Ecosystème

Quel est l’effet des espèces clés sur un écosystème ?

L’écosystème désigne l’ensemble des êtres vivants, leur environnement physique et toutes leurs relations au sein d’une zone spécifique. Les êtres humains existent tous dans un écosystème ; cet écosystème doit être géré.

Les espèces clés jouent un rôle crucial dans la modulation et la gestion d’un écosystème. En apprenant à les connaître et à connaître leurs effets sur l’écosystème, vous comprendrez pourquoi ces espèces sont essentielles.

Cet article examine les espèces clés de voûte, leur importance et leurs effets sur l’écosystème. Plongeons maintenant dans le monde des espèces clés de voûte et voyons ce qu’elles sont.

Qu’est-ce qu’une espèce clé de voûte ?

C’est en 1969 que le naturaliste Robert T. Paine a proposé pour la première fois l’idée d’une « espèce clé de voûte ». Une espèce clé de voûte est une espèce spécifique qui, en raison de son abondance, a un impact considérable sur son habitat naturel.

En influençant plusieurs autres organismes dans un environnement et en déterminant les types et les quantités d’autres espèces dans la communauté, les espèces clés de voûte jouent un rôle crucial dans le maintien de l’organisation d’une communauté écologique.

En l’absence d’espèces clés, l’écosystème n’existera plus ou subira des modifications importantes. Certaines espèces clés de voûte, comme le loup, font partie des prédateurs faîtiers. Paine a élaboré cette théorie pour justifier ses observations et ses tests sur les interactions entre les moules, les étoiles de mer et d’autres invertébrés marins dans l’environnement aquatique.

Il a enlevé les étoiles de mer d’un endroit et a enregistré les effets sur l’écologie. Selon Paine, une espèce clé de voûte est une espèce qui, par rapport à son abondance, a un impact disproportionné sur l’environnement.

Une espèce clé de voûte traditionnelle empêche l’extinction des espèces végétales dominantes par une espèce herbivore particulière. Les chasseurs clés de voûte peuvent être encore moins nombreux et réussir malgré tout si les populations de proies sont faibles.

Cependant, sans prédateurs, la population de proies herbivores monterait en flèche, éradiquant les plantes dominantes et modifiant fondamentalement l’écologie. Chaque exemple présente des circonstances différentes, mais le principe de base est le même.

Grâce à une série d’interactions, une espèce non abondante exerce une influence considérable sur les processus de l’écosystème. En empêchant une espèce particulière de dominer une communauté, les prédateurs clés de voûte peuvent améliorer sa biodiversité.

Ils peuvent avoir un impact significatif sur l’équilibre des espèces dans un écosystème spécifique. La modification de la taille de la population d’un prédateur clé ou son introduction peut avoir un effet de cascade important sur la stabilité de plusieurs autres groupes dans l’écosystème.

Types d’espèces clés

Les espèces clés de voûte ont un impact significatif sur les autres animaux et plantes qui constituent un écosystème, ce qui est essentiel pour sa fonction et sa structure générales. Il existe trois types d’espèces clés : les mutualistes, les ingénieurs de l’écosystème et les prédateurs.

Prédateurs

Les prédateurs constituent la première catégorie d’espèces clés de voûte. Selon le National Geographic, ils sont une composante essentielle des écosystèmes et contribuent à « contrôler le nombre d’espèces proies ».

Les loups gris du parc national de Yellowstone font partie des espèces clés les plus populaires. En raison d’années de chasse excessive, leur communauté a été complètement anéantie dans les années 1920. L’ensemble du réseau alimentaire en a subi les conséquences.

La population des proies a explosé en leur absence. Les trembles et d’autres types de végétation ont subi une chute importante, portant atteinte à plusieurs composantes de l’écosystème. Cependant, en 1995, les loups gris du parc national de Jasper ont été relâchés à nouveau.

Ils ont entamé ce que l’on appelle une « cascade trophique », mais cela a pris un certain temps. Cet impact en cascade, qui se fait encore sentir aujourd’hui, a permis de développer la flore, de redonner vie aux rivières et de restaurer la population de rongeurs.

A lire aussi :  Remplacez la moitié de votre viande et de vos produits laitiers par des produits végétaux pour sauver les forêts

Parmi les prédateurs, citons le loup gris et le prédateur faîtier de Yellowstone, la loutre de mer et les forêts de varech, ainsi que les étoiles de mer.

Mutualiste

Les organismes connus sous le nom de « mutualistes clés de voûte » s’engagent dans des interactions mutuellement bénéfiques dont l’extinction affecterait considérablement l’écosystème.

Par exemple, à une période spécifique de l’année dans la ceinture de blé d’Avon, en Australie occidentale, les Banksia prionotes constituent la seule source de sirop pour les guêpiers, qui jouent un rôle crucial dans la pollinisation de nombreuses espèces végétales.

Par conséquent, la population de guêpiers s’effondrerait probablement à la suite de l’extinction d’une seule espèce d’arbre, ce qui affecterait considérablement l’écosystème dans son ensemble.

Une autre illustration est la distribution de diverses graines d’arbres par des frugivores comme le casoar. Certaines graines doivent passer par un casoar pour germer.

En raison de la nature mutuellement bénéfique de leurs relations avec les plantes, les abeilles sont un excellent exemple de ce type de clé de voûte. Par exemple, elles favorisent la croissance des plantes et leur potentiel de fertilisation en récoltant le pollen et le nectar, leurs principales sources de nourriture.

Ingénieur de l’écosystème

Le chien de prairie est un ingénieur de l’écosystème en Amérique du Nord. Les oiseaux de mer des montagnes et les chouettes fouisseuses trouvent un endroit où nicher dans les tunnels des chiens de prairie. Les réseaux de tunnels des chiens de prairie peuvent modifier la structure du sol en favorisant l’aération et en luttant contre le compactage du sol dû au pâturage du bétail.

Ils contribuent également à canaliser les précipitations vers les eaux de surface afin de réduire le ruissellement et l’érosion. Pour éliminer les prédateurs potentiels, les chiens de prairie taillent souvent les plantes autour de leurs colonies.

Le castor est une espèce clé reconnue et un ingénieur de l’écosystème. Il transforme le cours d’eau de sa zone en étang ou en marais. Pour construire ses barrages, le castor modifie d’abord les limites de la zone riveraine en enlevant les arbres les plus anciens.

Par conséquent, de nouveaux arbres peuvent remplacer les plus anciens – la zone riveraine où les barrages de castors sont construits se modifie. Les grands herbivores, en particulier les éléphants, influencent leur habitat dans la savane africaine.

Dans le bassin de l’Amazone, les pécaris créent et entretiennent des trous que toute une série d’animaux utilisent. Les éléphants déracinent les arbres, ce qui permet à l’herbe de pousser et de créer des habitats pour diverses petites espèces animales. Sans ces animaux, une grande partie des prairies deviendraient des forêts.

Pourquoi les espèces clés sont-elles importantes ?

Les espèces clés ne peuvent que préserver la variété des espèces locales. En l’absence de prédateurs clés, une espèce proie prospérera et entraînera l’extinction d’autres communautés, comme ce fut le cas pour les moules des îles Tatoosh.

Différents organismes peuvent occuper les espaces qu’ils créent. Par exemple, toutes les espèces végétales qui dépendent des éléphants de la savane pour la dispersion de leurs graines périraient s’ils disparaissaient.

De la même manière que les populations d’éléphants déclineraient sévèrement sans eux, les populations de zèbres s’effondreraient en raison du manque de sources d’eau disponibles.

Les espèces clés qui servent de ressources alimentaires, comme les figues, affecteraient le nombre d’animaux qui les mangent. Là encore, il en résulterait une concurrence féroce entre les espèces de cet habitat, voire leur extinction.

En raison de leur potentiel d’impact direct ou indirect sur d’autres organismes, leur existence est cruciale pour l’écosystème. Ils contribuent directement au maintien d’un certain type et d’une certaine quantité d’espèces dans l’écosystème.

Quel est l’effet des pierres angulaires sur un écosystème ?

La clé de voûte a un impact sur les écosystèmes qui l’entourent et est ainsi nommée parce qu’elle est le point central d’une arche. La santé de ces animaux a un impact direct sur la santé de certains écosystèmes.

A lire aussi :  30+ façons étonnantes de protéger l'environnement et de sauver la Terre Mère

Les espèces clés de voûte ont un impact significatif sur un écosystème en régulant un élément crucial des ressources, de la croissance, du territoire ou de la nourriture nécessaires à une bonne existence.

Elles influencent de nombreux autres organismes et sont essentielles au maintien de la structure de la communauté écologique. Il peut s’agir de la végétation ou d’un animal essentiel au fonctionnement de l’écosystème.

Exemples d’espèces clés

Une espèce clé de voûte est une plante, un animal, une bactérie ou un champignon qui modifie l’écosystème de manière significative. La loutre de mer, l’étoile de mer, les grands mammifères prédateurs, l’océan, la toundra, le désert et la forêt boréale sont autant d’exemples d’espèces clés.

Loutre de mer

La loutre de mer est une espèce clé de voûte, car elle mange des oursins et empêche la population d’oursins de détruire les forêts de varech. Les forêts de varech sont essentielles à la survie de différents organismes dans les zones littorales.

En l’absence de loutres de mer, les oursins se nourrissent des forêts de varech avoisinantes, ce qui nuit à ces écosystèmes littoraux. En revanche, si les loutres de mer sont présentes, leur consommation d’oursins réduit leur nombre à de minuscules animaux confinés dans des crevasses sûres.

En réduisant la population d’oursins locaux, la loutre de mer contribue donc à la conservation des forêts de varech.

L’étoile de mer

Une autre espèce clé de voûte bien connue est l’étoile de mer, qui se nourrit de moules dans les endroits où il n’y a pas d’autres prédateurs. Lorsque l’étoile de mer est éliminée d’un écosystème, le nombre de moules augmente souvent de manière incontrôlée. Cela nuit aux ressources accessibles aux autres organismes de l’écosystème.

L’océan

Les requins sont des mangeurs essentiels au sommet de la chaîne alimentaire qui ont un impact sur les habitats marins du monde entier. En se nourrissant des créatures les plus malades, les plus frêles et les plus léthargiques, ils contrôlent la propagation des maladies et les populations de leurs proies.

Ils ont également un impact sur l’habitat local, par exemple en éradiquant le mérou, un poisson prédateur, des écosystèmes récifaux des Caraïbes.

La présence des requins favorise la survie de colonies de poissons herbivores situés plus bas dans la chaîne alimentaire, qui consomment des algues susceptibles de nuire aux récifs coralliens.

La toundra

Peu d’espèces végétales et animales peuvent prospérer dans la toundra arctique, qui couvre la partie septentrionale de l’hémisphère nord et qui est glaciale, dépourvue d’arbres et souvent enneigée.

L’une de ses principales proies est le lemming, un petit rongeur dont la colonie est importante et cyclique. Les espèces clés comme le lemming fournissent de la nourriture aux prédateurs comme la belette, le renard arctique et le harfang des neiges.

Elles ont un impact sur la présence, l’état et la composition des plantes qu’elles consomment, car elles sont herbivores.

Conclusion

Les écologistes peuvent mieux comprendre le réseau fragile et complexe d’interactions qui soutient tout écosystème particulier en utilisant la notion d’espèce clé de voûte.

En outre, cette notion étaye les arguments des défenseurs de l’environnement en faveur d’une réduction de l’influence humaine afin de sauvegarder les espèces et les écosystèmes complexes qu’elles soutiennent. En tant qu’êtres humains, nous serons affectés par l’absence d’espèces clés.

Bouton retour en haut de la page