De quoi sont faites les paillettes ?

La grande majorité des paillettes produites aujourd’hui proviennent d’un mélange de plastique et d’aluminium, bien que les versions biodégradables à base de plantes gagnent en popularité.

Les paillettes sont-elles toxiques pour les humains ?

En tant que microplastique, les paillettes contribuent à la pollution plastique, mais les recherches sur leur rôle dans la santé humaine sont encore émergentes. Les premières preuves suggèrent que l’ingestion de microplastiques comme les paillettes pourrait provoquer du stress et des réponses immunitaires ainsi qu’une toxicité sur le développement et la reproduction.

Bouton retour en haut de la page