Nouvelles

Face à la montée de la crise climatique mondiale, le Japon est en passe d’installer plusieurs nouvelles centrales électriques au charbon

Le Japon s’apprête à construire 22 nouvelles centrales électriques au charbon sur 17 sites différents au cours des cinq prochaines années, à un moment où le monde a un besoin urgent de réduire les émissions de dioxyde de carbone pour lutter contre le réchauffement de la planète.

« Pourquoi le charbon, pourquoi maintenant ? », a déclaré Mme Kanno, une femme au foyer de Yokosuka, où deux des unités de combustion au charbon seront construites à quelques centaines de mètres de chez elle. « C’est la pire chose qu’ils puissent construire ».

L’ensemble des 22 centrales émettrait chaque année un volume de dioxyde de carbone équivalent à celui de toutes les voitures particulières vendues chaque année aux États-Unis. À l’opposé de cette construction, le Japon tente de présenter les Jeux olympiques de Tokyo de cet été comme les plus écologiques jamais organisés.

Alors que les groupes de défense de l’environnement concentrent généralement leurs objections sur l’énergie nucléaire, le projet de Yokosuka a suscité des réactions inhabituelles au Japon. Cependant, certains résidents poursuivent le gouvernement pour avoir approuvé la nouvelle centrale au charbon, ce qui, espèrent les partisans, relancera l’opposition au charbon au Japon.

Selon les plaignants, le gouvernement japonais a approuvé le projet sans procéder à une évaluation environnementale appropriée. La plainte est digne d’intérêt car la centrale ne va pas seulement dégrader la qualité de l’air local, mais elle va également mettre en danger les communautés en contribuant au changement climatique.

Le rejet de dioxyde de carbone dans l’atmosphère est le principal facteur de réchauffement de la planète, car il piège la chaleur du soleil. La combustion du charbon est l’une des plus importantes sources d’émissions de dioxyde de carbone et l’une des sources d’électricité les plus polluantes.

Le Japon est déjà confronté à de graves effets du changement climatique. Une vague de chaleur de 2018 qui a tué plus de 1 000 personnes n’aurait pas pu se produire sans le changement climatique, comme l’ont affirmé les scientifiques. Et à cause de cette chaleur, le Comité international olympique a été contraint de déplacer les épreuves du marathon des Jeux olympiques de Tokyo dans une ville plus fraîche, à près de 700 kilomètres au nord.

Le Japon a profité des Jeux olympiques pour mettre en avant sa transition vers une économie plus résistante au changement climatique, grâce à des innovations telles que des routes réfléchissant la chaleur. Les organisateurs ont déclaré que des sources renouvelables seraient utilisées pour produire l’électricité nécessaire aux Jeux.

A lire aussi :  Une étude montre que le changement climatique oblige les forêts du monde à devenir plus jeunes et plus courtes

Cependant, les investissements en cours dans le charbon menacent de saper ce message.

Dans le cadre de l’accord de Paris, l’objectif du Japon de contrôler ses émissions de gaz à effet de serre de 26 % d’ici 2030 par rapport aux niveaux de 2013 a été critiqué comme étant « très insuffisant » par les groupes de défense du climat.

« Le Japon se vante d’organiser des Jeux olympiques à faibles émissions, mais la même année, il mettra en service cinq nouvelles centrales électriques au charbon qui émettront bien plus de dioxyde de carbone que tout ce que les Jeux olympiques pourront compenser », a déclaré Kimiko Hirata, directrice internationale du réseau Kiko, un groupe qui défend l’action climatique.

Contrairement aux autres économies avancées, c’est le Japon qui définit sa politique. La Grande-Bretagne, berceau de la révolution industrielle, doit éliminer progressivement l’énergie au charbon d’ici 2025 et la France encore plus tôt, d’ici 2022. Aux États-Unis également, les compagnies d’électricité abandonnent rapidement les centrales au charbon et aucune nouvelle centrale n’est en cours de développement.

Pour répondre à la demande de plus d’un tiers de la production totale d’électricité, le Japon s’appuie sur le charbon. Même lorsque les vieilles centrales au charbon commenceront à être mises hors service, réduisant ainsi la dépendance globale à l’égard du charbon, le pays prévoit de satisfaire ses besoins en électricité à partir du charbon pour plus d’un quart en 2030.

« Le Japon est une anomalie parmi les économies développées », a déclaré Yukari Takamura, expert en politique climatique à l’Institut des initiatives futures de l’Université de Tokyo. « L’ère du charbon se termine, mais pour le Japon, il s’avère très difficile d’abandonner une source d’énergie sur laquelle il s’est appuyé pendant si longtemps. »

La conséquence de la catastrophe nucléaire de Fukushima, il y a près d’une décennie, a présenté un autre type de crise énergétique qui a forcé le Japon à fermer son programme d’énergie nucléaire tout en donnant plus de raisons d’augmenter sa dépendance au charbon. Les recherches ont montré que, dès 2025, il pourrait être plus rentable pour le Japon d’investir dans les énergies renouvelables, comme l’éolien ou le solaire, que d’exploiter des centrales au charbon. Cependant, le gouvernement croit au maintien d’un mélange diversifié de sources d’énergie et investit donc dans les combustibles fossiles.

A lire aussi :  Des scientifiques avertissent que notre Terre est au bord de la sixième extinction massive d'animaux sauvages

Environ quatre cinquièmes des besoins en électricité du Japon sont satisfaits par le gaz naturel et le pétrole, des combustibles fossiles, tandis que les sources d’énergie renouvelables, au premier rang desquelles l’hydroélectricité, représentent environ 16 %. L’énergie nucléaire, qui assurait autrefois jusqu’à un tiers de la production d’électricité du Japon, a dégringolé à 3 % en 2017.

Aux côtés de la Chine et de la Corée du Sud, la politique du gouvernement japonais consistant à financer l’énergie du charbon dans les pays en développement a également fait l’objet d’un examen minutieux. Le pays est le deuxième, après la Chine, à investir dans des centrales à charbon à l’étranger.

Un contingent japonais important, composé de militants en tenue jaune « Pikachu », a assisté aux négociations des Nations unies sur le climat à la fin de l’année dernière à Madrid et a déployé des panneaux « Non au charbon » et scandé « Sayonara charbon ! »

Le nouveau ministre japonais de l’environnement, Shinjiro Koizumi, fils charismatique d’un ancien premier ministre, a été la cible de la rage des militants et est également considéré comme un possible futur candidat au poste de premier ministre lui-même. Mais Yoshiaki Harada, le prédécesseur de M. Koizumi, avait déclaré que le ministère de l’environnement n’approuverait plus la construction de nouvelles grandes centrales électriques au charbon. Toutefois, l’avenir de cette déclaration est incertain car il ne durera que moins d’un an en tant que ministre.

Bouton retour en haut de la page