Energies Renouvelables

La crise mondiale de l’énergie a déclenché un élan en faveur des énergies renouvelables – poursuivons sur cette lancée

Selon les estimations de l'AIE, les énergies renouvelables seront la première source de production d'électricité dans le monde d'ici à 2025.

Au début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, nous avons assisté dans certains cercles européens à une résurgence des appels à l’exploration des combustibles fossiles par fracturation, le bref mandat de Liz Truss en tant que Premier ministre britannique ayant conduit à un moment tout aussi bref où la fracturation semblait susceptible d’obtenir le feu vert une fois de plus. Il semble toutefois que les esprits soient désormais plus calmes.

Les Allemands se font concurrence pour économiser l’énergie. Le Premier ministre britannique actuel, Rishi Sunak, a de nouveau interdit la fracturation. Et il semble que l’on reconnaisse de plus en plus que la voie de l’indépendance énergétique ne passe pas par une plus grande dépendance à l’égard des combustibles de base polluants, mais plutôt par un redoublement d’efforts en matière d’efficacité, de suffisance et d’énergies renouvelables.

En effet, si l’on en croit le rapport Renouvelables 2022 de l’AIE, l’invasion de l’Ukraine pourrait finalement être considérée comme un point d’inflexion dans notre transition vers l’abandon des combustibles fossiles, avec des initiatives politiques majeures aux États-Unis, en Chine et en Europe, conduisant à un déploiement plus rapide des énergies renouvelables. Et, dans le cas de l’Europe au moins, une réduction significative de la demande de gaz naturel, de pétrole et de charbon.

Pour souligner la rapidité avec laquelle tout cela se produit, les prévisions de croissance des énergies renouvelables sont supérieures de 30 % aux prévisions d’il y a tout juste un an. Selon le rapport, ce changement radical devrait permettre aux énergies renouvelables de dépasser le charbon en tant que première source d’énergie dans le monde d’ici 2025.1

A lire aussi :  Quelles sont les sources d'énergie renouvelables ?

Voici comment Fatih Birol, directeur exécutif de l’AIE, décrit l’importance de ce phénomène à l’échelle mondiale :

« Les énergies renouvelables se développaient déjà rapidement, mais la crise énergétique mondiale les a fait entrer dans une nouvelle phase extraordinaire de croissance encore plus rapide, les pays cherchant à tirer parti de leurs avantages en matière de sécurité énergétique. Le monde devrait ajouter autant d’énergie renouvelable au cours des cinq prochaines années qu’au cours des vingt années précédentes, ce qui montre clairement que la crise énergétique actuelle peut constituer un tournant historique vers un système énergétique plus propre et plus sûr. L’accélération continue des énergies renouvelables est essentielle pour aider à maintenir la porte ouverte à la limitation du réchauffement climatique à 1,5 °C. »

Rien de tout cela n’est inévitable, bien sûr. Et il faut toujours faire plus. Alors que les installations de stockage de gaz de l’Europe sont actuellement bien remplies – ce qui apaise les craintes immédiates concernant l’influence de la Russie sur la demande d’énergie – nous apprenons également par The Guardian que les Allemands n’ont pas tout à fait atteint les réductions de consommation de 20 % souhaitées par le gouvernement, ce qui fait craindre que l’hiver prochain ne soit plus difficile que celui-ci. L’AIE elle-même affirme que 100 milliards d’euros supplémentaires d’investissements dans les énergies propres sont nécessaires pour aider l’Europe à résister au chantage énergétique russe en 2023.

Alors que le gouvernement conservateur britannique est enfin revenu sur sa ridicule interdiction générale de l’éolien et du solaire terrestres – une décision politique clairement conçue pour apaiser l’aile climato-sceptique du parti – il a également décidé d’approuver une nouvelle mine de charbon controversée.

A lire aussi :  151 façons d'économiser et de conserver l'énergie

Ils donnent et ils reprennent, je suppose.

Mais l’idée générale reste la même. Nous sommes au cœur d’une transition énergétique qui, selon les lois de la physique, devra nous amener à des émissions nettes nulles au cours des prochaines décennies. Personne ne prétend que nous pourrons cesser d’utiliser les combustibles fossiles demain. Mais il semble que l’on reconnaisse de plus en plus qu’opposer l’objectif de la sécurité énergétique à celui de la sécurité climatique est un faux choix désastreux.

Plus important encore, il s’agit d’un moment fort et instructif sur le rythme auquel nous pouvons changer, si nous le voulons. Car il ne faut pas se voiler la face : Même les nouvelles prévisions de croissance de 30 % pour les énergies renouvelables représentent encore un rythme qui ne correspond pas vraiment à la profondeur de la crise à laquelle nous sommes confrontés. C’est pourquoi, tout en me réjouissant de ce changement, je vais continuer à insister pour qu’on aille plus loin.

Bouton retour en haut de la page