Ecosystème

Qu’est-ce que l’éthique environnementale ? Types et principes

L’éthique environnementale est une branche de l’éthique qui étudie la relation entre les êtres humains et l’environnement et la manière dont l’éthique joue un rôle à cet égard. L’éthique environnementale considère que les êtres humains font partie de la société au même titre que les autres créatures vivantes, notamment les plantes et les animaux. Ces éléments constituent une partie très importante du monde et sont considérés comme une partie fonctionnelle de la vie humaine.

Il est donc essentiel que chaque être humain respecte et honore ce principe et fasse preuve de moralité et d’éthique lorsqu’il traite avec ces créatures.

Selon Wikipedia,

« En philosophie de l’environnement, l’éthique environnementale est un domaine établi de la philosophie pratique « qui reconstruit les types essentiels d’argumentation qui peuvent être faits pour la protection des entités naturelles et l’utilisation durable des ressources naturelles ». Les principaux paradigmes concurrents sont l’anthropocentrisme, le physiocentrisme (également appelé écocentrisme) et le théocentrisme. L’éthique environnementale exerce une influence sur un large éventail de disciplines, notamment le droit de l’environnement, la sociologie de l’environnement, l’écothéologie, l’économie écologique, l’écologie et la géographie de l’environnement ».

Le réchauffement de la planète, le changement climatique mondial, la déforestation, la pollution, la dégradation des ressources et la menace d’extinction ne sont que quelques-uns des problèmes dont souffre notre planète. L’éthique environnementale est un élément clé des études environnementales qui établit la relation entre l’homme et la terre. Grâce à l’éthique environnementale, vous pouvez vous assurer que vous faites votre part pour préserver la sécurité et la protection de l’environnement.

Chaque fois qu’un arbre est abattu pour construire une maison ou que d’autres ressources sont utilisées, nous utilisons des ressources naturelles qui deviennent de plus en plus rares. Il est essentiel que vous fassiez votre part pour protéger l’environnement et le mettre à l’abri du danger. Ce n’est pas aussi difficile à faire que vous le pensez, à condition d’être prêt à faire quelques changements simples et faciles.

Avec l’augmentation rapide de la population mondiale, la consommation des ressources naturelles a été multipliée par plusieurs fois. Cela a dégradé la capacité de notre planète à fournir les services dont nous avons besoin. La consommation des ressources se fait à un rythme plus rapide que leur reconstitution naturelle.

L’éthique environnementale s’appuie sur la compréhension scientifique en faisant dialoguer les valeurs humaines, les principes moraux et l’amélioration de la prise de décision avec la science. C’est la Journée de la Terre, en 1970, qui a contribué à développer l’éthique environnementale aux États-Unis et, peu après, la même éthique a été développée dans d’autres pays, y compris au Canada et en Amérique du Nord. C’est important car l’éthique de l’environnement est une préoccupation majeure de nos jours.

Quelles sont les causes de la pollution de l’environnement ?

Les actes de l’homme entraînent une pollution de l’environnement. La demande accrue de ressources est également un facteur qui contribue au problème, car nous avons tous besoin de nourriture et d’un abri. Lorsque ces choses sont si désirées et nécessaires, l’équilibre naturel de l’environnement est perturbé. Les progrès de l’ingénierie entraînent l’épuisement des ressources et la destruction de l’environnement.

Plusieurs problèmes environnementaux ont causé des ravages dans notre environnement et dans la vie humaine. S’ils sont ignorés aujourd’hui, ces effets néfastes ne manqueront pas d’entraver l’existence de l’humanité dans un avenir proche.

Les principaux problèmes environnementaux sont la pollution, la surpopulation, les déchets industriels et ménagers, les pluies acides, le changement climatique, l’appauvrissement de la couche d’ozone, l’étalement urbain, le génie génétique, la déforestation et le réchauffement de la planète. Ces problèmes environnementaux ont fait des ravages dans notre environnement et nous avons déjà commencé à voir certains effets désastreux sous la forme d’effets sur la santé humaine, d’une élévation du niveau de la mer, d’un épuisement des ressources non renouvelables, de la fonte des glaciers, de l’extinction d’espèces, de décharges polluées, de poussières toxiques, d’une diminution de la fertilité des sols, d’une augmentation de la pollution de l’air et de l’eau, et de bien d’autres choses encore.

Les êtres humains sont considérés comme l’espèce la plus intelligente vivant sur terre. C’est peut-être la raison pour laquelle il est la seule espèce sur terre à s’être civilisée dans une large mesure au fil des décennies. Aujourd’hui, les êtres humains se vantent d’être supérieurs à tous les autres animaux, mais à quoi sert une telle intelligence lorsque l’éthique environnementale n’est pas respectée ?

L’abattage des arbres est un acte que de nombreux êtres humains accomplissent pour leur propre bénéfice, sans se soucier des animaux dont la survie dépend des arbres. L’utilisation erratique des combustibles fossiles, l’industrialisation, la pollution et la perturbation de l’équilibre écologique sont autant de facteurs imputables aux activités humaines.

A lire aussi :  Conscience environnementale : Évaluation de la biodégradabilité des savons

Ce n’est pas parce que nous sommes en possession de toutes ces ressources naturelles que nous pouvons les utiliser comme bon nous semble sans rien garder pour les générations futures.

Éthique environnementale et philosophie de l’environnement

L’éthique environnementale s’est développée autour de la philosophie de l’environnement. De nombreux scientifiques ont adopté la croyance en l’aspect philosophique des risques environnementaux, donnant ainsi naissance à l’éthique environnementale. Actuellement, l’éthique environnementale est devenue une préoccupation majeure pour l’humanité.

L’industrialisation a entraîné une pollution et un déséquilibre écologique. Si une industrie est à l’origine de tels problèmes, il est du devoir non seulement de cette industrie mais aussi de tous les êtres humains de compenser les pertes. Mais combien de temps un environnement artificiel et restauré pourra-t-il durer ? Pourra-t-il se substituer aux ressources naturelles ? Les écologistes tentent de trouver des réponses à ces questions difficiles, et toutes ces questions sont regroupées sous le terme d’éthique environnementale.

Il est de la responsabilité de tous de veiller à ce que l’éthique environnementale soit respectée. Il est quelque peu difficile de faire les ajustements nécessaires pour s’assurer que l’on respecte toutes les règles d’éthique environnementale.

L’éthique joue un rôle important dans notre société actuelle, et l’éthique environnementale et l’éthique des affaires doivent être prises en considération. L’éthique est devenue plus courante dans la société d’aujourd’hui.

Le pétrole et le charbon sont tous deux nocifs, non seulement pour l’environnement, mais aussi pour toutes les créatures vivantes, y compris les plantes et les animaux. Ils sont tous deux hautement toxiques à l’état brut. Ils polluent l’air, le sol et l’eau, et le fait qu’ils contribuent ou non à créer ces catastrophes naturelles ne devrait pas avoir d’importance. Elles sont toutes deux limitées et ne dureront pas éternellement, et plus tôt nous nous débarrasserons de ces deux démons, mieux ce sera.

Alors que les compagnies pétrolières et charbonnières continuent de promouvoir leurs produits, et que le meilleur d’entre eux est le charbon propre, qui est une définition non éthique de quelque chose qui n’est tout simplement pas possible, leur éthique est remise en question, en particulier l’éthique de l’environnement. La plupart des maux de la planète découlent de ces deux éléments : marées noires, accidents miniers, incendies, et maintenant changement climatique et réchauffement de la planète.

Veillez à faire votre part et à respecter toutes les règles d’éthique environnementale en vigueur.

L’éthique environnementale et ses principes

Il existe plusieurs approches ou principes pour déterminer comment nous devons apprécier notre environnement. Il s’agit d’un domaine tellement vaste qu’il est difficile pour un seul principe de couvrir tout le terrain. De nombreuses théories ont vu le jour au fil des ans et chacune d’entre elles a mis l’accent sur divers principes d’éthique environnementale. La liste ci-dessous énumère tous les principes que l’on retrouve principalement dans ces théories.

1. Anthropocentrisme

Ce principe suggère que les êtres humains sont les êtres les plus importants. Tous les autres êtres vivants ne sont que des accessoires qui les aident à survivre. L’anthropocentrisme se divise en deux autres catégories : l’anthropocentrisme faible et l’anthropocentrisme faible. Il s’agit de l’anthropocentrisme faible et de l’anthropocentrisme fort.

L’anthropocentrisme faible considère que les êtres humains sont au centre, car ce n’est qu’à travers leur perspective que les situations environnementales peuvent être interprétées.

L’anthropocentrisme fort, en revanche, estime que les êtres humains sont au centre parce qu’ils méritent légitimement d’y être. Peter Vardy a fait cette distinction.

2. Le non-anthropocentrisme

Contrairement à l’anthropocentrisme et au non-anthropocentrisme, ce principe donne de la valeur à chaque objet, à chaque animal dans la nature. C’est un principe qui croit en tout ce qui se maintient dans la nature.

3. Le psychocentrisme

Le psychocentrisme est le principe selon lequel les êtres humains ont plus de valeur dans l’environnement car leurs capacités mentales sont plus développées et beaucoup plus complexes que tout autre élément de l’environnement.

4. Le biocentrisme

Il s’agit d’un terme qui a une valeur non seulement écologique mais aussi politique. Il s’agit d’une philosophie qui accorde de l’importance à tous les êtres vivants. En termes d’éthique environnementale, le biocentrisme est le principe qui assure le bon équilibre écologique de la planète.

5. Le holisme

Le terme « holisme » a été inventé par Jan Smuts dans son livre intitulé « Holism and Evolution » (1926). Le holisme considère les systèmes environnementaux comme un tout plutôt que comme des parties individuelles de quelque chose. Il considère ces systèmes environnementaux comme précieux.

A lire aussi :  Comment les progrès technologiques ont-ils aidé les entreprises à améliorer leur durabilité ?

6. Le resourcisme

Le principe de ressourcement stipule que la nature n’est considérée comme précieuse que parce qu’elle a des ressources à fournir. La nature doit donc être exploitée.

7. Le spécisme

Le principe du spécisme justifie la supériorité de la race humaine. Il justifie donc également l’exploitation et la maltraitance des animaux par l’homme.

8. Considération morale

Il s’agit là aussi d’un principe important de l’éthique environnementale. Chaque être est doté d’une valeur intrinsèque, ce qui nous incite à le considérer comme moral. La considération morale à l’égard d’un être signifie que nous acceptons que toutes nos interactions, quelles qu’elles soient, avec cet être soient soumises à des lois morales.

9. Valeur instrumentale

La valeur instrumentale est la valeur attribuée à un être tant qu’il peut nous fournir des ressources.

10. Valeur intrinsèque

La valeur intrinsèque est la valeur attachée à un être pour lui-même et pas seulement pour ses ressources.

11. Valeur esthétique

La valeur esthétique est conférée à un être en raison de son aspect ou de sa beauté.

12. Libération des animaux ou droits des animaux

Comme son nom l’indique, la libération des animaux ou les droits des animaux visent à protéger la vie des animaux et à assurer leur bien-être en appliquant certaines lois.

13. Le bien-être des animaux

Il s’agit de veiller à ce que les animaux soient traités correctement et humainement.

Types d’éthique environnementale

Avec l’émergence de plusieurs théories, plusieurs éthiques environnementales ont vu le jour. Si certaines protègent les êtres humains, d’autres protègent les plantes, les animaux et d’autres éléments de la nature. Les types d’éthique environnementale sont les suivants :

  • L’écologie sociale, qui est l’étude des êtres humains et de leurs relations avec leur environnement.
  • L’écologie profonde promeut l’idée que tous les êtres ont une valeur intrinsèque.
  • L’écoféminisme est une branche du féminisme qui nous aide à regarder la terre comme une femme afin de mieux la respecter.

Pourquoi l’éthique environnementale est-elle importante ?

L’éthique environnementale est très importante parce qu’elle sert de fondement moral à la protection de l’environnement de notre planète et à la réparation continue de la dégradation de l’environnement que nous avons causée au fil des ans.

L’éthique environnementale nous rappelle nos responsabilités en matière d’environnement et éveille notre conscience écologique. Sans éthique environnementale, les gens continueraient à dégrader et à détruire notre planète et à vivre comme s’ils ne dépendaient pas de la nature.

Mais avec la conscience écologique fournie par l’éthique environnementale, nous pouvons nous diriger vers un avenir durable, un équilibre écologique et l’enrichissement de la diversité de notre environnement.

Si l’homme est l’être le plus dominant et le plus supérieur dans la nature, on attend de lui qu’il soit le plus responsable du maintien de l’habitabilité et de la propreté de son environnement, ou de sa planète. C’est là qu’intervient l’importance de l’éthique environnementale.

Grâce à l’éthique environnementale, les humains sont humiliés et se voient rappeler leurs principales responsabilités envers la nature. Grâce à la capacité des humains, les déséquilibres qui se produisent dans l’environnement peuvent être corrigés par des actions mineures ou majeures.

Grâce à l’éthique environnementale, les humains sont attentifs non seulement à eux-mêmes, mais aussi aux plantes, aux animaux et à tous les objets de la nature.

Grâce aux fondements moraux et aux valeurs que fournit l’éthique environnementale, les humains utilisent la nature de manière responsable et non d’une manière qui entraîne la dégradation et la destruction des ressources.

Chaque objet de la nature a sa propre finalité et sa propre utilisation, sans négliger son utilité pour l’homme. Ceci étant dit, il est juste d’être un consommateur responsable car les humains n’ont pas le droit de détruire la richesse et la diversité de la nature.

En résumé, l’éthique environnementale est un garde-fou contre la cruauté envers toutes les créatures. Elle contribue au maintien de l’équilibre écologique et offre un cadre de vie paisible et magnifique.

Au lieu de polluer notre environnement, de dégrader nos ressources et de détruire notre planète, l’éthique environnementale conduit les humains à agir en conséquence pour le bien-être de tous dans notre environnement et dans la nature.

Bouton retour en haut de la page